Becancaneries

Théorème de J.B. Corot : « la ville de Copenhague est équipée de 350 km de pistes cyclables surélevées, séparées de la route et très sûres » dont plus de 550 km font les trottoirs d’Orléans et son agglomération.

Et je vais jusqu’à la Source avec mon vélo.

Second portrait de cyclistes orléanais, aujourd’hui Patrick (le prénom a été changé, les situations légèrement modifiées), l’Argonne-la Source, quasiment au quotidien.

Patrick est quelqu’un que je côtoyais lors des trajets en train. Pour moi, c’était un jeune adulte « du centre qui emploie des personnes handicapées ». Au quotidien, j’ai appris que 5 minutes de retard, un changement de quai à la dernière minute peuvent être très perturbants pour un groupe dans son ensemble, ou à des degrés moindres, pour certains de ces constituants. Une perte de repère se transforme vite en catastrophe. J’ai la chance depuis 5 ans de faire le chemin à vélo, loin des retards quotidiens avec des causes exotiques comme « la gare d’Orléans est pleine… (d’un unique train) », comme « les feuilles sont tombées… (en automne) » ; ne sera pas abordée ici l’architecture hasardeuse qui fait que le sol est glissant, qu’il pleut à l’intérieur de la gare, qu’il fait très froid attendre un train souvent en retard.

place Mozart

Ce vendredi après midi, place Mozart à l’Argonne, voici Patrick sur un vélo. Je lui demande ce qu’il fait ici. Il m’apprend qu’il n’est plus au foyer d’Olivet, qu’il loge dans le quartier avec sa copine. Je le félicite et suis heureux de voir que pour lui ça va mieux.

Nous parlons un peu vélo, car la dernière vélorution l’avait croisé au pont Thinat, il était accompagné de 2 éducateurs pour aller dans une grande surface du sport.

— Oui, c’est surtout ma copine, elle perd vite l’équilibre et il faut l’aider. Les éducateurs sont là pour faire la circulation quand elle s’arrête.
— Je me souviens avoir parlé avec un éducateur de tricycle.
— Ça coûte très cher. Mais elle, elle peut aller travailler en bus.
— Et toi, ça fait pas trop loin pour aller à la gare.
— Je vais plus au centre. Je vais travailler à l’entrée de la Source.
— En bus ?
— Non, j’y vais à vélo, sauf quand il pleut, la navette du centre passe me chercher.

plus de 10 km

Et le voila en train de m’expliquer, fièrement, que de l’Argonne, il prend la piste avenue des Droits Humains, puis direction la Source — plus de 10 km — par la piste parallèle à l’avenue Gaston Galloux. C’est bien pour lui car c’est tout droit.

— Ça me prend une heure, mais je dois faire très attention aux carrefours que les voitures me voient. Le plus dangereux, c’est les carrefours, même s’il y a un feux, je traverse à pied car c’est dangereux. Derrière les gens, je m’arrête, je klaxonne pas. Si je tombe sur la piste, c’est pas grave, mais sur la route… Et puis quand j’arrive, je peux me changer, le midi, une navette porte mon repas.
— Comme ça pas de manger à préparer et à promener dans un sac.
— Je pourrai peut-être pas faire du vélo avec un sac. Et puis, avec le vélo, je fais des petites économies, ça compense si on est malade.

Pour lui, en dehors des carrefours, il ne faut pas de perturbation sur le chemin. Faire le tour d’une voiture garée sur la piste, c’est possible. Une coupure dans l’itinéraire qui obligerait à prendre une déviation, c’est une catastrophe.

Et au quotidien, le vélo est comment ?

Au quotidien, aller à la Poste© ou faire une petite course, c’est à vélo, seulement si c’est le long de la piste des Droits Humains — et les trottoirs de Marie Stuart — autrement, c’est le bus. Et il faut des arceaux à vélo pour attacher la monture. Pour une démarche administrative, c’est le tramway au départ de l’Argonne.

Pour « les loisirs », il y a au moins un éducateur si c’est de l’accompagnement dans les grandes surfaces de l’Agglo, deux si sa copine est là. Les déplacements à vélo se font donc principalement par beau temps, parfois pour les courses, parfois pour des petits pique-niques.

Cela dépend aussi du nombre de personnes disponibles pour l’encadrement.


Quoi dire pour conclure sans être moralisateur envers ceux et celles qui ont toujours une bonne excuses pour ne pas prendre le vélo au quotidien. Rien ! Patrick se débrouille, même s’il y a quelques facilités pour lui, rien ne lui a été donné dans la vie. Il ne le formalise pas ainsi mais le vélo est l’instrument d’une autonomie supplémentaire.

Information

Cette entrée a été publiée le 12/02/2017 par dans Portraits de cyclistes.

Jeanne à vélo en vidéo

RSS J-à-V à l’écrit

  • Un « Social Cycling Tour » à Bois-le-Duc 13/10/2021
    Difficile de traduire proprement l’expression « Social Cycling Tour » donc je me suis bien gardé de le faire. Mais je suis sûr que vous comprenez intuitivement de quoi il s’agit. Sinon, aucun souci, Mark Wagenbuur vous explique tout. 😇Voici la traduction de « A ‘social cycling tour’ in ʼs-Hertogenbosch » publié le 13... L’article Un « Social Cycling Tour » à […]
  • Pédaler de Huis ter Heide à la gare de Driebergen-Zeist dans la Province d’Utrecht 06/10/2021
    Un nouveau trajet interurbain à vélo commenté de Mark Wagenbuur.Voici la traduction de « Ride from Huis ter Heide to station Driebergen-Zeist (Province of Utrecht) » publié le 6 octobre 2021 sur Bicycle Dutch. Le trajet de cette semaine nous emmène d’un endroit à l’autre du blog. Nous commençons juste au sud... L’article Pédaler de Huis ter Heide à la gare d […]
  • Une base aérienne transformée en espace cyclable aux Pays-Bas 29/09/2021
    Peut-être qu’un jour la base de Bricy sera elle aussi rendue à la nature et deviendra cyclable. En attendant, celles et ceux qui y travaillent aimeraient certainement pouvoir s’y rendre à vélo de manière sûre et confortable… Mark Wagenbuur garde les roues sur terre mais nous fait un peu rêver... L’article Une base aérienne transformée en espace cyclable aux […]
  • + 351 % : le seul chiffre énorme et précis du mois de septembre à Orléans 28/09/2021
    Ce pourcentage ne représente pas la progression du nombre de visiteurs du festival de Loire qui s’est achevé dimanche, ni celle du nombre de frites ingurgitées – quoique –, encore moins l’augmentation du niveau de la Loire. Evidemment ce n’est pas non plus celle de la part modale du vélo... L’article + 351 % : le seul chiffre énorme et précis du mois de sept […]

Yann en vidéo

RSS Yann à l’écrit

  • Rue Lamartine : décision municipale bancale 30/07/2021
    Cela avait fait quelques semaines que je n’avais pas pris le temps de rédiger un billet. Comme vous le savez déjà, nous sommes plusieurs à s’être regroupés en association afin de faire valoir les droits des piétons et des cyclistes. Cela nous prend pas mal de temps et j’ai dû mettre en pause ce petit... Lire la Suite →
  • Encore une rue Demay-rde… 29/05/2021
    Avec Trololo vélo, nous avons fait une petite vidéo sur le projet de requalification de la rue Demay à Saint Jean le Blanc.
  • Mais qui a eu cette idée folle un jour d’inventer les normes ou y’a t-il un cycliste derrière le guidon de la mairie Dunois – Madeleine ? 16/05/2021
    J’avais déjà parlé de la requalification de la rue du Parc sur sa partie Sud. J’avais regardé d’un oeil distrait les travaux sur la partie nord. Cela me semblait à peu près aux normes sur la partie entre la rue de Coulmiers et le boulevard de Châteaudun (en vert). Hier, pour la première fois, j’empruntais... Lire la Suite →
  • Rue Frédeville : piétons, attention, terrain hostile 15/05/2021
    Malgré la pluie, j’ai décidé de m’aventurer par delà les frontières de la ville d’Orléans attiré par les travaux en cours de rue Frédeville à Saint Jean de Braye. Ville où Bruno Malinverno était adjoint au maire chargé de l’urbanisme et vice-président à la métropole en charge des transports. Ce brave monsieur nous a habitué... Lire la Suite → […]

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com

Licence

Creative Commons License
Vous pouvez utiliser les éléments de ce cyber-cahier si vous en citez la source.

%d blogueurs aiment cette page :