Saran, le coeur de la mort bat la Chamade

Nous sommes mercredi soir, il fait beau.

D’aucuns rentrent du boulot à vélo, d’autres de la prison ou de la zone de Saran en auto. Saran est une magnificence en matière de non-équipements à destination des cyclistes, c’est également une des rares villes de l’Agglo dont même les trottoirs sont affublés d’un panneau pour indiquer que non, les camarades piétons ne rêvent pas, les bétonneurs et les goudronneurs ont eu une pensée pour eux ; ils peuvent être « en marche » sur les trottoirs (qui n’ont toujours pas de définition dans le code de la route).

À gauche, c’est bientôt bétonné.

Ancienne route de Chartres

Aucuns aménagements de notable, ancienne route de Chartres, en dehors de quelques plaques d’égouts, quelques places de stationnement homéopathiques. Ah si, dernièrement un panonceau « cyclistes, vous pouvez tourner à droite après avoir pris grand soin à respecter les priorités des autres usagers de la route » a été posé sous le feux à l’intersection rue des Jonquilles.

Rond-point de l’enfer

La chaussée étant de courte durée, je commence à me décaler subrepticement vers le centre de la chaussée, d’une à cause de la priorité à droite, en second, pour ne pas me faire coincer au rond-point de l’enfer quand j’entend un vrombissement. Je sais où je vais, j’ai un autre air à respirer que celui du pot d’échappement des autos.

Vroum-vroum. Pour mon bonheur ce soir là, peu de bagnoles, pour mon malheur, un type du 77 semble ignorer qu’un cycliste urbain en l’absence d’équipements de qualité circule vite, très vite.

 

Dring-dring devant la bagnole pour s’imposer, vroum-vroum derrière moi pour le plaisir de me coller à la roue arrière. Passé les panneaux qui annoncent les travaux, je découvre la face horrible des vroum-vroumeurs. La vieille peaux m’insulte en plus de ça.

Et à quoi bon, il y a aussitôt une priorité à droite, puis un cédez le passage 150 m plus loin.

 

Peut-être n’est-elle pas au courant, et comment le serait-elle à passer son temps entre un hangar commercial, un hangar à voiture… mais

Le code a changé

[…] « en marche normale, tout conducteur doit maintenir son véhicule près du bord droit de la chaussée, autant que le lui permet l’état ou le profil de celle-ci ». Un alinéa a été ajouté à cet article. Il précise qu’«un conducteur de cycle peut s’éloigner du bord droit de la chaussée… ».

Passé les travaux

Ici l’Agglo construit un pont avec des espaces partagés « piéton cycliste »— ceci est une probabilitude — parce qu’il ne faut pas opposer les modes de transports entre eux, c’est bien mieux de fiche les cyclistes dans les pattes des piétons.

Malgré les travaux j’ai filé droit, et à l’issu d’un détour, voici de nouveau mon connard du 77, donc, la vieille dans la R19 Chamade n’est peut-être pas lo… elle est derrière.

Yeeeeeeeeeessssssssssssssss ! Me voici devant et du coup, dans une bonne moitié de la voie de circulation. Jamais au point de gêner la circulation où de mettre en danger les autres. Pour preuve, la passagère de la R19 ci-devant, et dans le cercle, me fait un doigt d’honneur bien élégant lors du dépassement, en direction du ravin de la mort.

La pauvre !

Ne jamais faire une provocation à une tête de tofu — ceci pour ne mettre les antispécistes à dos, en plus des R19 — car en général, à celui qui est le plus couillon…

Il gagne. Il gagne les connards. Il gagne ! Le cycliste est forcément plus rapide et il le serait encore plus avec des aménagements dignes de ce nom.

**** XP **

Nous étions à Saran. Il se trouve que la plaque d’immatriculation des deux trous du cul était **** XP **. Votre serviteur est sous une Xubuntu 16⋅04 (>lm) et loin de lui l’idée de se moquer, ce n’est pas son genre. Cependant, le soir même, la toile mondiale lui laissait visiter le lien suivant, à parcourir jusqu’au bout pour en savourer le goût (>en).

Publicités

2 réflexions sur “Saran, le coeur de la mort bat la Chamade

  1. Jeanne à vélo dit :

    Le titre de ton billet est en lice pour le concours des meilleurs titres de billet cyclopédique 2017 ! 😉

    En revanche je n’ai pas bien saisi ce qui s’est passé avec le 77 (les deux photos côte à côte ne sont pas claires).

    J'aime

    • janpeire dit :

      Au rond-point de l’enfer, les noms parfois, j’étais déjà dans le giratoire qu’il avait le temps de passer, mais à 30, pas à 5, ce qui fait que je me suis trouvé devant lui à quasiment lui couper la route.

      J'aime

Les commentaires sont fermés.