Et pour quelques pictos de plus

Quand j’entends la mairie d’Orléans prononcer le mot « cyclable », je sortirais mon révolver si j’en avais un* ; bien plus pacifique est d’aller voir les dégâts à venir sur place.

Dans la Rep’ du jeudi 31 mai 2018

C’est le journal local qui s’est fait le porte-parole de la mairie avec un titre putaclic « des pistes cyclables bientôt sur les cours » — nous passerons sur l’image d’illustration de l’article en lien (>fr), ce n’est ni une piste cyclable, ni un équipement de qualité, ni un équipement qui devrait exister dans une capitale galactique.

En lisant le communiqué, rien de bien folichon. C’est un programme « a minima », dont la grande innovation, tenez-vous bien, est, est, est… est la création de sas aux feux. Oui, des sas aux feux et quelques pictogrammes de plus. Les communicants de la mairie ne savent plus où donner du clic pour faire la promotion de la chose. Rendez-vous compte, des sas-vélos avec des pictogrammes peints SUR la chaussée. C’est pas choupinou, ça.

Des sas aux feux, qui seront mieux réussis que celui de l’angle « rue de Vauquoisrue St Jean », ça va être la fête dans les cuissards.

En lisant le communiqué, il se donnait à comprendre que le but secret est d’enlever les vélos de la chaussée. Ho ! Rien de grave. Va être faite une bouse façon Coligny — certain⋅e⋅s aiment, faut pas croire — et le marron caca-d’oie embellira la ville.

Enlever les vélos pour les mettre dans les pattes des piétons, enlever les vélos de la chaussée pour les jeter dans des bordures, au milieu des haricots n’est pas une politique cyclable.

— Est-ce là un procès d’intention ?
— Oui, car la récidive est quasi-certaine.
— Mauvaise foi ?
— Allons bicycletter sur le pendant au machin, quartier St Laurent.

Orléans – quartier St Laurent – piste bleue

Idée très intéressante que la mise en place de cet itinéraire, ce, dans une stratégie d’évitement du bvd Jean Jaurés pour rejoindre la Loire.
Peu d’aménagements spécifiques en dehors de la signalétique et la peinture au sol.
Pas trop mal dans la descente (arrivée par le fbg Madeleine direction la Loire à vélo) sauf que traverser au niveau du « quai St Laurent » est tout sauf facile.

Disparu par une mauvaise manip de ma pomme, j’avais mis une photo de la montée — sens Loire à vélo – fbg Madeleine — avec comme commentaire :

Arrivé face à la station de tramway, rien, absolument rien n’indique au cycliste que s’il tourne à droite, il va vers le centre-ville ; que s’il reste sur le trottoir sur 10m, il peut rejoindre le contre-sens de la rue des Maltotiers, et par là, le fbg St Jean et le quartier Dunois. Rien n’indique cela.

En photo, dans le sens fbg Madeleine vers la Loire :

 

 

Avec pour finir, le passage-piéton qui nous est destiné, et les bordures en passe d’être refaites à l’identique :

 

 

Visiblement personne ne fait du vélo dans l’agglo. À coup sur, c’est la même merde qui se profile après les travaux.

Depuis le piège à touriste, rien n’est indiqué pour dire que passées les bordures, passée la grand route, il y a un itinéraire pour rejoindre le tramway (et face à la station, à gauche Dunois, à droite les Carmes).

Donc, la rue Creuse

En images le cheminement de la rue creuse. Attention, pour les besoins du reportage, j’ai pris un sens interdit, ce n’est pas mon habitude (respecter le sens de circulation est un très bon moyen de voir les horreurs commises par la mégalopopole).

 

 

Je me suis trompé et j’ai pris la rue du Canon

Voici la sortie avec l’itinéraire prévu.

Rue de Bourgogne

La surprise de l’article est le fait que la rue de Bourgogne va être ceinte d’un contre-sens.

En conclusion

Un constat plus qu’une conclusion : rien de neuf sous le soleil d’Orléans, la mairie communique sur le dos des vélos, rien de plus que de la com’ à pas cher. Concrètement, il n’y a toujours pas d’itinéraires clairs de la gare de Fleury aux bords de Loire et au delà,  pas même de la gare en cul de sac d’Orléans aux même bords de Loire, par exemple. Les vélos ne sont envisagés que sous l’angle du loisir, la municipalité les met dans la même case que les piétons. Rien n’est fait pour donner envie de quitter la Loire à vélo puis entrer dans la ville et inversement, encore moins avec ce qui se dessine sur l’ancienne aire de stationnement à proximité du vieux pont.

Que de temps perdu dans une ville plate, où tout est fait pour le bonheur de polluer, rien pour pédaler. Cet état d’esprit ne date pas de l’équipe actuelle, le mal est profond.

 


*ceci est une réplique de film, pas une menace. Personne ne veut attenter à la vie des édiles de l’orléanais, ce serait gâcher.

Publicités

4 réflexions sur “Et pour quelques pictos de plus

  1. Jeanne à vélo dit :

    « encore moins avec ce qui se dessine sur l’ancienne aire de stationnement à proximité du vieux pont » : tu fais allusion à la suppression d’une voie de circulation quais Barentin et Cypierre ?

    J'aime

    • janpeire dit :

      En quelques 10 ans,
      – avec les travaux Joffre-Europe (et la suppression de la piste cyclable au profit d’un espace partagé)(mais la responsable du « développement durable » m’avait expliqué que c’était mieux pour se rencontrer) ;
      – avec la construction de la bande éclairée la nuit ;
      – avec la suppression de l’aire de stationnement (quai Cypierre) ;
      – et maintenant, avec la suppression d’une voie de circulation (ce n’est pas le genre de chose qui se décide entre la poire et le fromage),

      la ville d’Orléans à perdue l’occasion d’un grand aménagement.
      Il y avait la place pour les pépés qui jouent aux boules, les sports en plein air, de quoi courir, et faire circuler les vélos dans le sens prévu par le code de la route, ce de part et d’autre de la chaussée. Il y avait même la possibilité de préserver un peu de stationnement et de laisser éclore des espace de biodiversitude.

      J'aime

  2. Le rat d'Orléans dit :

    Le PDU qui devrait sortir en 2019 a pour objectif de faire passer la part modale du vélo de 6 à 8% dans l’agglo.
    Faire du vélo dans le centre ancien et/ou pietonnier est réalisable car la différence de vitesse entre les cyclistes et les automobilistes est faible.
    En revanche , dès que l’on veut commuter en empruntant les grands axes c’est le salaire de la peur (D2020, faubourg Bannier, grands boulevards…) et c’est là qu’il faut travailler pour que les personnes qui ont peur de prendre le vélo sautent le pas.
    Merci pour ce site extra et au plaisir de se croiser à vélo.

    Aimé par 1 personne

    • janpeire dit :

      Merci pour le commentaire. J’ai assisté à la réunion sur le PDU, rien d’extraordinaire à attendre de la métropopole. Beaucoup de blabla, peu d’ambitions affichées pour peu de moyens réels.
      Nous n’avons pas fini de devoir faire le trottoir et de nous coltiner des bordures, des ressauts et des nid-de-poules.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.