Becancaneries

Théorème de J.B. Corot : « la ville de Copenhague est équipée de 350 km de pistes cyclables surélevées, séparées de la route et très sûres » dont plus de 550 km font les trottoirs d’Orléans et son agglomération.

Un dinosaure dans le plat de nouille

« Étrange, stupéfiant, angoissante, merveilleux » sont autant d’accroches dans les chapeaux des articles écrits par un journaliste dans le journal. Le même journal, sans vergogne, fait la promotion de fausses disciplines médicales*, avec appel à l’exotisme ou diplômes farfelus, bien au-delà de la seule homéopathie. Enfin, il est une nouvelle qui a échappé à notre conspirationniste local, il y a un dinosaure dans le plat de nouille des kilomètres non-cyclables d’Orléans ; une nouvelle espèce de dinosaure, au long cou, courte sur pattes vient d’être découverte.

  • l’architecture contre les AVC ou encore les bisous aux arbres contre l’anxiété.

Un compteur…

Dans les cadeaux livrés par St Nicolas, il y avait, enfin, un véritable compteur kilométrique, un compteur « full GNSS », avec possibilité de « suivre une trace ». Un billet spécial traitera de la chose, mais, avec déjà plus de 500km au compteur — hahahahahahaha — l’utilisateur est plus que satisfait ; il en va de même des batteries de son intelliphone sur lequel une appliquette était chargée de faire ce labeur de comptabilité.

Dans suivre une trace, il faut comprendre que une personne peut vous envoyer le fichier informatique de son trajet vélo, charge à vous de le mettre dans l’outil et de suivre les instructions à l’écran. Une personne avait sollicité mon auguste avis sur un trajet. En fin d’année, Emmaüs organise un vente exceptionnelle de produit d’occasion, tester une fonction du nouveau jouet en était également une, en plus de commettre un zeugma.

…pour se trouver

Le trajet se fait « vers la rue des dix arpents » à St Jean la Ruelle, jusqu’à l’entrée du pôle 45 à Saran, en passant par la zone entourée de jaune sur la carte :

  • — Rue de la Fossiante(limite St Jean-Saran) : malgré les lotissements d’une laideur extrême en construction, il serait bien que l’agglomération garde cette rue libre d’automobile, sur le modèle de la rue du Ran d’Abbas à Saran. Cela offrirait une magnifique alternative à la départementale pour joindre le pôle45.
  • — Rues de la Fassière et du Grand Puit (Saran) : travailler la cyclabilité avec un petit double-sens pour le grand-puit, la traversé de l’autoroute pour la Fassière.
  • — Chemin de la forteresse (Saran) perpendiculaire à la Fossiante : l’endroit est gorgé d’eau dès qu’il pleut 2 jours de suite.

Sérieusement, je connaissais l’endroit dans l’autre sens (pôle45 vers la civilisation), mais là, à 7:00 du matin, il y avait beaucoup de plaisir dans le remue-pédalage.

…pour se perdre

Suivre la trace des autres, c’est se trouver, mais souvent, pour se trouver, il faut savoir se perdre. Ici, l’ordre est inversé par rapport au « questionnement » sur le chemin proposé, la trouvaille s’est faite avant la perdaille.

L’idée de suivre la trace de quelqu’un d’autre est née d’une querelle, là où la personne voyait un chemin, je voyais une route, et pour cause.

Avec la trace, et la très grande précision du compteur « full GNSS », à la sortie de la merveille du paragraphe précédent, après la rue A.Faucheux, me voici dans la rue du Veau (c’est le nom de la rue, pas le surnom de la personne), prêt à suivre la route, quand le compteur émet un « bip », signe d’un changement de direction.

Mais, mais, mais, pour le plaisir de mamaiser, c’est un chemin (crochet jaune sur la carte) qui s’ouvre sous la roue, la voilà la bourde, enfin la boue dans laquelle le vélo s’enfonce. Un chemin de boue en parallèle d’une véritable route, et cette personne n’avait pas désiré être curieuse dans son chemin. Certes, ce chemin n’est en rien un chemin quotidien, mais quand même, faire preuve de curiosité n’est pas interdit dans la vie.

Cerveau reptilien

L’hypothèse des 3 cerveaux ne fait pas/plus le consensus dans la communauté scientifique. Mais, toute fausse qu’elle soit, c’est une hypothèse pratique pour parler des peurs.

Exemple : lors d’une promenade, une « forme sinueuse » arrive face à votre roue. Globalement, il y a un ping-pong informationnel qui se joue dans le système cerveau. L’information « forme sinueuse », sous sa forme de lumière réfléchie va arriver en quelques dixièmes de seconde au cortex occipital (arrière de la tête) qui transforme cette lumière en image compréhensible. Cette image est transmise à l’hippocampe (réflexe de survie) et en même temps, au cortex préfrontal (pour analyse). Si ce dernier possède dans sa banque d’images un serpent ou un tuyau ou une branchette, un élément qui permet l’identification de la « forme sinueuse », il en informe la partie reptilienne qui nous donne les armes pour agir : sourire si c’est un tuyau, foncer si c’est une branchette, fuir si c’est un serpent.

C’est souvent cette peur « primitive » qui fait qu’une personne manquera de curiosité pour découvrir un chemin de plaisir en lieu et place d’un chemin de souffrance. Présentement, c’est aussi une logique d’habitude qui est à l’œuvre, en plus des craintes légitimes vis-à-vis du trafic automobile.

Côté cerveaux des dirigeants de l’agglomération, il est à ce demander ce qu’ils, et elles, voient dans le vélo, en quoi ils, et elles, le perçoivent comme un danger ; bien-sur, dans un parpaing à 4 roues, ils, et elles, voient probablement l’image d’une lessiveuse pleine d’argent dans laquelle ils, et elles, ont les mains plongées ; quel étrange cheminement entre l’occipital et le préfrontal… Enfin, le problème de dépendance au diesel doit être plus profond, ou autre, car cette « image de lessiveuse pleine » ne saurait à elle seule expliquer les peurs que la bicyclette leurs inspire.

Interprétation de la réalité

La psychologie cognitive étudie les processus mentaux qui expliquent, ou sont consécutifs à, nos comportements.

Loin de votre serviteur l’idée d’analyser le conseil syndical de la mégalopopole, il y a trop de travail et les fonds de la mairire ne suffiraient probablement pas, mais, cette discipline, la psychologie cognitive, est très intéressante en plusieurs points.

Elle nous enseigne que tout comportement est le produit de plusieurs facteurs, et, produit lui-même des conséquences qui sont d’autres comportements.

Pour cela, rien de mieux qu’une vidéo du Defakator (>fr), car oui, je n’ai pas parlé d’un conspi dans le chapeau de ce billet pour ne pas mettre un lien vers LE super-héros démonteur de mythes :

Note : la vidéo est à la fois pour la mairire d’Orléans qui a de la merde dans les yeux dans beaucoup de domaine et plus particulièrement en matière d’équipements cyclables, et pour la journaliste qui fait la propagande de la charlatanerie forestière.

Pour les cognitivistes, ce ne sont pas les évènements en eux-même qui créent le comportement-réponse, mais c’est la façon dont sont interprétés les événements qui entraîne le comportement-réponse.

Pour faire simple, en local, l’élu qui signe le bon d’achat d’une « piste » cyclable, est persuadé qu’il achète une piste cyclable, même si le prospectus montre une fausse réalité, lui, au final, en qualité d’élu, a acheté une piste « en or » ; c’est un peu comme les décors qui sont montés en spectacle pour les potentats afin de ne pas montrer la vérité crue à leurs petits yeux sensibles.

Et le dino alors ?

C’est vrai ça, il est où le dino du titre ?

Pour dire la vérité, les divagations tortueuses précédentes me sont apparues — d’autres entendent des voix — alors que je jouais à faire un dessin lors d’un cheminement, je faisais du « GPS Drawing ». J’ai déjà fait un dauphin (>fr), mais dans l’actualité récente, il y a un maître qui s’expose sur la toile mondiale (>en). Je suis très modeste dans cette affaire, mais pour un petit dinosaure, au départ du 108,  il vous faut :

  • — un vélo souple pour supporter les gris pavés glissants de la rue de la drogue.
  • — rue du Tabour, attention au sens interdit ! Mais quels sont les vélo qui pourraient venir en cet endroit faire une course.
  • — place De Gaulle, glissante, grise, morne, heureusement pour notre dessin, il n’y a pas les rails à traverser — dire que la mairie d’Orléans propose d’y faire arriver les cyclistes en passant par l’inutile passerelle, « les cons, ça osent tout… » — pour prendre la rue notre dame de Recouvrance, si tristounette.
  • — poursuivez sur la chaussée le long des quais. Il est bien regrettable de n’avoir rien fait pour les cyclistes lors de la suppression d’une voie de circulation. Et très vite, il faut faire une boucle avec la rue des charretiers, la rue croix de bois, la rue des cures, la rue des Turcies, la rue Stanislas Julien puis de nouveau la rue croix de bois, jusqu’aux boulevards.
  • — Sur le boulevard, il y a un truc peint, un truc en or, un truc dont semble fier le maire (réunion du plan vélo). D’ailleurs, la mairie d’Orléans est tellement fière de cette merde, qu’elle n’ose même pas dire aux touristes de passer par là pour aller aux flatulences (>fr).

Depuis La Loire à vélo

Itinéraire suggéré :
Depuis le Quai du Châtelet, au niveau du Pont Georges V :
– prendre la rue Royale jusqu’à la Place du Martroi
– sur la Place, prendre à gauche la rue d’Illiers jusqu’au bout (arrivée sur le boulevard Rocheplatte)
– prendre à droite sur le boulevard Rocheplatte.
Vous pouvez garer votre vélo à l’angle du boulevard Rocheplatte et de la rue du colombier.

  • — Enfin, nous ne sommes pas encore à ce point. À la hauteur de la ligne du tramway, il faut prendre la rue du fbg Madeleine, puis circuler dans le quartier St Laurent (après avoir contourné la station de tramway) quasiment en suivant un itinéraire qui n’a jamais été mis en valeur par la mairie, ce jusqu’au parc Anjorrant – un des plus beaux jardins de la cité johannique – pour descendre vers la Loire.
  • — Là, ne mourrez pas de rire, il y a sur le même poteau un panneau piste cyclable et un panneau voie-verte. En vérité, c’est un trottoir « plus ». Avec les travaux depuis 10ans (suppression de la piste séparée existante), un autre aménagement aurait été possible, avec de la volonté. La queue du dino se termine au niveau du pont de l’Europe (notez l’escalier, lui aussi signalé comme un équipement cyclable).
  • — rebroussez chemin jusqu’à la ligne de tramway, poursuivez sur les boulevards jusqu’à l’hôtel de la mégalopopole. Vous avez ainsi fait le dos, vous allez pouvoir attaquer le cou.
  • — Mieux vaut être resté sur la chaussée, que d’avoir circulé dans le canicrotte, sauf à aimer les ressauts, les merdes de chiens, le conflit avec les piétons. À l’hôtel du syndicat du diesel enchanté, il faut prendre l’avenue des Droits Humains, un équipement des années 80 qui aurait besoin d’un sérieux coup de jeune (élargissement, suppression des ressauts (au maléfice des automobiles qui coupent l’équipement), travail des intersections, travail de l’emplacement des arrêt-bus, des places de stationnement).
  • — Autour du parc, il y a des travaux, mais il est fort à parier que après ceux-ci, il y aura un non-aménagement du type Coligny, donc piste étroite, bordures, ressauts, bagnoles, car oui, de nos jours les collégien⋅ne⋅s vont à l’école en voiture.
  • — Retour dans le sens de la circulation, car, faut-il le dire encore un fois, les cyclistes doivent circuler dans le sens de la circulation en milieu urbain et périurbain, sauf équipement de très grande qualité… hahahahahahahaha, ce n’est donc pas possible, car de qualité il n’y a point à Orléans sauf la piste en parallèle à l’avenue G.Galloux.
  • — Pour faire un semblant de papatte levée, car mon dino est poli et bien dressé, il faut contourner l’obstacle qu’est la mégalopopole, puis circuler sur le boulevard avant de reprendre la rue de la drogue, et ainsi faisant, terminer le dinosaure.

En une image

⋅~o(Ó¡Ò)o~⋅

 

 

Un commentaire sur “Un dinosaure dans le plat de nouille

  1. Jeanne à vélo
    28/12/2019

    « un des plus beaux jardins de la cité johannique » : j’ai découvert récemment le parc Anjorrant et je te rejoins totalement sur cette appréciation.

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.

Information

Cette entrée a été publiée le 28/12/2019 par dans Réflexions, et est taguée , .

Jeanne à vélo en vidéo

RSS J-à-V à l’écrit

  • Les voitures ne sont plus les bienvenues dans le centre ville d’Eindhoven 14/04/2021
    Il y a dans ce reportage de Mark Wagenbuur de quoi alimenter la réflexion sur la requalification des mails orléanais sans avoir besoin de parler de « coulée verte ».Voici la traduction de « Cars are no longer wanted in the city centre » publié le 14 avril 2021 sur Bicycle Dutch. La ville... L’article Les voitures ne sont plus les bienvenues dans le centre vi […]
  • Un retour d’expérience sur le Packster 80 de Riese & Müller — par Genepedia 12/04/2021
    Après celui sur le Urban Arrow, Genepedia livre depuis le nord ouest des États-Unis son sentiment sur un autre vélo cargo, le Packster 80 de chez Riese & Müller – qui n’est plus commercialisé par la marque allemande. Elle rentre dans les détails, ce qui fait tout l’intérêt de ce... L’article Un retour d’expérience sur le Packster 80 de Riese & Müller […]
  • Une passerelle vélo pas vraiment pratique 07/04/2021
    Ce qu’on pourrait appeler la ségrégation modale a aussi des inconvénients comme le montre Mark Wagenbuur dans cette étude de cas du côté de Venlo. Voici la traduction de « A cycling viaduct that isn’t really convenient » publié le 7 avril 2021 sur Bicycle Dutch. Une ou deux fois par an,... L’article Une passerelle vélo pas vraiment pratique est apparu en pre […]
  • Pédaler sous la pluie à Rotterdam 31/03/2021
    Mark Wagenbuur en est convaincu : vous n’êtes pas en sucre… et ce n’est pas la pluie qui vous fera fondre. Ses compatriotes semblent d’accord avec lui comme il a pu le vérifier une nouvelle fois du côté de Rotterdam.Voici la traduction de « Riding in the Rotterdam rain (again) » publié le... L’article Pédaler sous la pluie à Rotterdam est apparu en premier s […]

Yann en vidéo

RSS Yann à l’écrit

  • Rue du pot de fer : piétons et PMR, faites votre prière 03/04/2021
    Sur les conseils d’un de mes voisins, je me suis rendu rue du Pot de fer pour voir les travaux de requalification de cette dernière. J’en suis resté baba. Petit tour d’horizon. Cette rue est située dans le centre ancien. Elle est en sens unique. Concernant les études sur la requalification toujours le même procédé... Lire la Suite →
  • Rue de la Cigogne : les normes on s’en cogne! 20/03/2021
    Désolé de vous imposer cette rime bas de gamme mais je me suis levé tôt. Il y a quelques jours alors que je me rendais (en voiture) à la déchetterie du chemin du Clos de l’Alouette, j’ai emprunté la rue de la Cigogne et je me suis de suite dit qu’il fallait que je fasse... Lire la Suite →
  • Rue Henri Lavedan : les deux trottoirs ne sont pas aux normes 01/03/2021
    Dans un article du 15 février 2021 paru dans la République du Centre, Nadia Labadie, l’adjointe chargée de la coordination de la politique de proximité affirmait que « chaque requalification s’accompagne d’une remise aux normes des trottoirs et, à chaque fois que cela est possible, de la création d’un itinéraire cyclable. » C’est en gras dans l’article donc. […]
  • Rue Paul Doumer : une (in)compétence métropolitaine 18/02/2021
    En 2020, la mairie de Saint Jean de la Ruelle annonçait que « des travaux allaient être entrepris dans la la partie « est » de la rue Paul Doumer. Ils consistent en l’enfouissement des réseaux riverains et espace public, la réalisation d’un trottoir PMR côté pair (à droite dans le sens de la rue), la... Lire la Suite →

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com

Licence

Creative Commons License
Vous pouvez utiliser les éléments de ce cyber-cahier si vous en citez la source.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :