Becancaneries

Aventures à vélo dans Orléans mégalopopole & un peu ailleurs !

Correspondance avec la mort §5

Dimanche 2 novembre 2014, le soir

La nuit semblait tomber tôt en ce dimanche soir, ou alors, c’est encore le changement d’heure qui se fait sentir, songeait Sylvaine. 2 mouettes se bataillaient le territoire des cieux rochelais, les moucherons n’avaient qu’a bien se tenir.

La policière était accompagnée de celui qui, pour ainsi dire, avait débuté l’enquête.

Alain et elle ont souvent déjà fait équipe ensemble, et comme les chiens, ils avaient chassé ensemble, mais heureux à la fin de gouverner sa propre queue. Sylvaine avec la tête dans le volant, Alain, comme l’huile dans les rouages pour rondement mener l’enquête.

Ils sonnèrent au numéro donné par les employées de l’hôtel. Une résidence qui semblait d’un assez fort bon standing, dans un complexe immobilier de la fin des années 70, au béton généreux dans les courbes qu’il dessine en balcon et vitrine haute de 2 niveaux. La résidence devait compter environ une vingtaine de duplex. Quartier cossu.

L’inspectrice sonna une seconde fois avant d’entendre, via l’interphone, une voix s’enquérir de ce qu’il en était :

— Police, nous aimerions nous entretenir avec vous.

— Premier niveau, appartement 17.

Le bruit du déclenchement du loquet accompagna le bip, signal que l’interphone était raccroché.

— 17, 18, 19, commença à compter Alain, vous êtes forte en numérologie inspectrice ?

— Je n’ai aucune superstition. Tenez-vous, nous arrivons.

Sylvaine et Alain arrivaient sur le pallier qu’un homme venait à leur rencontre.

— Monsieur Labecqua ?

— Lui-même, venez, finissez d’entrer et ne faites pas attention au bazar, je rentre d’un séjour parisien, mais j’aurai tout rangé avant le retour d’Angleterre de ma femme demain.

L’homme, la pleine quarantaine, grand, sec, taillé pour courir un marathon, commençait à perdre ses cheveux, mal rasé, il ressemblait à un étudiant un lendemain de fête.

— Entrez, je vous en pris. Vous désirez boire quelque chose.

— Asseyez-vous également s’il vous plaît, nous avons une chose difficile à vous dire. Votre femme est morte.

L’inspectrice regarda le pauvre homme qui, même déjà assit, eu un mouvement de tassement sur lui-même.

— Vous venez de nous dire qu’elle devait revenir d’un voyage d’Angleterre ?

— Heu, oui… ma femme est partie il y a une semaine pour son colloque annuel. Elle est professeure de latin, et elle devait retrouver des gens du milieu là-bas.

— Elle devait rentrer demain, un lundi ?

— Elle est prof au collège, les jeudis et les vendredis, les mardis impairs. Elle devait normalement rentrer vendredi pour éviter le trafic au regard des fêtes de la Toussaint.

— Il y a pourtant un tégévé qui vient de Londres en direct, non, demanda à son tour Alain.

— Pendant les périodes de congé, prendre le train est parfois compliqué. Et puis, elle a préféré passer la dimanchée à Paris, chez sa sœur. Mais là aussi, ça dépend. On sait quand le séjour débute, jamais quand il se termine. Les relations entre Anna et sa sœur sont… électriques. En général, quand elle quitte Paris, elle me prévient de son heure d’arrivée et je vais l’attendre à la gare. Ce matin, sans message de sa part, j’ai laissé un message sur le portable de sa sœur.

— Et pourquoi pas sur le portable de votre femme ?

— Ma femme vit… enfin, vivait sans tout ça. Il faut préserver la planète, il faut faire sa part, l’humanité est le mal de ce monde, tout, exactement tout le contraire de sa sœur, une des raisons pour lesquelles elles ne peuvent pas se voir. Mais, pourquoi est-ce vous, la police, qui venait m’annoncer la mort de ma femme ?

— Pour le moment, c’est moi qui pause les questions. Que faites-vous dans la vie ?

— Je suis photographe généraliste, et je suis également intervenant extérieur à l’école d’art d’Orléans, 2 fois par mois. J’interviens aussi ponctuellement à l’école d’Angoulême. Mon studio est sur la mezzanine. Nous avons un grand appartement et pas d’enfants, donc beaucoup de place.

— C’est vous ou votre femme qui n’avait pas voulu d’enfants.

— Nous n’avons pas réussi à en avoir. Et nous n’avons jamais fait de demande pour l’adoption. C’est comme ça. Je renouvelle ma proposition de vous offrir à boire.

— Non merci, dire les policiers, mais faites, ajouta Alain.

Le policier en profita pour lui demander son emploie du temps des trois derniers jours. Il passa un regard inquisiteur dans la pièce en léger désordre le temps que l’homme aille se chercher une boisson. Il revint avec une sorte de soda, vert fluo, dans une étrange bouteille.

— Normalement, c’est une semaine où je devais être à Orléans. Mais avec les congés, je suis allé à Paris où j’ai un projet d’exposition à la maison du Japon. L’endroit présente pour l’heure une exposition sur le travail de Matsumoto Seichō, un écrivain de roman policier. En plus de cela, je devais commander des lampes. Comme mon fournisseur était en rupture, il m’a proposé de me les expédier ici. J’ai pu aller à Orléans pour une affaire personnelle.Je suis enfin revenu vendredi après midi en prenant un train aux Aubrais jusqu’à Paris, puis pour la Rochelle. Je dois encore avoir mes billets dans mon sac. Tenez :

13:35 Les Aubrais-Orléans > 14:36 Paris Austerlitz

16:12 Paris Montparnassa > 19:26 La Rochelle

Vous pouvez me dire pour ma femme ?

L’inspectrice regarda les billets attentivement.

— À la maison du Japon, vous n’avez rien acheté qui pourrez prouver votre passage ? Et les lampes dans la seconde boutique, il n’y a que à la capitale qu’elles se trouvent ?

— J’avais également une affaire à régler.

— Une femme ?

— Oui ! Mais c’est du passé maintenant.

— Elle pourra prouver vos dires ? Votre femme était au courant que vous aviez une maîtresse ?

— Grands dieux, non ! Anna était loin de tout ça. Mais, il se trouve qu’il y a 15 jours, j’ai ouvert son journal intime et il y avait écrit au milieu d’une page « je sais maintenant ». Étrangement, je l’ai pris pour moi, comme un avertissement.

— Vous avez pris peur pour quoi ? Vous n’avez pas d’enfants, vous gagnez tout les deux votre vie !

— À 45 ans passé, je ne me voyais pas refaire ma vie, ce d’autant plus que mon amante n’était pas du genre à divorcer. Ce n’est pas dans sa culture. Et puis une petite aventure ne voulait pas dire que je n’aimais pas ma femme.

— Une petite aventure de 5 ans !

— … !

— C’est comme ça, je sais tout, je sais tout. Et votre femme, elle a un amant ?

— Non, enfin… Je vous l’ai dit, c’est une intellectuelle, elle a son monde à elle. L’émotion c’est une église, le travail d’un artisan un livre, un concert de hautbois…

— Vous n’avez pas répondu à ma question sur les choses achetées à la maison du Japon.

— J’ai acheté des livres de Matsumoto Seichō, dans des éditions d’art illustrées spécialement pour Paris. Je me suis également procuré un livre sur les bonzai, enfin, il devait être pour l’association dont je suis membre, mais, malheureusement j’ai oublié le sac de livre dans le train.

— Étrangement.

— Vous pouvez me dire pour ma femme.

— Elle a été retrouvée morte dans une chambre d’hôtel. Celui qui est situé derrière la gare.

— … !

— Celui que vous pratiquez pour vos relations extra-conjugales.

— Je n’ai toujours eu qu’une maîtresse… mais, ne me dites pas que ma femme?

Alain regarda sa collègue, fixement. D’un accord tacite, rien ne fut dit sur la nature des amours cachées.

— Vous pouvez nous donnez le nom de votre maîtresse ?

—C’est délicat. Faites bien attention, car son marri est un architecte assez renommé localement, il a construit de nombreux bâtiments modernes à Orléans.

— Cela va être nécessaire car voyez-vous, dans les papiers trouvés sur votre femme, il y avait un carton d’exposition sur Matsumoto Seichō. Par un simple hasard, elle était à Paris en même temps que vous, peut-être même dans le même train, alors, les considérations bourgeoises sur votre maîtresse, je m’en moque un peu. J’analyse des faits.

— Elle se nomme Françoise Fontanilhas.

— Comment vous êtes-vous rencontrés ?

— Il y a 5 ans. Elle sortait d’une grande dépression, je m’ennuyais dans mon couple, d’autant plus qu’Anna refusait que l’on suive des traitements pour avoir un enfant, elle refusait l’adoption, alors voilà, lors d’une exposition de bonzai, j’ai rencontré cette femme qui, elle, était haijin,

— hai quoi ?

— Haijin, les personnes qui forgent des haiku, ces petits poèmes en 3 vers qui donnent une photographie d’un instant bref. C’est très bon pour les personnes qui ont du mal à se concentrer. C’est aussi un bel exercice pour dire le monde présent. Enfin, avec Françoise, j’avais trouvé une « béquille » affective. Nous nous voyions tous les 15 jours à Orléans, puis, quand elle a décidé d’ouvrir une seconde librairie ici, à La Rochelle, nous nous rencontrions encore plus souvent. Vendredi, c’était notre dernière fois. Quand je l’ai laissée, elle s’apprêtait à prendre, elle aussi, un train, pour le Limousin où elle a de la famille je crois. Voici son numéro de portable.

— Nous vous demanderons de passer authentifier le corps de votre épouse dans un premier temps, puis de passer au commissariat que quelqu’un prenne votre déposition. Vous n’êtes accusé de rien, mais ne quittez pas la ville sans nous avertir. Nous devons vous laisser maintenant.

_ _ _ _ _

+1510 mots

Publicités

Information

Cette entrée a été publiée le 06/11/2018 par dans Non classé.

RSS Jeanne à vélo

  • Le réseau express vélo circulaire d’Eindhoven 18/04/2019
    Une nouvelle traduction tirée du blog de référence Bicycle Dutch. Mark Wagenbuur nous emmène découvrir le REVe d’Eindhoven : « Eindhoven’s circular fast cycle route », article publié le 10 avril 2019. Avec l’aimable autorisation de son auteur. Eindhoven est en train de finaliser son réseau express vélo, une boucle de 32 km... L’article Le réseau express vélo […]
  • Budget participatif : Saint-Jean-de-Braye dans la roue d’Orléans 12/04/2019
    On se dit qu’Orléans ne met peut-être pas beaucoup d’argent sur la table dans le cadre de son budget participatif quand on apprend que Saint-Jean-de-Braye a doté le sien – le premier du genre – de 200 k€. Mais l’argent ne fait pas tout et il y a davantage de... L’article Budget participatif : Saint-Jean-de-Braye dans la roue d’Orléans est apparu en premier s […]
  • Budget participatif 2019 de la ville d’Orléans 02/04/2019
    Après 2017 et 2018, le budget participatif de la ville d’Orléans revient pour une troisième édition doté de la même enveloppe globale de 300 k€. Le coût maximal par projet passe de 60 k€ à 80 k€. Sur les 98 projets soumis, 43 sont finalement présentés au vote sur la... L’article Budget participatif 2019 de la ville d’Orléans est apparu en premier sur Jeanne […]
  • La roue voilée de la communication officielle 29/03/2019
    Encore un édito. Encore Olivier Carré dans un exercice de communication grand public. Ce n’est pas dans le dernier Orléans.mag (n° 167, avril 2019) mais dans La Lettre d’information d’Orléans Métropole, un quatre pages à l’italienne inséré dans le mensuel orléanais. Ce numéro 33 a pour thème principal le vélo.... L’article La roue voilée de la communication […]
  • Un guide du vélotaf publié chez Gallimard 23/03/2019
    Voilà un livre qui sort à point nommé. C’est le printemps, la sève monte dans les plantes, la pression dans les pneus et les fourmis dans les jambes. Comme le souligne lui-même Jérôme Sorrel, l’auteur de Vélotaf. Mode d’emploi du vélo au quotidien, la saison qui commence est certainement un... L’article Un guide du vélotaf publié chez Gallimard est apparu en […]

RSS Actuvélo

  • Jacques Dubochet, un Prix Nobel qui roule pour le vélo
    Erik : Jacques Dubochet, Prix Nobel de chimie 2017, vous êtes là parce que vous êtes un vrai cycliste, un cycliste du quotidien, et ce qui est incroyable avec le Prix Nobel, Jacques, c’est la place de vélo à l’Université de Lausanne. Jacques Dubochet : L’Université m’a fait deux cadeaux, le premier ce sont des … L’article Jacques Dubochet, un Prix Nobel qui […]
  • Ramdam autour du vélo à Marseille
    Pour sa 3e journée d’échanges, RAMDAM avait placé la barre encore plus haut en organisant une rencontre, baptisée « Le vélo dans tous ses états », qui a réuni, dans une salle comble, une trentaine d’intervenants pour six tables rondes et deux présentations. Ce programme dense visait à présenter le vélo sous toutes ses facettes : créateur d’emplois … L’articl […]
  • Le gouvernement néerlandais appelle à “chérir le vélo”. Voici cet amour représenté sous forme cartographique
    Ce n’était pas un coup de com’. Le premier ministre néerlandais se rend régulièrement à des réunions à vélo. En 2017, il est aperçu en train de verrouiller son vélo devant le palais Noordeinde, avant d’aller à l’intérieur pour informer le roi Willem-Alexander de la formation d’un nouveau gouvernement. Et ce gouvernement de coalition, comme … L’article Le gou […]
  • Bientôt un «permis vélo» pour les écoliers — Le Parisien
    Le gouvernement annoncera le 17 avril le lancement d’une formation de dix heures visant à enseigner aux écoliers, avant leur passage au collège, comment circuler à bicyclette. Savoir pédaler est une chose. Savoir faire du vélo en respectant le Code de la route en est une autre. Alors que 173 cyclistes ont été tués en 2017 et … L’article Bientôt un «permis vé […]
  • Ils n’étaient pas deux mais 1 500
    Tout commence le samedi 20 octobre 2018, par une petite phrase prononcée par Philippe Saurel, maire de Montpellier et président de la Métropole, interrogé à l’occasion de l’inauguration de la toute première route métropolitaine effectuant le contournement d’une des villes de la métropole. Le reportage est orienté sur les infrastructures cyclables, en particu […]

Étiquettes

#gcum #vélotaf Angoulême Avenue de Verdun aérotrain Beaugency Blanchard Blois Blossières Boigny Bonny sur loire Bordeaux Bourges Briare Brunet Cercottes chaotomobile Chemin des Jonquilles Châteauroux Châtillon Chécy Coligny Combleux Copenhague Corgié Coulon Cusset Dunkerque Edmondo De Amicis Eillum fbg Madeleine fbg St Vincent Fleury Georges V Germigny Gien Grenoble Hugo Héran Ingré kgb2019 Ki no Tsurayuki Koyama La Chapelle St Mesmin La Source Leblanc Leblay Lemòtges Lesens Lille Lucien Péraire Mardié Montaigne Montargis Monteirolet Naoned~Nantes Naviki neige ne tombez pas dans le panneau Nevers Nijmegen Olivet Orléans Ormes où suis-je P.D.U. place St Aignan police propaganda Pulversheim quai du Fort Alleaume quartier chêne Maillard quartier St Marceau Razemon RN20 Robert Benchley Roger Toulouse Rouen route de Chartres Rue Anatole France rue Bannier Rue Barruet rue Chanzy rue Creuse rue de Bourgogne rue de chimoutons rue de Lamballe rue de la Tour Neuve rue de l’Orme-au-coin Rue de Montaran rue des carmes rue des cosmonautes rue des fossés rue des Htes Levées rue des Maltotiers rue des murlins rue de Solférino rue Dubois rue du Bourdon Blanc rue du Canon rue E. Vignat rue Gabriel Péri rue Jean Jaurès rue Jean Moulin rue Jeanne Champillou Rue Jules Guesde rue Lamartine rue Langevin rue Louise Labonne rue Louise Michel rue Marcel Paul rue Mendès-France rue Nicole Duclos rue Piedgrouille rue Riobé rue St Côme rue Émile Zola Saran Semoy Sent Junian signalétique St Benoît/Loire St Cyr en val St Denis en val St Hilaire St Mesmin St Jean de Braye St Jean la Ruelle St Jean le Blanc St Laurent St Pryvé St Mesmin Strasbourg~Strossburi Su Sully/Loire Toscano Tours Travers Tsuyoshi Tuilerie Tunnel de l’ardoise Vennecy Vélorution Wataru Wichita Zef Jégard zone 30 - zone 20 écluse

Catégories

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

%d blogueurs aiment cette page :