Becancaneries

Aventures à vélo dans Orléans mégalopopole & un peu ailleurs !

La Vienne à vélo

Un voyage débute souvent par une rencontre, dans la vie, au coin d’un livre, en traversant la rue, par une voix dans le poste de radio, un accent…
L’aventure débute elle quand un grain de sel se mélange à la recette prévue, par exemple vous vous trompez d’heure pour partir, ou vous ne prenez pas le bon chemin…

Acheter un billet de train

L’an passé (>fr), j’avais déjà transcrit cette conversation digne d’une saynète d’un duo de comiques :

« Je désirerai un billet pour Limoges, par le train du matin ?
— Monsieur, ici on ne vend que des billets pour l’après-midi !
— Mais, sauf erreur de ma part, il y a bien des trains le matin en direction de Limoges.
— Peut-être monsieur, mais il faut aller sur l’internet, ici on ne vend que des billets pour ceux de l’après-midi.

Cette année, des personnes probablement mal-intentionnées avaient attiré mon attention sur le fait qu’il n’y avait pas de train entre Limoges et Angoulême par volonté de détruire un service public, pour cause de travaux sur la ligne (afin de désamianter les gares, et — rires bien gras — répondre aux objectifs de réduction des CO², relier efficacement les différentes villes de la super-région…).
Un type qui a fait 200km pour aller voir la vierge peut bien en faire 70 pour aller voir sa famille. Me voici donc à oser demander un Orléans-Angoulême en TER, avec dans l’idée de terminer le chemin à vélo.
Ce trajet, j’ai souvenir de l’avoir fait dans l’autre sens, en passant par Poitiers, St Pierre des Corps et finir aux Aubrais ; qui peut aller d’un point A vers un point B doit bien pouvoir … Il y a ce que nous savons du monde connu — l’évolution, les dinosaures, les ondes gravitationnelles, le tofu soyeux — et la réalité de la compagnie des chemins de fer de la France. Cette dernière se la joue « Inception » et savoir si nous sommes en train d’agir dans un rêve ou se croire dans le monde réel est très très difficile, sauf si vous avez un totem. Le mien totem est un bracelet en cuivre qui protège des rhumatismes, des attaques de boas, de la peste bubonique et vous assure joie, santé & compréhension totale de l’univers grand.

— Non monsieur, on ne peut pas faire le trajet en TER !
— Mais en passant par là et là !
— Non, il faut prendre le TGV, démonter votre vélo, le mettre dans un sac et le faire compter comme un bagage.
— Non, je veux de la simplicité. Il n’y aurait pas un autre type de train, un intercité par exemple ?
— (la guichetière d’à côté) Ça existe monsieur, mais il faut le commander par l’internet, ici c’est un guichet SNCF.
— C’est encore simple comme système. Et il prend les vélos votre machin, il va me renseigner ? Le jour où la gare d’Orléans ferme, je ne vous pleure pas.
— (le petit chef debout derrière les deux guichetiers) Mais monsieur, tout le monde prend le TGV pour aller vite, plus personne ne part en vacances avec des TERs.

Je me songe que celui-ci, il a oublié d’aller s’allonger sur les rails, je peux très vite apprendre à conduire une locomotive.

— (moi) Je pense que vous n’avez pas compris, entre Limoges et Angoulême, il n’y a pas de trains cet été, donc je ferai les derniers kilomètres à, et en, vélo (ça je ne le savais pas encore) pour parvenir dans la terre du milieu.
— (chefaillon) Mais, vous pourrez prendre le bus.
— (moi, au guichetier) Et il n’est pas possible de faire le voyage Les Aubrais-Limoges en scindant le trajet à Vierzon ou Châteauroux ?
— Nous vous vendrons pas ces billets et le trajet serait compliqué. Il y a un intercité qui reviendra au même niveau horaires, il y a une réservation pour le vélo.
— Eh bien je vais subir ça…

Rien n’est fait du côté de l’ancienne compagnie nationale pour vous faire aimer le train.

Sans oublier qu’en regardant les horaires sur le site des TER, j’ai vu que finalement, il y avait un train. Trop tard, j’ai décidé de faire une trace dans l’esprit « Loire à vélo », ici en suivant la voie, entre Vienne et le rail, la « Vienne à vélo ».

« Vienne à vélo »

Le trajet Limoges-St Junien

Le trajet est peu long, moins de 50km, mais peu facile car truffé de collines, donc ça monte et descend sans cesse, et il y a des virages. Assez méfiant envers l’appliquette, je lui ai enlevé des « chemins » qui n’en semblent pas… pour me retrouver sur une départementale plus fréquentée qu’une nationale. J’avais voulu faire une sorte de jeu et passer d’une rive à l’autre du fleuve, par dessus les rails un coup, une autre fois par dessous.

Il n’y a pas, quoi qu’il en soit, de grandes difficultés hors :

  • Dans Limoges, il n’est pas difficile d’éviter les kilomètres urbains. Pour le plaisir l’esprit du rail a été suivi mais couper droit pour rejoindre ou la Vienne, ou Aixe, via les places de la ville et les pénétrantes est possible.
  • Dans Aixe / Vienne, je pense que notre Dame d’Arliquet est à voir, ce qui m’a fait privilégier le nord de l’Aurence, et donc la RD79. Une personne craintive coupera par la zone du Mas des Landes pour y arriver. Cela lui évitera une route à grande circulation (présence de la déviation) et le chemin de Chantegros, qui n’est en rien un chemin ; c’est une bande herbeuse, rien de plus, sans même le début d’un sentier.
    • passer au sud de l’Aurence se ferait en continuant dans Limoges jusqu’au carrefour des Vantaux puis viser Merignac. Mais ce sont des chemins, dans le val de l’Aurence, ils sont très certainement vite boueux, voir impraticables.
  • Avant Verneuil (pont de la Gabie), il y a 2 lieux-dits, « virade » car ça va tourner, franchement tourner, et « las Cotas » — « Las Costas » en langue limousine veut dire « les côtes » (merci de le prononcer {lā cōtā}, ce n’est pas du castillan) — qui est un endroit où ça grimpe, beaucoup (et je n’ai pas honte de dire que je suis descendu du vélo, surtout que la montée commence dès le changement de direction après le petit pont au dessus des voies).
  • St Yrieix, Ste Marie, St Victurnien, St Brice ne sont pas des villes difficiles, loin de là, seule St Junien offre une entrée qui grimpe.

Le chemin donné par Naviki© (>fr) :

lemotges_stjunian

Être touriste dans la cité aux 7 collines

Le trajet dans Limoges est de 10km environ :

lemotges

Limoges, l’ancienne ville rouge, la ville de la porcelaine, la cité qui a conservé son réseau de « trolleybus»…
Voici un premier sellefie pour se recommander à Hermès, le dieu des voyageurs :

IMG_20180813_095307

Gare de Limoges-Bénédictins avec Hermès en blason.

Même la modernité du train savait faire écho aux dieux de ceux qui firent la ville. Dans l’idée de « suivre la ligne », il fallait rendre hommage à cette courbe de presque 7km qui lie les 2 gares dans la ville (la distance à pied est de 1,5km), et donc passer par l’arrière de la gare, ce qui permet d’avoir une vue d’ensemble. Au retour, il y aura l’église St Paul-St Louis, bâtie en son temps pour convertir les cheminots (>fr).

DSCF1913

C’est au moment de commettre ce billet que je me suis rendu compte que ma caméra n’était pas en fonctionnement. Donc peu d’images du début de la traversée de Limoges avec un vélo. J’ai évoqué la protection d’un dieu, mais en Limousin, nous avons une préférence pour St Martial — ce billet est originalement destiné à l’agence du tourisme de l’Occitanie grande jusqu’à Vladivostok, je clos ici le point culture — St Martial que voici :

DSCF1918

Traduction : Dieu garde la ville, St Martial le peuple.

et en chemin, l’appliquette voulait me faire prendre cette passerelle toute de marches revêtue :

DSCF1914

Sérieusement 😉

Par ailleurs, le détour des dieux a cruellement fait se souvenir à un genou que Limoges, comme Rome, est une ville bâtie sur 7 collines. Parlant collines, voici la gare de Montjovís :

DSCF1917

Gare des Charentes

Joue-la comme Razemon

Forcement, sans enregistrements, il va être difficile de rivaliser avec Olivier Razemon, le journaliste du Monde©, celui qui parle des déplacements, mais pas que, dans ses livres et son ciber-cahier (>fr-Le Monde©). Vous n’y perdez rien de continuer à le suivre, lui.

Moi, je vais suivre les centaines de kilomètres promis par la mairie de Limoges. Des kilomètres loin d’être usés puisque personne ne roule dessus.

Lancée dans la création de 400 km de pistes cyclables dans l’agglomération, Limoges Métropole vient d’ouvrir 1,5 km de tracé au nord de la ville, près d’Ester. Même si ce n’est pas le secteur où il y a le plus de cyclistes.

• Sur le Populaire (>fr)

Sérieusement ville de Limoges (>fr) arrêtez avec les 3 pictogrammes peints ici sur la chaussée, ou là sur les trottoirs, de plus le vert sur fond blanc ça résiste mal aux 4×4 en ville. Arrêtez également les 100m de bandes peintes sur la chaussée, en dehors de toutes continuités. Fait étrange, alors que la ville est grâce aux faucialistes de París passée officiellement à droite, je n’ai aperçu aucun panonceaux « tournez à droite ». Enfin, Limoges n’était pas dans le classement de la FUB, ce n’est pas pour rien.
Voici un aperçu de la bande depuis un boulevard, un boulevard limité à 50, donc les cyclistes devraient pourvoir rouler sur une des 3 voies, cela serait même plus sécurisant que la piste en l’état, c-à-d, une piste au revêtement de mauvaise qualité détruit par les racines des arbres. Elle est large pourtant mais ne souffrirait pas d’être refaite, en conservant sa partie piétonne séparée, et en ayant son pendant dans l’autre sens de circulation (donc oui, en prenant une des voies automobiles, elles sont nombreuses). Dernier point, la rendre prioritaire aux croisements¹ :

¹ Note à l’attention des lecteurs Orléanais (thème habituel de ce cyber-cahier) : le boulevard intérieur de Limoges est une boucle d’environ 15km en partant du pont historique sur la Vienne, le pont St Martial (pédestre) ; cela correspond à une boucle de plus de 5km qui partirait du pont Georges V, sur la Loire et le rejoindrait par les boulevards.

Aixe sur Vienne — St Victurnien

20km environ de gare à gare :

Une fois passé le boulevard, vous voici sur la départementale 79. Elle monte un peu, elle descend beaucoup, elle tourne un peu, elle remonte… mais les automobilistes étaient, ce jour là, très respectueux (cela ne gâche rien de le dire). À un moment, il y a une voie-verte, à comprendre comme un chemin à limousine, la vache, rien de plus :

J’ai fait part de mes méfiances envers les chemins donnés par l’appliquette, méfiance encore plus forte après que celle-ci m’a fait passé dans ce communal. Il n’y a rien de cyclable ici, même les barrières sont anti-vélos. La personne qui a indiqué « ça » comme un chemin (cartographie libre) ne doit pas se servir souvent d’un vélo :

IMG_20180813_110212

Dans le pêle-mêle suivant, vous trouverez des églises, les gares de la voie, des architectures, des panonceaux qui montrent l’aliénation linguistique d’un pays :

St Victurnien – St Brice – St Junien

10 km environ de gare à gare :

À partir de St Victurnien, pour ma pomme, je suis dans mon territoire. Je peux me faire renverser par une soucoupe volante que je rentrerai à pied, sans coup férir. Le trajet est très souple, le chemin côtoie en alternance la voie de chemin de fer ou le fleuve. Pas de difficultés en dehors de la côte à l’entrée de St Junien, un peu raide.

Des images prises le long du trajet (sauf erreur de ma pomme, il n’y a pas eu d’accident de vélo à St Victurnien, mais la présence des vélos blancs et bordeaux sur la clôture font se ralentir les autos) :

St Junien

Je ne vais pas y revenir sur le mode du journaliste du Monde©. L’an passé j’avais découvert une première crotte, en vérité, quelqu’un avait la courante.

L’unique « piste » se donne à voir rue Jean Jaurès, limitée à 50, mais, la chose est apercevable depuis le pare-brise du 4×4, donc un équipement dont la mairie est fière. Un ressaut, deux ressauts, et bien-bien sot est celui qui sauta sur la sécurité des cyclistes.

Bonus de ce billet, différentes vues de la circulation dans la cité gantière :

La ville en moins de 10 ans a supprimé les feux et ré-aménagé quasi entièrement l’ancienne RN141, en faisant la part belle à l’accessibilité des personnes handicapées — et c’est à l’honneur de la ville —, en oubliant complètement les cyclistes. Sans feux, la circulation se fait de rond-point en rond-point. C’est très souple pour une automobile. Du haut d’un vélo, ce n’est pas le plus désagréable dans le sens de la descente. En montée, je pense partager l’avis émis dans le journal local (>fr-attention lien fessebouc, vous donnez 20€ à des personnes qui vous espionnent et ne déclarent pas leurs impôts en Europe)

Pêle-mêle de la cité gantière :

et des bords de Vienne :

Et la Glane se jette dans la Vienne

Fin de l’embryon du chemin touristique, la suite de St Junien à Angoulême dépend d’un genou douloureux.

Côté chemin personnel, une dernière grande côte m’attend, une de plus, et malgré le genou douloureux, je ne descendrai pas de vélo. C’est que je suis susceptible de connaître du monde… et j’ai la fierté bien mal placée. En dehors de refaire, passé 40 ans, une chose que tu faisais sans problème à 15 et en claquettes, il y a ces nuages sombres sur les collines au loin qui se termineront en 3 gouttes de pluie.

Le ceve — CV

Voici la carte finale réalisée du haut d’un vélo de 22kg (pesé avec sa cargaison) :

Et le relief rencontré (les 2 segments 10-12 et 40-42 ont été faits à pied, à côté du vélo) :

–!–

DSCF1938

Ce billet a été originellement écrit en occitan, ici dans la livrée limousine de la langue d’oc (>lm)

–!–

Un supplément de liens

Association Véli-vélo ; Promotion du vélo urbain à Limoges

Association d’utilisateurs des véloroutes et voies vertes, l’AF3V est entièrement animée par des bénévoles. L’ensemble des informations que vous trouvez sur ce site provient d’un travail de terrain mené par les membres du réseau AF3V. Ce réseau agit également auprès des collectivités pour obtenir la réalisation de nouvelles véloroutes et voies vertes dans toutes les régions de France.

appelée la Scandibérique en France, part de Trondheim en Norvège et se termine à Saint-Jacques de Compostelle en Espagne.

–!–

Publicités

3 commentaires sur “La Vienne à vélo

  1. Pingback: Chamins Lemosins « Vinhana per becana » – Rapieta

  2. Jeanne à vélo
    20/08/2018

    Le CV, c’est compte tenu des arrêts pour prendre les sellefies ?

    J'aime

    • janpeire
      20/08/2018

      L’application marque une pause lors des arrêts s’ils sont suffisamment longs et sans bouger le vélo (sur lequel il y a le téléphone), ce qui n’a rarement été le cas (beaucoup de photos ont été faites avec le téléphone).
      De plus, il a été fait par 2 fois du chemin à côté du vélo, ceci a fait baisser la moyenne.

      J'aime

Les commentaires sont fermés.

Information

Cette entrée a été publiée le 16/08/2018 par dans tourisme, et est taguée , .

RSS Jeanne à vélo

  • Vélo’+ : deux générations de vélos en libre service à Orléans 19/06/2019
    L’histoire retiendra qu’Orléans a été parmi les toutes premières villes françaises à déployer un réseau de vélos en libre service (VLS). C’était il y a douze ans et le système Vélo’+ fait désormais partie intégrante du paysage urbain orléanais (et pas du tout accessoirement de la communication municipale). Les derniers... L’article Vélo’+ : deux générations […]
  • Entre piste de running et boulevard urbain bussophobe 12/06/2019
    Depuis la rive droite de la Loire, et donc la partie nord d’Orléans, rejoindre le jardin des plantes via le pont George V a déjà fait l’objet d’un billet ici même. A l’occasion des travaux de requalification de la RD2020 en boulevard urbain au sud du pont Joffre, il était... L’article Entre piste de running et boulevard urbain bussophobe est apparu en premie […]
  • Les Groues à vélo 02/06/2019
    Commençons par saluer ce joli titre de La Tribune – Hebdo : « Les Groues, avant les grues ». C’est que la constitution d’une ZAC est imminente. Un dossier de concertation a été mis à la disposition du public sur le site de la métropole (du 10 mai 2019 au 10 juin... L’article Les Groues à vélo est apparu en premier sur Jeanne à vélo.

RSS Actuvélo

  • Itinéraire d’un vélotaffeur : de la voiture au vélo
    Une histoire à deux roues Je ne sais pas vous mais mon histoire familiale me prédestinait à aimer les voitures. Mon père est fan de voiture de sports (qu’il n’a osé s’acheter qu’une fois la retraite arrivée), les magazines sur les voitures traînaient régulièrement à la maison… Tout me conduisait donc à être passionné de … L’article Itinéraire d’un vélotaffeu […]
  • Quand le trafic s’évapore…
    À l’origine du terme En 1961, l’urbaniste Jane Jacobs, publie un ouvrage – Déclin et survie des grandes villes américaines – qui connaîtra un succès mondial(1). Elle y décrit, avec une grande finesse, la façon dont l’essor du trafic automobile érode la ville et son urbanité et comment, au contraire, en redonnant la priorité à … L’article Quand le trafic s’év […]
  • Une analyse comparée de l’évolution de la place du vélo dans les villes européennes
    Cycling Cities est un bel ouvrage – dont on espère un jour la traduction en français – qui regroupe 14 monographies de villes européennes, réparties dans neuf pays, de taille intermédiaire (Enschede, Bâle) ou plus importante (Copenhague, Manchester, Lyon, Hanovre) – à l’exception d’une étude à l’échelle du Limbourg, une région valonnée des Pays-Bas. Cet … L’ […]

Une gazette « vélo » en ligne

La chaine vidéo de Yann

La chaine vidéo de Jeanne à vélo

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com
%d blogueurs aiment cette page :