Becancaneries

Aventures à vélo dans Orléans mégalopopole & un peu ailleurs !

C’est la faute à 200

« 200, le vélo de route autrement » est LE magazine qui changera votre vie. Moins cher qu’une coach en développement personnel et autres faribolitudes, plus efficace que le marabout du coin de la rue même s’il ne fera pas revenir Pomponette, mais, à coup sur, « 200 » vous fera vous retrouver, vous, qui étiez perdu dans les méandres de la modernitude.

C’est la faute à 200

Je le dis à nouveau ici, c’est de la faute à toute l’équipe du magazine 200, si, auprès d’un groupe de cyclistes, j’ai émis la proposition hypothèticatoire¹, d’une manière inconsciente et assumée, d’en faire un, de 200, par la liaison ligérienne et cycliste entre Orléans et Nevers.

V’la, c’est de leur faute à eux, à elles, du magazine. C’est aussi la faute des « pas cap » et « chiche », mais ça, c’est une autre histoire.

C’est la faute à deux-cent, le genre de revue que, une fois terminée, vous reposez et vous vous dites « peut-être, un jour », ou « pourquoi-pas, faisons l’inventaire du matériel ? », ou encore « Mais ils sont fous ! ». Dans ce dernier cas, vous ne rachetez pas la revue. Si au contraire le numéro d’après, gourmand, gourmande, vous bavez devant les reportages, les photos, les textes, la mise en page… si le numéro d’après, le virus est toujours actif, hé bien vous commencez à regarder votre vélo différemment.

C’est une revue dans laquelle il y a de belles photos pour le voyage, mais également du texte, très bien écrit. Il s’y parle performances mais très peu, endurance, parcours et chemins, arrière-cour et cultiver son jardin. Il y a des portraits liés à des rencontres autours du vélo ; cet engin y apparaît comme un réseau social avant l’heure. Il y a une rubrique matos, une rubrique philo, des garçons et des filles. La revue organise même son propre tour de France… autrement, à vélo et propre.

J’en recommande la lecture

Mon avis, on s’en moque un peu ! J’en recommande la lecture, plus particulièrement celle du n°16 — printemps 2018 — uniquement pour le dossier « sécurité ».

172 cyclistes ont trouvés la mort sur les routes de France en 2017.

Le dossier est assez bien fait. Il parle très peu des équipements « urbains », en eux-mêmes, pour rester sur la problématique du vélo en général. Il y a même une page consacrée aux équipements que nous n’utilisons pas, peut-être à tort.

Si j’ai fait 200, presque, mais le cœur y est

Au-delà, avant de fermer les écoutilles sur les « mauvais conseils » et pour pouvoir partir serein faire mon 200, le dernier texte que j’ai lu est « Ma première sortie vélo de 200 km : une journée parfaite ! » d’une certaine Swanee. Les écoutilles étaient fermées suffisamment étanches pour ne pas voir le lien de la boutique… située à… Nevers.

Et je suis un nul

La personne qui m’a confortée dans l’idée que c’était « le moment », je la croise alors que je tiens la librairie pour rendre service. Je suis en train de lire la revue 200… dans laquelle elle est… et le gonze n’a aucuns neurones de chatouillés !

La honte soit sur moi pour les 20 prochaines générations. Du coup, le grand merci, c’est ici.

Allez ! Vous allez pourvoir couper l’ordinateur et filer chez le⋅la marchand⋅e de journaux, mais avant, consultez les lieux de distribution :

Bonne lecture. Le numéro 17 ne dépareille en rien l’ensemble de ce billet, le dernier consacré à l’aventure nivernaise.


¹ le mot n’existe pas, et alors !

 

Publicités

4 commentaires sur “C’est la faute à 200

  1. Jeanne à vélo
    23/07/2018

    Je viens d’acheter le numéro 17. Très bonne chronique de la dame que tu n’as pas reconnue (:-D) avec quelques punchlines bien senties : « On veut son VAE dans le garage, comme dans les années 90 on voulait un VTT. »

    Aimé par 1 personne

    • janpeire
      23/07/2018

      Même en faible tension, elle est électrique.
      Le vélorution n’a fait que passer devant l’atelier, peut-être un arrêt plus important aurait été possible (peut-être n’a-t-il pas été souhaité).

      J'aime

  2. Jeanne à vélo
    24/07/2018

    Je sais pas si tu as vu mais au sommaire du prochain numéro (octobre 2018) « La ville qui n’aimait pas le vélo ». Les paris sont ouverts !

    J'aime

    • janpeire
      25/07/2018

      Dossier généraliste sur les problèmes de circulation urbain.
      Autrement Marseille en tête, Clermont…

      J'aime

Les commentaires sont fermés.

Information

Cette entrée a été publiée le 22/07/2018 par dans Livres, bédés, mangas, tourisme, et est taguée .

RSS Jeanne à vélo

  • Vélo’+ : deux générations de vélos en libre service à Orléans 19/06/2019
    L’histoire retiendra qu’Orléans a été parmi les toutes premières villes françaises à déployer un réseau de vélos en libre service (VLS). C’était il y a douze ans et le système Vélo’+ fait désormais partie intégrante du paysage urbain orléanais (et pas du tout accessoirement de la communication municipale). Les derniers... L’article Vélo’+ : deux générations […]
  • Entre piste de running et boulevard urbain bussophobe 12/06/2019
    Depuis la rive droite de la Loire, et donc la partie nord d’Orléans, rejoindre le jardin des plantes via le pont George V a déjà fait l’objet d’un billet ici même. A l’occasion des travaux de requalification de la RD2020 en boulevard urbain au sud du pont Joffre, il était... L’article Entre piste de running et boulevard urbain bussophobe est apparu en premie […]
  • Les Groues à vélo 02/06/2019
    Commençons par saluer ce joli titre de La Tribune – Hebdo : « Les Groues, avant les grues ». C’est que la constitution d’une ZAC est imminente. Un dossier de concertation a été mis à la disposition du public sur le site de la métropole (du 10 mai 2019 au 10 juin... L’article Les Groues à vélo est apparu en premier sur Jeanne à vélo.

RSS Actuvélo

  • Itinéraire d’un vélotaffeur : de la voiture au vélo
    Une histoire à deux roues Je ne sais pas vous mais mon histoire familiale me prédestinait à aimer les voitures. Mon père est fan de voiture de sports (qu’il n’a osé s’acheter qu’une fois la retraite arrivée), les magazines sur les voitures traînaient régulièrement à la maison… Tout me conduisait donc à être passionné de … L’article Itinéraire d’un vélotaffeu […]
  • Quand le trafic s’évapore…
    À l’origine du terme En 1961, l’urbaniste Jane Jacobs, publie un ouvrage – Déclin et survie des grandes villes américaines – qui connaîtra un succès mondial(1). Elle y décrit, avec une grande finesse, la façon dont l’essor du trafic automobile érode la ville et son urbanité et comment, au contraire, en redonnant la priorité à … L’article Quand le trafic s’év […]
  • Une analyse comparée de l’évolution de la place du vélo dans les villes européennes
    Cycling Cities est un bel ouvrage – dont on espère un jour la traduction en français – qui regroupe 14 monographies de villes européennes, réparties dans neuf pays, de taille intermédiaire (Enschede, Bâle) ou plus importante (Copenhague, Manchester, Lyon, Hanovre) – à l’exception d’une étude à l’échelle du Limbourg, une région valonnée des Pays-Bas. Cet … L’ […]

Une gazette « vélo » en ligne

La chaine vidéo de Yann

La chaine vidéo de Jeanne à vélo

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com
%d blogueurs aiment cette page :