Becancaneries

Aventures à vélo dans Orléans mégalopopole & un peu ailleurs !

Retour à La Source

La bande d’asphalte séparant la voie express, dite Gaston Galloux, d’une plaine de champs prête à être urbanisée, est le dernier grand équipement cyclable de qualité réalisé dans l’agglomération orléanaise, et ce depuis 30ans.
La piste rejoint le périphérique intérieur d’Orléans au quartier de la Source.

Moins de 10 km, 1/2 heure de bicyclette et hop ! V’la votre serviteur prêt à répondre à l’invitation de l’association des habitant⋅e⋅s de la Source, invitation à découvrir le quartier via ses équipements cyclables ou l’inverse, selon vos préférences.

‘Quò plòu

Le point de rendez-vous était sise salle Fernand Pellicer, sous une petite bruine. La pluie du matin a laissée des traces dans chacun des carrefours de la bande peinte, sous la forme de flaques, avec des feuilles et des déchets.

Un bon indice pour savoir que cela avait été une légère pluie est l’absence d’étang au niveau de l’agence pour l’emploi. Un dicton sourcien dit « quand le marigot apparaît, les promesses électorales aussi ; si après une forte pluie le marigot venait à disparaître, cela signifierait que la parole donnée a été une parole tenue ».

Nous vivons une époque où même une petite pluie peut bloquer les personnes chez elles. À croire que l’usage des protections est perdue. Il se parle ici d’une bruine légère, qui épargnera lors de la promenade la quinzaine de cycliste. 15, c’est peu, mais votre serviteur a été heureux de rencontrer « dau monde dau païs » — ce qui explique les 2 titres et le paragraphe suivant en occitan — voilà, voilà.

‘Na roda de crebada

Quitament pas 200 m de realisats que veiquí pas que nos fau nos ‘restar. Quauqu’una a ‘na roda de crebada. Forçadament, sem au mitan de vilaud⋅a⋅s e ‘quò sembla que degun ‘guesse de que resvicolar la roda… ne’n defòra de la « rapieta ».

Lu tipe es aquí coma visitor, mas eu es esquipat d’una chambra, sens obludar los utils e mai-que-tot, de la bontat pròpra ad una natu…

Las doas personas que menan la tropelada ‘riban elas-tot — daus lemosins ilhs-tot-dos — e còp-sec, disem que vam tornat esgar la bicicleta. A la manobra, de’n prumier tornar l’engenh, surtir lu peneu mai lu desmonta-peneu, chamjar la chambra que am pas l’enveia de trobar lu trauc, tonar lu peneu ne’n placa — a la man per pas embrucir la chambra — gonflar mai ma p’ita pompa.

Adoncque, veiquí perque ‘queu bocin dau teiste es estat escrich dins la linga. Lu tipe me viret de biais e diguet « ne’n ai ‘na gròssa ». Sa femna de respondre « coma tu ses fiar ! ‘Na gròssa ! La viguet pas totjorn ! ‘Na gròssa ! ».

— V-òc-es, am 4 ans de las vetz, e perque non ? — Tornam pertir beleu, non ?!

Av. de la Bolière

Quitter la salle Pellicier, c’est quitter un immonde pince-roues.

Cela se fait en descendant un premier, puis un second trottoir avec des bordures hautes. Nous naviguons dans les rues E.Branly & V.Auriol, sans équipements mais sans difficultés également.

Même à 15 cyclistes, nous nous faisons remarquer dans le premier giratoire à la Bolière. 15 cyclistes dans la bande, parfois protégée d’un bourrelet de ciment — pas trop mal réalisé à cet endroit — cela se remarque.

Une bagnole qui désire tourner à droite ne compte pas pour autant nous céder la priorité — c’est pourtant la règle — de même un automobiliste stationné compte, pardon, comptait quitter sa place, après tout, il avait mis son clignotant.

Remarques :

    1. La bande peinte est un équipement sous adapté à un grand nombre de cyclistes. 10 personnes de plus et nous eussions dû être sur la chaussée, hors la bordure.
    2. Sauf erreur d’appréciation, il y aurait possibilité d’ajouter des panonceaux à disposition des cyclistes à 2 ou 3 carrefours.

La promenade se continue rue A.Paré, avec une bande peinte, elle aussi le long de la voie du tramway.

Il apparaît grandement regrettable que les décideurs de l’époque de la création de la première ligne de tramway n’aient pas eu la volonté de faire un véritable équipement cyclable relié à la bande Gaston Galloux, et d’une qualité supérieure. Ce manque confirmerait que l’existence de cet équipement de 30ans est dû plus au hasard d’une soirée bien arrosée entre élus, ou à l’usage de drogue, que à la volonté politique.

Av. de l’hôpital

Subtilité réservée aux connaisseurs, de la rue A.Paré à l’avenue de l’hôpital, il y a un petit chemin bien caché. Il prend sa source — hahaha ! — rue F. de la Rochefoucauld.

L’avenue de l’hôpital, enfin le machin cyclable, a été fait une fois de plus. Les bordures viennent d’être passées au rabot.

Enfin ! L’équipement est presque devenu agréable, si ce n’est les giratoires, les panneaux posés entre la partie réservée aux piétons et le double-sens cyclable. Les panneaux dans l’idéal devraient être posés au plus proche du stationnement automobiliste. Ceci ne sera jamais réalisé, par peur d’abîmer les portières, mais ce faisant, la peur des rayures inciterait au respect des autres usagers de l’espace. Oui, il faut opposer les modes de déplacement.

Enfin, les cœurs emplis de joie au regard du coup de rabot, nous poursuivons rues R.Rolland & Condorcet, pour constater que rien n’a jamais été fait pour véritablement relier l’avenue de l’hôpital à l’avenue JFKennedy, munie d’un trottoir cyclable et défoncé.

Qu’à cela ne tienne, nous tournons très vite rue de Châteauroux puis rue d’Issoudun. Cette dernière est limitée à un 30 km/h théorique, comme toutes règles de circulation à Orléans.

Remarques :

    1. Cette partie du trajet manque d’homogénéité et plus que tout de panneaux indicateurs du type « logo-vélo + direction (par exemple « vers l’hôpital » ou « vers école primaire ») », ce sur la route, mais également au niveau de la venelle Rochefoucauld.
    2. Il manque un lien entre la rue de l’hôpital et l’avenue Kennedy.

Université d’Orléans

La circulation sur le campus d’Orléans se fait sans grandes difficultés pour qui connaît. Il n’y a pas d’équipement spécifique, hors quelques flèches, ici ou là. Le seul parc de stationnement digne de ce nom est situé au bâtiment politech — point rouge sur la carte — et il est couvert.

5 arceaux à vélo par bâtiment ne serait pas un mal. Même la salle de spectacle « le Bouillon » ne comporte pas d’arceaux, et il est bien écrit ici « A R C E A U », pas un bazar « dizagneu » ou un râteau comme cela est le cas en quelques endroits le long du trottoir de la Loire-à-vélo.

La promenade se continue esplanade de l’université, dans une voie verte.

Étrangement, cette voie verte devient trottoir, et « fun fact » comme disent les « ouine-ouine anglo-saxonnisés », le même trottoir perd sa qualité de voie verte au croisement de la rue de Montargis. En traversant l’usager de l’espace urbain rencontre le même pavage, les même herbes cache-misère, le même espace, mais, ce n’est plus une voie verte, c’est la place de l’indien.

Remarque :

    1. Qui peut penser que c’est le campus d’une cité qui revendique 2 fois plus de kilomètres cyclable qu’Utrecht. Sans rire ! Petit aperçu de le ville (>fr).

Avenue J.F.Kennedy – Voltaire & Diderot

Nous prenons à nouveau le trottoir de l’avenue Kennedy. Ce dernier est mort en bagnole et n’a pas pu venir inaugurer l’urbanisme du lieu. À ne pas douter qu’il eût eu aimé ces lignes droites qui mènent d’une unité d’habitation à un groupement de cellules commerciales, avec au final, très très peu d’espace réservé à la circulation des vélos, voir même, qu’il eût apprécié les sorties des parcs de stationnement, les complications dans les rond-points.

Enfin, cela n’empêche pas les commerçants de se plaindre.

Pour information, la partie « place de l’indien » jusqu’à la rue R.Rolland de l’avenue de la Bolière — prise pour rejoindre la salle Pellicier — était constellée d’éclats de verre, de déchet. En sus du mauvais temps et des portières qui s’ouvrent devant sa roue, le cycliste ne semble pas le bienvenu dans le quartier.

Passés les bordures et les changements de direction, nous tournons avenue Voltaire pour prendre une bande peinte au sol. Le positionnement de cette bande est assez étrange. Détachée du stationnement, elle est coupée à un endroit par un rétrécissement — c’était l’endroit du garé-comme-une-merde du jour — sans écluse.

Au rond-point, nous ne prendrons pas la complication cyclable mise en place pour nuire, nous tournerons à gauche vers la rue Diderot ou nous attend une zone 30 et une bande enserrée par un étron de ciment, un peu, puis sur un trottoir, puis… L’idée est de nous protéger du stationnement automobile, mais la réalisation et la propreté laisse à désirer. Heureusement le machin n’est pas obligatoire, et au quotidien, j’en connais un qui serait sur la chaussée.

Rue Guillemin, le chemin se poursuit sur un double-sens séparé de la chaussée, un poil pas assez large, surtout pour un peloton de 15 cyclistes. Enfin.

Remarques :

    1. Encore le manque d’homogénéité dans le trajet.
    2. Un sérieux manque de sécurité dans les intersections.

Rue de Buffon

Avant la rue de Buffon, nous croisons l’avenue de Concyr, le temps d’une forêt de panneaux et de coups de peintures tombés au sol. L’automne cyclable est passé le temps d’une hésitation sur le chemin à suivre.

Rue de Buffon — ne pas confondre avec les bouffons qui ont crée la circulation en cet endroit — nous croisons de nouveau l’étron de ciment, puis une bande, puis il faut faire un écart sur le trottoir pour cause de places de livraison réservées aux camions. Un local du peloton, un habitant de la Source qui plus est, explique que au quotidien, il ne faut pas prendre le chéneau cyclable car très très très souvent la gouttière est bloquée par un camion qui stationne hors des zones allouées.

Les travaux du cimetière sont l’occasion d’un écart dans la voie, le long d’un double-sens de plus situé rue G.Cuvier, l’occasion de rappeler que, dans le sens normal de la circulation, en milieu urbain, ces double-sens ne sont pas obligatoires.

Remarque :

    1. La place des vélos aurait mérité un véritable traitement non pas ce rapiéçage de bris et de broc.

Rue de Concyr – rue de Balzac

Au sortir de la rue de Buffon, nous voilà sur un trottoir, rien de plus qu’un trottoir. Heureusement que les piétons ne sont pas légion à cet endroit.

Le peloton suit la bande de bitume en file indienne. Au quotidien, encore un équipement à éviter. Ici, il y a eu des travaux, salués par les locaux, car après le trottoir, il fallait autrefois prendre une venelle conçue à l’ancienne : bordures très hautes, pas d’entretien, étroite, sale, sombre… Maintenant, la plupart des cyclistes roulent sur la route, la circulation importante se fait entre les rond-points.

Circuler dans la venelle était effrayant, mais la récompense est au bout de l’effort ; enfin se donne à voir la rue de Balzac.

C’est un nouvel-nouvel équipement. Il n’y a pas de faute dans cette répétition ! L’équipement cyclable, à l’instar de la rue de l’hôpital, avait été réalisé avec des bordures. Elles viennent d’être rabotée elles aussi. La question se pose du pourquoi avoir fait caca partout avant de revenir se torcher — avec le risque, exemple du chemin du Gobson (parc floral de la Source), de laisser une surcouche assez laide, sans oublier que la surcouche peut se décoller du reste du bitume et créer à nouveau des dangers dans la chaussée — quelques mois après.

Les cyclistes du jour sont également heureux du positionnement de la double-voie cyclable du côté de la rue, l’espace des piétons étant situé coté habitation.

Remarque :

    1. Rien à voir avec la Source, nous espérons le même coup de rabot le long de l’aménagement de l’ancienne RN20, inaugurée ici (>fr).

Rue A.Paré – Bolière – Pellicier

Il n’y a point de bonne compagnie qui ne se quitte même par un gris après-midi de presque pluie, même après 15 petits kilomètres de vélo urbain.

Pour revenir à notre point de départ, nous prenons à nouveau la bande de la rue A.Paré, puis, après le gigantesque rond-point aux priorités à faire valoir, nous poursuivons par l’avenue de la Bolière et revenons à la salle Pellicier.

Le même pince-roues vu au départ sera l’objet d’un avertissement à l’encontre d’un électrocycliste qui a manqué y coincer sa roue avant, et ce faisant, fausser son frein à disque.

Conclusion

L’idée de parcourir un quartier, avec des personnes qui y résident, est très bonne. Un tel chemin, sur 15 km, dévoile le manque d’homogénéité, le manque de signalisation, le manque de qualité… mais, pour terminer sur une note positive, car la journée a été bonne, il faut le dire, le fait que des membres de l’association aient obtenu le coup de rabot sur les bordures, est un signal que les choses ne sont pas figées.

Note : n’a pas été emprunté, mais est dans le quartier, le morceau « test » de l’autoroute à vélo le long du CNRS. Le test est terminé (ou en voie de l’être) et le machin va s’évaporer. Beaucoup dans le peloton le dénonçaient comme inutile et dangereux, comme de l’argent fichu en l’air. Nombreux sont ceux qui préféreraient une rénovation des circulations sur les bas-côtés de l’avenue de la recherche, tant pour les piéton⋅ne⋅s que pour les vélos non-pas des « cache-misère » de test, des non-sens complets comme d’avoir cassé la ligne droite au niveau du campus de l’ancien patron de la FNSEA pour y faire une entrée tracteurs et moissonneuses.

Bref, le vélo n’a certainement pas encore gagné sa place à la Source.

15704545590081397530154.jpg

Des liens

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 06/10/2019 par dans Orléans n’aime pas beaucoup les vélos, Une photo vaut mieux qu'un long discours, et est taguée .

RSS Jeanne à vélo

  • Un chemin de halage prometteur 08/11/2019
    Après la triste et grise « voie verte » de l’avenue Pierre Mendès France à Saint-Jean-de-la-Ruelle, cap à l’est pour une authentique voie verte, celle du chemin de halage. Se rendre à Combleux de cette manière, le long du canal et de la Loire, est une chouette balade. D’ailleurs, les influenceuses indiennes... L’article Un chemin de halage prometteur est app […]
  • La voie verte la plus grise de France 01/11/2019
    Qu’on me pardonne ce titre putaclic à souhait. Il y a certainement d’autres voies vertes bien grises ailleurs en France. Mais celle-ci, à Saint-Jean-de-la-Ruelle, coincée entre sortie d’autoroute, zone commerciale et tangentielle, accuse un profil de grisitude particulièrement prononcé. Et si vous estimez que j’ai forcé le trait en sortant... L’article La vo […]
  • Covoiturage : Nicolas Pressicaud tient la plume et le volant 30/10/2019
    Jan-Peire avait rencontré fortuitement Nicolas Pressicaud à l’occasion de la vélorution universelle à Nevers. Il faut dire que l’auteur en 2009 d’un Bréviaire de vélorution tranquille était un « régional de l’étape » comme on dit sur le Tour. C’était en juillet 2018 et l’ancien consultant en mobilité devenu enseignant d’histoire-géographie s’apprêtait... L’a […]

RSS Actuvélo

  • A Montpellier, #JeSuisUnDesDeux, acte 2
    Cela fait maintenant plus de dix mois que le vélo est au cœur de l’actualité à Montpellier, depuis la célèbre phrase du maire et président de la métropole: « Vous savez, faire une infrastructure pour qu’elle soit utilisée par deux personnes, c’est peut-être pas l’idéal ». La réaction citoyenne fut impressionnante avec 1 500 vélos … L’article A Montpellier, # […]
  • En Ile-de-France, le vélo n’est plus une danseuse
    Le vélo francilien en forte hausse! Les derniers chiffres montrent une progression de son usage dans la conurbation. Compte tenu de la géographie, de la densité et de la sociologie de l’Ile-de-France, c’est assez logique. Les élus, de tous bords et de tous niveaux, ont enfin compris son importance capitale. Voici pourquoi et comment il … L’article En Ile-de- […]
  • Pour qui allons-nous voter ? « Why we cycle » au service du plaidoyer local
    A l’invitation de l’association La Ville à Vélo, cinq candidats aux élections de la Ville et de la Métropole de Lyon ont participé au débat à l’issue du film « Why we cycle ». Animé par un journaliste du journal Lyon Capitale, ce ciné-débat a permis de connaître la position des candidats à l’égard du … L’article Pour qui allons-nous voter ? « Why we cycle » […]

La chaine vidéo de Yann

La chaine vidéo de Jeanne à vélo

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com
%d blogueurs aiment cette page :