Répondre au président

Le président de l’AgglO déplore la position de la Vélorution

Les aménagements cyclables, qu’ils soient spécifiques ou pas, se montent à 420 kilomètres dans l’agglomération.? - Photo d’illustration Pascal Proust

Les aménagements cyclables, qu’ils soient spécifiques ou pas, se montent à 420 kilomètres dans l’agglomération.? – Photo d’illustration Pascal Proust

Charles-Éric Lemaignen regrette le modus operandi du collectif citoyen, trop critique à son goût. Mais sans fermer la porte au dialogue.

la réponse du collectif Vélorution-Orléans :

Baromètre Vélo : l’enquête lancée par la Vélorution est qualitative plutôt que quantitative. C’est un complément indispensable aux estimations de parts modales comptabilisées par l’agglomération. Elle mettra en avant le point de vue des cyclistes de l’agglomération orléanaise, leur ressenti, leurs suggestions pour faciliter leurs déplacements et attirer de nouveaux utilisateurs, comme l’ont bien compris les agglomérations de Strasbourg et de Chambéry.

Les données de cette enquête seront bien évidemment totalement libres, et donc à disposition des services de l’AgglO, afin qu’ils puissent en faire bon usage.

La Vélorution propose une approche constructive, et entend bien pour cela que les indications du baromètre vélo, et leur évolution au cours des années, deviennent un des outils de l’élaboration de la politique cyclable orléanaise.

Le baromètre doit être repris à son compte et soutenu par l’agglomération. Pas le moindre souci donc pour que nous travaillons ensemble, particulièrement dans le cadre de la révision du plan de déplacement urbain, afin que celui-ci puisse être une réussite.

 

Mais comme un petit film bien réalisé vaut mieux qu’une longue explication, surtout après une rencontre avec des élu-e-s pro-automobiles, voici un film de nos voisins de Bourges (>fr) :

Ce qui est construit dans Orléans (>fr) est souvent pire que le machin cyclable de la vidéo.

 

C’est pourtant facile de faire parler de soi avec de bons équipements cyclistes, une bonne politiques :

 

 

 

Publicités