Becancaneries

Théorème de J.B. Corot : « la ville de Copenhague est équipée de 350 km de pistes cyclables surélevées, séparées de la route et très sûres » dont plus de 550 km font les trottoirs d’Orléans et son agglomération.

7 Jehannes en territoire d’exil — Miracle

Deux jours de beaux temps, trois de pluie, voici le vil costume de la cité johannique, un habit d’une de ces teintes grises que les communicants nomment « minérales ». Bref, encore un jour de pluie du matin au soir.
Gaubert avait terminé sa journée au lycée, encore une journée. Il ne lui restait plus que à attendre sa mère qui pour ne pas déroger à la règle, allait se garer, juste devant le petit portail, pour lui éviter de marcher. Il y a bien quelques cyclistes qui réclament leur bout de piste ou leur espace ; pour construire leur bulle personnelle, il leur faudrait des cours de sophrologie créatrice. Sa mère le fait très bien.
Dans le Qashqai© noir, Alavina écoute le poste de radio. Elle est heureuse d’entendre parler du marché de Noël, ça change un peu de cette affaire à dormir debout de vol et disparition de ce monsieur Cel. Elle, elle aime se perdre dans ses espaces de fêtes qui sentent la barba-papa, les marrons, le vin chaud, elle aime la guimauve.
L’an passé, les dimanches avant Nöel, avec son mari, ils sont allés faire les marchés de Melun et de Dijon en plus de celui d’Orléans. L’originalité n’était certes pas dans les produits proposés, avec les mêmes cochonnailles corses vendues par un type habillé en paysan du Cantal mais livré avec l’accent de Toulouse. Non, l’originalité était dans ces petites attentions, comme l’absence de neige à Melun alors que à Dijon elle était peinte en jaune. À Orléans, elle est blanche, comme la pureté. Bien sur il y a les râleurs qui regrette cette mise en scène de la gabegie de fin d’année, mais si on les écoutait, il n’y aurait que des boutiques d’état et les produits se ressembleraient tous. Ce serait d’une pauvreté incroyable.
Cette simple pensée fit peur à Alvina qui se mit à frissonner. Elle augmenta le chauffage dans sa voiture et attendit son gamin qui ne devrait plus tarder. Maintenant, elle était heureuse d’être dans le moment présent. Maintenant, avec la chaleur partout dans sa voiture, elle acceptait pleinement que la pluie vînt des cieux, qu’elle tombât dans la rue, sur sa voiture, son pare-brise. Elle était en extase.
« Orange, la radio du bleu de la terre d’Orléans. Il est six heures moins dix. Dans dix minutes le journal du soir dans lequel nous annoncerons le nom de celle qui va, cette année, incarner Jehanne d’Arc…»

Encore un de ces jours où il ne fait pas bon mettre un cycliste dehors.
Novembre 2019 doit être le mois de novembre le plus pluvieux depuis longtemps. Ce n’est pas possible qu’il pleuve autant. Les rafales ont commencé à la sortie de la forêt d’Orléans. Fuir les équipements cyclistes, prendre le chemin des écoliers est facile par beaux temps, mais là, après avoir négligé de prendre un pardessus, il faut parer au plus pressé, donc faire au plus court. Passer côté Fleury. La voie verte est mal-agréable mais après c’est du lotissement sur une grande partie avant le quartier gare, le cimetière puis Zola.

Gaubert, enveloppé dans son manteau de laine, finit par sortir et il s’avança sur le passage piéton, traversa et monta dans le Qashquai©. Assis, sa mère l’embrassa. Il monte le son du poste.
« Orange, la radio du bleu de la terre d’Orléans. Il est six heures moins cinq. Dans cinq minutes le journal du soi… »

Crac ! Tel fut le bruit d’un rétroviseur rabattu sur une voiture mal garée.
Tuuuuuuuuut ! A été la réponse d’une voiture énervée.
« Je vais te butter » fut la menace jetée par une conductrice pivoine à l’encontre du cycliste, le carreau baissé « Je vais te tuer ».

Le cycliste, malgré la colère exprimée par la conductrice décida de respecter les feux. Derrière lui, la voiture n’en finissait pas d’user de la trompette. Allez savoir, peut-être était-ce le jour du jugement dernier. La conductrice se mit à hurler un tombereau d’insultes à l’encontre du cycliste.
Ce dernier se retourna, et comprit sur le champ que, de cette bagnole, il avait dû déjà en tordre les rétroviseurs. Il comprit par la même que sur des gens de droites, la pédagogie par l’exemple ne donnait pas de résultats satisfaisants. Il se risqua de lui crier un « la dernière fois, c’était une urgence médicale c’est quoi aujourd’hui, vous la Jehanne de l’année ? »

Au moment où les files repartirent, la conductrice continuait de s’époumoner, personne ne lui prêtait attention. Piarron fit son possible depuis le sas vélo pour se placer de façon à se retrouver à l’extrême gauche des trois voies. Heureusement peut-être grâce à la pluie, certains conducteurs se montraient compatissants envers le pauvre cycliste ; ils semblaient avoir compris sa manœuvre et lui laissaient le champ libre.
Un nouveau feu, de nouveau la voiture noire de retour, côté conducteur, la vitre était baissée.
« Ça te fait marrer de bousiller ma voiture !
— Mais, elle a rien votre bagnole…
— Tu as bousillé le rétroviseur… connard à vélo…
— Putain mais vous étiez sur la piste, c’est 135 euros.
— T’es bien dans le couloir bus, t’as rien à y faire !
— ? ? ? »

La pluie détrempe
Les feux, marquages, égouts…
Tout semble New-York

La voiture démarra en trombe et se mit à faire des zigzags devant le cycliste.
« Orange, vous dévoile le nom de la prochaine Jehanne d’Arc, la jeune fille se prénomm… »
la voiture faisait tellement bien les zigzags qu’elle finit pas heurter le haricot central avant la trémie.
Par un coup du sort, Toinette traversait à ce moment précis. Elle était à pied, son vélo à la main déjà prête à prendre le tramway vers la Source.
La jeune fille se trouva éjectée de la rue et projetée dans un massif de fleurs, au milieu du carrefour.
Dans la voiture, les coussins de sécurité se gonflèrent sous la violence du choc, déclenchant également le klaxon.
Toinette se releva au milieu du massif. Visiblement choquée, elle se mit à crier « Je l’ai vue, je l’ai vue ». Du monde s’était précipité pour l’aider, la tenir, la soutenir. « Je sais, maintenant ».
Alavina sortit elle aussi de sa voiture, non sans mal, mais aidée par Piarron. Elle se mit à murmurer des choses inconsistantes « tant qu’il y a beaucoup de voitures, le vélo est dangereux ». Elle semblait pas comprendre grand-chose à ce qu’elle avait fait « c’est une logique voyez-vous ». Piarron aida son fils à sortir de la voiture.
Toinette avançait hagarde, sans cesser de déparler « monsieur Cel est aux côtés de la Dame. La Dame blanche, je les ai vus ensemble ».

Sonia quittait l’espace des petites réparations du dessous de la gare quand elle entendit le bruit. Aussitôt, elle fut là pour prendre des photographies, enregistrer des vidéo pour les « poueter » sur le réseau social du mammouth. Les secours arrivaient devancés par le bruit des sirènes. Il était pour chacun de les laisser travailler, d’autant plus que visiblement, il y avait eu plus de peur que de mal.
Sonia s’approcha de Piarron et lui dit qu’elle irait bien boire un verre. Elle prit le temps d’écouter Toinette dire « Cel est vivant, il est entouré de nonnes ».

1210 mòts

2 commentaires sur “7 Jehannes en territoire d’exil — Miracle

  1. Jeanne à vélo
    29/11/2017

    « avec les mêmes cochonnailles corses vendues par un type habillé en paysan du Cantal mais livré avec l’accent de Toulouse » : 😀 !

    Aimé par 1 personne

  2. janpeire
    29/11/2017

    Je suis pour les magasins d’état :p

    J'aime

Les commentaires sont fermés.

Information

Cette entrée a été publiée le 28/11/2017 par dans Non classé.

Jeanne à vélo en vidéo

RSS J-à-V à l’écrit

  • Utrecht inaugure un nouveau et vaste parking à vélos souterrain en centre-ville 20/10/2021
    Quand il n’y en a plus, il y en a encore ! De quoi ? Du stationnement vélo de grande qualité… à Utrecht ! C’est évidemment Mark Wagenbuur qui fait la visite puisqu’il a assisté à l’inauguration de cette installation résolument « moderne ».Voici la traduction de « Why did Utrecht open yet another giant underground... L’article Utrecht inaugure un nouveau et v […]
  • Un « Social Cycling Tour » à Bois-le-Duc 13/10/2021
    Difficile de traduire proprement l’expression « Social Cycling Tour » donc je me suis bien gardé de le faire. Mais je suis sûr que vous comprenez intuitivement de quoi il s’agit. Sinon, aucun souci, Mark Wagenbuur vous explique tout. 😇Voici la traduction de « A ‘social cycling tour’ in ʼs-Hertogenbosch » publié le 13... L’article Un « Social Cycling Tour » à […]
  • Pédaler de Huis ter Heide à la gare de Driebergen-Zeist dans la Province d’Utrecht 06/10/2021
    Un nouveau trajet interurbain à vélo commenté de Mark Wagenbuur.Voici la traduction de « Ride from Huis ter Heide to station Driebergen-Zeist (Province of Utrecht) » publié le 6 octobre 2021 sur Bicycle Dutch. Le trajet de cette semaine nous emmène d’un endroit à l’autre du blog. Nous commençons juste au sud... L’article Pédaler de Huis ter Heide à la gare d […]
  • Une base aérienne transformée en espace cyclable aux Pays-Bas 29/09/2021
    Peut-être qu’un jour la base de Bricy sera elle aussi rendue à la nature et deviendra cyclable. En attendant, celles et ceux qui y travaillent aimeraient certainement pouvoir s’y rendre à vélo de manière sûre et confortable… Mark Wagenbuur garde les roues sur terre mais nous fait un peu rêver... L’article Une base aérienne transformée en espace cyclable aux […]

Yann en vidéo

RSS Yann à l’écrit

  • Rue Lamartine : décision municipale bancale 30/07/2021
    Cela avait fait quelques semaines que je n’avais pas pris le temps de rédiger un billet. Comme vous le savez déjà, nous sommes plusieurs à s’être regroupés en association afin de faire valoir les droits des piétons et des cyclistes. Cela nous prend pas mal de temps et j’ai dû mettre en pause ce petit... Lire la Suite →
  • Encore une rue Demay-rde… 29/05/2021
    Avec Trololo vélo, nous avons fait une petite vidéo sur le projet de requalification de la rue Demay à Saint Jean le Blanc.
  • Mais qui a eu cette idée folle un jour d’inventer les normes ou y’a t-il un cycliste derrière le guidon de la mairie Dunois – Madeleine ? 16/05/2021
    J’avais déjà parlé de la requalification de la rue du Parc sur sa partie Sud. J’avais regardé d’un oeil distrait les travaux sur la partie nord. Cela me semblait à peu près aux normes sur la partie entre la rue de Coulmiers et le boulevard de Châteaudun (en vert). Hier, pour la première fois, j’empruntais... Lire la Suite →
  • Rue Frédeville : piétons, attention, terrain hostile 15/05/2021
    Malgré la pluie, j’ai décidé de m’aventurer par delà les frontières de la ville d’Orléans attiré par les travaux en cours de rue Frédeville à Saint Jean de Braye. Ville où Bruno Malinverno était adjoint au maire chargé de l’urbanisme et vice-président à la métropole en charge des transports. Ce brave monsieur nous a habitué... Lire la Suite → […]

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com

Licence

Creative Commons License
Vous pouvez utiliser les éléments de ce cyber-cahier si vous en citez la source.

%d blogueurs aiment cette page :