Année du vélo d’acier

C’est le nouvel an « lunaire » ou « asiatique » selon les sources de lecture. La mégalopole d’Orléans organise pour l’occasion diverses manifestations, dont celle ci, assez originale, un ninja à vélo. C’est à dire, un acteur déguisé en ninja, payé pour faire le tour des kilomètres cyclabilisés. Ce n’est pas idiot de donner l’envie par l’exemple. Les élu-e-s de la mégalopole s’entraînent dans des salles de sport en ce moment même et vos montreront leurs gambettes le printemps venu.

Me voici donc, le 24 janvier à aller travailler

en passant par Vignat – cimetière – gare – Maillard – RN20 avec mon vélo.

4 photographies normales. La première avec le panonceau « tout droit » – touristes, vous avez l’Hôtel du département sur votre gauche (1). Comme une voiture arrive et que les feux sont verts, impossible de prendre le machin cyclable à gauche, cela tombe bien, les trottoirs sont interdits aux plus de 8 ans, et en Europe, les véhicules circulent à droite (2). Un panonceau « tournez à droite » alors que, selon les calculs de l’Agglo, les cyclistes sont censés être sur le machin de gauche (3).

Dernière photographie, me voici, comme n’importe quel véhicule à un carrefour géré par feux, il va de soi que je vais prendre ce superbe équipement récemment aménagé (>fr)

(1) Apparition du ninja à droite, sur le trottoir pour montrer le mauvais exemple et donner une mauvaise image des cyclistes (c’est un billet d’humour, je le rappelle ici), il attaque le tramway (2) et va attendre que le feux piéton passe au vert (3), car le ninja est un être modéré et il sait être respectueux des autres.


Après que le feux auto a passé au vert, je commence à progresser vers la voie du bonheur (1) alors que notre ninja municipal est pris dans la nasse des piétons. Après le flot de 5 voitures (2), en qualité de véhicule j’avance vers… Damned !  Seules les traces des roues du vélo du ninja se donnent à voir (3).


Fin du spectacle municipale

Re-voila le ninja, je le laisse poursuivre vers l’absence de bande-piste cyclables en cet endroit (1). Je vais poursuivre dans la bande cyclable qui va se transformer en « simples chevrons » (2) puis en « plus rien » suite aux travaux (3).

Sur la carte participative (>fr-carte), j’avais indiqué les travaux à leurs débuts puis 15 jours après, terminés, j’avais enlevé la balise. C’est cette réactivité qui manque dans l’information du cycliste au quotidien – information de la même nature que celle qui me fait passer par ce chemin, jour de froid, pour éviter les rond-points glissants, forcément glissants, de mon trajet habituel.


« Allô l’Agglo, mais allô ». Bon d’accord, je n’ai pas la poitrine de la starlette, mais en 3 photos, je peux quand même envoyer un message à l’Agglo à la mégalopole.
Sur la première(1), il manque comme une indication de direction, non ? Qui peux deviner que « la direction opposée au sens directionnel obligatoire  » nous mène à la gare ?

Même si « sauf vélo » complète le sens interdit (2), il faut deviner où se dirige le chemin d’autant plus que l’étron de confinement n’est pas des plus rassurants **.

Bravo ! Ceci est un appel cycliste qui fonctionne (ou alors un leurre dans lequel l’alouette à roulette que je suis est tombée – riez de bon cœur, vous pouvez)(3). J’ai quelques endroits où il en faudrait, on s’voit bientôt.

« Point vélo ».

J’ai été très agréablement surpris par le nombre de cyclistes un matin de froid par -5.4°C (relevé Bricy). Entre le carrefour Vignat & l’entrée de Cercottes, en 30 min j’ai dénombré une quinzaine de vélos. Imaginez le potentiel cycliste si les équipements étaient de qualité ! ! !

Un vélo (1) sur une piste qui a disparue dans la vidéo de présentation du téléphérique (>fr – mégalopole). La dernière photo de cette série montrent des piétons qui vont prendre le tunnel existant. Mais ce tunnel est pour les « losers », les « winners » eux seront dans le téléphérique en panne.

Les cyclistes vont trop vite

Ils vont à 27 km par heure en quittant une partie de route limitée à 30.

27kmh Salauds de vélo ! Vous êtes des erreurs de la nature. À cause de vous on est obligé de ralentir, même à l’approche des écoles. Vous, vous, vous êtes contre l’accession au bonheur pour tous, contre la liberté de buter les enfants. Salauds !

Le long de la RN20

Ces trajets de contournement des travaux – et du froid présentement – auront été l’occasion de découvrir un panneau vert « espace partagé ». À destination des piétons, probablement, car derrière le poteau du lampadaire, vous pouvez apercevoir un bout du triangle du « cédez le passage » pour les vélos qui arrivent en sens inverse. Oui vous avez bien compris, le trottoir pourri est bi-directionnel ! Saran est une faille spatio-temporelle et la circulation des vélos doit ce faire « au pas » n’importe où mais pas sur les routes limitées à 50.

De plus, pour faire ralentir les cyclistes, lors des travaux en 2016, la gentille entreprise de travaux-public a rehaussé le passage du rond-point à 5 cm, pour plus de confort (sous la neige, cela aurait été encore « plus mieux rigolo »), non pas faire une jonction plate.

La dernière image est pour nos amis du complot mondial, j’ai photographié un engin aerien non identifié en train de faire le plein de lumière, aux frontières de la mégalopole.

aeni

_____

** Mesurée en son milieu, à la hauteur du feu de signalisation des voies SNCF outre-haies, le truc fait 0,90m (1,5m avec le caniveau, caniveau qui n’est pas cyclable). 90 cm soit 70cm d’utile, attention aux écarts, d’autant plus que l’étron est haut.

Publicités

2 réflexions sur “Année du vélo d’acier

Les commentaires sont fermés.