Becancaneries

Théorème de J.B. Corot : « la ville de Copenhague est équipée de 350 km de pistes cyclables surélevées, séparées de la route et très sûres » dont plus de 550 km font les trottoirs d’Orléans et son agglomération.

7 Jehannes en territoire d’exil — Rue Émile Zola

[…] Le NaNoWriMo (Mois (inter)National de l’Écriture de Romans) est une façon amusante et stimulante de concevoir l’écriture de romans. Les participants commencent à écrire le 1er novembre. Le but est d’écrire un roman de 175 pages (50 000 mots*, soit 1666 mots/jour) avant minuit le 30 novembre.

Mettant en avant l’enthousiasme et la persévérance plutôt qu’un travail méticuleux et soigné, le NaNoWriMo est un programme d’écriture pour tous ceux qui ont un jour pensé écrire un roman mais ont été effrayés par le temps et les efforts que cela demandait. […]

Encore une fois, l’engagement est pris « pour soi-même », il n’y pas d’obligation de publier, d’exposer, slammer, chanter, rapper son NaNo.


*mon objectif est 30 000 mots (soit 1 000 mots/jour)

(\_/)
=°·°=
« )_(« 

7 Jehannes en territoire d’exil — Rue Émile Zola

Les pleurs des cieux furent encore ce jour-là les seuls habits de la cité johannique. Du matin au soir, ce fut un peu, beaucoup, en accord avec le gris de la ville que la pluie tomba.
Pour Gaubert, finir la journée consistait à sortir du lycée, traverser la cour, passer le portillon et retrouver la chaleur de la voiture de sa mère. Cependant avant, il lui fallait se plier dans son manteau de laine, espérant ainsi éviter les désagréments de la pluie.
Par le portillon, pour l’instant bloqué par l’importance du nombre d’élèves désirant sortir, il apercevait la rue, son animation vespérale à laquelle le Qashqai© noir de sa mère participait. Malgré l’âge du véhicule, les lignes semblaient encore originales ainsi posée au milieu de cet environnement tracé à la règle. Ces réflexions étaient siennes depuis sa récente passion pour l’architecture.
Ce quartier d’Orléans, surnommé quartier gare, s’était trouvé détruit le temps de la dernière guerre. Bien sur, une fois celle-ci terminée, la vie avait repris racine, mais pendant les années soixante, soixante-dix, la mairie y mena une entreprise de modernisation, doux euphémisme pour nettoyage, déconstruction, autoroute urbaine, tout ceci sans oublier la gare en elle-même. Le bâtiment du 19ème siècle, d’une arrivée du train qui ne s’était pas faite sans mal, fut rasé. Il fallait bâtir « moderne », capter le vent nouveau de la vitesse et des progrès. D’aucuns disent « servir les intérêts particuliers de la truelle et du compas ». Le résultat se donne à voir dans ces lignes aussi droites que l’autoritarisme de cette politique.

Pour Alvina Madalyn, c’était encore un jour sans joie qui s‘achevait. Elle décida de changer son humeur sur son profil Twitter© en fonction de cet état d’esprit.
Elle était ici en train d’attendre de la même manière qu’elle passa la journée a attendre le chaland dans son salon de sophrologie. Alvina officiait également en qualité énergéticienne et compose quelques fois des chansons pour ses fidèles qui chantent accompagnés de son orgue Bontempi©. Ils chantent et s’applaudissent, cela ne fait pas de mal et distille un peu de joie pour pas cher.
« Un arbre dans une jardinière de ciment… là do si… tombe la pluie ! Montre encore un peu de vert… la do si… tombe la pluie ! Il souhaite monter de la terre vers le ciel… »
Peut-être changer l’ordre des mots du troisième vers « Souhaite monter du ciel vers la terre », oui, c’est mieux ainsi, cela produit une assonance vibratoire. Ces notes sont celles prises par Alvina dans de petits carnet noirs qui jamais ne la quittaient.
Elle était heureuse de se savoir en capacité de porter un regard distancié sur son monde et disait souvent merci à la possibilité de le pouvoir voir à travers le pare-brise de sa voiture garée sur la piste cyclable, le temps de la sortie des écoles, face à un arbre en pot.

Gaubet finit par sortir du lycée et, les pieds dans une flaque d’eau, s’apprêtait à traverser.

Pour un cycliste, une journée comme celle-ci est marquante car il en arrive toujours une.
Bien sur le mois de novembre est là avec son cortège de pluie, de vent, de feuilles, bien sur il y a le changement d’heure ce qui induit une nuit plus présente ; rien de nouveau dans ce domaine années après années et 2019 ne déroge pas à la règle, mais, après une dure journée de labeur, Piarron pour une fois aurait aimé un trajet vélotaf des plus agréables, pouvoir circuler comme dans une boite de coton.
Sous la pluie, 15 km semblent se multiplier pas 3. Et une branche tombée en travers du chemin dans la forêt d’Orléans, une mare qui se forme sur la route sous l’action conjuguée de l’absence d’entretien et de la pluie, et cette limace devant qui n’aide en rien, à croire que d’être emprisonnée dans l’étron de ciment est pour lui plaire. Fichu trajet… sauf à l’insérer dans le mois de l’écriture ou alors en faire un haiku pour se passer les nerfs :

Étrange escargot
Danseuse vêtue de jaune
File le vélo.

Mais quelle idée aussi d’être passé par le cimetière se pensa Piarron. Enfin, la rue Émile Zola se montre, une priorité à droite après l’ancienne prison, des feux mal agencés mais une belle ligne droite puis le boulevard et enfin la maison.
« Et connasse de voiture, tu quittes le stationnement de la librairie sans regarder, je suis là ! ». Tic-tic-tic fit la sonnette rendue muette par la pluie. La bagnole pila et laissa le cycliste passer. Il marqua même l’arrêt au feu rouge, juste à côté du bus des transports de la région. Cette présence lui signifiait d’être prudent le long de la bande, encore plus un jour de pluie.

Deux gardes champêtres passaient dans cet embryon de jungle urbaine, à la recherche d’un abris quelconque. Le feu passa au vert.

Gaubert monta dans le Qashqai© noir. Une fois assis, sa mère embrassée, il allume le poste de radio :
« Radiorange, la radio du bleu de la terre d’Orléans. Il est six heure moins cinq, dans un instant le journal de six heure mais en attendant, retrouvons Anaïs qui a retrouvé, elle, son mojo… »

Crac fit le rétroviseur en même temps que d’être rabattu contre la portière. D’un côté le bus, de l’autre, une bagnole garée comme une merde, le cycliste songe en premier à sa sûreté. Il pleut, il veut rentrer chez lui. Il passa au plus facile.

Encore un feu tricolore, il s’arrêta. Une tape sur l’épaule fit se retourner notre Piarron.
« Ça t’amuse d’abîmer ma voiture !
— Mais, mais, mais…
— Ça te fait plaisir de casser les rétro ? Connard !
— Mais, vous étiez sur la bande, il ple…
— Tu as touché ma voiture connard !
— J’ai rabattu le rétro…
— Il y avait une urgence médicale, je suis sophrologue.
— C’est quoi c’te connerie. S’il y avait urgence, il y aurait les pompiers et je ne vois rien. L’amende pour stationnement sur les pistes cyclable est de 135 euros.
— Mon fils est malade.
— C’est ça, et moi je suis la reine d’Angleterre !
— J’te retrouverai connard ».

La scène faisait rire les badauds qui attendaient aux feux. Le cycliste repris sa route, l’automobiliste le doubla en lui coupant la voie au feu suivant ?
Dans la voiture, Gaubert demanda à sa mère de se calmer. Il mit plus fort le son de la radio :
« L’information du jour, c’est la bicyclette de Monsieur Cel qui a été retrouvée. Monsieur Cel est cet élu disparu depuis un mois. Le maire d’Orléans, Odiléon Rivoirais, régent d’Orléans Communauté Urbaine l’a confirmé, le cycle retrouvé est bien celui de Monsieur Cel.
Nous rappelons ici qu’il était le responsable de la politique de cyclabilité de la ville et de la communauté. Ses proches avaient donné l’alerte après qu’ils ne le virent pas revenir d’une tournée d’inspection dans la ville de St-Jean de Braye. C’est d’ailleurs dans un quartier abraysien qu’a été retrouvé le vélo.
Nous vous en dirons davantage dans le journal de six heures trente dans le direct avec la correspondance sur place ».

 


~1180 mots. Attention la périodicité de publication n’est pas encore définie, le texte premier est publié en occitan ici (>òc-lm). La correction des nombreuses fautes se fait dans un second temps.

2 commentaires sur “7 Jehannes en territoire d’exil — Rue Émile Zola

  1. Jeanne à vélo
    01/11/2017

    La suite ! La suite !

    J'aime

  2. Pingback: 7 Janas dins un territorí d’exil — Rua Emili Zola – Rapieta

Les commentaires sont fermés.

Information

Cette entrée a été publiée le 01/11/2017 par dans Non classé, et est taguée .

Jeanne à vélo en vidéo

RSS J-à-V à l’écrit

  • Les voitures ne sont plus les bienvenues dans le centre ville d’Eindhoven 14/04/2021
    Il y a dans ce reportage de Mark Wagenbuur de quoi alimenter la réflexion sur la requalification des mails orléanais sans avoir besoin de parler de « coulée verte ».Voici la traduction de « Cars are no longer wanted in the city centre » publié le 14 avril 2021 sur Bicycle Dutch. La ville... L’article Les voitures ne sont plus les bienvenues dans le centre vi […]
  • Un retour d’expérience sur le Packster 80 de Riese & Müller — par Genepedia 12/04/2021
    Après celui sur le Urban Arrow, Genepedia livre depuis le nord ouest des États-Unis son sentiment sur un autre vélo cargo, le Packster 80 de chez Riese & Müller – qui n’est plus commercialisé par la marque allemande. Elle rentre dans les détails, ce qui fait tout l’intérêt de ce... L’article Un retour d’expérience sur le Packster 80 de Riese & Müller […]
  • Une passerelle vélo pas vraiment pratique 07/04/2021
    Ce qu’on pourrait appeler la ségrégation modale a aussi des inconvénients comme le montre Mark Wagenbuur dans cette étude de cas du côté de Venlo. Voici la traduction de « A cycling viaduct that isn’t really convenient » publié le 7 avril 2021 sur Bicycle Dutch. Une ou deux fois par an,... L’article Une passerelle vélo pas vraiment pratique est apparu en pre […]
  • Pédaler sous la pluie à Rotterdam 31/03/2021
    Mark Wagenbuur en est convaincu : vous n’êtes pas en sucre… et ce n’est pas la pluie qui vous fera fondre. Ses compatriotes semblent d’accord avec lui comme il a pu le vérifier une nouvelle fois du côté de Rotterdam.Voici la traduction de « Riding in the Rotterdam rain (again) » publié le... L’article Pédaler sous la pluie à Rotterdam est apparu en premier s […]

Yann en vidéo

RSS Yann à l’écrit

  • Rue du pot de fer : piétons et PMR, faites votre prière 03/04/2021
    Sur les conseils d’un de mes voisins, je me suis rendu rue du Pot de fer pour voir les travaux de requalification de cette dernière. J’en suis resté baba. Petit tour d’horizon. Cette rue est située dans le centre ancien. Elle est en sens unique. Concernant les études sur la requalification toujours le même procédé... Lire la Suite →
  • Rue de la Cigogne : les normes on s’en cogne! 20/03/2021
    Désolé de vous imposer cette rime bas de gamme mais je me suis levé tôt. Il y a quelques jours alors que je me rendais (en voiture) à la déchetterie du chemin du Clos de l’Alouette, j’ai emprunté la rue de la Cigogne et je me suis de suite dit qu’il fallait que je fasse... Lire la Suite →
  • Rue Henri Lavedan : les deux trottoirs ne sont pas aux normes 01/03/2021
    Dans un article du 15 février 2021 paru dans la République du Centre, Nadia Labadie, l’adjointe chargée de la coordination de la politique de proximité affirmait que « chaque requalification s’accompagne d’une remise aux normes des trottoirs et, à chaque fois que cela est possible, de la création d’un itinéraire cyclable. » C’est en gras dans l’article donc. […]
  • Rue Paul Doumer : une (in)compétence métropolitaine 18/02/2021
    En 2020, la mairie de Saint Jean de la Ruelle annonçait que « des travaux allaient être entrepris dans la la partie « est » de la rue Paul Doumer. Ils consistent en l’enfouissement des réseaux riverains et espace public, la réalisation d’un trottoir PMR côté pair (à droite dans le sens de la rue), la... Lire la Suite →

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com

Licence

Creative Commons License
Vous pouvez utiliser les éléments de ce cyber-cahier si vous en citez la source.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :