Becancaneries

Théorème de J.B. Corot : « la ville de Copenhague est équipée de 350 km de pistes cyclables surélevées, séparées de la route et très sûres » dont plus de 550 km font les trottoirs d’Orléans et son agglomération.

Dans la peau d’un ayatollah du vélo

Il est des mots… auxquels répondre par l’insulte serait d’une futile facilité. À quoi bon !

Autant témoigner une fois de plus de ce qu’est la vie d’un cycliste du quotidien — joie, bonheur, santé — ce, après un bref coup d’œil dans le rétroviseur.

L’article est disponible ici (>fr)

Quelques belles vues d’Orléans

Encore cette année 2019, le syndicat de la copropriété communale de la cité johannique a organisé une votation sur des projets « citoyens », des projets inclus dans un système de budget participatif.

Il y avait le projet de mise à une voie automobile du pont Ségolène Royal, mais les édiles locaux, partisans du réchauffement climatique — avec la promesse du retour des pieds de vignes au nord du fleuve, qui ne dirait pas oui ? — partisans des pollutions sonores et particulaires — sans oublier les quelques traces nocturnes laissées ici où là —, les édiles n’ont pas ouvert ce projet à la votatude… des fois que !

« Et puis, il ne faut pas opposer les modes de transport.
— C’est justement ce qui est fait, présentement…
— Ayatollah ! »

un autre projet, bien plus modeste prévoyait la pose de potelets — un mal nécessaire temporairement, c’est dit ici (>fr) — avec la volonté affichée de protéger les écoliers.

S’il y a des « intégristes du vélo » dans la cité johannique, il y a également des partisans du chaos-tomobile, et ceux-ci ont des alliés chez les bonimarcheurs locaux. Ci-après, 2 illustrations des renoncements politiques (devant le 41 de la rue des Murlins, il y a les marques d’installation, mais pas l’un des 5 potelets manquants du projet pour lequel nous avons voté) :

Sur un air de C.Trenet :

♪♫♬
Ho qu’ils sont beaux
Mes millions d’euros
Ho qu’ils sont laids
Ces vilains potelets
Millions d’euros, les laids potelets
Les laids potelets, millions d’euros
Mais touche pas à mon auto
♪♫♬

Cependant, le #GCUM — ici stationnement devant une issue de secours — est dans le code génétique de la mairie d’Orléans :

Ce n’est pas comme s’il n’y avait pas un parc de stationnement souterrain à proximité, un parc dont personne à la mairie n’a réellement jamais désiré voir les piétons sortir « vers la bibliothèque », même avec les travaux de l’année.

« Il ne faut pas opposer les modes » vous disent les combattants du monde des particules libres.

Dans la peau d’un ayatollah du vélo

Les édiles locaux ont la même peur effroyable du vélo qu’un beauceron d’un arbre dans une plaine semée de blé. Ils ne peuvent pas connaître les joies simples que ce véhicule procure, au quotidien, même par temps de pluie.

La pluie est un des arguments le plus souvent avancé pour ne pas se mettre en selle. Sur environ 300 jours ouvrés, les habits de pluie ont été moins de 10 fois de mise en 2019.

Exemple d’un jour de pluie, ce vendredi 18 octobre 2019

Fleury

Une ville avec un réseau cyclable, pas parfait mais relativement homogène si ce n’est ce qui a été commis ces 5 dernières années, de bonnes idées réalisées avec le nivellement par le bas engendré par la megapolisation des sévices. Les griefs sont : dos-d’âne en nombre, comment prendre et quitter l’équipement, pour aller d’où à où, pourquoi tant de haine.

Avenue d’Orador de Glana : bande peinte avec l’espace rétro-portière, un équipement assez bien fichu et continu depuis Lamballe.

Avenue de Verdun : après le carrefour, c’est quasiment un sur-trottoir à destination des cyclistes, après l’école, c’est une simple bande. L’équipement est souvent utilisé par les parents d’élève, et à Fleury, le 4×4 urbain est roi. C’est en virant vers la rue Anatole France que les premières gouttes tombent.

La zone voit les gouttes se multiplier. La photographie ci-dessus montre un feu dont l’appel-vélo semble ne pas fonctionner, carrefour refait en 2018/2019 (il manque également un sas vélo).

Dans l’agglomération, il y a très peu de ces équipements — appel-vélos — qui sont en état de fonctionnement. Il y a un calque sur la carte participative. Si vous laissez en commentaire une location (rue et ville) avec l’état de l’appel (fonctionne ou pas), je l’ajouterai sans problème :

velorutionorleans

Tombe la pluie et 500 m plus loin, le cycliste est mouillé avant d’avoir enfilé ses protections. Il y a besoin de pluie, c’est certain, mais là, c’était dantesque… et joyeux.

Allumer le feu de son vélo

Quelques images pour montrer la nécessité d’avoir un bon éclairage sur sa monture, car entre la pluie et la nuit, entre les déchets fréquents sur cette route en cul de sac et les barrières, vous pourriez ne pas voir la ligne de désir :

Saran

La voie verte de la tuilerie — Saran, ça rend pas cycliste — et son absence de qualité ont déjà été moquées ici. Présentement, sont à craindre les bandes podotactiles glissantes (bande de plastique bosselé), les rond-points (tous ont été percutés par des automobilistes en 2 ans, mais c’est aux cyclistes que les courbes et les changements de sens ont été imposés) et le changement de direction très mal réalisé.

Les voies cyclistes à doubles sens sont une plaie lors des croisements  avec les automobiles la nuit pour cause d’éblouissement. Dans le sens de circulation, le cycliste est moins ébloui, mais pour connaître cela, il faut quitter son bureau, ne pas prendre son 4×4 et monter sur un vélo pour rouler avec l’Orléans qui se lève tôt.

Cercottes

Plein phare — de vélo — sur la forêt, aux limites des schémas directeurs du SCOT,de l’INTER-SCOT et du PDU réunis, avec le rail de l’aérotrain à droite, sous la pluie :

Au bord de la nuit
En bordure de la pluie
— Imperturbable

Dans le cuissard d’un khmer du guidon

L’insulte n’a pas été proférée, mais sans avoir un grand préjugé sur les zozos en marche, elle doit bien être dans le catalogue des éléments de langages.

Après un long détour sur la route du retour du travail, les cheveux au vent, un détour pour photographier des panneaux « invisibles » (sujets d’un prochain billet), à trois pas d’un panneau qui n’a sa place ni ici, ni sur un trottoir, le « où suis-je » de vendredi, il y a un équipement de qualité.

Un équipement de cette qualité rare qui fait d’Orléans une ville qui compte… pour des prunes. C’est cette même qualité qui fait que la vélorution existe.

Allez, pour nos grands fauves ! Photo souvenir — rue de la folie, Ingré — d’un équipement hydro-cyclable :

Signé : un des guides de la vélorution.

Bonus

D’humeur badine, je pause ici une rare image de propagande du système vélo d’Orléans.

L’image — jamais distribuée dans le fameux chocolat d’Orléans — montre un camarade cycliste qui offre la protection aux chiens d’Orléans contre la pollution automobile.

Attention, l’abus de chocolat — comme l’absence d’exercice — augmente les risques de surpoids et les problèmes de santé qui vont avec. De plus le cerveau est un organe qui a besoin d’être « oxygéné » au quotidien.

 

5 commentaires sur “Dans la peau d’un ayatollah du vélo

  1. Jeanne à vélo
    19/10/2019

    Comme je l’ai écrit sur Twitter en réponse à quelqu’un qui n’appréciait pas le qualificatif d’ayatollahs, ce genre d’expression fleure bon le second pic pétrolier et la fin des Trente Glorieuses… Et puis je rappelle qu’en Iran ce sont les ayatollahs qui ont gagné. A bon entendeur ! 😀

    Aimé par 1 personne

    • janpeire
      19/10/2019

      Ce ne sont pas véritablement des progressistes non-plus, et l’insulte est utilisée en lieu et place de « rigoristes », « intégristes », « fondamentalistes », « totalitaristes ».
      J’aurais rien dit à « radical » au 2 sens du terme.

      J'aime

  2. Yann d'Orléans
    20/10/2019

    Je suis en joie de voir que ton blog reprend des couleurs 🙂 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Jeanne à vélo
    28/10/2019

    Tiens, lu dans la presse :

    « A Annecy, le maire UDI Jean-Luc Rigaut a inauguré des places de stationnement sécurisées pour vélos, explique : « A force d’entendre les ayatollahs du vélo me mettre, à raison, des coups de pied aux fesses, je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose. » Bientôt un hashtag #Jesuisunayatollah ? »

    https://www.lopinion.fr/edition/politique/municipales-2020-velo-est-deja-gagnant-201629

    J'aime

Les commentaires sont fermés.

Information

Cette entrée a été publiée le 19/10/2019 par dans Orléans n’aime pas beaucoup les vélos, Une photo vaut mieux qu'un long discours, et est taguée , , , , .

Jeanne à vélo en vidéo

RSS J-à-V à l’écrit

  • Un « Social Cycling Tour » à Bois-le-Duc 13/10/2021
    Difficile de traduire proprement l’expression « Social Cycling Tour » donc je me suis bien gardé de le faire. Mais je suis sûr que vous comprenez intuitivement de quoi il s’agit. Sinon, aucun souci, Mark Wagenbuur vous explique tout. 😇Voici la traduction de « A ‘social cycling tour’ in ʼs-Hertogenbosch » publié le 13... L’article Un « Social Cycling Tour » à […]
  • Pédaler de Huis ter Heide à la gare de Driebergen-Zeist dans la Province d’Utrecht 06/10/2021
    Un nouveau trajet interurbain à vélo commenté de Mark Wagenbuur.Voici la traduction de « Ride from Huis ter Heide to station Driebergen-Zeist (Province of Utrecht) » publié le 6 octobre 2021 sur Bicycle Dutch. Le trajet de cette semaine nous emmène d’un endroit à l’autre du blog. Nous commençons juste au sud... L’article Pédaler de Huis ter Heide à la gare d […]
  • Une base aérienne transformée en espace cyclable aux Pays-Bas 29/09/2021
    Peut-être qu’un jour la base de Bricy sera elle aussi rendue à la nature et deviendra cyclable. En attendant, celles et ceux qui y travaillent aimeraient certainement pouvoir s’y rendre à vélo de manière sûre et confortable… Mark Wagenbuur garde les roues sur terre mais nous fait un peu rêver... L’article Une base aérienne transformée en espace cyclable aux […]
  • + 351 % : le seul chiffre énorme et précis du mois de septembre à Orléans 28/09/2021
    Ce pourcentage ne représente pas la progression du nombre de visiteurs du festival de Loire qui s’est achevé dimanche, ni celle du nombre de frites ingurgitées – quoique –, encore moins l’augmentation du niveau de la Loire. Evidemment ce n’est pas non plus celle de la part modale du vélo... L’article + 351 % : le seul chiffre énorme et précis du mois de sept […]

Yann en vidéo

RSS Yann à l’écrit

  • Rue Lamartine : décision municipale bancale 30/07/2021
    Cela avait fait quelques semaines que je n’avais pas pris le temps de rédiger un billet. Comme vous le savez déjà, nous sommes plusieurs à s’être regroupés en association afin de faire valoir les droits des piétons et des cyclistes. Cela nous prend pas mal de temps et j’ai dû mettre en pause ce petit... Lire la Suite →
  • Encore une rue Demay-rde… 29/05/2021
    Avec Trololo vélo, nous avons fait une petite vidéo sur le projet de requalification de la rue Demay à Saint Jean le Blanc.
  • Mais qui a eu cette idée folle un jour d’inventer les normes ou y’a t-il un cycliste derrière le guidon de la mairie Dunois – Madeleine ? 16/05/2021
    J’avais déjà parlé de la requalification de la rue du Parc sur sa partie Sud. J’avais regardé d’un oeil distrait les travaux sur la partie nord. Cela me semblait à peu près aux normes sur la partie entre la rue de Coulmiers et le boulevard de Châteaudun (en vert). Hier, pour la première fois, j’empruntais... Lire la Suite →
  • Rue Frédeville : piétons, attention, terrain hostile 15/05/2021
    Malgré la pluie, j’ai décidé de m’aventurer par delà les frontières de la ville d’Orléans attiré par les travaux en cours de rue Frédeville à Saint Jean de Braye. Ville où Bruno Malinverno était adjoint au maire chargé de l’urbanisme et vice-président à la métropole en charge des transports. Ce brave monsieur nous a habitué... Lire la Suite → […]

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com

Licence

Creative Commons License
Vous pouvez utiliser les éléments de ce cyber-cahier si vous en citez la source.

%d blogueurs aiment cette page :