Quand la mairie d’Orléans prononce le mot « piste cyclable »…

Quand la mairie d’Orléans prononce le mot « piste cyclable »… Je jette un œil sur la carte.

Pour la sous-référence culturelle, il y a cette page de la whiskypédiæ  (>en). Plus sérieusement, depuis décembre, par 2 fois, la République-du-Centre nous informe d’aménagements partiels (>carte participative) par 2 fois, cela ne va pas être dans le sens d’une meilleure cyclabilité dans l’Agglo (>fr).

rue de la Gare

Deux voies cyclables

À quoi ressemblera le tronçon coincé entre le carrefour du Faubourg Bannier et les rails de la ligne A du tramway ? Les trois voies seront maintenues. […]
Le stationnement, lui, n’évoluera guère. Une dizaine de places réglementaires aujourd’hui ; neuf, demain. Une voie cyclable d’1,20 mètre sera créée de chaque côté, les trottoirs atteindront une largeur d’1,40 m.[…]

« le changement dans la continuité » était un slogan politique, et pas celui de Mimolette. Il doit dater de plus de 30 ans, c’est dire la jeunesse d’esprit de nos édiles.

gareCette partie, bvd de Châteaudun – bvd Riobé en passant par les rue de la Gare et rue du Québec, est une transversale qui relie l’ouest de la cité à l’Argonne. Le problème est que l’aménagement déjà réalisé sur les trottoirs bvd de Châteaudun est de très mauvaise qualité, son joignant sur le trottoir rue des Murlins (derrière Coligny) pire encore, la partie non aménagée bvd de Châteaudun risque d’être sur le trottoir (l’article n’en parle pas), rue de la Gare, nous allons être peints sur la rue, bvd de Québec, c’est le désert, Riobé, peint sur les plaques d’égouts, puis un passage foutage de gueule, dangereux de surcroît , enfin, entrée dans l’Argonne par le bvd Marie Stuart, sur le trottoir avec une piste en dos d’ânes (la mairie est allée effacer les traits blancs qui reliaient le cycliste au poteau).

Je parle ici d’une utilisation au quotidien, pas de la promenade des gigot-flageolets le dimanche par beaux temps si c’est un jour pair.

En résumé, un coup sur le trottoir, un coup rien, une fois géré comme un véhicule, une autre comme un piéton. Où est l’utile, l’agréable ? Où est l’homogénéité et la sécurité d’un parcours ?

boulevard Guy-Marie Riobé

Voie cyclable déplacée

Difficile, aujourd’hui, d’imaginer la création de nouveaux emplacements dans un tissu urbain déjà extrêmement dense. Alors, pour contenter les riverains, réduire les perturbations, des aménagements ont été imaginés, ces derniers jours, le long du boulevard Guy-Marie Riobé. Vingt-huit places, précisément, ont été matérialisées. Les jours de match, les véhicules, investissaient sauvagement le trottoir. Ce ne sera désormais plus possible. La voie cyclable dessinée jusqu’alors sur la chaussée a été déplacée sur le trottoir du boulevard.

Tout est dit…

sport Pour laisser la place aux bagnoles des sportifs, non, je rigole, les sportifs sont garés là derrière et devant la station vélo+, « sur la piste obligatoire », pour gagner de la place, les cyclistes sur 200 m sont priés d’aller faire des conflits avec les piétons, les poussettes, les rollers. Il va falloir y monter sur le machin, ce qui ne va pas aller de soi, et surtout en sortir.

C’était mieux avant !

Avant c’était mieux, oui, car le cycliste, dans sa bande peinte sur la chaussée, circulait comme un véhicule, il y avait même un panonceau « tournez à droite » aux feux, maintenant, il est bon pour attendre un cycle, c’est le cas de le dire, ou deux, pour sortir du machin.

Publicités

2 réflexions sur “Quand la mairie d’Orléans prononce le mot « piste cyclable »…

Les commentaires sont fermés.