Vive l’autorléans

J’avais déjà écrit un billet (>fr) pour dire tout le bien possible des facilités mises en œuvres par la mégalopole (>fr) pour favoriser la vie des automobilistes, après une semaine de paradis routier, je me dois de réitérer les encouragements : « continuez les gars, la part modale de la bagnole ne risque pas de décroître — quel vilain mot — ! »

Rond-point Gambetta — GCUM is not dead

Le bonheur, c’est 17h00, la sortie des écoles. Quel délice de savoir qu’on peut occuper la rue en toute impunité. La mairie a bien essayé de mettre des barrières, mais nous, on a des 4×4.
Nos cousins islamistes ont été confrontés à des élus dans certaines villes pour des histoires d’occupations de l’espace public, pas nous, à Orléans, les catholistes tiennent la mairie par les couilles électorales.

Et puis la pucelle, c’est une des nôtres

Dans le quartier Coligny

Passer dans le quartier, enfin derrière l’ancienne caserne permet de voir que quand les cyclistes sont sur le trottoir, c’est mieux.
C’est mieux pour ouvrir nos portières, plus besoin de le faire avec la main droite, plus de contrôle. Certains cyclistes râlent que 100 m c’est rien, qu’il y aurait des marches… les cyclistes sont des aigris de la voirie, v’la tout c’qu’j’dis. Quand j’avais 10 ans, on les sautait les trottoirs, et on disait rien.

Par contre, ceux qui râlent, ne disent rien contre ces cyclistes invisibles, même les gamins on les voit pas. Les parents laissent faire.
Mais quel monde…

Rue Langevin & Rue de la Tuilerie

Rien de personnel, mais je connais un automobiliste qui a été pris au radar. En quittant la zone routière d’Ormes, en direction de la prison et la zone de Saran, la rue est un piège pour les honnêtes automobilistes. Une partie est à 70, une autre à 50. C’est fait pour mettre le radar et encaisser une taxe de plus. Moi, c’est s’qu’j’dis !

Heureusement qu’il y a peu de vélo sur la chaussée, mais il y en a, alors qu’une voie existe à côté, je le sais, je l’ai prise un dimanche après-midi.
Bon, les vélos qu’on double vont vite, trop vite, faudrait faire des contrôles « dopage » chez eux aussi.

Le pire, il y a des personnes pour demander que la totalité de la chaussée « rue Langevin » soit limitée à 50 km/h, sous prétexte de consommations stables par exemple, qu’on mettrait pas plus de temps. N’importe quoi, heureusement que la mairie va pas l’faire.

Autre rue, construite sur le même modèle pourtant « ancien », la rue de la Tuilerie. Là aussi, il y a des cyclistes sur la chaussée, sous prétexte que au départ de la zone de Saran pour celle de Fleury, 100 m puis un trottoir, puis 100 m de nouveau dans un sens et 200 dans un autre, si ça c’est pas un prétexte tordu. Un type qui fait Chevilly-Fleury les abattoirs m’a expliqué que avec son vélo de sport, ce genre d’équipement était dangereux. Bon d’accord pour lui, mais les autres, ils exagèrent !

Franchement, je crois que ces gens, les cyclistes, voudraient la route que pour eux. Ils se prennent pour des rois.

Pour ma pomme, avec ma voiture, je programme le régulateur de vitesse à 50 km/h et… qu’est-ce-que ça klaxonne et double. Vous imaginez, vous, le bazar s’il y a des vélos en train de circuler sur la chaussée comme les véhicules qu’ils sont ? Non, une voie séparée, même s’il y a des intersections à gérer par eux, les cyclistes, c’est mieux.

Moi à 50, j’aurais pas pu contrôler devant, derrière, à gauche, à droite, le rond-point, non. Notez que les rond-points, certains s’en plaignent, mais, là, ils sont pas très contraignants. Ça, c’est le signe que la mégalopole nous aime, nous les automobilistes.

Pas sages piétons

Non il n’y a pas de fautes. Depuis mon pare-brise, je les ai vus, ces piétons et piétonnes qui ne traversent pas dans les clous. Comment des automobilistes une fois le volant posé, peuvent-ils ou elles avoir un tel comportement ? Ils nous gênent à traverser en dehors des zébras, à ne pas prendre les ralentisseurs de piétons sous la forme de barrières en quinconce.

C’est super dangereux, j’ai dû freiner même.

Et les automobilistes finalement

Ce modeste coup de gueule ne serait pas valable sans une petite auto-rire-critique.
Oui, depuis le pare-brise j’ai vu des personnes à l’arrêt dans la partie à 110 de l’autoroute urbaine, sur la bande en train de changer des colis d’un coffre un autre. Mais cessons d’infantiliser les conducteurs. Ces gens-là savaient ce qu’ils faisaient.
Et ce n’est pas la mise à 80 km/h qui changera cela. Quand on a une grosse berline allemande, on s’en fiche des limitations.

Bon, c’est pas tout ça, je dois aller faire le plein, parce qu’il consomme le bestiau.
Et puis vivement demain.

Publicités

Une réflexion sur “Vive l’autorléans

Les commentaires sont fermés.