Becancaneries

Théorème de J.B. Corot : « la ville de Copenhague est équipée de 350 km de pistes cyclables surélevées, séparées de la route et très sûres » dont plus de 550 km font les trottoirs d’Orléans et son agglomération.

« Vent d’est, vent d’ouest » de Franck M.Robinson

En 1972, Franck M.Robinson imagine un monde où la passion automobile l’emporte sur le besoin de respirer.

Grosse nouvelle

« Il arrivait parfois à Monte de me parler de son enfance dans la région des Grands Lacs, où il avait alors l’habitude d’aller se baigner. Il essaya une fois de me faire croire qu’il avait vu des orangers au beau milieu de la ville de Santalosdiego et que les oranges étaient aussi grosses que des balles de tennis. Cela m’avait mis en colère et je crois qu’il s’en était rendu compte. »

Un très court extrait de cette grosse nouvelle, sans trop en dire, pour vous faire frissonner par l’ambiance « Soleil Vert » assez présente. L’éditeur nous dit que « East Wind, West Wind » paraît en 1972 dans l’anthologie « Nova2 », composée par Harry Harrison, l’auteur de « Make Room ! Make Room ! » adaptée au cinéma par Richard Fleischer en 1973 sous le nom de… « Soylent Green ».

Le même éditeur nous explique que le « brouillard de gaz industriels » décrit dans l’ouvrage est une référence au « smog » historique qui frappa la ville de Donova et causa la mort de 20 personnes et l’indisposition de 7000 autres.

Petit roman

En le lisant, avec les tristes échos de la campagne électorale d’Orléans, une campagne dans laquelle des menteurs donnent dans la surenchère à d’autres menteurs sur l’air du « je suis le plus vert (~de gris ou ~moulu, comme vous voulez) de tous » ; comme si le vert était encore le symbole de quelques espoirs dans quelques domaines que se soit.
En le lisant, ceci est une phrase courte avec un minimum de sens, j’ai désiré faire un mauvais pastiche pour vous le raconter et vous montrer combien il colle à l’actualité locale.

Après un trajet à pied et en tramway rendu pénible par la couche de condensation, LeChien arrive à son bureau climatisé de la mégalopopole d’Orléans. Il pensait que les pluies acides arriveraient à nettoyer l’air, mais le manteau de particule était trop épais au dessus de la cité johannique.

Tout en se dirigeant vers son box, il se servit un café et passa prendre sa liste des tâches du jour. LeChien observa dans le bureau d’Olivier-Baptiste, le chef de la mégalopopole, trois autres silhouettes sombres.

Nathalie, la secrétaire, lui expliqua que normalement l’ordre d’évacuation de la cité aurait du être donné à cause du niveau de pollution. La secrétaire lui dit également que l’une des silhouettes était celle d’un ponte du ministère de l’information météorologique officielle, l’autre, celle d’un groupe de pression dont elle ignorait le produit ; peu importait par ailleurs, depuis bien longtemps, quand des gens aux intérêts importants mais à la conduite discrète commandent aux destinées des cités, ce n’est pas l’intérêt commun qui prime. Le troisième était un vieux sénateur.

« les salauds, ils veulent nous faire crever ? »
« Oui ! »

LeChien était chargé ce jour là d’enquêter sur « une zone de pollution » clandestine et secrète. Il passa voir Jean-Phillippe dans son bureau des équipements inutiles. Celui-ci sembla nerveux en apprenant l’enquête à mener, car au fond, il aimait bien LeChien.

Fin limier, avant de partir sur le terrain, LeChien passa par le musée des bagnoles, un isolat que les maires d’Orléans avaient religieusement gardé. Il fut reçu par Serge-Éric, le gardien de la tradition automobile locale, qui lui expliqua doctement les règles des temps jadis, des règles comme celle du « kilomètre et demi ». Bien sur, avec la Grande dénonciation des années 2000, les choses avaient évolué, mais il était trop tard pour éviter la catastrophe. LeChien arrêta Serge en vertu des lois sur le climato-scepticisme et l’ultra-scientisme réunis.

À la recherche d’un débit de boisson, sur sa route, il aperçut de la fumée qui sortait d’un hangar. S’il y a de la fumée, il y a combustion. Comment certains osaient-ils consumer de l’oxygène, ce produit si rare. Il pénétra dans le hangar avec force ; le spectacle était hallucinant, digne de ces vieux films de gangsters en noir et blanc, un scène de course en bagnole comme dans « la bande à Bonnot ». Au mur, une affiche du petit père des pollués disait « vie et œuvre de Ceaușescu, ce génie méconnu, bienfaiteur de l’humanité, à la pensée aussi élevée que la plus haute montagne de Beauce ». Des personnes travaillaient à retaper un train de l’ancienne compagnie des chemins de fer. LeChien les arrêta tous en vertu des lois sur la non-coopération d’intérêt général.

LeChien était fatigué maintenant, il emprunta une électrocyclette nucléaire et au plomb et se piqua de parcourir un peu la campagne sur les derniers morceaux encore debout d’un ancien plan-vélo.

Soudain, il entendit une voiture, une authentique voiture. Il pensa au début que c’était « xxxxx » au volant, mais non, c’était « xxxxx », un revolver à la main…

Lisez ce livre !

Dyschroniques

Dans un futur proche. Les voitures à essence sont bannies depuis longtemps et les rares récalcitrants s’exposent à la peine maximum. Comme le reste du monde, cette mégalopole américaine étouffe jour après jour un peu plus sous le poids de la pollution atmosphérique. Malgré tout, la vie continue et les entreprises locales – le Ramassage Sanitaire, les Aciers Oberhausen et l’Office Municipal de l’Énergie – poursuivent leurs activités ultra-polluantes.

Jim Morrison, employé attaché à l’organisme Air Central, pourtant garant de la qualité de l’air, ne peut que constater son impuissance. D’ailleurs, la traque qu’il livre à ce mystérieux nostalgique de l’ère automobile a-t-elle encore un sens ?

  • « Vent d’est, vent d’ouest » de Franck M.Robinson, Le passager Clandestin (>fr-site de l’éditeur)
  • Prix : 5 €
  • Format : 110x170mm
  • Pages : 80 pages
  • ISBN : 9782369350101
  • Date de parution : mars 2014

Bonus

4 commentaires sur “« Vent d’est, vent d’ouest » de Franck M.Robinson

  1. Jeanne à vélo
    12/03/2020

    Je viens de lire la nouvelle. J’ai beaucoup aimé. Merci.

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Sciença ficci’ | Rapieta

Les commentaires sont fermés.

Information

Cette entrée a été publiée le 20/02/2020 par dans Livres, bédés, mangas, et est taguée , .

Jeanne à vélo en vidéo

RSS J-à-V à l’écrit

  • Des pistes cyclables uni ou bidirectionnelles ? That is the question — par The Ranty Highwayman 23/07/2021
    Bien sûr j’aurais pu essayer de traiter le sujet moi-même en prenant des exemples orléano-orléanais mais je ne suis pas pleinement qualifié pour le faire et de l’autre côté de la Manche se trouve un sympathique certified blogueur qui s’est tapé le boulot… And you know, I’m a lazy frog!... L’article Des pistes cyclables uni ou bidirectionnelles ? That is the […]
  • Un trajet campus – cité U à Utrecht 21/07/2021
    Il n’y a aucune raison que les étudiants ne fassent pas comme les élèves du secondaire qui rejoignent massivement leurs établissements à vélo. Mais eux n’habitent plus chez leurs parents !Voici la traduction de « How some students can ride home in Utrecht » publié le 21 juillet 2021 sur Bicycle Dutch.... L’article Un trajet campus – cité U à Utrecht est appa […]
  • Quand une rue n’a plus besoin de pistes cyclables : l’exemple de Nachtegaalstraat à Utrecht 18/07/2021
    Quand une ville a réussi à renverser le paradigme de la mobilité, on aboutit à la vélorue dans une version qui fonctionne vraiment comme l’expose Mark Wagenbuur.Voici la traduction de « When does a street no longer require protected cycleways? » publié le 14 juillet 2021 sur Bicycle Dutch. Il est... L’article Quand une rue n’a plus besoin de pistes cyclables […]
  • C’est mathématique : conduire pour gagner du temps ne fait que ralentir tout le monde 10/07/2021
    On sait déjà grâce à un travail fouillé de la direction générale du Trésor publié en avril 2021 qu’en milieu urbain très dense en France, les automobilistes ne paient que 8 % du coût global de leur mobilité (lien vers l’étude). On sait aussi que dans cet environnement, la voiture individuelle... L’article C’est mathématique : conduire pour gagner du temps ne […]

Yann en vidéo

RSS Yann à l’écrit

  • Encore une rue Demay-rde… 29/05/2021
    Avec Trololo vélo, nous avons fait une petite vidéo sur le projet de requalification de la rue Demay à Saint Jean le Blanc.
  • Mais qui a eu cette idée folle un jour d’inventer les normes ou y’a t-il un cycliste derrière le guidon de la mairie Dunois – Madeleine ? 16/05/2021
    J’avais déjà parlé de la requalification de la rue du Parc sur sa partie Sud. J’avais regardé d’un oeil distrait les travaux sur la partie nord. Cela me semblait à peu près aux normes sur la partie entre la rue de Coulmiers et le boulevard de Châteaudun (en vert). Hier, pour la première fois, j’empruntais... Lire la Suite →
  • Rue Frédeville : piétons, attention, terrain hostile 15/05/2021
    Malgré la pluie, j’ai décidé de m’aventurer par delà les frontières de la ville d’Orléans attiré par les travaux en cours de rue Frédeville à Saint Jean de Braye. Ville où Bruno Malinverno était adjoint au maire chargé de l’urbanisme et vice-président à la métropole en charge des transports. Ce brave monsieur nous a habitué... Lire la Suite → […]
  • Pour aller au CO’met, il ne faudra pas avoir la tête dans les étoiles 09/05/2021
    J’aime bien aller à Décathlon à vélo quand j’ai des petits trucs à acheter. C’est rapide et efficace. J’avais filmé le trajet il y a deux ans en passant par Olivet. En gros, il faut 15 minutes du centre ancien pour rejoindre cette enseigne de sport… La zone commerciale est à proximité immédiate du CO’met,... Lire la Suite →

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com

Licence

Creative Commons License
Vous pouvez utiliser les éléments de ce cyber-cahier si vous en citez la source.

%d blogueurs aiment cette page :