Les petits vélos — Keiko Koyama

Bienvenue au Strade Bianche !

Non, ce n’est un café où les pizzas sont exquises, quoique, mais un magasin de vélos ! Qu’on se le dise ! !
Le patron des lieux, Véloutre, en connaît un rayon et la tête dans le guidon, il se démène pour ses clients.
Entrez et vivez de fabuleuses aventures dans le monde de la petite reine en cotoyant les surprenants clients de la boutique.

Entrer dans cette manga n’est pas difficile : le trait est « enfantin », les histoires sont assez courtes.

Les personnages sont représentés par des animaux, ce qui permet d’illustrer différentes personnalités cyclistes, par exemple le bourrin est représentés par un sanglier, la femme qui fait du vélo pour maigrir par une capybara¹, le coursier par un chat — de chez « chat-va-vite — ou encore le coureur professionnel par un alpaga — qui s’épile avant le tour de France² — et ainsi de suite.
Les histoires sont l’occasion de présenter une action — aller travailler, aller à l’école, le loisir, la course, le tourisme — ou un moyen — système de frein, ce qu’est un dérailleur, comment circuler sur la chaussée, dans une côte — identifié au monde du vélo.

Les gags sont un peu répétitifs mais pas les scénettes, qui demeurent assez variées avec différents personnages attachants. Ce n’est pas l’ouvrage du siècle mais le tome 1 se laisse lire par un adulte et bien sur, ravira un-e enfant.

Les petits vélos — Keiko Koyama

 

Dans le rabat il est dit que la mangaka possède un « ruby » de chez Specialized© en vélo de route et également des « BD-1 » et « Carry Me » en vélos pliants pour aller en ballade et pouvoir le transporter un peu partout.

Notes :
¹ capybara : c’est le plus gros rongeur actuel. Il vit en Amérique du Sud.
² le tour, le Giro, la Vuelta sont évoqués en opposition aux classiques et au « keirin » en vogue au Japon. Le « keirin » est né au lendemain de la seconde guerre mondiale au Japon. C’est une course sur piste, très populaire car ouverte à pari.

Publicités

3 réflexions sur “Les petits vélos — Keiko Koyama

Les commentaires sont fermés.