Le pont raccord qui manquait au décor

Les gens du nord ont depuis janvier le pont qui manquait à leur décor.

pontpont

Un pont est un moyen technique pour relier deux rives d’un fleuve, même celui bitumeux des autoroutes ou autres voies express urbaines.
Un nouveau pont, pas encore baptisé, a vu le jour dans la mégalopopole, à Saran même. Du point de vue automobile, c’est le maillon qui manquait pour aller d’un point A au point B. Du point de vue piéton, c’est assurément un bien pour aller vivant au pôle « clinique » faire les portements ¹, les clients, eux et elles, y vont en ambulance. Du point de vue des vélos, c’est selon l’itinéraire.

Un petit roman-photo de la chose

En venant du bourg de Saran° par l’ancienne route de Chartres, aucunes invitations à prendre l’objet de ce billet ne se montrent encore ; il n’y en a pas plus en venant de la rue du Stade ². Peut-être dans un futur proche, lors de travaux supplémentaires, l’urgent est de faire circuler les électeurs.

Comment doit-on monter sur le truc ? C’est large, très large, tellement large que nous aurions pu passer de part et d’autre de la très très large route, mais les aménageurs ont préféré continuer sur la mode du pôle clinique c-à-d une voie verte sur la mode des années 90.

Hooooooooo la belle intersection en forme de rond-point avec des bordures casse-gueules :

Et toujours cette eau qui stagne :

Il y a des pédés partout — humour —

Bon ce n’est pas tout, mais il faut sortir — vivant — du truc. Cela doit-il se faire en usant du passage piéton ? Visiblement oui, sauf à prendre les piéton⋅ne⋅s pour des con⋅ne⋅s, mais personne dans le complexe mégapolitain n’y songe sérieusement.

(photos prises le vendredi 19 janvier 2018 après 1 jour de pluie)

Conclusion :

En venant du bourg, le gain est nul sauf à vouloir aller au pôle clinique, car il n’y a pas d’équipements avant l’ouvrage et quasiment rien après, sauf une voie verte aux nombreux ressauts. Une voie verte, en elle même inutilement surdimensionnée et ne servant en rien à irriguer le désert du quartier « Sablonnières », et plus loin, « Chaise » & « Murlins ». Vouloir user de l’équipement pour rejoindre Orléans n’offre pas de grands gains en sécurité ou en confort. Le reste est une affaire de goût.

 

Un avis touistesque de la chose :

 

Ancienne route de Chartres

Dans le sens Orléans vers Saran, prendre l’ancienne route de Chartres est une possibilité pour rejoindre le bourg. Suite à des travaux rue Nicole Duclos, pour obéir à la loi, un « itinéraire cyclable bidirectionnel » a été créé.
En dehors de l’absurdité dans la conception — le contre-sens est à gauche, présence d’un changement de direction sur 200m de rue — comment faire pour monter sur la merde en venant d’Orléans et surtout en descendre en quittant la rue Duclos ?

Kicéki ké garé comme une merde

Parfois, nous serions en droit de nous demander pourquoi les réalisations sont aussi médiocres, aussi mauvaises. Tout ne peut pas être mis sur le dos du gouvernement, de la météo, de l’alcoolisme ou de la drogue, non, il y a aussi l’automobilisme.

Ici les docteurs Frankenstein de la chose Coligny, aussi utile que le bleu dans les toilettes, ne montrent aucun respect pour leur créature :

Plus loin la mairie stationne n’importe où — mais bon, ils sont chez eux à cet endroit :

Un autre jour, une auto-école devant son nid :


° touristes, il y a véritablement une ville derrière l’enfilade de hangars de la RN20.
¹ Limousinisme : action d’aller rendre visite à une personne pour prendre des nouvelles au sujet de sa santé.
² la rue du Stade : une route dans laquelle nous sommes « invité⋅e⋅s » à rouler « au pas (de l’oie) » sur un pauvre trottoir. Ce par la mairie de Saran qui n’imagine rien par-delà le pare-brise de la lutte des classes & du 4X4 réunis.

Publicités

4 réflexions sur “Le pont raccord qui manquait au décor

  1. Jeanne à vélo dit :

    Pour conforter la réponse positive que tu donnes à la question « Cela doit-il se faire en usant du passage piéton ? » on voit bien sur la photo qu’ils ont mis un panneau cédez-le-passage (qui n’est pas opposable aux piétons, ah ah !).

    J'aime

    • janpeire dit :

      C’était de l’ironie facile 🙂 j’aime tirer sur les ambulances, d’autant plus que le pôle clinique est proche, tout comme les sévices techniques et la maison de retraite.
      En face, sur le trottoir, il y a le même panneau. Cette confusion et ce manque de considération sont des marqueurs forts d’une absence de politique cyclable (locale ou mégapolitaine).

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s