Becancaneries

Théorème de J.B. Corot : « la ville de Copenhague est équipée de 350 km de pistes cyclables surélevées, séparées de la route et très sûres » dont plus de 550 km font les trottoirs d’Orléans et son agglomération.

7 Jehannes en territoire d’exil — Jeanne Benameur

La petite est malade, très malade. C’est une autre vie qui s’installe. La Varienne éteint chaque bruit. Elle garde. Elle garde le sommeil, elle garde le souffle. Pour Luce, c’est un temps sans limites qui s’est ouvert. Il faudrait que la vie en soit ainsi. Rien ne la retient que le corps bien opaque de la mère qui se déplace au fond de sa pupille. Jamais elle a été si bien. La Varienne devient douce. La petite guette sous ses paupières. Luce ne bouge pas. Sous son regard, elle existe enfin vraiment, apaisée. La Varienne apprend à contempler. Elle rêve mais elle ne le sait pas. Le visage lisse de Luce ouvre à l’intérieur d’elle des contrées inconnues. Du temps peut passer longuement.
Mlle Solange a bien tenté une venue… Elle a voulu regarder à travers la vitre. La Varienne s’est plantée devant. Personne ne regardera la petite.

Un chien vint renifler les pieds de Sonia, assise sur le seuil de la mairie de quartier, sise place de la République. Le nez dans un livre, le monde serait détruit par une armée de sauterelle qu’elle ne le verrait pas. Le chien ne lui laissa pas de répit dans sa demande de caresse.
« Tu le sais toi que ta maîtresse vend des livres dans lesquels il y a des photos de petits chats trop mignons. Si cela se trouve, elle les aime mieux que toi.
— Ne dit rien Jimmi et ne l’écoute pas ! Elle est bonne celle-ci !
— Il va en avoir pour 15 ans de psychanalyse maintenant, l’affection, la souffrance, le droit au bonheur…
— Vous êtes en train de lire quoi, non pas dire des bêtises.
— Jeanne Benameur. C’est bien ça. Elle est venue présenter un livre il y a quelque temps.
— C’est une amie qui me l’a prêté. Elle aime bien. Mais, ainsi, le dimanche vous venez vos promener sur votre lieu de travail.
— C’est le champion, je ne fais que suivre monsieur »
Le chien entraîna sa maîtresse quelques mètres plus loin pour pisser au pied d’un parasol.
Sonia s’assit de nouveau et se rappela les paroles d’un commerçant, celui qui lui avait dit que cette place, avant était réservée au stationnement automobile. Des voitures, mais combien ? Dix, vingt certainement pas cinquante. Une si petite place. L’imagination aidant, elle pensa à ce qu’elle devait être encore avant, avant l’automobile reine des années soixante-soixante dix.
Et encore auparavant. La statue de Marianne regardait-elle la rue ou la-dite place. L’école de musique était peut-être à cet endroit au temps des carrioles, mais peut-être les élèves venaient-ils à vélo. Le cas échéant, cela devait moins gêner que les quatre-quatres garés sur le trottoir. Enfin, comme la mairie ne dit rien.

Vélo roule muet
L’air par les guidons vibre
Seul le vent chante.

Janie arriva sur sa bicyclette, la sienne cette foie-ci. Dans son panier devant, comme à l’accoutumé, un thermos, des gâteaux, de quoi lire.
« Tu as terminé le Benameur ? Tiens voici le libre d’Anne-Marie Garat “L’amour de loin” pour tes amis occitans. Mais où sont-ils encore allés faire du vélo ce dimanche après midi, tu les a envoyés à Olivet ?
— Non, ils sont repartis que pour deux jours. Il y avait un train ce matin à Fleury, ils seront vites à la Rochelle*. On va boire un verre au Kitchen Kustom. J’en profiterai pour lui demander de régler mes freins. J’ai l’impression que je chasse à l’arrière.
— Ça vient pas de tes pneus, plutôt.
— Non, moi c’est Minnie…
— C’est fin ça. Bon on y va. »
Sur le chemin, Janie expliqua que quand le petit train attrape-touriste passait dans la rue, la voix métallique de la conteuse d’histoire en était à « rue Etienne Dolet, c’est dans cette rue que vécu Jean Baptiste Poquelin, plus connu sous le nom de Molière ». Forcement, les personnes présentes, bouche bée, dodelinaient de la tête, communiaient avec l’histoire, mais ils étaient tous dans l’impossibilité de ne pas lire l’enseigne qui n’est pas celle d’un théâtre. La célébrité en prenait certainement un coup à l’auréole.
Ce serait aujourd’hui, les vélos alignés changeraient peut-être le braquet de leur imagination. Janie attacha sa bicyclette et vint aider Sonia à rentrer son vélo dans le café-repaire, un peu de la manière que l’on le faisait pour lier les vaches, même si les guidons ne passent pas le cornadís. La jeune femme expliqua ses craintes sur ses freins.
Le temps d’un café, cela sera arrangé.
Les deux femmes tirèrent un fauteuil chacune, s’asseyèrent et se mirent à feuilleter les revues présentes. Un vieux numéro de 200 parlait des femmes dans le milieu du cyclotourisme.
« Tu as peut-être des choses à prendre dedans pour ton dossier, non ?
— Pour l’instant, j’en suis encore à la collecte des informations, même si c’est bientôt terminé. Tu as vu ce qu’ils font à Lyon, c’est bien ça…
— Tu as rencontré toutes les chapelles associatives ?
— Oui, quasiment, même des politiques, des commerçants. Pour le moment, je ne sais pas comment orienter mon propos, quel est mon angle d’attaque. Il y a tellement de mauvaises choses de faite, entre le plat de nouille, le manque de volonté pour réaliser quelque chose d’utile ou de bien réalisé. Je suis allé faire un tour avec Piarron sur la fameuse 45nord. C’est impossible de ne pas rire. Attention, à un endroit, les cinq mètres entre rond-points sont bien, mais le restant… Et je ne te parle ici de la maladie de peindre les trottoirs pour exclure les cyclistes de la circulation, pourtant limité à cinquante, voir à des endroits, à trente.
— Un trottoir peint, avec des panneaux, c’est du visible pour l’électeur depuis sa voiture. De plus, celui-ci se trouve le droit d’insulter celui ou celle qui ne circule pas la dessus »
Cette dernière phrase faisait un écho lointain à des propos tenus lors d’une réunion avec le maire, son représentant au goudron. La journaliste cherchait dans ses notes.
« Voici, c’est la déléguée au développement durable de l’OCU qui expliqua que si les pistes étaient trop bien faites, il y aurait trop de monde dessus, avec le risque que les vélos aillent plus vite que les voiture. Donc elle, elle était pour mélanger cyclistes et piétons.
— La pot de fleur d’Ormes. En même temps, tu as vu leur zone industrielle, il n’y a pas un quai dans les entreprises de transport pour les vélo-cargo.
— C’est pas une raison pour dire et faire des conneries. C’est comme l’autre, celui qui veut bétonner une zone humide, il est persuadé que les écolos les inventent la nuit…
— À force de pisser de la bière bio. T’en fait pas, il sera décoré pour bons et loyaux services, quand le chien remue la queue, il a un os.
— Tu sais que je l’ai mis au défi de me donner un nom d’une rue avec un équipement cycliste de qualité, même pas dix, ou cinq, un seul. La réponse a été, au bout de cinq minutes, le Clos du Hameau, là où la bicyclette…
— Un endroit avec des angles droits…
— Et le rond-point, commença à dire la journaliste en rigolant, le rond-point à six voies, dedans, dehors, au milieu, partout. Je crois qu’il est surtout pour ne pas limiter la place de la voiture en ville. Celui que j’aimerai rencontrer, mais il est invisible, c’est l’attaché à la politique du vélo.
— Jamais entendu parler, à tous les sens.
— Voici votre bicyclette toute belle. Il y avait un patin mal engagé sur son support.
— Merci ».
Le café, le jus de fruit, la réparation payée, il restait aux jeunes femmes à affronter le vent d’un côté, la vitesse des automobilistes qui se montrent le dimanche en ville et jouent à faire vroum vroum.
Sonia se promit de chercher de vielles cartes postales où se laisse deviner le pas lourd des chevaux.

1300

Information

Cette entrée a été publiée le 24/11/2017 par dans Non classé.

Jeanne à vélo en vidéo

RSS J-à-V à l’écrit

  • Utrecht inaugure un nouveau et vaste parking à vélos souterrain en centre-ville 20/10/2021
    Quand il n’y en a plus, il y en a encore ! De quoi ? Du stationnement vélo de grande qualité… à Utrecht ! C’est évidemment Mark Wagenbuur qui fait la visite puisqu’il a assisté à l’inauguration de cette installation résolument « moderne ».Voici la traduction de « Why did Utrecht open yet another giant underground... L’article Utrecht inaugure un nouveau et v […]
  • Un « Social Cycling Tour » à Bois-le-Duc 13/10/2021
    Difficile de traduire proprement l’expression « Social Cycling Tour » donc je me suis bien gardé de le faire. Mais je suis sûr que vous comprenez intuitivement de quoi il s’agit. Sinon, aucun souci, Mark Wagenbuur vous explique tout. 😇Voici la traduction de « A ‘social cycling tour’ in ʼs-Hertogenbosch » publié le 13... L’article Un « Social Cycling Tour » à […]
  • Pédaler de Huis ter Heide à la gare de Driebergen-Zeist dans la Province d’Utrecht 06/10/2021
    Un nouveau trajet interurbain à vélo commenté de Mark Wagenbuur.Voici la traduction de « Ride from Huis ter Heide to station Driebergen-Zeist (Province of Utrecht) » publié le 6 octobre 2021 sur Bicycle Dutch. Le trajet de cette semaine nous emmène d’un endroit à l’autre du blog. Nous commençons juste au sud... L’article Pédaler de Huis ter Heide à la gare d […]
  • Une base aérienne transformée en espace cyclable aux Pays-Bas 29/09/2021
    Peut-être qu’un jour la base de Bricy sera elle aussi rendue à la nature et deviendra cyclable. En attendant, celles et ceux qui y travaillent aimeraient certainement pouvoir s’y rendre à vélo de manière sûre et confortable… Mark Wagenbuur garde les roues sur terre mais nous fait un peu rêver... L’article Une base aérienne transformée en espace cyclable aux […]

Yann en vidéo

RSS Yann à l’écrit

  • Rue Lamartine : décision municipale bancale 30/07/2021
    Cela avait fait quelques semaines que je n’avais pas pris le temps de rédiger un billet. Comme vous le savez déjà, nous sommes plusieurs à s’être regroupés en association afin de faire valoir les droits des piétons et des cyclistes. Cela nous prend pas mal de temps et j’ai dû mettre en pause ce petit... Lire la Suite →
  • Encore une rue Demay-rde… 29/05/2021
    Avec Trololo vélo, nous avons fait une petite vidéo sur le projet de requalification de la rue Demay à Saint Jean le Blanc.
  • Mais qui a eu cette idée folle un jour d’inventer les normes ou y’a t-il un cycliste derrière le guidon de la mairie Dunois – Madeleine ? 16/05/2021
    J’avais déjà parlé de la requalification de la rue du Parc sur sa partie Sud. J’avais regardé d’un oeil distrait les travaux sur la partie nord. Cela me semblait à peu près aux normes sur la partie entre la rue de Coulmiers et le boulevard de Châteaudun (en vert). Hier, pour la première fois, j’empruntais... Lire la Suite →
  • Rue Frédeville : piétons, attention, terrain hostile 15/05/2021
    Malgré la pluie, j’ai décidé de m’aventurer par delà les frontières de la ville d’Orléans attiré par les travaux en cours de rue Frédeville à Saint Jean de Braye. Ville où Bruno Malinverno était adjoint au maire chargé de l’urbanisme et vice-président à la métropole en charge des transports. Ce brave monsieur nous a habitué... Lire la Suite → […]

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com

Licence

Creative Commons License
Vous pouvez utiliser les éléments de ce cyber-cahier si vous en citez la source.

%d blogueurs aiment cette page :