Becancaneries

Théorème de J.B. Corot : « la ville de Copenhague est équipée de 350 km de pistes cyclables surélevées, séparées de la route et très sûres » dont plus de 550 km font les trottoirs d’Orléans et son agglomération.

Quand De Gaulle fait le trottoir !

Autant rassurer tout de suite ceux, ou celles, qui ont connu le général vivant, c’est de son avenue dont il est question derrière le titre « putaclic », de son avenue seulement. Ce afin de présenter, à l’aide d’un diaporama, une rue d’une ville qui, sous le joug de la mégalopole d’Orléans, utilise des millions d’euros à peindre les trottoirs, pour l’insécurité des piétons et pour créer du conflit avec les cyclistes. Ce faisant, il n’est rendu hommage ni au général, ni à un peintre quelconque, Ripoldeux par exemple.

Note : la qualité des images n’est pas extraordinaire, c’est fait exprès pour vous obliger, vous aussi, à monter à vélo pour aller rire dans l’extraordinaire de l’agglOmératiOn d’Orléans, avec des « O » aussi enflés que l’égO des prétendant⋅e⋅s au syndic de cOprOpriété, à mOins que ce ne sOit le tOur de leur ventre alOrs que ces persOnnes retiennent un pet… dans lequel elles se cOmplaisent.

De Gaulle est à Olivet

Le trottoir, il ne le fait pas dans Saran, bien loin de là cette idée, mais dans une ville au même PIB, dans une ville du suuuuuuud. Planification et nivellement métropolitain par le bas obliges, Olivet a décidé de faire pire que la rue de l’Ormes au coin, et, il faut le reconnaître, l’élève a dépassé la mairesse…

Traverser Olivet à vélo, c’est se demander comment la ville a échoué à la seconde place dans sa catégorie lors du classement 2017 du baromètre des villes cyclables : hasard ou chance sont des hypothèses. Il faut cependant rendre justice à la mégalopole de n’avoir surtout pas joué du clairon sur ce résultat et à la discrétion, toute de transparence et délicatesse teintée, avec laquelle l’élu au vélo n’a guère jamais abordé le sujet depuis 2 ans. Ceci est tout à son honneur ; il y a encore des personnes humbles en ce bas monde.

Pourtant, même si cette seconde place est discutable du haut d’un guidon, au delà du questionnaire qui lui l’est moins, il faut reconnaître que la cité à l’eau-de-feu teintée de poire possède un réseau de choses cyclables. Certes, un réseau peu homogène donc peu pratique, un réseau vieillot, un réseau taillé à angles droits en maints endroits, voir dangereux aux abords du tramway… mais, un réseau.

L’ensemble est pour le moins risible dans la signalétique — véritable maladie d’Orléans et de son agglomération — mais, second point positif, le délire signalétique est bien moindre que dans la ville de l’ancien potentat préposé à la voirie — celui qui voyait des kilomètres de pistes cyclables le long de la seconde ligne de tramway — où des panneaux ont carrément été imaginés par des personnes qui font usage de drogues.

Exemples récents de photographies de la signalétique délirante dans Orléans métropole :

De Gaulle fait le trottoir

Voici un panneau de fin de ville.

De part et d’autre de la chaussée, des trottoirs, utilisés par les chiens pour déposer une auguste merde, ou un automobiliste son 4×4.

Voici une entrée de ville, et déjà, un panneau C113 carré annonce un changement de qualité du trottoir.

En lui-même, ce panneau n’est pas un problème ; il ne sert à rien. Pour mémoire, « en milieu urbain », il ne devrait pas y avoir d’autres panneaux que C113 de posés à l’attention des cyclistes, surtout pas son cousin rond, le B22a. Le seul équipement de l’agglomération johannique qui mérite son panneau rond est la liaison La Source – Pont Thinat. Le grave problème de signaler un trottoir, c’est que les automobilistes « croivent » que ce panneau signifie « piste cyclable » et ils n’hésitent pas à vous klaxonner alors que vous roulez à votre place, sur la chaussée, car, pour mémoire à nouveau, sur le trottoir ne doivent rouler que les seuls enfants de moins de 8 ans.

Un peu plus loin, la dite-rue est limité à 30km/h :

À trop faire le trottoir, il y a de forte chance pour finir un jour dans le caniveau, comme présentement, rien de plus :

Et l’équipement ne sera jamais plus que quelques traces blanches suspectes, laissées sur le drap de bitume :

 

Et au-delà

Le problème avec un équipement de très mauvaise qualité, au-delà d’habituer les usagers à cette mauvaise qualité et de leur ôter l’envie de désirer mieux, c’est que, coupé de tout, il est très difficile de le relier à quelque chose, même de moins pire.

Par exemple, présentement, il faut passer par un ensemble de trottoir et de bordures pour prendre l’équipement de la rue V. Hugo — piétons & vélos plus souvent mélangés que de raison — bidirectionnel & séparé d’une chaussée limitée à 50km/h, pour que les automobilistes puissent rouler à « bonne vitesse » :

Mais, la circulation en ville, et en milieu urbain, est heureusement limitée à 50km/h. De plus, les règles permettent la circulation des vélos sur la chaussée, et elles permettent également de ne pas utiliser un équipement jugé « dangereux » :

  • Le danger ici est le changement de sens permanent dans des giratoires ou des croisements peu protégés ;
  • Le danger est de faire circuler les vélos dans les deux sens et parfois, ne pas laisser la possibilité de reprendre le sens normal de circulation en toute sécurité ;
  • Le danger est de remettre des cyclistes sur la chaussée après les avoir ôtés des yeux des automobilistes.

Dans l’au-delà

Personne ne va à Olivet en vélo par plaisir et il y avait une raison autre que voir De Gaulle faire le trottoir — ce qui a été dit lors d’une réunion publique et a fait sourire le premier d’entre tous —, une raison qui s’est transformée en déconvenue par l’absence de places de stationnement vélo… alors que le vélo est le fond de commerce de la boutique (ce n’est pas une enseigne avec du bleu dans son logo cependant, par correction, le nom de l’échoppe équipée d’un parc pour 4×4 ne sera pas donné).

Hors la raison marchande, il y avait une raison quasi spirituelle à ce voyage olivétain. En effet, il y a peu, les rues de l’enfer et du paradis (>fr) de l’agglomération ont été parcourues pour voir où gisait le plan vélo, à Olivet, il y a celle de dieu. Attention, celle de l’hôtel-dieu… une voie de garage pour les 4×4. Si l’engin est commun avec sa cousine du nooooooord, les marques ici sont plus « bourgeoisie d’empire », font moins « matuvu ». Au milieu du chantier et des bagnoles déjà mal garées, avant même que la bordure sacrée soit posée, il y avait de la place pour une photo :

Le vélo fait 15kg… lui 🙂

*-*-*-*-*

Ce billet use et abuse de jeux de mots plus ou moins foireux sur un sujet délicat, si vous désirez aider les personnes qui se prostituent, contactez le mouvement du Nid (>fr).

-*-*-*-*-

À l’attention des candidat⋅e⋅s à l’élection qui déjà se présentent avec la bouche en cul de poule, pardon, la bOuche en cul de pOule, et font des annonces « vélo » pour épater les pots de peintures.

  • Pas un⋅e cycliste ne peut être dupe des projets de con-construction — une mascarade qui donne l’illusion du choix, les « pouvoirs » ont souvent déjà élaboré des projets lors de réunions discrètes ;
  • Personne n’est dupe des « volontés affichées » de faire — moins que ce qui a été déjà voté ;
  • D’aucun⋅e⋅s oublieront peut-être les bétonnages réalisés ou les bétonnages en cours… sans problème, il sera rappelé au printemps les projets « en sommeil » dans de secrets cartons — par exemple un terrain de vétété aux dimensions galactiques.

Information

Cette entrée a été publiée le 16/12/2019 par dans Orléans n’aime pas beaucoup les vélos, Réflexions, et est taguée , , , , .

Jeanne à vélo en vidéo

RSS J-à-V à l’écrit

  • Les voitures ne sont plus les bienvenues dans le centre ville d’Eindhoven 14/04/2021
    Il y a dans ce reportage de Mark Wagenbuur de quoi alimenter la réflexion sur la requalification des mails orléanais sans avoir besoin de parler de « coulée verte ».Voici la traduction de « Cars are no longer wanted in the city centre » publié le 14 avril 2021 sur Bicycle Dutch. La ville... L’article Les voitures ne sont plus les bienvenues dans le centre vi […]
  • Un retour d’expérience sur le Packster 80 de Riese & Müller — par Genepedia 12/04/2021
    Après celui sur le Urban Arrow, Genepedia livre depuis le nord ouest des États-Unis son sentiment sur un autre vélo cargo, le Packster 80 de chez Riese & Müller – qui n’est plus commercialisé par la marque allemande. Elle rentre dans les détails, ce qui fait tout l’intérêt de ce... L’article Un retour d’expérience sur le Packster 80 de Riese & Müller […]
  • Une passerelle vélo pas vraiment pratique 07/04/2021
    Ce qu’on pourrait appeler la ségrégation modale a aussi des inconvénients comme le montre Mark Wagenbuur dans cette étude de cas du côté de Venlo. Voici la traduction de « A cycling viaduct that isn’t really convenient » publié le 7 avril 2021 sur Bicycle Dutch. Une ou deux fois par an,... L’article Une passerelle vélo pas vraiment pratique est apparu en pre […]
  • Pédaler sous la pluie à Rotterdam 31/03/2021
    Mark Wagenbuur en est convaincu : vous n’êtes pas en sucre… et ce n’est pas la pluie qui vous fera fondre. Ses compatriotes semblent d’accord avec lui comme il a pu le vérifier une nouvelle fois du côté de Rotterdam.Voici la traduction de « Riding in the Rotterdam rain (again) » publié le... L’article Pédaler sous la pluie à Rotterdam est apparu en premier s […]

Yann en vidéo

RSS Yann à l’écrit

  • Rue du pot de fer : piétons et PMR, faites votre prière 03/04/2021
    Sur les conseils d’un de mes voisins, je me suis rendu rue du Pot de fer pour voir les travaux de requalification de cette dernière. J’en suis resté baba. Petit tour d’horizon. Cette rue est située dans le centre ancien. Elle est en sens unique. Concernant les études sur la requalification toujours le même procédé... Lire la Suite →
  • Rue de la Cigogne : les normes on s’en cogne! 20/03/2021
    Désolé de vous imposer cette rime bas de gamme mais je me suis levé tôt. Il y a quelques jours alors que je me rendais (en voiture) à la déchetterie du chemin du Clos de l’Alouette, j’ai emprunté la rue de la Cigogne et je me suis de suite dit qu’il fallait que je fasse... Lire la Suite →
  • Rue Henri Lavedan : les deux trottoirs ne sont pas aux normes 01/03/2021
    Dans un article du 15 février 2021 paru dans la République du Centre, Nadia Labadie, l’adjointe chargée de la coordination de la politique de proximité affirmait que « chaque requalification s’accompagne d’une remise aux normes des trottoirs et, à chaque fois que cela est possible, de la création d’un itinéraire cyclable. » C’est en gras dans l’article donc. […]
  • Rue Paul Doumer : une (in)compétence métropolitaine 18/02/2021
    En 2020, la mairie de Saint Jean de la Ruelle annonçait que « des travaux allaient être entrepris dans la la partie « est » de la rue Paul Doumer. Ils consistent en l’enfouissement des réseaux riverains et espace public, la réalisation d’un trottoir PMR côté pair (à droite dans le sens de la rue), la... Lire la Suite →

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com

Licence

Creative Commons License
Vous pouvez utiliser les éléments de ce cyber-cahier si vous en citez la source.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :