Becancaneries

Théorème de J.B. Corot : « la ville de Copenhague est équipée de 350 km de pistes cyclables surélevées, séparées de la route et très sûres » dont plus de 550 km font les trottoirs d’Orléans et son agglomération.

Finalement non-envoyées

Petite liste des propositions non-envoyées à la sollicitation du « budget participatif 2019 » (>fr) par le gentille mairie d’Orléans, comme çà, pour le plaisir des listes.

Le grand débat

Avant de donner ma liste des non-envoyées, une fois les projets farfelus filtrés, un coup d’œil sur les propositions donne des indications assez intéressantes sur la manière dont les habitante⋅e⋅s vivent la ville, le quartier :

Qui ici désire de simples jardinières pour embellir le béton, qui là propose un abri à vélo, encore ici l’on se plaint du stationnement gênant… avec des propositions simples, déconcertantes de simplicité pour « résoudre » le problème mis en lumière.

Ce quotidien des personnes qui vivent la ville, semble bien éloigné des grands fauves qui croient que la ville est le décor de leurs névroses. Un exemple : le projet « loire’ land » qui n’existe que pour bétonner plus… à n’en pas douter, il y aura les nuits d’été une ciné-scénie pour expliquer aux enfants « la nature ».

Ce projet délirant, en plus d’industrialiser encore plus un endroit qui ne demande rien, devra être rentabilisé par la venue des touristes en masse, en SUV, en car, lors d’événements… enfin, si les touristes viennent un jour. Ce projet est aussi l’occasion de justifier une des deux passerelles, idée promue par la mairie pour chasser les cyclistes de la chaussée.

Cela nous éloigne un peu de la liste, et en même temps, pas tant que cela au regard du projet délirant (>fr), présenté pourtant comme de « bon-sens », projet délirant de suppression d’une voie « auto » au bénéfice d’un équipement cyclable. Qui sont ces personnes ? Quels sont les réseaux ? Qui les fournit en vélo ? Boivent-ils de l’huile ? Mangent-elles du pignon ou de la chaine ? Qui ? Qui ? Qui ?

La liste des 7 projets

1) Achat d’une gomme géante

C’est simple, pas très onéreux, et tout le conseil municipal peut être mis à contribution pour gommer les trucs peints sur les trottoirs afin de créer du conflit avec les piétons.

C’est un projet 2 en 1 car en plus d’effacer leur connerie, les bagnolard⋅e⋅s du conseil se montreront dans la rue, le quartier ; ils et elles pourront même faire campagne pour l’an prochain.

 

En extrapolant à la taille des chevilles des édiles, multiplié par les 400km et 1 million de pictogrammes… environ 20 000€00 de gomme.

Surtout ne pas remplacer la gomme — énergie mécanique — par du dissolvant. Le solvant — partisan du moindre effort — est une saloperie qui finirait dans Loire.

2) Acheter une scie

C’est le pendant du n°1, il va falloir une scie pour couper les poteaux des panneaux posés n’importe où, et souvent n’importe comment, sur les trottoirs

3) Recycler les panneaux

C’est la suite du point 2. Les panneaux inutiles ne seront surtout pas donnés à d’autres mairies qui pourraient nuire avec. Ils seront, ou vendus au kilo contre certificat de destruction, ou fondus sous la forme de tubes métalliques. Les tubes obtenus seront offerts à un atelier de ré-insertion municipales dont le but sera de créer des bicyclettes laissées en usage libre dans la ville.

4) Quitter les CVTC, GART & Cie

Sérieusement, à quoi servent ces organismes à part mobiliser les ressources intellectuelles d’un de nos plus brillant élu ? Après avoir potassé tous les dossiers et contre-dossiers, les analyses, les enquêtes produites par ces « machins » comme dirait De Gaulle, notre sous-attaché à la délégation hypothétique de la politique du vélo dans la mégalopole n’a plus rien à nous fournir ; un mal de tête l’empêche pour nous aider dans nos démarches !

Ça coûte pas un pognon de dingue de cesser de payer la cotisation au GART (>fr) ou au club des villes des cyclistes à écharpe au vent (>fr).

Il va de soi que les cotisations à d’autres officines — le CEREMA (>fr) excepté (organisme dont les préconisations seront forces de loi et apprises par cœur par les élu⋅e⋅s) —, doivent être abandonnées sur le champ.

5) Dévier la Loire à vélo

Attention, il n’est pas question de créer un canal latéral à Loire entre Beaugency et Jargeau, ce afin d’éviter à quelques cyclistes de venir à Orléans, non ! Un bon touriste donnera entre 50 et 150€00 à un⋅e commercant⋅e qui lui servira une soupe à la grimace. Cependant, la cathédrale se visite pour rien.

Dévier la Loire, c’est simplement aménager la rue entre le pont Thinat et le pont de l’Europe coté sud afin d’éviter à d’hypothétiques touristes de se risquer à rentrer dans la cité.

L’aménagement principal consistera à faire faire un crénelage aux automobilistes (à supprimer la ligne droite), bien sur, les cyclistes bénéficieront de la ligne droite, de la priorité aux intersections…

Pour faire vivre la rive sud, une maison du vélo sera construite quartier St Marceau, place de la bascule par exemple.

L’ensemble des travaux sera supervisé par l’humble père de la chose existante.

Après avoir remis les quais en zone 30, l’ancien itinéraire au nord sera gardé comme piste école mondiale de ce qu’il ne faut pas faire en matière d’aménagement. Le jour de la grand-fête, un, ou une, élu⋅e sera « cascadé⋅e » en bas de la rue royale, dans la traversée du pont.

6) Orleånized

Dans l’hypothèse où la vente des panneaux et des poteaux rapporte une très très très très grosse somme d’argent, avec les économies de cotisations, Orléans se paye les services de Mikael Colville-Andersen.

Il n’y a pas à développer ce paragraphe, le nom de l’opération est déjà trouvé « Orleånized ».

7) Campagne de propagande

La suite logique des points précédents, c’est qu’il va falloir une campagne de propagande pour bien faire comprendre qu’il y a à peine 100 km de PISTES cyclables dans l’agglo — attention changement d’échelle — et encore, en comptant les double-sens.

Pour info, le dernier équipement de qualité date de 1989. C’est la liaison La SourceOrléans, le long de la voie express.

La campagne insistera sur le fait que « oui, finalement, nous ne sommes pas les meilleurs », et, en même temps comme dirait l’autre, « les prochains équipements seront de qualité » ; vous noterez la modestie qu’il y aura d’affiché. Un changement qu’on vous dit !


C’étaient les 7 propositions non-envoyées pour différentes raisons dont de très bonnes. 7 comme autant de boules de cristal dans lesquelles nul avenir radieux pour les cyclistes de l’agglo se semble se donner à lire.

2 commentaires sur “Finalement non-envoyées

  1. Jeanne à vélo
    17/03/2019

    « Orleånized » : 😂 🤣

    J'aime

    • janpeire
      18/03/2019

      C’était ça ou « Orleånisette », mais trop connoté.

      J'aime

Les commentaires sont fermés.

Information

Cette entrée a été publiée le 16/03/2019 par dans Non classé.

Jeanne à vélo en vidéo

RSS J-à-V à l’écrit

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

Yann en vidéo

RSS Yann à l’écrit

  • Pour aller au CO’met, il ne faudra pas avoir la tête dans les étoiles 09/05/2021
    J’aime bien aller à Décathlon à vélo quand j’ai des petits trucs à acheter. C’est rapide et efficace. J’avais filmé le trajet il y a deux ans en passant par Olivet. En gros, il faut 15 minutes du centre ancien pour rejoindre cette enseigne de sport… La zone commerciale est à proximité immédiate du CO’met,... Lire la Suite →
  • Rue Lavedan : petite mise à jour 06/05/2021
    Alors qu’en février dernier, je vous faisais part des travaux en cours rue Lavedan. Ces derniers sont maintenant terminés et réservent quelques mises à jour. Je vous rassure les trottoirs ne sont toujours pas aux normes. Merci à tonton JP dont l’inégalable blog se trouve ici de m’avoir indiqué ces travaux. La zone 30 est... Lire la Suite →
  • Avenue Dauphine : alors Serge, on la déconfine ? 01/05/2021
    Quel cycliste orléanais ne s’est pas senti apeuré quand il quitte le pont George V et arrive sur l’avenue Dauphine ? Quel cycliste orléanais ne s’est pas senti perdu quand il s’apprête à quitter cette avenue et essaie de comprendre comment rejoindre la voie cyclable du pont George V. L’avenue Dauphine est un axe stratégique... Lire la Suite → […]
  • rue Monteloup : encore pire que sur les plans 18/04/2021
    Ancien habitant de la Chapelle Saint Mesmin, j’ai été titillé d’aller voir les travaux de requalification de la rue Monteloup. Cette rue est une importe voie de liaison comme le dit la République du Centre. En effet, la rue Monteloup, longue d’un kilomètre, est parallèle à la route de Blois et sert de shunt quand... Lire la Suite →

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com

Licence

Creative Commons License
Vous pouvez utiliser les éléments de ce cyber-cahier si vous en citez la source.

%d blogueurs aiment cette page :