Atelier participatif « transport & péri-urbain »

À proximité immédiate d’une ville.

Situé au-delà des banlieues ou des périphéries immédiates d’une ville centre de l’agglomération, l’espace péri-urbain constitue un espace d’urbanisation nouvelle par lotissements et constructions individuelles, prenant parfois la forme de mitage (éparpillement de constructions dans la campagne). Il peut conserver une forte proportion de paysages ruraux, mais reste polarisé par la ville, par ses infrastructures, son habitat et le mode de vie de ses résidents. Cet espace est essentiellement consacré à l’habitat individuel. Le phénomène péri-urbain est significatif de l’évolution de la ville occidentale qui tend à l’étalement et à la spécialisation des territoires urbains. […].

Une définition qui a manquée à l’atelier, en guise d’introduction aux travaux. Je donne une liste de documents « de référence » en fin d’article, à destination des personnes de la mégalopole en devenir, de ses élu-e-s comme ses technicien-ne-s, à destination des personnes qui vont dans ce genre de réunion pour acquérir des outils.

Je ne vais pas le cacher plus longtemps, j’ai passé une bonne soirée. Pas non plus la super-fête mais je m’attendais à un quelques chose de plus « encadré ». Voilà c’est dit. Bien sur que je ne suis pas dupe sur « ce qu’il va en sortir », en texte et en physique. Il y a un cycliste qui a participé à l’aménagement du Fbg St Jean, dans le cadre d’une association officielle, plus de 200 heures de réunion pour RIEN, sauf trois bacs à fleur*.

Mais, il y avait une proposition de rencontre et je ne regrette pas d’y être allé. Je pense également que « les gens de l’Agglo » attendaient les vélorutionnaires, imaginaient que nous allions leur pourrir la réunion, mais nous savons nous tenir.

Revenons à la réu.

Des petits ateliers avec un canevas à remplir, suivant les réflexions du groupe : « Pourquoi vivre dans le péri-urbain ? » « Pourquoi pas ? » « Quoi changer ? » « Utilisez-vous tel ou tel service de l’Agglo ». Franchement, je n’ai pas détesté la forme.

Dans mon groupe, il y avait un retraité de Fleury, qui fait TOUT à vélo, MÊME LES GROSSES COURSES. Il nous a expliqué aimé vivre comme cela, par économie, un peu par nécessité, un peu par écologie. Son épouse, à pied ou à vélo fait les petites courses, lui les grosses, et ce dans un supermarché de l’Agglo, avec une remorque qui ne passe pas entre l’égout et l’étron en ciment. Parfois ils ont besoin du bus e/o du tramway pour aller à certains rendez-vous, et, c’est là qu’ils ressentent des manques avec des arrêts éloignés de l’endroit voulu. Il ne connaît pas le service de bus à la demande, et comme il est non-équipé d’un mobile, tout ce qui est de l’ordre du ouize-fun-openmindly lui est étranger.

Il y avait un navetteur qui a surpris le représentant de l’Agglo en lui disant que 15min de vélo à Orléans sont plus dangereuses que 25min à Paris, à cause du manque d’homogénéité du réseau. Il prend peu le bus dans l’Agglo, car possède un bon vélo, entretenu et pliable, oui, c’est un membre de la communauté Brompton© (>fr) et ne lui dites pas qu’avec son bonnet, il ressemble à un lutin à roulette (du père noël) !

La troisième personne était de Fleury également. Vivre dans un « semi-péri-urbain » a été l’occasion de laisser une auto. Il se déplace beaucoup à pied, la voiture est pour son épouse, il prend parfois son vélo, souvent il utilise le vélo+ et il utilise encore sa voiture pour les courses.

« Meitat-pòrc ! Meitat-chin, jamai aürós ‘quilhs lemosins ». Repéré, j’ai été soumis à la question sur le « mékesquivapa-avekelapli », et j’y reviendrai dans un autre billet, car vraiment, c’est du n’importe quoi parfois.

La rencontre était entrecoupé de scénette d’impro, pourquoi pas. Des friandises issues de l’Open-agrifood si cher aux fauxcialistes (>fr) étaient servies :

sueur

Je vous épargne les déclarations de la ministresse de la verditude sur le vélo où le site de la mairie de St jean de Braye pour vous donner le lien vers le cyber-cahier de Thierry S. «  nous ne vivons pas dans le même monde (>fr) ».

Les idées sorties de la réunion


Dans la soirée ont émergées les idées de :

  • Fluidité, homogénéité, continuité du réseau cyclable,
  • Inter-modalité entre un tram/train basé sur l’étoile ferroviaire et d’autre moyen de transport (vélo, covoiturage, bus) dans les gares à faire naître. Voir le projet sur Lemòtges (>fr).
  • Pourquoi pas un bateau qui relierait Beaugency à Sully, et pas seulement un truc de touriste.
  • Ne JAMAIS oublier les personnes handicapées.
  • Ateliers vélo, arceaux.
  • Création et pérennisation des pédibus & vélobus.
  • Faire une journée sans voiture…

Un porte parole du groupe devait s’exprimer en moins d’une minute sur son atelier.

Les choses que je n’ai pas dites par respect de la logique du groupe (e/o auxquelles je n’ai pas songées « en atelier » ) :

  • Rendre obligatoire l’usage des équipements mis en place par les élus, que ce soit le tram, les bus, les machins cyclables au moins une fois par semaine.
  • Balisage temps et distance des destinations cyclistes (certaines).
  • De véritables « appels cyclistes ».
  • Passer en zone30 les centre-villes d’Orléans, Olivet, Fleury
  • Promouvoir l’idée du code de la rue en agglomération (c-à-d les 22 communes).
  • Faire un film de propagande comme Bordeu ou Lille (>lm).
  • Ne plus participer à l’organisation du club des villes aux cyclistes à écharpe (>fr).
  • Participer à Copenhagenize (>en).
  • Employer une personne d’Europe du nord aux services techniques (mobilité).

Ressources

Il manque une culture cycliste aux « gens de l’Agglo » :

  • La lecture de « Le Retour de la Bicyclette » de Fréderic Héran, est indispensable, j’en parle ici (>fr).
  • Des fiches techniques sur « comment réaliser un équipement digne de ce nom » sont disponibles sur le portail du CÉRÉMA (>fr).
  • Pas la peine de payer un énième cabinet pour faire une ixième étude sur la cyclabilitude de l’Agglo : Elle est plate ! Ces escrocs seraient capables de faire croire qu’ils vont ré-inventer la roue et certains parmi les élus seraient trop cons pour payer. Lyon a fait un bon document de travail, il n’y a pas de honte à copier. Direction De la voirie – Guide pour la conception des aménagements cyclables (>fr).

Lire fait mal à la tête, surtout avec le wifi partout, la connectivitude généralisée, donc des chercheurs et chercheuses digèrent leurs œuvres.

Étrangement, personne n’a parlé, en bien, des téléphériques, je ne sais pas pourquoi ? Peut-être n’est-ce une priorité pour personne ! Peut-être n’est-ce en rien un quelque chose de populaire mais seulement un caprice de président !


*La ville souffre de ses dirigeants. L’ancien maire, aujourd’hui à la maison de retraite du Luxembourg, faisait du vélo mais « en Grèce » pour pallier ses manques en aménagementitude dans la ville dont il était un élu ; il ne comprenait rien de rien aux problèmes de circulation. Après le petit notable fauxcialiste, la ville s’est choisi un baron de la droite officielle cette fois-ci. Motard avec son ami Fion-Fion du circuit des 24h00 du Mans, il n’y a eu que le strict respect des obligations légales. Le nouveau est anti secteur piétonnier (faites des recherches dans les archives de la Rep’ – indice : quartier des halles), anti vélo, la rumeur d’Orléans (>fr-wkpd) dit même qu’il y quelques années, le jour où le stationnement avait été interdit aux abords des écoles, il avait été le seul à déposer son gamin au lycée, en bagnole…

– – – – –

Breaking News ! ! !

Un second pictogramme quitte la ville. Une épidémie naissante ?

picto_secasse

Publicités

2 réflexions sur “Atelier participatif « transport & péri-urbain »

    • janpeire dit :

      Bonjour,

      ou bien un bouton « cyclistes appuyez pour passer » qui ne soit pas un leurre. Il y en a un qui fonctionne bvd V. Hugo en direction de la gare de l’Agglo.

      ou bien, le système qui existe en Europe du nord, qui détecte le cycliste à l’approche d’une intersection et change l’ordre des feux pour lui facilité le passage (oui je rêve).

      JP

      J'aime

Les commentaires sont fermés.