Becancaneries

Théorème de J.B. Corot : « la ville de Copenhague est équipée de 350 km de pistes cyclables surélevées, séparées de la route et très sûres » dont plus de 550 km font les trottoirs d’Orléans et son agglomération.

3 tests à Chambord

Pour aller se dégourdir les pneus un jour de repos, il y a plus désagréable dans la vie que d’aller à Chambord. Le château, enfin, le chemin pour y aller et en revenir, a été l’occasion de 3 tests, ci-dessous présentés, l’occasion d’alimenter la catégorie « tourisme » de ce jouèb, l’occasion de rapeller que c’est le type de trajet qui ne peux pas faire partie de l’opération KGB.

Jamais aussi bien servi que par soi-même

Après quelques crevaisons ces temps derniers, après plus de 2500km, Jan d’Auvernha (>fr) a été chaussé d’une référence de pneus « éprouvée » par « moi-même », c-à-d, des Schwalbe Marathon Plus. Les Schwalbe Road-Cruiser d’origine ont été donnés au voisin qui les voulait (je constate que sur le site du constructeur (>fr), la monture est chaussée dorénavant de pneus Michelin Protek, je dis ça, je dis rien, mais M. Schwalbe, faut arrêter de vendre de mauvais produits).

Je voulais le passer d’un large 47-622-Etrto à un presque-fin 32-622-Etrto, finalement c’est le moyen 37-622-Etrto qui était disponible, et c’est très bien ainsi. Le pneu est fin, mais point trop. Je me souviens avoir un peu chouiné d’être en chaussures de ville sous la neige en 2018 avec le T100 chaussé de 32-622.

Aller à Chambord, sans crever, était un moyen comme un autre de se rassurer après 3 semaines d’enfer. Et voici des bris de bouteilles, un chemin, des ronces… et voila un vélo dont les pneus n’ont pas (encore) failli à la tâche :

En même temps que les pneus, les nouveaux tampons de frein ont bien officié. Il y en avait besoin, car, il n’y a point toujours d’équipements cyclables de présents sur une partie de la route dite « des châteaux à vélo », une route limitée en partie à 70km/h.

Renaissance à Chambord

L’atmosphère unique et féerique se ressent dès l’arrivée, après avoir traversé la forêt, quand on se trouve face à une architecture extraordinaire…

Le test numéro 2 de l’échappée du jour n’était pas celui du « où suis-je », mais celui du nouvel appareil photo. Je laisse une seule photo (passée au filtre « hdr »), avec toutes les données « Exif » de disponibles :

Nous serons sans problème d’accord pour dire que ce n’est pas la photo du siècle, mais après avoir pesté contre des — censuré — qui se posent comme des parigot⋅e⋅s devant la première allée venue pour faire un egoportrait, je n’allais pas à mon tour, circuler partout et faire chier le monde présent (ce qui n’est pas dans ma façon de me comporter au quotidien, soit dit en passant).

L’électronique

Le 3ᵉ test était celui de l’équipement électronique. Le téléphone en position « localisation » seule consomme assez peu au final, il avait tenu plus de 100km lors du presque 200 (>fr), mais, quand il lui est demandé de guider, de suivre la trace, je me suis rendu compte lors de la virée dans les Charentes (>fr) que la batterie est beaucoup plus sollicitée.

Je ne suis pas (trop) dans la crainte de me perdre (je ne suis pas sans savoir lire une carte), je ne suis pas dans la crainte d’une chute ou d’une rencontre imprévue — d’ailleurs à ce sujet, les cerfs et autres bestioles du « domaine de Chambord », vos collègues de la forêt d’Orléans font mieux que vous pour mettre un peu de vie — avec une bête sauvage autre qu’un SUViste, mais, le doudou technologique rassure.

Certes il y a des batteries externes, mais également une prise USB dans le corps du feu avant. J’ai enfin compris comment faire fonctionner le bidule. Cependant le test de rouler avec le téléphone branché devra être réalisée à nouveau — peut-être le brancher dès la barre des 40 % de batterie faible — car en l’état, ce n’est pas concluant.

Autre pièce d’électronique qui va devoir peut-être être changée (sauf si je déniche un nouvel objectif, car Shimano, non rien), la caméra.

Voici le résultat avec l’objectif destiné pour les prises en étang, avec un point drogue à Meung/Loire :

Après avoir doublé une voiturette à Mareau, en zone 30, dernière folie du trajet, dépasser une électrocycliste en « côte » au kilomètre 102 du jour :

Pour finir, l’équipement des années 80 que la mairie d’Orléans a mis en œuvre « pour faciliter » la vie, pour fluidifier…

La carte & le nombre de cyclistes

Pas grand chose à dire sur le trajet préparé avec Naviki©, comme le montre la carte ci-dessous :

À l’aller, passage par Cléry, Lailly, St Laurent : souvent de la contre-route (pas toujours d’une grande qualité), parfois du chemin de calcaire, rarement du chemin forestier ou de terre (moins de 3km).

Au retour, Loire à vélo, c-à-d aucunes grandes difficultés.

Oui, je vais finir par trouver le moyen de rendre les traces de Naviki visibles.

Côté fréquentation, entre Orléans et Chambord, moins de 10 cyclistes, entre Chambord et Beaugency (qui accueille la fête à neuneu pour le 1er mai), quelques 80 cyclistes, mais les 10:00 étaient passées, entre Beaugency et Orléans, moins de 50cyclistes.

Et un micro-poème pour finir :

Chemin rural
Au sommet d’un dos-d’âne
Passent deux perdreaux.

Information

Cette entrée a été publiée le 29/04/2019 par dans micropoésie – fiction, tourisme, et est taguée .

Jeanne à vélo en vidéo

RSS J-à-V à l’écrit

  • Rejoindre à vélo un crématorium pour animaux aux Pays-Bas 23/09/2021
    Une tranche de vie de Mark Wagenbuur auquel je souhaite publiquement le meilleur pour la suite.Take care Mark!Voici la traduction de « Riding to a pet crematorium » publié le 22 septembre 2021 sur Bicycle Dutch. Dans ma série de « vrais trajets », en voici un que j’aurais préféré ne pas avoir... L’article Rejoindre à vélo un crématorium pour animaux aux Pays […]
  • La rue Lamartine à Fleury-les-Aubrais est un crash test métropolitain 21/09/2021
    C’est au pied du mur qu’on voit le maçon. Et c’est devant les problématiques de stationnement résidentiel qu’on mesure le degré d’engagement des élu(e)s en matière de transition. Le cas posé par la rue Lamartine à Fleury-les-Aubrais est à cet égard emblématique car l’imbroglio actuel provient de la mise en... L’article La rue Lamartine à Fleury-les-Aubrais e […]
  • La véloroute express de Tilburg à Waalwijk est terminée 16/09/2021
    En traduisant régulièrement les billets de Mark Wagenbuur, je cherche avant tout à donner envie – aux élu(e)s et technicien(ne)s en tout premier lieu !Le billet de cette semaine appartient pleinement à cette catégorie du feel good cycling.Une certaine vision de l’avenir du déplacement individuel.Voici la traduction de « The finished fast... L’article La vélo […]
  • Le remarquable Low Traffic Neighbourhood de Railton — par The Ranty Highwayman 14/09/2021
    Qui n’a pas entendu parler des Low Traffic Neighbourhoods du Grand Londres ? Wikipédia y consacre un article (en anglais) dans lequel on apprend qu’il s’agit d’une démarche par laquelle les pouvoirs publics – et les riverains – cherchent à réduire ou même éliminer le trafic de transit dans les... L’article Le remarquable Low Traffic Neighbourhood de Railton […]

Yann en vidéo

RSS Yann à l’écrit

  • Rue Lamartine : décision municipale bancale 30/07/2021
    Cela avait fait quelques semaines que je n’avais pas pris le temps de rédiger un billet. Comme vous le savez déjà, nous sommes plusieurs à s’être regroupés en association afin de faire valoir les droits des piétons et des cyclistes. Cela nous prend pas mal de temps et j’ai dû mettre en pause ce petit... Lire la Suite →
  • Encore une rue Demay-rde… 29/05/2021
    Avec Trololo vélo, nous avons fait une petite vidéo sur le projet de requalification de la rue Demay à Saint Jean le Blanc.
  • Mais qui a eu cette idée folle un jour d’inventer les normes ou y’a t-il un cycliste derrière le guidon de la mairie Dunois – Madeleine ? 16/05/2021
    J’avais déjà parlé de la requalification de la rue du Parc sur sa partie Sud. J’avais regardé d’un oeil distrait les travaux sur la partie nord. Cela me semblait à peu près aux normes sur la partie entre la rue de Coulmiers et le boulevard de Châteaudun (en vert). Hier, pour la première fois, j’empruntais... Lire la Suite →
  • Rue Frédeville : piétons, attention, terrain hostile 15/05/2021
    Malgré la pluie, j’ai décidé de m’aventurer par delà les frontières de la ville d’Orléans attiré par les travaux en cours de rue Frédeville à Saint Jean de Braye. Ville où Bruno Malinverno était adjoint au maire chargé de l’urbanisme et vice-président à la métropole en charge des transports. Ce brave monsieur nous a habitué... Lire la Suite → […]

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com

Licence

Creative Commons License
Vous pouvez utiliser les éléments de ce cyber-cahier si vous en citez la source.

%d blogueurs aiment cette page :