L’héroïne circule dans la zone

Tenir un jouèb n’est pas toujours facile, surtout quand plusieurs sujets se croisent, se mêlent. Le chroniqueur hésite entre un billet par jour, mais c’est un travail, un grand billet par semaine, un petit et un dérobé sur la toile… Par exemple, pour ce soir, les sujets ne manquaient pas : les #gcum pour alimenter le Diaspora*mais d’autres l’ont grillé — une héroïne comme la cité de Jehanne n’en a plus connu depuis, fiuuuuu… ou une zone fantoche, pardon fantastique, pardon fantôme.

Circuler dans la zone

Circuler dans la zone 30 de la rue Bannier, Orléans.

bannier

Définition

Zone 30 : section ou ensemble de sections de voies constituant une zone affectée à la circulation de tous les usagers. Dans cette zone, la vitesse des véhicules est limitée à 30 km/ h. Toutes les chaussées sont à double sens pour les cyclistes, sauf dispositions différentes prises par l’autorité investie du pouvoir de police. Les entrées et sorties de cette zone sont annoncées par une signalisation et l’ensemble de la zone est aménagé de façon cohérente avec la limitation de vitesse applicable.

Personnellement, je considérais la rue comme « à sens-unique » avec obligation de faire le détour par la rue de la Bretonnerie afin de ne pas gêner la circulation automobiles, car une tonne, cela ne se manœuvre pas facilement.
Et puis, comme d’autre avant, j’ai entendu des voix qui m’ont dit que c’était une Zone 30. Et c’est-que-c’est-vrai en plus :

bannier30

Le 30b sur la carte

Mais, mais, mais, pour le plaisir de mamaiser, au bout de la rue de la Bretonnerie — sens unique avec un contre-sens — il me semble avoir vu un panneau « fin de zone 30 » :

bretonnerie30fin

Le 30 barré sur la carte

Donc en poursuivant votre chemin, vous n’êtes plus en zone 30 mais vous y êtes quand même. Parfois, les automobilistes disent « j’avais pas vu », « j’savais pas »… Sincèrement, les aménageurs ont une grande responsabilité dans la « schizophrénie » automobilistique.

L’héroïne circule

Pas la drogue, enfin, avec la vidéo-surveillance, si un acheteur habitait place du Martroi, cela ne passerait pas inaperçu et ferait les gros titres de la presse locale. Continuons dans la zone30 offerte par notre sens de circulation et allons à la rencontre de l’héroïne de ce billet qui circule sur son vélo.

Une cycliste circule en ville, a une vitesse raisonnable et elle entre dans la zone20 qui termine la rue Bannier. Elle vient probablement de quitter son travail « au-delà du boulevard » et loge peut-être quartier Carmes.

heroine1

À l’entrée du parc de stationnement souterrain, une voiture, garée comme une merde, décharge une passagère — maîtresse, amante, sœur, légitime, collègue — allez savoir ce qui se passe dans les folles nuits d’Orléans en ce 16 février 2017.

J’aurais fait comme la cycliste quand la voiture a commencé à bouger, persuadé que j’étais que autant de chevaux allaient à l’écurie, mais l’âne au volant voulait reprendre rue du Colombier — seule issue — le bas de la rue Bannier est utilisé alors comme un rond-point.

La dame s’impose en absence de clignotant car freiner n’est plus possible, de plus il y a un piéton et une merde publicitaire. Le terroriste en bagnole klaxonne mais la cycliste ne se laisse pas faire.

J’use de la sonnette et assène un « ben ouai, elle a raison la dame », et voila un sourire comme il y en a peu dans Orléans.

Au cas ou certain-e-s doutent de ma bonne foi, j’ai le film dans lequel on voit bien que le gros connard en bagnole a mis son clignotant une fois la cycliste aperçue dans son rétroviseur.

Publicités

4 réflexions sur “L’héroïne circule dans la zone

    • janpeire dit :

      Le plus simple serait une zone 30 dans l’ensemble de l’hyper-centre, mais, c’est une décision politique.

      Présentement, c’est la fin de la rue de la Bretonnerie qui merdoie un peu avec un panneau « fin de zone » qui n’a pas lieu d’être.

      J'aime

Les commentaires sont fermés.