Becancaneries

Théorème de J.B. Corot : « la ville de Copenhague est équipée de 350 km de pistes cyclables surélevées, séparées de la route et très sûres » dont plus de 550 km font les trottoirs d’Orléans et son agglomération.

Grincements de pignon – 2 – Rétropédalage

Le rétropédalage est un système de freinage très efficace, qui n’est « casse – gueule » que s’il est mal maîtrisé. Autrement, en urgence, sous la pluie, il est d’une grande efficacité et assure une grande stabilité à la bicyclette.

Une revue de presse, ce sont des journaux, papier ou radio, une veille sur les réseaux mal-dits sociaux, et, c’est parfois un article sur un cyber-cahier.

Rétropédalage

Le champion de la semaine question rétropédale, c’est Grouard.

« création d’un vrai réseau, continu et sécurisé de pistes cyclables. Il sera construit en étroit partenariat… »

Les promesses n’engagent que ceux ou celles qui les croient, mais après tant de foutage de gueule les mandats passés et l’antienne des « on ne peut pas écarter les rues » ou des « dès qu’on fait 1,5km, on est sportif », pour arrêter de dire des conneries, ce n’est pas un rétropédalage qui est nécessaire, c’est un frein-parachute, et encore, au regard de la charge, personne n’est certain de ne pas s’écraser.

Votre serviteur note au moins l’absence de la démagogue et hypocrite « con-construction ». Un partenariat signifie bien que les choses sont déjà ficelées à 80 % par les lobbyistes du béton, le partenariat n’affecte que les 20 % restants de la loi de Pareto, c-à-d, la couleur des bordures.

À lire les délires passerello-constructionnels des autres prétendants, il y a moins de surprises à attendre du petit fauve.

Pour l’ensemble des prétendant⋅e⋅s, rien ne sera dit  sur d’autres sujets comme l’absurde pont de Jargeau par exemple (>fr), un projet pour lequel des même partis politiques en place font tout pour bétonner plus et polluer plus… alors que les candidat⋅e⋅s se présentent avec la bouche en cul de poule et vous parlent « environnement ». Il pourrait en être dit de l’abandon de la ligne Orléans-Châteauneuf.

La thématique de ce jouèb est le vélo, et à vélo, avec un peu de témérité, il est possible d’aller partout dans l’agglomération, en presque sécurité si vous fuyez les équipements mis en place par la mairie du lieu, la métropole ou parfois le département ou la région. Comme les autres villes de la mégalopopole commencent à raconter des histoire, il sera temps de voyager un peu lors du prochain grincement de pignon.

Ma liste

Lors du dernier billet, j’avais promis MA liste des souhaits en matière de vélo et d’aménagement (globalement, cette liste est une compilation de mes propos tenus lors « d’interpellations » sur le mode « vous qui faites du vélo » au PMU du coin). Comme je ne fais pas de politique, je peux sans problème tenir mes promesses. Attention, les items de la liste ne sont pas très bien classés. Libre à vous d’appliquer le coefficient de votre choix sur cette liste, selon la grille précédente (>fr), de noter les candidat⋅e⋅s et ensuite de prendre la décision que vous voulez, ce n’est pas à moi de vous dire pour qui voter.

Généralités

  • Abandon complet de la carte actuelle des « déplacements doux ». D’une part car « déplacement doux » ça ne veux rien dire, c’est du marquetinge de politocard⋅e⋅s, d’autre part, car cela sous entend que les piétons, les vélos, les trottinettes, c’est un peu la même chose. C’est oublier qu’une personne « normalement » constituée peut faire sans problème 10 à 20km pour aller à son travail, 10km pour aller de St Marceau se faire une expo à Saran, des distances difficilement réalisables en trottinette par exemple. Rappel de l’opération KGB (>fr) dans l’agglomération d’Orléans :
    • […] le kilométrage moyen effectué est de 7,82 km par individu et par jour, soit quelque 30 minutes de vélo à 15 km/h, c-à-d, la vitesse réglementée pour rouler en toute fluidité sur les ondes vertes (vitesse comprise entre 15 et 20 km/h […],
  • Établissement d’une nouvelle carte qui distingue les trottoirs, les zones 30, les pistes, les bandes, les voies vertes…,
  • Établissement d’un zonage de l’agglomération selon l’activité et la densité automobile, ensuite, à partir de ce zonage, classer la voirie en 3 catégories :
    • résidentiel, circulation dans un quartier : zone 30, écluses, ralentisseurs, mais pas forcément d’équipements spécifiques…,
    • desserte intra-urbaine :
      • distance inférieure à 250m = bandes peintes sur la chaussée ou chaussidou,
      • entre 250m & 1km de long = bandes peintes sur la chaussé ou sur un large trottoir (sanctuarisation de l’espace des piétons), piste séparée en sur-trottoir… un exemple déjà réalisé, mais à améliorer, est la circulation bvd de Lamballe à Fleury par exemple,
    • desserte inter-urbaine : aménagement sur piste propre. Cela pourrait être semblable à la voie verte qui part de Ormes, passe par Saran, pour rejoindre Fleury (sans les rond-points, sans les marches, sans les changements de sens),
    • Et bien sur, le long d’une voie « express » (RN20, tangentielle…), une piste entièrement séparée doit être créée, en exemple prenons la voie G.Galoux,
  • Découpage de l’agglomération en zone de circulation automobile, ce, de façon à supprimer les trajets directs pour passer d’une zone à l’autre ; cela se fera en passant par les voies à grande circulation existantes.

Dans la première année du mandat

  • Suppression de l’ensemble des trottoirs peints MÊME À SARAN & OLIVET,
  • Prend l’engagement de ne pas peindre un trottoir de pictogrammes dans le seul but de faire grimper le kilométrage vélo,
  • Toutes les bordures seront rabotées (afin de montrer la volonté réelle de changer).
  • Suppression de l’ensemble des panneaux ronds B22a de l’ensemble du territoire urbain (sauf le long de la seule piste cyclable de l’agglomération, c-à-d, G.Galloux),
  • Interdiction de la circulation devant les écoles aux heures de rentrée et de sortie.
  • Extension des ZONE30 aux lieux sociaux (écoles, collèges, lycées, salles des fêtes, salles communales, jardins, centres sociaux, parc de sport…),
    • Devant ces même lieux sociaux, interdiction totale du stationnement résidentiel aux heures de fonctionnement du lieu,
    • Devant ces même lieux sociaux, création de parc de stationnement couvert pour les vélos, de parc (ou places) pour les scooter et pourquoi pas les motos.
  • Arrêt complet des projets en cours de « création de piste cyclable », ce afin de ne pas mettre davantage de spaghetti dans le plat de nouille.

Qualité

  • Globalement, dans une rue, pour 5 à 10 places autos, il y aura autant d’anneaux pour les vélos, et le cas échéant sur l’espace d’une place auto, sera aménagé un espace pour les scooters et les motos, sans oublier d’établir un nombre suffisant de places pour personnes handicapées,
  • Les équipements « vélos » seront pris sur la voirie automobile, car oui, il faut opposer les modes ; les trottoirs seront sanctuarisés,
  • Toutes les pistes, bandes, voies respecteront les largueurs prescrites par le CEREMA et par extension, l’ensemble des équipements suivra les prescriptions du CEREMA (même si, c’est un organisme français, les textes ne sont donc pas toujours d’une clarté extraordinaire),
  • Les carrefours seront signalés au profit des règles communes de déplacements des véhicules sur la chaussée ; pour le dire autrement, c’est le même régime de priorité qui s’appliquera aux machins cyclables existants (avant d’être requalifié) que à la voirie adjacente (par exemple, la rue Douffiagues (>fr- Jehanne à vélo) n’offre pas les même règles de priorité aux bagnoles et aux vélo),
  • Plus un équipement ne changera de sens en cours de chemin,
  • Suppression des rond-points,
  • DANS L’ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA MÉGALOPOPOLE il n’y a pas lieu d’avoir des équipements bidirectionnels, SAUF le long de la voie express G.Galloux. Les cyclistes doivent circuler dans le sens de la circulation,
  • L’ensemble des pinces roues de l’agglomération sera dissous dans l’acide ou fondu sous la forme de simples anneaux,
  • Le revêtement des pistes sera de qualité (si l’équipement est commun à un espace pédestre, sa qualité sera légèrement moindre que celui à destination des piétons afin de dissuader ces derniers de circuler ailleurs qu’à leur place),
  • Les pistes, bandes, voie vertes seront nettoyées aussi souvent que le devant de la mairie.

Culture vélo

  • Va arrêter de donner de l’argent à des « smart trucs » qui ne servent à rien au final, sauf à clignoter sur les cintres,
  • Faire des campagnes d’information sur l’existence des sas-vélos pendant 3 à 6 mois avant de mettre, enfin, des amendes,
  • Faire des campagnes d’information sur le respect des bandes et pistes cyclables pendant 3 à 6 mois avant de mettre des amendes,
  • Supprimer les policiers municipaux et créer en lieux et place, des îlotiers qui interviendront aussi bien pour l’entrée et sortie des écoles, pour sanctionner les véhicules mal-garés, pour guider les personnes perdues, pour renseigner sur la présence des parcs de stationnement, pour rassurer les personnes dans les quartier, pas seulement pour sanctionner (ce type de police existe au Japon),
  • Création de, au moins, 10 vélo-écoles en libre service (piste en plein air, aménagement dans un parc…),
  • Va établir un carnet des aménagements types (sur le modèle de la métropole de Lyon), ce document servira de référence lors des présentations de quartier afin de ne plus effrayer les résidents (les résidents pourront aller voir de quoi il se parle).

Réseau & tourisme

  • Poser des panneaux de direction,
  • Poser des panneaux d’indication sur le modèle « à pied = 10mn » ou encore « à vélo = 2 min »…,
  • Multiplication des « sas vélo » avec bande pour atteindre celui-ci,
  • Multiplication des « appels vélo » aux feux,
  • Désigner une personne responsable de la politique vélo dans l’agglomération,
  • Étudier la possibilité de doubler l’autoroute urbaine tangentielle par une voie verte sur le modèle de la voie G.Galoux, ce, dans les zones urbaines denses et les parties industrielles de l’autoroute urbaine,
  • Supprimer l’itinéraire actuel de la Loire à vélo puisque les commerçants chient sur nos montures et l’établir au sud du fleuve, s’il le faut en faisant des quais une vélorue (route sans stationnement, circulation des résident⋅e⋅s uniquement (limitation des autres), priorité vélo permanente…) de l’île Charlemagne jusqu’à la pointe de Courpin,
  • Restituer la gare de Fleury dans son rôle de gare de l’agglomération (et fermer le hangar à courants d’air d’Orléans pour en faire un truc d’accrobranche ou de musiques expérimentales, en lieu et place des voies, planter des arbres…) et en faire partir la première véloroute de l’agglomération, ce en direction du centre d’Orléans, puis passage de la Loire au pont royal, puis véloroute jusqu’à Olivet par la Mouillère (suppression d’une voie automobile).

Élu⋅e⋅s

  • Ils ou elles s’engagent à utiliser un vélo sur leur trajet domicile-conseils municipaux e/o mégalopolitains (au pire un transport en commun) sous peine de 30 % en moins sur les émoluments mensuels,
  • Ils ou elles s’engagent à utiliser les équipements « cyclables » qu’ils ou elles construisent, au moins une fois par semaine,
  • S’engagent à dévoiler leur appartenance ou leur accointance avec les sociétés du bitumage, cabinets d’études, les ami⋅e⋅s du compas, les parts financières dans une société d’aménagements divers…

Pour en finir

Sauf une, deux ou trois coquineries, il est à noter que ces propositions ne coûtent quasiment rien de plus lors des travaux de voirie ! Ces propositions ne sont que l’utilisation du bon sens, de la simplicité et l’expression de la volonté de ne pas en ajouter sur des « trucs » déjà de travers.

Pour en finir, bis

Comprendre ce qui passe par la tête des prétendant⋅e⋅s est inutiles. Leurs solutions actuellement présentées montrent qu’ils désirent plus adapter le système automobile en lieu et place de faire une Vélorution dans leur vision 4roueïsée des déplacements urbains. Pour le dire autrement, ils préféreront toujours ajouter de la technique à la technique, du système au système, au lieu d’épurer, d’enlever, de simplifier.

Par exemple, dans le film suivant, nous voyons — c’est une métaphore — les élu⋅e⋅s d’Orléans préférer adapter les bagnoles à un problème, avec un gros sabot, non pas interdire la circulation le temps de la migration des crabes rouges*.

 

*note : c’est en vérité plus complexe comme situation, mais encore une fois, le film est une parfaite illustration du système automobile.

3 commentaires sur “Grincements de pignon – 2 – Rétropédalage

  1. Jeanne à vélo
    26/01/2020

    « ils préféreront toujours ajouter de la technique à la technique, du système au système, au lieu d’épurer, d’enlever, de simplifier. » : on dirait du Isabelle Lesens ! 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Yann d'Orléans
    28/01/2020

    Réseau continu… Tu parles ….
    A la première réunion de quartier , ça baissera la culotte.

    Aimé par 1 personne

    • janpeire
      28/01/2020

      Personne n’est dupe sur les promesses de ces gens là, enfin, j’espère.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 25/01/2020 par dans Réflexions, et est taguée .

RSS Jeanne à vélo

  • Municipales 2020 : Jean-Philippe Grand OSErait-il la transition des mobilités ? 22/02/2020
    La liste OSE (Orléans Solidaire Ecoloqique) organisait sa première réunion publique de la campagne des municipales le vendredi 21 février sur le thème de « la ville en transition ». Est-ce à dire que son programme s’inscrit pleinement dans celui des villes en transition ? C’est en tout cas un des quatre... L’article Municipales 2020 : Jean-Philippe Grand OSE […]
  • Retour sur le Winter Cycling Congress 2020 à Joensuu 20/02/2020
    Après le teasing enneigé de « À vélo sur la neige finlandaise », Mark Wagenbuur revient sur l’édition 2020 du Winter Cycling Congress qui a été créé en 2013 par la Winter Cycling Federation et dont le mot d’ordre est « le vélo d’hiver pour tous ». Voici la traduction effectuée à chaud –... L’article Retour sur le Winter Cycling Congress 2020 à Joensuu est ap […]
  • Municipales 2020 : la « coulée verte » en trompe-l’œil de Serge Grouard 18/02/2020
    Puisqu’un sondage qui a fait localement grand bruit place Serge Grouard, avec la liste « Les Orléanais au cœur », en tête des intentions de votes, il faut bien revenir un moment sur son projet pour la ville qu’il a dirigée pendant 14 ans (2001-2015). D’autant plus que son ancien acolyte, Olivier... L’article Municipales 2020 : la « coulée verte » en trompe-l […]

RSS Actuvélo

La chaine vidéo de Yann

La chaine vidéo de Jeanne à vélo

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com
%d blogueurs aiment cette page :