Becancaneries

Théorème de J.B. Corot : « la ville de Copenhague est équipée de 350 km de pistes cyclables surélevées, séparées de la route et très sûres » dont plus de 550 km font les trottoirs d’Orléans et son agglomération.

Phylactères en déplacement

Je pourrai mentir et dire que c’est à l’occasion des déboires dans l’achat de billets pour un simple trajet vers Angoulême que j’ai trouvé le temps de lire. Publigâchage : « la sncf© n’est véritablement pas la société qui va aider les personnes à aimer prendre le train, que ce soit pour une desserte régionale ou pour un petit voyage avec un vélo », ce n’est plus un secret pour personnes que l’on habille la vieille dame d’oripeaux commerciaux presque décents… afin de mieux la vendre dans peu de temps !

Je pourrai mentir et dire que c’est à l’occasion du prochain festival de la bédé (>fr) que l’on m’a demandé de lire et parler des ouvrages suivants. Je pourrai… mais le dimanche, c’est souvent la rubrique « livres » de ce jouèb qui est sollicitée, une forme d’hommage au masque et la plume (>fr-París-Inter).

Aujourd’hui, deux bédés qui parlent « transport » (et dans lesquelles il y a au moins une scène avec un vélo).

Dans la Combi de Thomas Pesquet !

Marion Montaigne fait partie de ces heureuses découvertes tirées de la lecture de La Revue Dessinée (>fr). Ses reportages graphiques étaient très très bien racontés, avec un dessin assez particulier pour de la vulgarisation scientifique. Cela peut ne pas plaire, ou l’inverse. Mais, autant un reportage dans un zoo, c’est facile, autant s’envoyer en l’air dans une fusée après quelque cinq ans d’entraînement, c’est une autre affaire.

D’affaire, cela va être celle de Thomas Pesquet ; le cosmonaute européen est le véritable héros de ce livre qui ce veut être de vulgarisation scientifique ; cela ne veut pas dire que c’est un livre austère, loin de là, c’est tout le génie de l’autrice.

L’aventure commence par le petit Thomas auquel il faut plus que dessiner des moutons pour le calmer, quoique… pas de publigâchage ! Un enfant pousse comme une plante, et le terreau de certains est le cosmos, c’est ainsi qu’un jour de 2008, une annonce éclaire la vie du héros. Heureusement sinon, il n’y aurait pas de livre !

Le récit est très plaisant. L’humour est une constante, planches après planches, et plus que tout, ce livre parle de l’humain Pasquet, avec ses craintes, ses moments de doutes, mais également ses certitudes. Les humeurs du cosmonaute, mais celles de la famille ne sont pas oubliées et elles sont traitées d’une manière pudiques et souvent très drôles, entre saucisses sous-vides et vidange de la machine à laver.

La plus grande partie du livre traite des entraînements, de l’organisation de ces entraînements entre les différents sites des agences spatiales. Cosmonaute est un métier, pas des plus faciles.

Après s’être envoyé en l’air, et le passage des sacs de caca, voilà c’est dit, plusieurs anecdotes sont racontées sur l’organisation à bord, le rangement, l’intendance, sur le comment est préparée une sortie extra-véhiculaire. Tout ça, sans c’la pét… pas de publigâchage !

Passé un petit séjour de 6 mois, avec une héroïne de l’aventure spatiale américaine en la personne de Peggy Whitson, en impesanteur à seulement 400km au-dessus de nos têtes, nous retrouvons notre Pesquet national en prise avec le plancher des vaches et notre bonne vieille gravité.

Conclusion : divertir et apprendre, c’est le but réussi de ce livre. Il est à lire, même par les non-passionnés qui prendront, à coup sur, du plaisir, ce grâce au style de la dessinatrice, mais aussi grâce à la personnalité des cosmonautes… qui dans cette partie-ci de l’Europe se font appeler « astronautes ».

  • Le livre est disponible dans les librairies dignes de ce nom. Il est édité chez Dargaud (>fr)
  • Le cyber-cahier (>fr) de Marion Montaigne.

Les lumières de l’Aérotrain

Au nord de l’agglomération d’Orléans, il y a un colosse oublié. Un colosse de béton, une super-structure de plusieurs kilomètres qui longe la ligne de train. Entre les piliers de ciments, des aventures ont éclos, certaines probablement joyeuses, d’autres, beaucoup plus glauques.

Au-delà des vacances d’été et du grand changement, passage de l’enfance-adolescence à l’adolescence tout court — il faut dépasser les premières pages du livre et attendre l’arrivée de la « perturbation » —, il y a dans cet album un décor sous la forme du rail de l’aérotrain, un rail et le petit monde de l’enfer pavillonnaire avec son semblant de vie. Ceci sans oublier les années 90 —  l’aérotrain est incendié en 1992 — qui sont assez bien rendues au final, entre la zone, les BX-Fuego-R5 et Benny B. Elles collent à merveille à l’ambiance générale du livre.

Conclusion : l’histoire est plaisante. Les espoirs et les attentes des protagonistes sont suffisamment bien rendus et cela les rend très attachants, à un point tel que l’issue finale a été pour ma pomme, très inattendue.

  • Ce livre est disponible dans les librairies véritables. Il est édité par Grand Angle (>fr)
    • L’aérotrain est un des sujets de ce billet chez Olivier Razemon (>fr)
    • Par ailleurs, l’ambiance générale de cette dernière bédé fait furieusement penser à ce western beauceron « Les premiers les derniers » (>fr-fiche Allociné)

 

Et un coup de gueule pour finir

Un certain  « urban designer » dont les bureaux sont situés à Copenhague, semble avoir écrit un livre sur les aménagements urbains à destination des cyclistes, mais pas que.

Son livre semble causer des bienfaits du vélo, de la qualité de vie urbaine dont il est la colonne vertébrale, du dynamisme du commerce… mais visiblement, l’« ouvrage » n’est disponible que chez un marchand en ligne à l’enseigne orangeasse.

Joindre les actes aux paroles ne doit pas être une épreuve insurmontable pour garder un minimum de crédibilité, si ?

Un commentaire sur “Phylactères en déplacement

  1. Jeanne à vélo
    21/01/2019

    Concernant Thomas Pesquet, il était venu à Pithiviers au printemps dernier répondre longuement aux question d’un public de collégien(ne)s : https://www.youtube.com/watch?v=FNHX3XH9M44

    J'aime

Les commentaires sont fermés.

Information

Cette entrée a été publiée le 20/01/2019 par dans Livres, bédés, mangas, et est taguée , , .

Jeanne à vélo en vidéo

RSS J-à-V à l’écrit

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

Yann en vidéo

RSS Yann à l’écrit

  • Encore une rue Demay-rde… 29/05/2021
    Avec Trololo vélo, nous avons fait une petite vidéo sur le projet de requalification de la rue Demay à Saint Jean le Blanc.
  • Mais qui a eu cette idée folle un jour d’inventer les normes ou y’a t-il un cycliste derrière le guidon de la mairie Dunois – Madeleine ? 16/05/2021
    J’avais déjà parlé de la requalification de la rue du Parc sur sa partie Sud. J’avais regardé d’un oeil distrait les travaux sur la partie nord. Cela me semblait à peu près aux normes sur la partie entre la rue de Coulmiers et le boulevard de Châteaudun (en vert). Hier, pour la première fois, j’empruntais... Lire la Suite →
  • Rue Frédeville : piétons, attention, terrain hostile 15/05/2021
    Malgré la pluie, j’ai décidé de m’aventurer par delà les frontières de la ville d’Orléans attiré par les travaux en cours de rue Frédeville à Saint Jean de Braye. Ville où Bruno Malinverno était adjoint au maire chargé de l’urbanisme et vice-président à la métropole en charge des transports. Ce brave monsieur nous a habitué... Lire la Suite → […]
  • Pour aller au CO’met, il ne faudra pas avoir la tête dans les étoiles 09/05/2021
    J’aime bien aller à Décathlon à vélo quand j’ai des petits trucs à acheter. C’est rapide et efficace. J’avais filmé le trajet il y a deux ans en passant par Olivet. En gros, il faut 15 minutes du centre ancien pour rejoindre cette enseigne de sport… La zone commerciale est à proximité immédiate du CO’met,... Lire la Suite →

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com

Licence

Creative Commons License
Vous pouvez utiliser les éléments de ce cyber-cahier si vous en citez la source.

%d blogueurs aiment cette page :