Becancaneries

Théorème de J.B. Corot : « la ville de Copenhague est équipée de 350 km de pistes cyclables surélevées, séparées de la route et très sûres » dont plus de 550 km font les trottoirs d’Orléans et son agglomération.

Notes de vacances en vrac

Un petit billet la rentrée passée, une traduction du « desboiradís limerò 1 » le numéro qui cause occitan et vélo. Attention, la tonalité du billet d’origine est conservée, et 1000 excuses pour la qualité des photos.

Le train

Pas grand chose à dire sur la façon de ne pas se faire recevoir à la gare centrale d’Orléans, il y a seulement que cela fait furieusement penser à une caméra cachée :

« Je désirerai un billet pour Limoges, par le train du matin ?
— Monsieur, ici on ne vend que des billets pour l’après-midi !
— Mais, sauf erreur de ma part, il y a bien des trains le matin en direction de Limoges.
— Peut-être monsieur, mais il faut aller sur l’internet, ici on ne vend que des billets pour ceux de l’après-midi.
— Bon, ben, je sais pas trop, les personne m’attende le matin… Au revoir »

Et coup-sec, tout en imaginant avoir demandé un train pour Pau, je vais à une borne pour constater que il y a bien des trains, le matin, en seconde, au départ de Fleury… Un train — qui s’avérera peu plein — à réservation obligatoire, mais pour une fois, à l’heure. Je veux pas trop tirer sur le pousse-malade, la gare du centre ville ressemble à un hangar dont les poteaux auraient été percutés par des trains, et ainsi, ceci expliquerait la tôle pliée, de plus, il y pleut, elle est froide et bruyante, à un point tel, que généralement, je préfère aller à Fleury, la gare véritable de l’agglomération. Cette erreur d’aménagementitude au moment de l’arrivée du tramway est à mettre sur le compte des fauxcialistes entre-autres…

Lire le Bouddha
Viaduc de Rocherolles
Folles° illusions !

Enfin, arrivé à Limoges, je découvre la gare en travaux, un baby-foot et le même piano casse-bonbon que à Orléans. Peu de monde pour aider si besoin est… Je ne suis pas ici pour passer ma méchante humeur, mais à une époque, prendre le train était un plaisir, et à cette époque, il coûtait moins, était à l’heure… comme disent les vieux cons « avant c’était mieux ! »

L’idée de ce billet, même en langue occitane, était de « donner de la matière » à Olivier Razemon.

Nous serons d’accord que la gare de Limoges est la plus belle de la galaxie.

 

Les vélos de location longue durée de Limoges sont moches.

 

un anti-vol, qui n’est pas utilisé

La galerie se termine par un anti-vol non utilisé, et il faut comprendre les cyclistes : la source d’inspiration du concepteur de la chose se trouve dans une réminiscence du temps où les vaches étaient liées au cornadís¹.

Le bus

C’est un concept de voir les TERs muer en bus. Sur la ligne Lemòtge-Esgolesme, le TER marque peu ou prou l’ensemble des arrêts. Grâce à Microléon et à sa politique de comptable, le bus de la SNCF ne marque que 2 arrêts entre Limoges et Angoulême, le progrès, on vous dit, et pour 8€00. Le mieux dans l’histoire, c’est que la régie départementale, sur le même itinéraire, partait quasiment à la même heure, et, pour 2€00 seulement, elle dessert toutes les gares.

Pour dire la vérité sur ce bus, il y avait des travaux sur la voie cette dimanchée-ci.

Saint Junien

Encore une fois, la page « tourisme et langue populaire » des vacances fera l’occasion d’un autre billet dans la langue non-impérialiste, ici, on cause « transportation »

La politique cyclable de la citée gantière — je ne développerai pas ici l’histoire de la ville, allez sur la page ouistitipedia (>fr-nationaliste) — en un mot « rien », en plus nuancé « la même merde qu’ailleurs », c’est à dire « 2 ou 3 pictogrammes sur les trottoirs des voies nouvellement créées, dans la zone » ce qui rend fier le premier de tous.
La ville de Limoges s’est donné comme objectif « 400 km de cyclabilité » à brève échéance. À St Junien, avec un relief urbain équivalent, les élu-e-s respirent encore les vapeurs des tracteurs donnés par l’URSS dans les années 60.

Document original, hors les marques jaunes

Le contournement de la ville est terminée, il n’y a plus de crainte que les touristes viennent nous faire suer, pardon, osent visiter ce qui peut l’être, aller dans les boutiques… la zone, la zone, la zone.
La ville conserve l’ancienne route nationale, RN141, et l’a récemment refaite. La grande idée a été de virer les feux tricolores et une grande partie de la signalisation au sol. Étrangement, cela calme la circulation, et, pour mon nombril, j’ai été très agréablement surpris de voir des personnes au volant vous laisser largement le passage sur les clous. Autres aménagements, les commerces le long de la route ont été équipés d’une rampe d’accès  (il reste des marches cependant) :

les traversées sont plates — pas encore d’une qualité irréprochable — sur cet axe (dans d’autres parties de la ville, ce n’est malheureusement pas le cas) :

Mais alors, c’est le paradis ! Grands oubliés, les, les, allez devinez, les, les vélos. Il y a pourtant des lois, mais si on devait les respecter, où irions-nous ? Même pas une limitation à 30, rien. Et je ne parle pas de l’étron qui scinde la chaussée, s’il y a un vélo dans le couloir crée, il initiera un bouchon sur 1 km.

Un petit rien de cyclable, non ?

Bon, au pays de la porcelaine, quand vous faites une merde, même posée dans une assiette peinte à la main, il y aura toujours du monde pour vouloir garder l’assiette, sans y toucher. La solution consiste à faire croire à l’exceptionnel, présentement, non seulement le pictogramme ne veut rien dire, il n’est même pas normé, mais pour le comprendre, il faut un « centificat »² de la commune.

Notez bien en conclusion de ce billet que Saint Junien fait des pistes qui vont de pas loin à très proche, mais c’est une ville moderne, elle a ses #GCUM comme les autres.

À moins d’une minute à pied, j’ai compté 15 places

_ ! _

° Dans la version en langue occitane, le jeux de mot porte sur « Faulas » qui veut dire également « fables », « Faulas » es le nom de la ville de Folles  — autre jeux de mot —. Vous pouvez consulter le site du tourisme en Nauta-Viena (>fr)

¹ Je lui fais même l’injure que jamais il n’a été témoin de la scène du « liage des vaches ». S’il a un peu l’envie de se cultiver, il peut lire l’œuvre immense de Macelle Delpastre e/o celle de Jan dau Melhau, notamment, de ce dernier, je peux comprendre que « la velhada » lui sera à jamais inaccessible, mais pour le moins, « Letra au darrier pacan dau Lemosin si non es desja mòrt » sauf erreur de ma pomme, c’est en bilingue et disponible ici (>fr).

² contraction de « certificat » et « attestation de sainteté ». Ce mot est, pardon, était utilisé, par exemple, pour se moquer de celles qui allaient chercher des « preuves de virginité » auprès des autorités religieuses suivant les circonstances (mariage, couches…) ou encore, se moquer de ceux qui brandissaient le moindre papier « en français » — parfois sans même le savoir lire — pour prouver leur honnêteté de citoyen de la République.
« Centificat » de la commune est à comprendre comme « être dans les petits papiers ».

3 commentaires sur “Notes de vacances en vrac

  1. Jeanne à vélo
    08/09/2017

    « les élu-e-s respirent encore les vapeurs des tracteurs donnés par l’URSS dans les années 60 » : 😀 !

    Côté gare ils ont donc inventé le concept de « groupe d’arceaux amovibles » (avec une grue ?).

    J'aime

  2. janpeire
    08/09/2017

    Les arceaux des Bénédictins ne sont pas utilisés car pas utilisables. Les vélos présents, une quinzaine de part et d’autre de la gare, étaient tous attachés au mobilier urbain. Dans l’idée, je pense qu’il faut monter la roue avant pour l’attacher et ainsi « réduire » l’empreinte au sol du vélo. À cet endroit du trotoir, la bande d’arceaux est un obstacle si un seul vélo est attaché, alors une vache…

    Pour St Junien, le bulletin municipal montre les priorité de la ville. Il y a pourtant des cyclotouristes au conseil.

    Aimé par 1 personne

    • Jeanne à vélo
      08/09/2017

      Ah oui, en effet, je n’avais même pas prêté attention au manque de place autour de l’installation.

      Pour St Junien, on sous-estime toujours le danger que court l’automobiliste en ville. Cela fait même frissonner ! 😀

      J'aime

Les commentaires sont fermés.

Information

Cette entrée a été publiée le 06/09/2017 par dans tourisme, et est taguée , .

Jeanne à vélo en vidéo

RSS J-à-V à l’écrit

  • Les voitures ne sont plus les bienvenues dans le centre ville d’Eindhoven 14/04/2021
    Il y a dans ce reportage de Mark Wagenbuur de quoi alimenter la réflexion sur la requalification des mails orléanais sans avoir besoin de parler de « coulée verte ».Voici la traduction de « Cars are no longer wanted in the city centre » publié le 14 avril 2021 sur Bicycle Dutch. La ville... L’article Les voitures ne sont plus les bienvenues dans le centre vi […]
  • Un retour d’expérience sur le Packster 80 de Riese & Müller — par Genepedia 12/04/2021
    Après celui sur le Urban Arrow, Genepedia livre depuis le nord ouest des États-Unis son sentiment sur un autre vélo cargo, le Packster 80 de chez Riese & Müller – qui n’est plus commercialisé par la marque allemande. Elle rentre dans les détails, ce qui fait tout l’intérêt de ce... L’article Un retour d’expérience sur le Packster 80 de Riese & Müller […]
  • Une passerelle vélo pas vraiment pratique 07/04/2021
    Ce qu’on pourrait appeler la ségrégation modale a aussi des inconvénients comme le montre Mark Wagenbuur dans cette étude de cas du côté de Venlo. Voici la traduction de « A cycling viaduct that isn’t really convenient » publié le 7 avril 2021 sur Bicycle Dutch. Une ou deux fois par an,... L’article Une passerelle vélo pas vraiment pratique est apparu en pre […]
  • Pédaler sous la pluie à Rotterdam 31/03/2021
    Mark Wagenbuur en est convaincu : vous n’êtes pas en sucre… et ce n’est pas la pluie qui vous fera fondre. Ses compatriotes semblent d’accord avec lui comme il a pu le vérifier une nouvelle fois du côté de Rotterdam.Voici la traduction de « Riding in the Rotterdam rain (again) » publié le... L’article Pédaler sous la pluie à Rotterdam est apparu en premier s […]

Yann en vidéo

RSS Yann à l’écrit

  • Rue du pot de fer : piétons et PMR, faites votre prière 03/04/2021
    Sur les conseils d’un de mes voisins, je me suis rendu rue du Pot de fer pour voir les travaux de requalification de cette dernière. J’en suis resté baba. Petit tour d’horizon. Cette rue est située dans le centre ancien. Elle est en sens unique. Concernant les études sur la requalification toujours le même procédé... Lire la Suite →
  • Rue de la Cigogne : les normes on s’en cogne! 20/03/2021
    Désolé de vous imposer cette rime bas de gamme mais je me suis levé tôt. Il y a quelques jours alors que je me rendais (en voiture) à la déchetterie du chemin du Clos de l’Alouette, j’ai emprunté la rue de la Cigogne et je me suis de suite dit qu’il fallait que je fasse... Lire la Suite →
  • Rue Henri Lavedan : les deux trottoirs ne sont pas aux normes 01/03/2021
    Dans un article du 15 février 2021 paru dans la République du Centre, Nadia Labadie, l’adjointe chargée de la coordination de la politique de proximité affirmait que « chaque requalification s’accompagne d’une remise aux normes des trottoirs et, à chaque fois que cela est possible, de la création d’un itinéraire cyclable. » C’est en gras dans l’article donc. […]
  • Rue Paul Doumer : une (in)compétence métropolitaine 18/02/2021
    En 2020, la mairie de Saint Jean de la Ruelle annonçait que « des travaux allaient être entrepris dans la la partie « est » de la rue Paul Doumer. Ils consistent en l’enfouissement des réseaux riverains et espace public, la réalisation d’un trottoir PMR côté pair (à droite dans le sens de la rue), la... Lire la Suite →

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com

Licence

Creative Commons License
Vous pouvez utiliser les éléments de ce cyber-cahier si vous en citez la source.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :