Becancaneries

Aventures à vélo dans Orléans mégalopopole & un peu ailleurs !

Petite balade dans la cité gantière

Loin de votre serviteur l’idée de vous narrer tout son trajet du village à la gare, loin de lui l’idée de vous faire croire l’idée, somme-toute assez citadine, que sans le braquet adéquat point de liberté, point de sensation. Celui, ou celle, qui achète un vélo sans en comprendre les rudiments dans le maniement des vitesses, celui-ci mérite… rien qui ne puisse être dit ici sans tomber sous le coup de la loi.

Tout est partit sur une discussion familiale et estivale commencée ainsi « Oui mais les cyclistes » ponctuée à un moment d’un « il y avait un vélo, l’autre jour, et bien impossible de le doubler. Pourquoi lui aussi, il ne roulerait pas sur le trottoir, cela serait plus confortable ».

Il faut comprendre cette dernière phrase comme un « et nous serions plus tranquilles sur la route qui est que pour nous ».

L’endroit dont parlait la personne, l’ancienne RN141, n’est pas aménagée pour les cyclistes dans sa traversée de la cité gantière.

Comme partout en France, la priorité est donnée aux chalands qui se rendent dans la zone commerciale, à ceux qui traversent la ville — sans qu’on leur donne vraiment l’envie de s’arrêter — à celles qui n’imaginent pas faire autrement que comme les générations d’avant, c’est-à-dire, depuis 60-50 ans, guère plus. La région étant assez « pauvre », mais quasi autarcique, l’achat de l’automobile représentait un progrès social, certes, mais le monde, pétrit d’une culture rurale forte, en était économe de l’usage. L’automobile comme objet ostentatoire de grande consommation, est un phénomène très récent — 20 ans environ —, donc pas irréversible non plus.

L’ancienne 141

Bref, si l’ancienne route nationale n’est pas aménagée dans le centre de la cité en dehors d’un étron de ciment séparateur, elle l’a été en périphérie. La largeur de la route n’a été en rien touchée, mais des places ont été peintes sur la route, dans les 2 sens de circulation. Malgré cela, nombreux sont les bagnoles qui empiètent sur le trottoir… de peur qu’une autre bagnole se rate dans un des virages.

Dans la même conversation, en plus de rappeler les règles de base : pas de vélos sur les trottoirs sauf moins de 8ans, panneau carré en ville car les équipements sont très souvent dangereusement conçus, respect du sens de circulation, sas vélo au feu.

Note : à St-Junien, il n’y a plus de feu et personne ne semble se plaindre, la circulation est très très fluide.

Boulevard de la République

J’ai appris à mon interlocutrice que « de la peinture a été déposée le long du boulevard de la République ». Si l’intention de desservir 2 écoles primaires et un collège est louable, la réalisation laisse à désirer.

En quelques images qui auraient pu être prises dans une célèbre grande ville de la région Centre :

En dehors des intersections — priorité, ressaut, courbe — et du double sens, l’équipement aurait pu avoir un semblant de qualité si le revêtement avait été conçu pour voir circuler les cyclistes. L’ensemble du boulevard devrait pouvoir être mieux aménagé ; les cyclistes, même jeunes, méritent mieux.

Champ de foire

Pour avoir autre chose que de passer de l’est à l’ouest, en laissant les sévices techniques de la communauté de commune, le plat de la chaussée s’offre à la roue. Il se trouve que l’itinéraire se continue le long du champ de foire — une aire de stationnement gratuite, ce qui n’empêche pas certain⋅e⋅s de râler sur l’air du « on peut plus se garer…». En image, le super équipement de 2 x 1m :

dont voici la fin du cheminement du champ de foire, en bordure :

Sérieusement.

Rue Jean Jaurès

Après le boulevard, après le champ de foire, voici la rue Jean Jaurès, malheureusement dans la même veine.

À l’aller (je circule sur la chaussée, l’équipement de non-rêve est sur la gauche) :

le trottoir est l’espace des piétons.

Au retour, votre serviteur a fait l’effort d’emprunter la bouse — ceci n’est pas une piste cyclable —  sur toute la longueur de la rue :

Vers la gare

À la sortie de la rue, le cycliste est resté sur la plate chaussée et le trottoir peint entre les arbres, les panneaux, les rond-points se présentait à sa droite :

Pour continuer vers la gare, il faut prendre la peut-être seule rue au nom d’un noble — d’Estienne d’Orves — et résistant.

Il est évident que pas un cyclosportif local, pas un cyclotouriste, même au féminin, même amateur, ne se risque à prendre ce type d’équipement.

Les camarades cyclistes sont les éternel·le·s oublié·e·s des forces aménagementérielles en place depuis trop longtemps, des forces au services du bitume, du béton, des bordures & des amis des rond-points.

Ce n’est pas la première fois que je parle sur ce cyber-cahier de la ville rouge, voir le croisillon (>fr), et probablement pas la dernière.

    • Le site de la cité (>fr) de Saint Junien ~ Sent Junian ~ donne à lire ceci :

Piste cyclable

Une piste cyclable permet quasiment de traverser la ville en vélo, de la zone commerciale Les Martines au centre aqua-récréatif l’Aïga bluïa. La zone de rencontre mise en place en centre-ville offre également un espace de circulation apaisé.

Dans les rues concernées par la zone de rencontre, le cycliste est prioritaire sur l’automobiliste mais doit respecter la déambulation des piétons. La vitesse y est limitée à 20km/h.

Note perso : une piste cyclable n’est pas un trottoir ! De plus, cette « piste » est de couleur invisible à l’œil nu, ce qui n’est pas une bonne chose pour pouvoir être utilisée sereinement.

 

 

– ! –

  • Le site du club de l’ASSJ-cylo (>fr) — grand respect à Didier qui va réussir le PBP2019.
  • Sur d’autres cyber-cahiers, des analyses de piste qui partent de nulle part pour aller pas très loin se donnent à être lues, par exemple ici (>fr).
  • Ou encore ici, en Ardecha (>fr) avec photos et film.

– ! –

2 commentaires sur “Petite balade dans la cité gantière

  1. Yann d'Orléans
    04/08/2019

    Ça m’agace ces cédez le passage/stop pour vélo au croisement d’une route alors que c’est juxtaposé à un passage piéton.

    Le piéton est prioritaire à la voiture, mais pas le vélo… C’est d’une bêtise !

    Aimé par 1 personne

    • janpeire
      04/08/2019

      J’ai expliqué à ma voisine que normalement, l’équipement cyclable doit avoir le même régime de priorité. Ici, ce qui est également ridicule, c’est la limite à 30 le temps du carrefour. Ni trottoir traversant, ni zonage, enfin, sur la chaussée, personne ne klaxonne, voir même, les gens sont cools.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 04/08/2019 par dans tourisme, Une photo vaut mieux qu'un long discours, et est taguée .

RSS Jeanne à vélo

  • Un chemin de halage prometteur 08/11/2019
    Après la triste et grise « voie verte » de l’avenue Pierre Mendès France à Saint-Jean-de-la-Ruelle, cap à l’est pour une authentique voie verte, celle du chemin de halage. Se rendre à Combleux de cette manière, le long du canal et de la Loire, est une chouette balade. D’ailleurs, les influenceuses indiennes... L’article Un chemin de halage prometteur est app […]
  • La voie verte la plus grise de France 01/11/2019
    Qu’on me pardonne ce titre putaclic à souhait. Il y a certainement d’autres voies vertes bien grises ailleurs en France. Mais celle-ci, à Saint-Jean-de-la-Ruelle, coincée entre sortie d’autoroute, zone commerciale et tangentielle, accuse un profil de grisitude particulièrement prononcé. Et si vous estimez que j’ai forcé le trait en sortant... L’article La vo […]
  • Covoiturage : Nicolas Pressicaud tient la plume et le volant 30/10/2019
    Jan-Peire avait rencontré fortuitement Nicolas Pressicaud à l’occasion de la vélorution universelle à Nevers. Il faut dire que l’auteur en 2009 d’un Bréviaire de vélorution tranquille était un « régional de l’étape » comme on dit sur le Tour. C’était en juillet 2018 et l’ancien consultant en mobilité devenu enseignant d’histoire-géographie s’apprêtait... L’a […]

RSS Actuvélo

  • A Montpellier, #JeSuisUnDesDeux, acte 2
    Cela fait maintenant plus de dix mois que le vélo est au cœur de l’actualité à Montpellier, depuis la célèbre phrase du maire et président de la métropole: « Vous savez, faire une infrastructure pour qu’elle soit utilisée par deux personnes, c’est peut-être pas l’idéal ». La réaction citoyenne fut impressionnante avec 1 500 vélos … L’article A Montpellier, # […]
  • En Ile-de-France, le vélo n’est plus une danseuse
    Le vélo francilien en forte hausse! Les derniers chiffres montrent une progression de son usage dans la conurbation. Compte tenu de la géographie, de la densité et de la sociologie de l’Ile-de-France, c’est assez logique. Les élus, de tous bords et de tous niveaux, ont enfin compris son importance capitale. Voici pourquoi et comment il … L’article En Ile-de- […]
  • Pour qui allons-nous voter ? « Why we cycle » au service du plaidoyer local
    A l’invitation de l’association La Ville à Vélo, cinq candidats aux élections de la Ville et de la Métropole de Lyon ont participé au débat à l’issue du film « Why we cycle ». Animé par un journaliste du journal Lyon Capitale, ce ciné-débat a permis de connaître la position des candidats à l’égard du … L’article Pour qui allons-nous voter ? « Why we cycle » […]

La chaine vidéo de Yann

La chaine vidéo de Jeanne à vélo

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com
%d blogueurs aiment cette page :