Becancaneries

Théorème de J.B. Corot : « la ville de Copenhague est équipée de 350 km de pistes cyclables surélevées, séparées de la route et très sûres » dont plus de 550 km font les trottoirs d’Orléans et son agglomération.

7 Jehannes en territoire d’exil — Janie

La rue triste, humide et grise était un décor parfait pour une âme mélancolique. Les voitures mouillées avançaient péniblement, leurs feux éclairaient chichement, la lumière semblait écrasée par la pluie.
Des bouts de maisons, des morceaux d’immeubles apparaissaient de-ci de-là au rond-point, frontière artificielle entre le faubourg et le haut de la rue de Bourgogne. Sous la pluie, les limites s’évanouissent entre les piétons, les autos ou les bus, entre le ciel et le bitume.
Cette gueule d’atmosphère donnait surtout envie de se mettre au chaud.
Traverser un rond-point, traverser ce rond-point, traverser sans tomber, sans rien heurter. Une mission à part entière.
Le gamin devant Janie ne pouvait pas ne pas frapper dans le corps mort d’une canette endormie dans le ruisseau de l’égout. Le coup de pied l’envoya en un éclair franc dans un pot de fleur lequel laissait pousser un arbre indéterminable. Une forme vivant s’en échappa, un chat, peut-être un rat. Allez savoir.
Une odeur de rance se promenait dans la rue.
Janie tira la porte de la brasserie et la brasserie l’engloutit à l’heure du déjeuner.

Après avoir commandée une bière, elle alla s’asseoir et commença à lire ses messages. En regardant dehors, elle aperçut Sonia sur son vélo orange et lui fit un signe de la main.
La journaliste freina et chercha avant de trouver un anneau auquel accrocher son vélo.
« Salut, comment vas-tu ? Tu t’es motorisée ?
— Pour ainsi dire. C’est la force musculaire qui sauvera le monde. Nous sommes allés l’acheter ce matin. Elle est jolie, je l’ai appelée Mandarinette.
— Mandarinette, c’est pas un peu couillon de donner des noms aux choses .»
Surnommer les choses, nommer sa monture, et pourquoi pas ? Les automobilistes le font bien, pourquoi pas les cyclistes. Après le passage à l’atelier, et avant la rencontre avec une des blogueuses influentes localement, Piarron devait aller chez le coiffeur le temps que Sonia passerait chez le pharmacien. Même avec un nombre très réduit de commerces, et ce nombre décroissait d’année en année, ce haut de rue comportait encore des poches de vie.
Sonia expliqua à la cybermilitante qu’elle avait besoin d’informations alternatives sur le monde politique à Orléans, sans oublier quelques détails plus ou moins passés sous le tapis de sol de l’information officielle. Et pour cela, beaucoup lui avait parlé de la blogueuse comme d’une source plus conséquente que les archives municipales.
La blogueuse était flattée du compliment, mais parler à brûle-pourpoint de la ville et de sa politique cycliste allait vite tourner au vidage de sac.
Le maire actuel est du MIB – le Mouvement Identitaire de Beauce – qui est un parti allié, pour régenter la ville, au PS – Parti Solognot – et ce, autour de la personne de l’ancien maire, Dupuis, qui lui avait fondé le MOLUSCC – Mouvement Orléans Loire Unis Selon des Causes Communes.
Une fois élu une troisième fois, sur un bilan qui semblait plaire, Dupuis avait joué très finement pour passer la main, et, ce fut le MIB qui emporta le gros lot.
Pourtant dans la même équipe, ceux du PS, avec beaucoup de rancœur, passent un temps fou à critiquer les décisions municipales pour un ci, pour un ça. Des amis comme cela.
Au centre droit, il y avait les Fauxcialistes. Très à l’aise pour critiquer depuis qu’ils étaient dans l’opposition. Historiquement, des notables furent aux affaires, mais accrochés au pouvoir comme une moule d’eau douce au canal d’Orléans, ils étouffèrent la société civile. Leur désarroi est tel que à la dernière votation, c’est une certaine Conie qui sortit du choipeau. Sortie de l’ombre par quelques sociétés secrètes, elle y retourna affublée du surnom de Jospinette, celle qui ne passe pas le premier tour.
Dans les opposants de gauche, il y avait seulement des communistes. Attention, dans cette équipe il a un mélange de genre entre des anti-productivistes ou des humanistes et certains volontaires à la moindre ouverture de prisons sous toutes formes que ce soit, consuméristes, marchandes de mort ou d’inculture.
L’OCU – Orléans Communauté Urbaine – était majoritairement de droite, pour ne pas dire de droite-droite. Historiquement, la communauté avait été dirigée par les Fauxcialistes, dont le chef d’alors était en voie de canonisation par une légion de professeurs retraités, béat lors des apparitions du Monsieur les jours de sortie de sa maison de retraite parisienne, même s’il gare sa voiture comme un chien pose une crotte. Tout est si vite pardonné et peu importe à la meute fidèle les erreurs du passé.
Les cyclistes locaux ne l’aimaient pas, lui qui avec sa fine équipe les avaient oubliés lors de la construction de la première ligne de tramway.
« Comment ça, sa fine équipe, demanda la journaliste
— Quand tu t’entoures d’un tenant de l’ernergitude visualo-créatrice, par exemple, c’est un peu comme espérer faire repousser un bras coupé par la prière, lui répondit Janie
— Je voie que le journal est en train de se faire
— Ça y est, tes cheveux sont coupés. Janie viens de terminer le portrait politique de la ville. On va attaquer l’histoire par le petit bout de la lorgnette maintenant. Mais, tu ne m’as jamais dit comment vous avez été amenés à vous rencontrer ».
Et Janie repris la parole, bavarde comme personne.
La première rencontre s’est faite il y a deux ans. Piarron était à peine en poste au département « croyances, superstitions et phénomènes à expliquer » des renseignements généraux. Une gamine a été écrasée à la sortie de l’école des CAPTO – le Cercle des Amateurs de la Plate Terre Orléans – de la rue du Bourdon Blanc. Elle sort sans regarder à droite ou à gauche, et voici qu’une mère de famille lui roule dessus. Personne parmi les adorateurs dans la secte ne firent quoi que se soit pour dénoncer le fait, chercher à ce que cela ne se reproduise plus. Non, leur dogme était et est encore « l’Angle Droit fait la loi universelle au quatre coins de la Plate Terre sacrée, il donne les enfants, il peut les reprendre ». Piarron avait beaucoup de difficultés face aux platistes dont le credo est « la terre est plate. Quiconque clame qu’elle est sphérique est un athée méritant un châtiment ».
Enfin, moi, je tenais déjà un blog d’informations locales, dont l’affaire m’intéressa.
« Fais attention Janie, elle sort de chez le pharmacien et se soigne par l’homéopathie.
— Non, Sonia, sérieusement, tu crois que l’eau et du sucre peuvent te guérir ?
— Mais ça marche !
— Seulement pour un laboratoire. C’est comme la voyance, les diseuses de bonne aventure, la vibromassoiderie et toutes les autres conneries, ça marche pour le porte-feuille des vendeurs de magie ».

Chat noir dans la rue
Silence à table
Peut-être un ange.

Perturbée de comprendre que certaines personnes croyaient à la magie, Janie reprit ses histoires et enchaîna sur le fantôme de la « gost-bike ». Un jour, les renseignements généraux reçurent un appel d’un type qui avait cru voire un « gost-bike » le long de son trajet, une de ces bicyclettes peintes entièrement en blanc et posées sur les lieux d’un accident mortel. Les renseignements eurent beau jeu de dire que, il n’y avait pas eu d’accident à cet endroit, que peut-être le brouillard… rien n’y fit. Le pompon a été un article de la Respublica qui voyait dans ce « fantôme » celui de la démocratie locale. Le journaliste faisait un lien entre l’apparition et la ville de Saran, seule ville de l’OCU dirigée par les communistes en la personne de Marivenka Redlight, seule ville opposée a l’OCU. Cette histoire ne déplaisait pas à l’équipe saranaise, des matérialistes pourtant. Le point d’orgue de cette affaire a été le jour où le même type a cru voir au même endroit une couronne mortuaire.
Beaucoup de bruit pour une simple paréidolie.
Une autre affaire, plus heureuse, a été celle de la rumeur d’Orléans. Un groupuscule avait fait courir le bruit que la pont Georges V allait être piégé si la circulation en était interdite. Les miliciens du MIB a cette époque circulaient en ville et organisaient des retraites au flambeau. Heureusement un esprit cartésien comme celui du Piarron avait mis l’eau des poissons d’avril sur les feux de la colère, et le pont fut finalement bien interdit aux autos.
« Bon, mais, je parle, je parle, même en mangeant, mais je ne sais pas comment t’aider pour ton enquête. As-tu des pistes, des besoins. Que connais-tu du domaine cyclsite ?
— Pour dire vrai, c’est encore confus dans mon esprit. Mais le type de l’atelier vélo m’a recommandé de lire des livres de personnes comme Héran, Razemon ou encore Pressicaud. Je n’ai pas la traite idée de ce que ces gens disent et je vais probablement passer à la bibliothèque. Et puis, j’ai quelques aperçus du milieu orléanais, mais je veux aussi le point de vue des commerçants. Par exemple, cette rue de Bourgogne, il y a eu des commerces, cela est visible dans les façades. Comment est-ce-que le phénomène des rideaux baissés à débuter ? Quand ? Les anciens boutiquiers ont-ils voulut vendre, n’ont-ils pas pu le faire à cause des prix ? Y-a-t-il quelqu’un à la mairie pour écouter les commerçants ? Piarron m’a expliquée que, en une année le régime du stationnement de cette rue, pourtant en zone trente, avait changé trois fois, qu’il y a un panneau au début de la zone, mais pas à la fin.
Voici, si tu veux, j’ai un sujet d’enquête, des pistes et maintenant un vélo ».

(\_/)
=°·°=
« )_(«

  • ~ 1570 mots

Petite note : publier est un moyen de « valider » mon décompte de mot. Je sais qu’il y a des fautes, que le style laisse à désirer… le travail de correction se fait en décembre.


[…] Le NaNoWriMo (Mois (inter)National de l’Écriture de Romans) est une façon amusante et stimulante de concevoir l’écriture de romans. Les participants commencent à écrire le 1er novembre. Le but est d’écrire un roman de 175 pages (50 000 mots*, soit 1666 mots/jour) avant minuit le 30 novembre.

Mettant en avant l’enthousiasme et la persévérance plutôt qu’un travail méticuleux et soigné, le NaNoWriMo est un programme d’écriture pour tous ceux qui ont un jour pensé écrire un roman mais ont été effrayés par le temps et les efforts que cela demandait. […]

Encore une fois, l’engagement est pris « pour soi-même », il n’y pas d’obligation de publier, d’exposer, slammer, chanter, rapper son NaNo.


*mon objectif est 30 000 mots, soit 1 000 mots/jour.

Un commentaire sur “7 Jehannes en territoire d’exil — Janie

  1. Pingback: 7 Janas dins un territorí d’exil — Jania – Rapieta

Les commentaires sont fermés.

Information

Cette entrée a été publiée le 12/11/2017 par dans Non classé.

Jeanne à vélo en vidéo

RSS J-à-V à l’écrit

  • Utrecht inaugure un nouveau et vaste parking à vélos souterrain en centre-ville 20/10/2021
    Quand il n’y en a plus, il y en a encore ! De quoi ? Du stationnement vélo de grande qualité… à Utrecht ! C’est évidemment Mark Wagenbuur qui fait la visite puisqu’il a assisté à l’inauguration de cette installation résolument « moderne ».Voici la traduction de « Why did Utrecht open yet another giant underground... L’article Utrecht inaugure un nouveau et v […]
  • Un « Social Cycling Tour » à Bois-le-Duc 13/10/2021
    Difficile de traduire proprement l’expression « Social Cycling Tour » donc je me suis bien gardé de le faire. Mais je suis sûr que vous comprenez intuitivement de quoi il s’agit. Sinon, aucun souci, Mark Wagenbuur vous explique tout. 😇Voici la traduction de « A ‘social cycling tour’ in ʼs-Hertogenbosch » publié le 13... L’article Un « Social Cycling Tour » à […]
  • Pédaler de Huis ter Heide à la gare de Driebergen-Zeist dans la Province d’Utrecht 06/10/2021
    Un nouveau trajet interurbain à vélo commenté de Mark Wagenbuur.Voici la traduction de « Ride from Huis ter Heide to station Driebergen-Zeist (Province of Utrecht) » publié le 6 octobre 2021 sur Bicycle Dutch. Le trajet de cette semaine nous emmène d’un endroit à l’autre du blog. Nous commençons juste au sud... L’article Pédaler de Huis ter Heide à la gare d […]
  • Une base aérienne transformée en espace cyclable aux Pays-Bas 29/09/2021
    Peut-être qu’un jour la base de Bricy sera elle aussi rendue à la nature et deviendra cyclable. En attendant, celles et ceux qui y travaillent aimeraient certainement pouvoir s’y rendre à vélo de manière sûre et confortable… Mark Wagenbuur garde les roues sur terre mais nous fait un peu rêver... L’article Une base aérienne transformée en espace cyclable aux […]

Yann en vidéo

RSS Yann à l’écrit

  • Rue Lamartine : décision municipale bancale 30/07/2021
    Cela avait fait quelques semaines que je n’avais pas pris le temps de rédiger un billet. Comme vous le savez déjà, nous sommes plusieurs à s’être regroupés en association afin de faire valoir les droits des piétons et des cyclistes. Cela nous prend pas mal de temps et j’ai dû mettre en pause ce petit... Lire la Suite →
  • Encore une rue Demay-rde… 29/05/2021
    Avec Trololo vélo, nous avons fait une petite vidéo sur le projet de requalification de la rue Demay à Saint Jean le Blanc.
  • Mais qui a eu cette idée folle un jour d’inventer les normes ou y’a t-il un cycliste derrière le guidon de la mairie Dunois – Madeleine ? 16/05/2021
    J’avais déjà parlé de la requalification de la rue du Parc sur sa partie Sud. J’avais regardé d’un oeil distrait les travaux sur la partie nord. Cela me semblait à peu près aux normes sur la partie entre la rue de Coulmiers et le boulevard de Châteaudun (en vert). Hier, pour la première fois, j’empruntais... Lire la Suite →
  • Rue Frédeville : piétons, attention, terrain hostile 15/05/2021
    Malgré la pluie, j’ai décidé de m’aventurer par delà les frontières de la ville d’Orléans attiré par les travaux en cours de rue Frédeville à Saint Jean de Braye. Ville où Bruno Malinverno était adjoint au maire chargé de l’urbanisme et vice-président à la métropole en charge des transports. Ce brave monsieur nous a habitué... Lire la Suite → […]

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com

Licence

Creative Commons License
Vous pouvez utiliser les éléments de ce cyber-cahier si vous en citez la source.

%d blogueurs aiment cette page :