Becancaneries

Aventures à vélo dans Orléans mégalopopole & un peu ailleurs !

Finalement non-envoyées

Petite liste des propositions non-envoyées à la sollicitation du « budget participatif 2019 » (>fr) par le gentille mairie d’Orléans, comme çà, pour le plaisir des listes.

Le grand débat

Avant de donner ma liste des non-envoyées, une fois les projets farfelus filtrés, un coup d’œil sur les propositions donne des indications assez intéressantes sur la manière dont les habitante⋅e⋅s vivent la ville, le quartier :

Qui ici désire de simples jardinières pour embellir le béton, qui là propose un abri à vélo, encore ici l’on se plaint du stationnement gênant… avec des propositions simples, déconcertantes de simplicité pour « résoudre » le problème mis en lumière.

Ce quotidien des personnes qui vivent la ville, semble bien éloigné des grands fauves qui croient que la ville est le décor de leurs névroses. Un exemple : le projet « loire’ land » qui n’existe que pour bétonner plus… à n’en pas douter, il y aura les nuits d’été une ciné-scénie pour expliquer aux enfants « la nature ».

Ce projet délirant, en plus d’industrialiser encore plus un endroit qui ne demande rien, devra être rentabilisé par la venue des touristes en masse, en SUV, en car, lors d’événements… enfin, si les touristes viennent un jour. Ce projet est aussi l’occasion de justifier une des deux passerelles, idée promue par la mairie pour chasser les cyclistes de la chaussée.

Cela nous éloigne un peu de la liste, et en même temps, pas tant que cela au regard du projet délirant (>fr), présenté pourtant comme de « bon-sens », projet délirant de suppression d’une voie « auto » au bénéfice d’un équipement cyclable. Qui sont ces personnes ? Quels sont les réseaux ? Qui les fournit en vélo ? Boivent-ils de l’huile ? Mangent-elles du pignon ou de la chaine ? Qui ? Qui ? Qui ?

La liste des 7 projets

1) Achat d’une gomme géante

C’est simple, pas très onéreux, et tout le conseil municipal peut être mis à contribution pour gommer les trucs peints sur les trottoirs afin de créer du conflit avec les piétons.

C’est un projet 2 en 1 car en plus d’effacer leur connerie, les bagnolard⋅e⋅s du conseil se montreront dans la rue, le quartier ; ils et elles pourront même faire campagne pour l’an prochain.

 

En extrapolant à la taille des chevilles des édiles, multiplié par les 400km et 1 million de pictogrammes… environ 20 000€00 de gomme.

Surtout ne pas remplacer la gomme — énergie mécanique — par du dissolvant. Le solvant — partisan du moindre effort — est une saloperie qui finirait dans Loire.

2) Acheter une scie

C’est le pendant du n°1, il va falloir une scie pour couper les poteaux des panneaux posés n’importe où, et souvent n’importe comment, sur les trottoirs

3) Recycler les panneaux

C’est la suite du point 2. Les panneaux inutiles ne seront surtout pas donnés à d’autres mairies qui pourraient nuire avec. Ils seront, ou vendus au kilo contre certificat de destruction, ou fondus sous la forme de tubes métalliques. Les tubes obtenus seront offerts à un atelier de ré-insertion municipales dont le but sera de créer des bicyclettes laissées en usage libre dans la ville.

4) Quitter les CVTC, GART & Cie

Sérieusement, à quoi servent ces organismes à part mobiliser les ressources intellectuelles d’un de nos plus brillant élu ? Après avoir potassé tous les dossiers et contre-dossiers, les analyses, les enquêtes produites par ces « machins » comme dirait De Gaulle, notre sous-attaché à la délégation hypothétique de la politique du vélo dans la mégalopole n’a plus rien à nous fournir ; un mal de tête l’empêche pour nous aider dans nos démarches !

Ça coûte pas un pognon de dingue de cesser de payer la cotisation au GART (>fr) ou au club des villes des cyclistes à écharpe au vent (>fr).

Il va de soi que les cotisations à d’autres officines — le CEREMA (>fr) excepté (organisme dont les préconisations seront forces de loi et apprises par cœur par les élu⋅e⋅s) —, doivent être abandonnées sur le champ.

5) Dévier la Loire à vélo

Attention, il n’est pas question de créer un canal latéral à Loire entre Beaugency et Jargeau, ce afin d’éviter à quelques cyclistes de venir à Orléans, non ! Un bon touriste donnera entre 50 et 150€00 à un⋅e commercant⋅e qui lui servira une soupe à la grimace. Cependant, la cathédrale se visite pour rien.

Dévier la Loire, c’est simplement aménager la rue entre le pont Thinat et le pont de l’Europe coté sud afin d’éviter à d’hypothétiques touristes de se risquer à rentrer dans la cité.

L’aménagement principal consistera à faire faire un crénelage aux automobilistes (à supprimer la ligne droite), bien sur, les cyclistes bénéficieront de la ligne droite, de la priorité aux intersections…

Pour faire vivre la rive sud, une maison du vélo sera construite quartier St Marceau, place de la bascule par exemple.

L’ensemble des travaux sera supervisé par l’humble père de la chose existante.

Après avoir remis les quais en zone 30, l’ancien itinéraire au nord sera gardé comme piste école mondiale de ce qu’il ne faut pas faire en matière d’aménagement. Le jour de la grand-fête, un, ou une, élu⋅e sera « cascadé⋅e » en bas de la rue royale, dans la traversée du pont.

6) Orleånized

Dans l’hypothèse où la vente des panneaux et des poteaux rapporte une très très très très grosse somme d’argent, avec les économies de cotisations, Orléans se paye les services de Mikael Colville-Andersen.

Il n’y a pas à développer ce paragraphe, le nom de l’opération est déjà trouvé « Orleånized ».

7) Campagne de propagande

La suite logique des points précédents, c’est qu’il va falloir une campagne de propagande pour bien faire comprendre qu’il y a à peine 100 km de PISTES cyclables dans l’agglo — attention changement d’échelle — et encore, en comptant les double-sens.

Pour info, le dernier équipement de qualité date de 1989. C’est la liaison La SourceOrléans, le long de la voie express.

La campagne insistera sur le fait que « oui, finalement, nous ne sommes pas les meilleurs », et, en même temps comme dirait l’autre, « les prochains équipements seront de qualité » ; vous noterez la modestie qu’il y aura d’affiché. Un changement qu’on vous dit !


C’étaient les 7 propositions non-envoyées pour différentes raisons dont de très bonnes. 7 comme autant de boules de cristal dans lesquelles nul avenir radieux pour les cyclistes de l’agglo se semble se donner à lire.

Publicités

2 commentaires sur “Finalement non-envoyées

  1. Jeanne à vélo
    17/03/2019

    « Orleånized » : 😂 🤣

    J'aime

    • janpeire
      18/03/2019

      C’était ça ou « Orleånisette », mais trop connoté.

      J'aime

Les commentaires sont fermés.

Information

Cette entrée a été publiée le 16/03/2019 par dans Non classé.

RSS Jeanne à vélo

  • Circuler à vélo à Dublin, c’est comment ? 16/07/2019
    Mark Wagenbuur a participé à Velo-City 2019, la rencontre internationale autour du vélo qui s’est tenue cette année à Dublin du 25 au 28 juin. L’occasion pour lui de découvrir la capitale irlandaise à hauteur de guidon. Traduction du billet publié le 3 juillet 2019 sous le titre « How cycle... L’article Circuler à vélo à Dublin, c’est comment ? est apparu en […]
  • Pierre-Antoine pédale en mode badass entre Orléans et La Source 12/07/2019
    Ce n’est pas nouveau : les rencontres en ligne, via les réseaux sociaux, aboutissent parfois à des rencontres dans le vrai monde celui où on pédale. Dans le tout petit monde de la cyclosphère orléanaise, Pierre-Antoine a surgi au détour de quelques tweets. Quelques échanges plus tard l’occasion s’est présentée d’avoir... L’article Pierre-Antoine pédale en mo […]
  • Réunion publique sur le plan vélo d’Orléans Métropole 04/07/2019
    En ce 3 juillet 2019, à l’heure du verre en terrasse ou de l’apéro dans le jardin, la climatisation avait été réglée avec soin dans l’amphithéâtre du musée des beaux-arts. C’était réunion publique sur le nouveau plan vélo d’Orléans Métropole. L’assistance était assez nombreuse et l’air frais potentiellement dormitif n’a... L’article Réunion publique sur le p […]

RSS Actuvélo

  • La FUB représentée au Forum mondial du vélo à Quito
    Associations locales et nationales de promotion du vélo, professionnels, techniciens et élus figuraient parmi les participants. La plupart étaient originaires d’Amérique Latine, mais un certain nombre représentaient également l’Europe, l’Océanie, l’Asie et l’Amérique du Nord. La communauté vélo s’est réunie pendant quatre jours pour échanger et bénéficier de […]
  • A Lunéville, on découvre le vélo grâce aux collégiens
    On peut partir de pas grand chose, dans une petite ville qui ne fait pas beaucoup parler d’elle, et devenir en quelques mois exemplaire suite à la rencontre, au bon moment, entre une Communauté de communes novatrice et une association ayant développé des compétences dans l’initiation et le perfectionnement du « rouler en sécurité ». … L’article A Lunéville, […]
  • Ville-accueil du congrès : un sacré coup de pédale !
    Le maire Stéphane Le Foll l’a reconnu sans détour en ouverture du congrès : accueillir la FUB, c’est « l’occasion d’accélérer certains aménagements cyclables ». Quelques jours plus tôt, il avait en effet inauguré deux nouvelles bandes cyclables très attendues. Elles sont situées sur un boulevard signalé comme l’un des principaux points noirs locaux dans le B […]

La chaine vidéo de Yann

La chaine vidéo de Jeanne à vélo

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com
%d blogueurs aiment cette page :