Le téléphérique relève le plat

Orléans est globalement une ville plate, avec très peu de relief. Il y a une célèbre marque de moutarde qui relève le plat, mais localement c’est une vinaigrerie, non moins fameuse, qui s’y colle. Parlant vinaigre, on n’attrape pas les mouches avec, donc, pour vendre le quartier d’affaire après se bâtir au cul de la gare, il faut relever le plat du « fleuve ferroviaire » et suppléer aux 2 tunnels plébéiens ; non pas par la construction d’une banale passerelle, « semblable à une b*te »¹, trop commune et pas assez chère, mais par un téléphérique ou plutôt un « tramway aérien ».

Les téléphériques sont à la mode, Orléans suit le mouvement, rien de plus.
Les téléphériques sont coûteux à l’installation, coûteux à l’entretien, la populace paiera les caprices présidentiels.

L’emplacement

La gare de Fleury a souffert des diverses politiques locales. À l’avènement du chemin de fer, les notables ne voulaient pas du train « en ville », d’où la construction à Fleury-aux-Choux, au lendemain de la guerre, se pose la question de garder, ou pas, une gare cul-de-sac, lors de la construction de la première ligne de tramway, le projet fauxcialiste n’a rien fait pour favoriser un projet avec une gare de Fleury remaniée, avec une façade sur la RN20, comme à Nantes. L’espace récupéré en supprimant la gare d’Orléans aurait pu être utilisé pour « verdir » la ville, construire des logements sociaux ou étudiants… Bref l’équipe avait préféré artificiellement faire partir les trains d’Orléans — aidée en ce sens par les dirigeants de la société de chemin de fer — les suivants ont emboîté le pas, construit un hangar qui prend l’eau, dans lequel il fait froid en hivers, et dépouillé la gare de Fleury-les-Aubrais de ses trains.

Vous avez dit « mise en commun des synergies et des énergies » !

Le lieu

Actuellement, circuler à vélo autour de la gare de Fleury n’est pas aisé, pas difficile non plus.

garedefleury
En venant d’Orléans, il fort probable d’arriver par le cimetière, bvd Victor Hugo, la bande est emprisonnée dans un boudin de ciment continu (peu large, sale, attention aux écarts) :

versgare2

ou par la rue de Joie. Suivant votre aptitude à rouler, vous prendrez ensuite la rue Lamartine, une rue hybride à la fois plate-forme, trottoir, chaussée et parking — peu confortable mais fort fréquentée par les cyclistes — ou vous prendrez la rue Labonne, une rue non aménagée mais où circuler ne signifie pas slalomer. Vous voilà à la gare. Certains cyclistes garent leur monture dans le parking, d’autre aux anneaux, d’autres encore ont des vélos pliants et prennent le train avec 😉

En venant de Fleury ou Saran, soit vous circulerez sur la plate-forme du tram — rue Lamartine — soit vous respecterez le code de la route au sens le plus stricte et circulerez rue Dubois.

Le projet

La question qui se pose face à la laideur de la chose c’est pourquoi ? Le tramway est gris, la ville minérale, le quartier tristounet, ajouter une merde clignotante ne va rien changer. Nous ne parlerons pas ici des personnages mise en scène, ils ne sont en rien représentatifs des usagers actuels de la gare.
Et les vélos dans tout ça, c’est quand même l’objet de ce jouèb et de ce billet, les voila absents des images (en vert la bientôt ancienne piste cyclable, en bleu le tunnel existant, le second tunnel est beaucoup-beaucoup plus loin pour les personnes cibles du quartier affairiste) :

La bande actuelle, rue Labonne, contre-sens en partie au départ de la rue Dubois puis bande à part entière devant le parking & le supermarché (>fr-Orléans tue), ne sera qu’un souvenir. Le fait qu’elle soit occupée par les déposes plus-ou-moins minutes montre bien que c’est le genre d’équipement qui gêne.

Pour 350m, pour le prix de 5 passerelles, pour faire moderne, pour un caprice, on fait disparaître les vélos. Point !


¹ cékikadi le gros mot ?

Publicités

2 réflexions sur “Le téléphérique relève le plat

Les commentaires sont fermés.