Ne tombez pas de la carte d’Orléans.

L’usage de certaines substances est particulièrement dangereux pour la santé, cela n’empêche pas certains cyclistes de se doper, et, dans une ville qui vénère une illuminée, certains élus d’avoir des visions.

L’agglo d’Orléans communique « pour les amateurs de la petite reine » :

« L’agglomération d’Orléans se situe à la 2e place des villes françaises où le vélo est le plus utilisé par les habitants pour se déplacer ! Un palmarès qui illustre la volonté de développer les mobilités douces. »

D’où est tiré ce chiffre ? Le nom d’une enquête quelconque ? Le nom d’un cabinet d’analyse ?

En sus de la propagande, l’articulet diffusé également dans la feuille de choux municipale invite à se procurer la carte mise à jour « des itinéraires cyclables ». Attention, le chiffre donné est de plus de 400 km, ne rêvez pas, c’est à peine 200 km, à la louche, peut-être encore moins car les promoteurs de la carte disent cyclable la moindre merde où ils posent un panneaux « avec un vélo dessus ».

IMG_0046Un trottoir est un trottoir !

Exemples de cette politique anti-cycliste à Saran – rue de l’orme au coin, à Orléans – rue Eugène Vignat, ou encore la rue de Bourgogne qui pour seul équipement à un panneau « Zone 30 », posé fin 2015, déjà obsolète car début 2016 les règles du stationnement ont changées.

Capture d’écran_2016-04-11_19-24-33

Il n’y a pas un seul arceau à vélo le long de la rue, pas un seul dans le quartier St Aignan (pourtant, attacher son vélo au mobilier urbain est officiellement interdit). Cette « zone 30 » ne connaît pas de fin puisque le croisement avant la partie pavée glissante est une « zone 20 » (où nous trouvons une station V+ et des arceaux). Mais peut importe, la carte donne cyclable la rue :

orleans_danger

Autre exemple, le Bvd Alexandre Martin. La carte ne prend même pas le tracé de « l’itinéraire vert » au départ du siège de l’Agglo :

Faut dire que ce machin vert n’est pas très confortable pour les vélos ; présentement, il comprend de nombreuses micro-marches et devient vite désagréable.

À sa sortie, il faut monter sur le trottoir (pour ma sécurité et parce que j’ai plus de 8 ans, je ne suis jamais sur ce trottoir dangereux et impraticable la plupart du temps (surtout les samedi)) puis poursuivre on ne sait pas où, comment… sauf peut-être sur la chaussée ?

vlcsnap-2016-04-08-17h52m01s442

Pourquoi ne pas nous y avoir laissé une place, depuis le début, ailleurs que sur les trottoirs, dans le sens de la circulation ?

Des retours sur la carte du mensonge vont être fait régulièrement ici, en attendant, pour les amateurs-trices de classement, voici celui de Copenhagenize (2015) :

1. [2] Copenhagen
2. [1] Amsterdam
3. [3] Utrecht
4. [new] Strasbourg
5. [8] Eindhoven
6. [9] Malmö
7. [6] Nantes
8. [5] Bordeaux
9. [7] Antwerp
10. [4] Seville
11. [17] Barcelona
12. [10] Berlin
13. [new] Ljubljana
14. [new] Buenos Aires
15. [11] Dublin
16. [new] Vienna
17. [19] Paris
18. [new] Minneapolis
19. [20] Hamburg
20. [14] Montréa

Les villes françaises du classement ont été mises en gras, Orléans n’y figure point ? Sauf à se la raconter ! Se la « ouèj » comme disent les d’jeunes, la ville n’est pas la seconde pour la pratique du vélo, ou peut-être la seconde en partant de la fin, devant Rouen, car Tours, Angers, Lille, Toulouse, Lyon seront dans le classement avant Orléans.

Publicités