Becancaneries

Théorème de J.B. Corot : « la ville de Copenhague est équipée de 350 km de pistes cyclables surélevées, séparées de la route et très sûres » dont plus de 550 km font les trottoirs d’Orléans et son agglomération.

« Vent d’est, vent d’ouest » de Franck M.Robinson

En 1972, Franck M.Robinson imagine un monde où la passion automobile l’emporte sur le besoin de respirer.

Grosse nouvelle

« Il arrivait parfois à Monte de me parler de son enfance dans la région des Grands Lacs, où il avait alors l’habitude d’aller se baigner. Il essaya une fois de me faire croire qu’il avait vu des orangers au beau milieu de la ville de Santalosdiego et que les oranges étaient aussi grosses que des balles de tennis. Cela m’avait mis en colère et je crois qu’il s’en était rendu compte. »

Un très court extrait de cette grosse nouvelle, sans trop en dire, pour vous faire frissonner par l’ambiance « Soleil Vert » assez présente. L’éditeur nous dit que « East Wind, West Wind » paraît en 1972 dans l’anthologie « Nova2 », composée par Harry Harrison, l’auteur de « Make Room ! Make Room ! » adaptée au cinéma par Richard Fleischer en 1973 sous le nom de… « Soylent Green ».

Le même éditeur nous explique que le « brouillard de gaz industriels » décrit dans l’ouvrage est une référence au « smog » historique qui frappa la ville de Donova et causa la mort de 20 personnes et l’indisposition de 7000 autres.

Petit roman

En le lisant, avec les tristes échos de la campagne électorale d’Orléans, une campagne dans laquelle des menteurs donnent dans la surenchère à d’autres menteurs sur l’air du « je suis le plus vert (~de gris ou ~moulu, comme vous voulez) de tous » ; comme si le vert était encore le symbole de quelques espoirs dans quelques domaines que se soit.
En le lisant, ceci est une phrase courte avec un minimum de sens, j’ai désiré faire un mauvais pastiche pour vous le raconter et vous montrer combien il colle à l’actualité locale.

Après un trajet à pied et en tramway rendu pénible par la couche de condensation, LeChien arrive à son bureau climatisé de la mégalopopole d’Orléans. Il pensait que les pluies acides arriveraient à nettoyer l’air, mais le manteau de particule était trop épais au dessus de la cité johannique.

Tout en se dirigeant vers son box, il se servit un café et passa prendre sa liste des tâches du jour. LeChien observa dans le bureau d’Olivier-Baptiste, le chef de la mégalopopole, trois autres silhouettes sombres.

Nathalie, la secrétaire, lui expliqua que normalement l’ordre d’évacuation de la cité aurait du être donné à cause du niveau de pollution. La secrétaire lui dit également que l’une des silhouettes était celle d’un ponte du ministère de l’information météorologique officielle, l’autre, celle d’un groupe de pression dont elle ignorait le produit ; peu importait par ailleurs, depuis bien longtemps, quand des gens aux intérêts importants mais à la conduite discrète commandent aux destinées des cités, ce n’est pas l’intérêt commun qui prime. Le troisième était un vieux sénateur.

« les salauds, ils veulent nous faire crever ? »
« Oui ! »

LeChien était chargé ce jour là d’enquêter sur « une zone de pollution » clandestine et secrète. Il passa voir Jean-Phillippe dans son bureau des équipements inutiles. Celui-ci sembla nerveux en apprenant l’enquête à mener, car au fond, il aimait bien LeChien.

Fin limier, avant de partir sur le terrain, LeChien passa par le musée des bagnoles, un isolat que les maires d’Orléans avaient religieusement gardé. Il fut reçu par Serge-Éric, le gardien de la tradition automobile locale, qui lui expliqua doctement les règles des temps jadis, des règles comme celle du « kilomètre et demi ». Bien sur, avec la Grande dénonciation des années 2000, les choses avaient évolué, mais il était trop tard pour éviter la catastrophe. LeChien arrêta Serge en vertu des lois sur le climato-scepticisme et l’ultra-scientisme réunis.

À la recherche d’un débit de boisson, sur sa route, il aperçut de la fumée qui sortait d’un hangar. S’il y a de la fumée, il y a combustion. Comment certains osaient-ils consumer de l’oxygène, ce produit si rare. Il pénétra dans le hangar avec force ; le spectacle était hallucinant, digne de ces vieux films de gangsters en noir et blanc, un scène de course en bagnole comme dans « la bande à Bonnot ». Au mur, une affiche du petit père des pollués disait « vie et œuvre de Ceaușescu, ce génie méconnu, bienfaiteur de l’humanité, à la pensée aussi élevée que la plus haute montagne de Beauce ». Des personnes travaillaient à retaper un train de l’ancienne compagnie des chemins de fer. LeChien les arrêta tous en vertu des lois sur la non-coopération d’intérêt général.

LeChien était fatigué maintenant, il emprunta une électrocyclette nucléaire et au plomb et se piqua de parcourir un peu la campagne sur les derniers morceaux encore debout d’un ancien plan-vélo.

Soudain, il entendit une voiture, une authentique voiture. Il pensa au début que c’était « xxxxx » au volant, mais non, c’était « xxxxx », un revolver à la main…

Lisez ce livre !

Dyschroniques

Dans un futur proche. Les voitures à essence sont bannies depuis longtemps et les rares récalcitrants s’exposent à la peine maximum. Comme le reste du monde, cette mégalopole américaine étouffe jour après jour un peu plus sous le poids de la pollution atmosphérique. Malgré tout, la vie continue et les entreprises locales – le Ramassage Sanitaire, les Aciers Oberhausen et l’Office Municipal de l’Énergie – poursuivent leurs activités ultra-polluantes.

Jim Morrison, employé attaché à l’organisme Air Central, pourtant garant de la qualité de l’air, ne peut que constater son impuissance. D’ailleurs, la traque qu’il livre à ce mystérieux nostalgique de l’ère automobile a-t-elle encore un sens ?

  • « Vent d’est, vent d’ouest » de Franck M.Robinson, Le passager Clandestin (>fr-site de l’éditeur)
  • Prix : 5 €
  • Format : 110x170mm
  • Pages : 80 pages
  • ISBN : 9782369350101
  • Date de parution : mars 2014

Bonus

4 commentaires sur “« Vent d’est, vent d’ouest » de Franck M.Robinson

  1. Jeanne à vélo
    12/03/2020

    Je viens de lire la nouvelle. J’ai beaucoup aimé. Merci.

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Sciença ficci’ | Rapieta

Les commentaires sont fermés.

Information

Cette entrée a été publiée le 20/02/2020 par dans Livres, bédés, mangas, et est taguée , .

Jeanne à vélo en vidéo

RSS J-à-V à l’écrit

  • Les voitures ne sont plus les bienvenues dans le centre ville d’Eindhoven 14/04/2021
    Il y a dans ce reportage de Mark Wagenbuur de quoi alimenter la réflexion sur la requalification des mails orléanais sans avoir besoin de parler de « coulée verte ».Voici la traduction de « Cars are no longer wanted in the city centre » publié le 14 avril 2021 sur Bicycle Dutch. La ville... L’article Les voitures ne sont plus les bienvenues dans le centre vi […]
  • Un retour d’expérience sur le Packster 80 de Riese & Müller — par Genepedia 12/04/2021
    Après celui sur le Urban Arrow, Genepedia livre depuis le nord ouest des États-Unis son sentiment sur un autre vélo cargo, le Packster 80 de chez Riese & Müller – qui n’est plus commercialisé par la marque allemande. Elle rentre dans les détails, ce qui fait tout l’intérêt de ce... L’article Un retour d’expérience sur le Packster 80 de Riese & Müller […]
  • Une passerelle vélo pas vraiment pratique 07/04/2021
    Ce qu’on pourrait appeler la ségrégation modale a aussi des inconvénients comme le montre Mark Wagenbuur dans cette étude de cas du côté de Venlo. Voici la traduction de « A cycling viaduct that isn’t really convenient » publié le 7 avril 2021 sur Bicycle Dutch. Une ou deux fois par an,... L’article Une passerelle vélo pas vraiment pratique est apparu en pre […]
  • Pédaler sous la pluie à Rotterdam 31/03/2021
    Mark Wagenbuur en est convaincu : vous n’êtes pas en sucre… et ce n’est pas la pluie qui vous fera fondre. Ses compatriotes semblent d’accord avec lui comme il a pu le vérifier une nouvelle fois du côté de Rotterdam.Voici la traduction de « Riding in the Rotterdam rain (again) » publié le... L’article Pédaler sous la pluie à Rotterdam est apparu en premier s […]

Yann en vidéo

RSS Yann à l’écrit

  • Rue du pot de fer : piétons et PMR, faites votre prière 03/04/2021
    Sur les conseils d’un de mes voisins, je me suis rendu rue du Pot de fer pour voir les travaux de requalification de cette dernière. J’en suis resté baba. Petit tour d’horizon. Cette rue est située dans le centre ancien. Elle est en sens unique. Concernant les études sur la requalification toujours le même procédé... Lire la Suite →
  • Rue de la Cigogne : les normes on s’en cogne! 20/03/2021
    Désolé de vous imposer cette rime bas de gamme mais je me suis levé tôt. Il y a quelques jours alors que je me rendais (en voiture) à la déchetterie du chemin du Clos de l’Alouette, j’ai emprunté la rue de la Cigogne et je me suis de suite dit qu’il fallait que je fasse... Lire la Suite →
  • Rue Henri Lavedan : les deux trottoirs ne sont pas aux normes 01/03/2021
    Dans un article du 15 février 2021 paru dans la République du Centre, Nadia Labadie, l’adjointe chargée de la coordination de la politique de proximité affirmait que « chaque requalification s’accompagne d’une remise aux normes des trottoirs et, à chaque fois que cela est possible, de la création d’un itinéraire cyclable. » C’est en gras dans l’article donc. […]
  • Rue Paul Doumer : une (in)compétence métropolitaine 18/02/2021
    En 2020, la mairie de Saint Jean de la Ruelle annonçait que « des travaux allaient être entrepris dans la la partie « est » de la rue Paul Doumer. Ils consistent en l’enfouissement des réseaux riverains et espace public, la réalisation d’un trottoir PMR côté pair (à droite dans le sens de la rue), la... Lire la Suite →

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com

Licence

Creative Commons License
Vous pouvez utiliser les éléments de ce cyber-cahier si vous en citez la source.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :