On va avoir une merde

Il y a des travaux au nord de l’agglomération, sur la « rue de la Tuilerie », la rue qui relie la zone de Saran coté prison à une zone plus industrielle, en partie, militaire et consacrée, elle aussi, à l’obtention de maladies, soit-disant, civilisationnelles.

Chiche ! Nous allons avoir un trottoir cyclable bi-directionnel comme c’est le cas sur la première partie du circuit – du rond point vers Ormes.

Voici la signalisation en place au rond point :

IMG_0015

et le machin :

IMG_0016

Même si, à cet endroit nous sommes quasiment en péri-urbain,  ce genre d’équipement est à proscrire pour les raisons suivantes :

  • ce sont des zones industrielles et commerciales qui sont desservies, lorsque les cyclistes « retourneront » dans le flux de véhicules (ce qu’ils sont) après en avoir été coupés, les autres usagers de l’espace vont les ignorer,
  • mal conçus, mal aménagés, mal entretenus, ces équipements sont dangereux. De plus, dans l’exemple photographiés, la signalisation indique une incitation à prendre, non pas une obligation,
  • un cycliste doit-être dans le sens de la circulation,
  • Il est difficile de « monter » sur ces pistes et surtout d’en sortir…

Il y aurait beaucoup à dire sur ces équipements réalisés « pour notre sécurité » et « parce-qu’ils sont vus » le dimanche lors de la promenade digestive.

Voici un circuit imaginaire de la chose. Le marqueur (!) est au rond point, en rouge le début de trottoir – oui en traversant vous changez de côté de circulation. Le trottoir traverse actuellement la route avant le centre de mise-en-forme – les sportifs à vélo de l’agglomération ne font pas plus de 1,5 km, nous explique en long et en large son chef, on se demande pourquoi.

simulationCircuit imaginaire, la réalité sera plus tordue.

Plus loin, je pense que l’on coupera les arbres pour faire passer les vélos dans la forêt, puis un sas sera aménagé au niveau des bâtiments militaires (le foudre), pour poursuivre ensuite un coup à gauche, un coup à droite, bien sur « en toute sécurité».

Voici les liens vers les acteurs concernés, cela ne sert à rien d’aller aux réunions donner un avis ou expliquer l’enfer des cyclistes au quotidien, l’Agglo d’Orléans n’aime des vélos que les 70€00 qu’ils sont priés de verser à la  » Loire à vélo  » ; en dehors de l’usinette à touriste, passez roues, craquez pignons, les intérêts servis ne sont pas ceux des cyclistes.

Faire simple, en suivant par exemple les recommandations de la fédération française de cyclotourisme, cliquez sur le lien pour télécharger le fascicule (*.pdf) n’est pas électoralement vendeur.

Publicités