Becancaneries

Théorème de J.B. Corot : « la ville de Copenhague est équipée de 350 km de pistes cyclables surélevées, séparées de la route et très sûres » dont plus de 550 km font les trottoirs d’Orléans et son agglomération.

Chicanes sur le PDU

Le premier billet avec le croisillon PDU de ce cyber-carnet a été écrit en décembre 2016, le voici en lien (>fr), je ne l’ai touché en rien. Le lendemain j’écrivais quelques mots sur la façon dont Orléans-Mégalopopole traite le petit-rien disponible (>fr) ; un petit-rien relié à la médiocrité orléanaise. « C’est mieux que rien » selon la formule du trou noir de la pensée politicocycliste locale.

Dans le vide cosmique, un trou noir est dense, c’est pour cela qu’il ne brille pas comme le font les étoiles, les « stars » en patois de París, auxquelles viennent se frotter les commettes. Cependant, le destin des étoiles est de s’éteindre un jour, le soleil comme les autres, mais en ce mois de juillet 2019, afin de filer la métaphore cosmique, peut-être est-il temps pour les cyclistes de la plate ville d’Orléans de décrocher la lune… afin de briller un peu.

Comme il n’est pas question d’écouter le chant des sirènes, ces êtres mi-femmes mi-oiseaux qui en promettant la lune risquent par leurs chants vous envoyer en l’air, un petit billet pour décrypter le carton d’invitation (>fr).

Titre

Déjà, le titre « Aurelianis metropolis simplifie vos déplacements à vélo » laisse rêveur, mais le chapeau précise qu’il se parle d’itinéraires et de services.

§ Plan vélo

L’objectif est d’identifier et programmer les itinéraires cyclables et services vélo à développer ces prochaines années sur la métropole.

Depuis 2 ans de réunions, il me semble que c’est fait, non ? Ou alors, il est question de nous vendre un des délires des 2 grands fauves, comme la passerelle dans l’édito du maître des hôtels (0) de la feuille de choux d’avril 2019 :

Grâce à tout ce qui a été entrepris depuis plus de dix ans, notre métropole dispose d’un réseau cyclable de grande qualité, entre ville et campagne, long de plus de 450 km aménagés. […]

Merci à tous ceux qui ont pris de leur temps pour participer aux ateliers citoyens consacrés à diagnostiquer tous les points d’amélioration de notre réseau cyclable. Vous avez été nombreux à y participer.

Grâce à vous, nous allons pouvoir recueillir vos propositions d’usagers et identifier les points noirs à résorber, en particulier les accès à sécuriser pour la mobilité des scolaires. Par exemple, comme vous, nous soutenons la réalisation d’une « passerelle » -en fait un pont léger- exclusivement consacrée aux vélos et aux piétons. C’est la bonne solution pour franchir la Loire dans le centre d’Orléans. […]

Il faut passer sur le fait que le vélo passe de « moyen de déplacement », à « outil utile au développement du tourisme » — touristes à vélo : fuyez Orléans, faites une halte à Jargeau ou à Beaugency, mais fuyez Orléans, personne dans la cité johannique ne veut de vous ! — pour finir en « sécurité des scolaires ». L’édito chantonne également cette antienne « il ne faut pas opposer les modes de transport », ce qui est fait cependant depuis 40ans, au profit de la seule voiture. Rien ne peut plus être dit sur « réseau de qualité » & « 450km », sauf que Orléans ment.

La passerelle est le projet vendu par le premier d’entre tous dans les réunions de quartier ou à la la presse. Cependant, il semble que « des » cyclistes locaux ont fait des propositions bien moins coûteuses, plus faciles, plus simples, accessibles et réversibles.

  • Par exemple, ici (>fr) sur le site de la mairie ou encore ici (>fr) sur le site de la vélorution Orléans.

Sauf à croire un énième retournement de veste comme celui du « j’ai entendu les critiques sur la mise à une voie du pont et j’ai compris », ce qui pourrait donner un « j’ai entendu les critiques sur les passerelles qui ne partent pas de bien loin et qui se perdent dans le désert cycliste d’Orléans, des objets inutiles puisqu’ils sont promus par les tenants de l’équerre et du compas, j’ai donc décidé de fermer le pont pendant un an ».

Je suis bien réveillé de ma sieste d’un dimanche pré-caniculaire, et j’essaye de me trouver de bonnes raisons pour aller subir le flonflon de la réunion, mais de lire ça, sur l’invitation :

Pour répondre au mieux aux besoins des habitants et des cyclistes et pour développer la pratique du vélo sur son territoire, Orléans Métropole a souhaité s’appuyer sur les connaissances et expériences des usagers.

Lire ça m’ennuie un peu. Il y a de la rectification dans les communiqués à venir si la passerelle est mise sur le tapis des solutions vélos. Il va falloir biffer des cartons d’invitations la notion de « co-construction » et autres fariboles participatives.

§ l’apliquette

Je ne vais pas revenir, ici sur l’appliquette mais j’ai de nouveau essayé de tracer mon trajet vélotaf sur le site. Plus de 10km à calculer, pour au final me voir proposer de :

  • prendre un sens interdit (peu dangereux à cet endroit, mais quand même), proposer de traverser la RN20 (2 fois 2 voies en dehors de tous passages piétons),
  • de passer sur une route imaginaire (mais ça, c’est la faute aux capitalistes de Saran qui annotent OSM), une route ouverte depuis, mais qui au final sera « privée »,
  • de faire des créneaux, des créneaux et des créneaux.

Contrairement à d’autres, je ne mène pas la vie de château, mais là, avec autant de créneaux pour « vous assurer confort, sécurité et tranquillité », faut faire fort.

Foin des jeux de mots pourraves, le but est de nous exclure de la circulation, nous rendre invisibles. De l’appliquette citée, suite à une demande de cyclistes, les goûts et les couleurs en matière d’appliquettes se discuteront en septembre lors d’une rencontre. Si lors de cet atelier est trouvé une personne usagère de l’appli de l’agglo, elle aura droit de présenter la chose.

§ vélo+

Le vélo en libre service est une politique de l’affichage. Il faut lui reconnaître une chose, c’est que « d’un coup », des cyclistes se sont donnés à voir dans les rues.

  • Une personne influente dans le domaine cycliste, pas un de ces observateurs à travers le pare-brise d’une auto comme moult personnes sur les réseaux mal-dits sociaux, a fait un billet sur Vélo+, c’est ici (>fr-Jehanne à vélo)

Sur les vélos en libre service, c’est un gouffre financier, une des raisons qui font que Strasbourg n’en veut pas :

Certes, aucune collectivité n’a jamais prétendu rentabiliser un service public de transport, quel qu’il soit. Mais cela reste énorme. Benoît Beroud, fondateur de la société de conseil Mobiped, a épluché un certain nombre de contrats signés entre les municipalités et leurs concessionnaires. « Le coût par vélo et par an atteint 2 250 euros à Orléans, 2 413 euros à Rennes, 3 267 euros à Marseille », a-t-il calculé.

Une autre raison est que la ville possède un réseau digne de ce nom, et, cela a déjà été dit ici, « l’infrastructure appelle la pratique ». De plus, le système est payé par l’ensemble de la mégalopole d’Orléans, mais ne profite que à une petite partie.

Vélo SEMTAO

À toutes fins utiles, rappelons en 3 mots que le Tao est une « philosophie du vide » : rires. Personne n’aurait appelé la chose « coran » ou « criste », selon l’acronyme tombé d’une réunion municipale que l’on imagine dantesque. Certes le Tao vient d’une contrée lointaine peuplée d’êtres « buveurs de sang », « sanguinaires » et « perfides »(1) à en croire la rumeur d’Orléans, mais votre serviteur n’ayant jamais effectué de voyages d’affaires dans cette partie du monde, il fera fi des ragots.

Moins cher et loin du nucléaire.

Parc de stationnement

Pas grand-chose à dire sur la chose. Tant mieux pour les abonnés si un service de plus est offert. Dans l’accrochage en surface, doit être privilégiés les anneaux, une solution simple, facile, polyvalente, efficace… ça c’est l’exemple des choses qui sont dites et redites lors des réunions.

Au quotidien, il y a souvent du mauvais dans l’emplacement, par exemple l’anneau qui était posé au milieu du passage piéton devant le CERCIL (c’est un SUV qui lui a fait un sort), du mauvais dans le positionnement, par exemple les anneaux qui sont sur un trottoir dans le quartier des halles, ou ailleurs contre un mur… ou alors, à l’image de ce billet (>fr), une bonne idée initiale, mais au final, une chose médiocre.

Précision, depuis peu, le long des quais de Loire, certains cyclistes — « jamais heureux » comme le touitte gaiement la préposée à valider les coups de peinture sur les trottoirs — se plaignent d’un équipement de mauvaise qualité. En fait, les cyclo-râleurs ont confondu un décrotte-botte avec un râtelier à vélo, les pauvres (2).

Sur ces mêmes quais, il faut saluer la pose de station de gonflage.

Dans votre agenda

La réunion est prévue le :

  • Mercredi 3 juillet à 19h
    Auditorium du Musée des Beaux-Arts
    Place Sainte-Croix – Orléans.

Bonus

Pas grand chose à dire, à la notion « d’autoroute » il aurait été bon de substituer celle « d’onde verte », voir d’en donner les principales caractéristiques (>fr).

Fiction : si une mairie avait été véritablement concernée par le climat, le parc des Groue n’aurait pas été bétonné et les arbres plantés, en 20 ans, auraient assez de feuilles pour donner de l’ombre. un de ces îlot de fraîcheur qui manquent tant.

 

Dans 20ans, plus personne ne songera à aller à capitaliste-park en vélo. Avec la crise de pétrole, ces machins ont obtenu un sursis car ils avaient investis dans des champs de pétrole, mais ils savaient que ces équipements étaient voués à la destruction à brève échéance.

_ _ _ _ _

(0) hôtel de ville et hôtel de la mégalopole, esprits mal placés que vous êtes.

(1) la personne qui connaît le chef-d’œuvre du neuvième art dont il est fait référence ici a droit à ma considération éternelle.

(2) ceci est de l’humour.

Information

Cette entrée a été publiée le 23/06/2019 par dans Orléans n’aime pas beaucoup les vélos, et est taguée .

Jeanne à vélo en vidéo

RSS J-à-V à l’écrit

  • Utrecht inaugure un nouveau et vaste parking à vélos souterrain en centre-ville 20/10/2021
    Quand il n’y en a plus, il y en a encore ! De quoi ? Du stationnement vélo de grande qualité… à Utrecht ! C’est évidemment Mark Wagenbuur qui fait la visite puisqu’il a assisté à l’inauguration de cette installation résolument « moderne ».Voici la traduction de « Why did Utrecht open yet another giant underground... L’article Utrecht inaugure un nouveau et v […]
  • Un « Social Cycling Tour » à Bois-le-Duc 13/10/2021
    Difficile de traduire proprement l’expression « Social Cycling Tour » donc je me suis bien gardé de le faire. Mais je suis sûr que vous comprenez intuitivement de quoi il s’agit. Sinon, aucun souci, Mark Wagenbuur vous explique tout. 😇Voici la traduction de « A ‘social cycling tour’ in ʼs-Hertogenbosch » publié le 13... L’article Un « Social Cycling Tour » à […]
  • Pédaler de Huis ter Heide à la gare de Driebergen-Zeist dans la Province d’Utrecht 06/10/2021
    Un nouveau trajet interurbain à vélo commenté de Mark Wagenbuur.Voici la traduction de « Ride from Huis ter Heide to station Driebergen-Zeist (Province of Utrecht) » publié le 6 octobre 2021 sur Bicycle Dutch. Le trajet de cette semaine nous emmène d’un endroit à l’autre du blog. Nous commençons juste au sud... L’article Pédaler de Huis ter Heide à la gare d […]
  • Une base aérienne transformée en espace cyclable aux Pays-Bas 29/09/2021
    Peut-être qu’un jour la base de Bricy sera elle aussi rendue à la nature et deviendra cyclable. En attendant, celles et ceux qui y travaillent aimeraient certainement pouvoir s’y rendre à vélo de manière sûre et confortable… Mark Wagenbuur garde les roues sur terre mais nous fait un peu rêver... L’article Une base aérienne transformée en espace cyclable aux […]

Yann en vidéo

RSS Yann à l’écrit

  • Rue Lamartine : décision municipale bancale 30/07/2021
    Cela avait fait quelques semaines que je n’avais pas pris le temps de rédiger un billet. Comme vous le savez déjà, nous sommes plusieurs à s’être regroupés en association afin de faire valoir les droits des piétons et des cyclistes. Cela nous prend pas mal de temps et j’ai dû mettre en pause ce petit... Lire la Suite →
  • Encore une rue Demay-rde… 29/05/2021
    Avec Trololo vélo, nous avons fait une petite vidéo sur le projet de requalification de la rue Demay à Saint Jean le Blanc.
  • Mais qui a eu cette idée folle un jour d’inventer les normes ou y’a t-il un cycliste derrière le guidon de la mairie Dunois – Madeleine ? 16/05/2021
    J’avais déjà parlé de la requalification de la rue du Parc sur sa partie Sud. J’avais regardé d’un oeil distrait les travaux sur la partie nord. Cela me semblait à peu près aux normes sur la partie entre la rue de Coulmiers et le boulevard de Châteaudun (en vert). Hier, pour la première fois, j’empruntais... Lire la Suite →
  • Rue Frédeville : piétons, attention, terrain hostile 15/05/2021
    Malgré la pluie, j’ai décidé de m’aventurer par delà les frontières de la ville d’Orléans attiré par les travaux en cours de rue Frédeville à Saint Jean de Braye. Ville où Bruno Malinverno était adjoint au maire chargé de l’urbanisme et vice-président à la métropole en charge des transports. Ce brave monsieur nous a habitué... Lire la Suite → […]

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com

Licence

Creative Commons License
Vous pouvez utiliser les éléments de ce cyber-cahier si vous en citez la source.

%d blogueurs aiment cette page :