Becancaneries

Théorème de J.B. Corot : « la ville de Copenhague est équipée de 350 km de pistes cyclables surélevées, séparées de la route et très sûres » dont plus de 550 km font les trottoirs d’Orléans et son agglomération.

Le masque, le gel, l’attestation & la plume…

Un second numéro spécial du « masque & la plume », un numéro consacré à la lecture d’ouvrages « vélo & transport ».

Rappel :

« Le masque & la plume » est une véritable émission de radio, proposée par París-Inter et présentée par Jérôme Garcin. Elle est diffusée, habituellement, en soirée tous les dimanches… en ces temps de crise, elle l’est également le dimanche à 11h00.

Ce numéro 2 est le petit frère du numéro 1 dont la thématique était une petite sélection de courts et moyens métrages, disponible dans ce lien (>fr-ce site)

En dehors de la thématique transport, votre serviteur est également le tenancier d’un cyber-cahier écrit dans la langue occitane. Pour peu que cela vous intéresse, il a commis une sélection de petits livres « science-fiction des années 60-70 », des récits particulièrement angoissants. La présentation des livres est bilingue — français / occitan — et accompagnée de la bande annonce de films en lien avec la thématique des livres présentés.

En marche forcée – L. Kestel

Un livre dont le sous-titre est « une chronique de la libéralisation des transports : SNCF, cars Macron et quelques autres ».

Un livre petit par sa taille, très dense par son contenu, sur la thématique des transports ferroviaires, pardon, des « mobilités », ce, en 4 grands chapitres, pas toujours faciles à lire de part la quantité de détails donnés.

Le premier est une chronologie de la gestion de l’ancienne société des chemins de fer, de la scission (1997) entre l’infrastructure et la société de voyage — une scission faite alors que l’Union Européenne n’avait demandé que la séparation « des comptes » — a sa réunion (2014), les 2 actions ont été faites sans vergogne par le même haut-fonctionnaire. Le second parle de la mise en concurrence des réseaux, en partant de ce qui a été fait du côté de la route. Le troisième et le quatrième chapitres traitent de la « massification » des transports et des rapports de classe induits.

Le livre, au-delà des différents développements comporte un grand nombre d’encart, très intéressants pour parfaire sa culture d’une part et de part la mise en perspective des différentes visions politiques du territoire ; par exemple le plan Freycinet de 1879 était un héritier de la Révolution avec sa vision « départementaliste » du pays alors que le rapport Spinetta privilégie lui les métropoles et la grande vitesse.

Prenez le train

Loin de moi l’idée de vous dire de sortir pour prendre le train et assouvir un besoin d’évasion. C’est une incitation au voyage immobile, un voyage sur la thématique du paragraphe précédent, sans autorisation infantilisante.

Prendre le train de l’imaginaire est fort simple : Asseyez-vous, ouvrez le poste de radio, fermez les yeux et… évadez-vous.

Philippe Garbit reçoit Samuel Delziani, Régine Péhau-Gerbet, Gaëlle Caudal et Didier Leroy pour la « Nuit des Gares », 17 épisodes disponibles en baladodiffusion.

Écraseurs ! Les méfaits de l’automobile

Faut-il aller au-delà du titre pour en donner le contenu. Sérieusement.

Une sagesse extrême orientale nous enseigne que la souffrance a une cause, cette cause a des origines variées, la souffrance cesse lors de la cessation de la souffrance, le bonheur apparaît alors en enfourchant sa bicyclette.

Cette sagesse connaît des variantes et votre serviteur n’est pas certain d’avoir reporté ici l’exactitude du déroulé du gourou. Cependant, l’idée principale est la bonne. Présentement une des causes des souffrances des cyclistes est connue, elle a 4 roues, et son origine est connue, documentée depuis longtemps, au moins depuis 1880.

Ce livre est un recueil d’articles de presse, d’extrait de livres, sur l’automobile. « À charge » le livre met à mal l’idée de l’instrument technologique « désiré » par la population tant le recueil des plaintes est grand : ici un piéton écrasé — mort —, ici un cambriolage, ici le mépris de classe.

Passé les premiers émerveillements devant le monstre d’acier — un gros jouet pour oisifs — une toute autre réalité fait jour, comme l’écrit le journaliste satiriste Léon-Charles Bienvenu, dit Touchatout, l’auto « embête tout le monde » car elle « assourdit, empoisonne et menace tout le monde, avec ses pouf !… pouf !… assommants, ses buées de pétrole et ses allures désordonnées ».

Face aux méfaits, à l’autophobie de nombreux paysans, les constructeurs — et avec eux des aventuriers, des journalistes — font mettre le paquet pour convaincre la population de se prosterner devant le nouveau dieu de la modernité, le symbole de la civilisation. La première Guerre mondiale parachèvera cette idéologie.

« Écraseurs! Les méfaits de l’automobile », une anthologie établie par Pierre Thiesset, éditée par les Éditions Le Pas de côté.

Jules Ronjat – J. Thomas

Entre linguistique et Félibrige (1864-1925)

Quatrième de couverture

Jules Ronjat (1864-1925), un savant et un linguiste, certainement un des plus grands romanistes du début du XXe siècle. Au parcours étonnant. Né à Vienne (Isère), en dehors des limites linguistiques de l’Occitanie, c’est par admiration pour Mistral qu’il apprend l’occitan provençal et se dévoue totalement à sa « Cause ». Élu majoral du Félibrige, il en deviendra même baile (administrateur).

Entretenant une correspondance suivie, non seulement avec le « Maître » de Maillane, mais aussi avec les plus grands linguistes de son temps, il est surtout l’auteur d’une importante Grammaire istorique* des Parlers provençaux modernes en quatre volumes, demeurée sans équivalent.

À travers sa vie, son œuvre et son engagement, nous découvrons l’histoire interne du mouvement félibréen et du mouvement renaissantiste occitan de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, à la marge d’un monde beaucoup plus vaste, celui de la linguistique.

Préconisant une historiographie de la linguistique, prenant en compte agendas, témoignages, carnets de routes ou de voyages, Jean Thomas, étudie sa vie et son œuvre à travers des sources inédites, notamment sa correspondance dont il établit une édition critique.

 

tho-w275p

Mais, mais, mais, mais, mais, direz-vous pour le plaisir de mamaiser, le confinement ne lui réussit pas à l’autre grand c**, il s’est trompé de blog pour son billet, v’là-t’y-pas qu’il nous parle de l’occitan ici alors que c’est un blog « vélo ». Et bien oui… et non !

Oui. Ce livre raconte l’itinéraire original d’une personne dans les méandres de l’histoire politique et culturelle de la fin du XIXe et début XXe siècle. Nous le suivons dans ses études, son militariat, quand, alerte, il quitte la capitale pour s’installer à Vienne. Nous voyons comment le fait de s’être marié avec une jeune allemande l’obligera à l’exil en Suisse.

Et non. Ce livre trouve sa place dans cette modeste sélection. Figurez-vous que l’individu appartenait à cette race de pionniers, aux défricheurs de sa discipline, ce, à une époque où les communications n’étaient pas celle de notre époque — quoique en ce mois d’avril 2020 — moderne. Ce savant a voyagé à travers l’Europe en train, pour des rencontres professionnelles, pour des études, et, le reste de ses informations, au-delà des documents historiques, il les recevait par courrier par des informateurs. Élisée Reclus a en partie travaillé de cette façon pour écrire son encyclopédie « l’Homme et la Terre ».

Et au-delà du train, pour sa Grammaire Istorique* des Parlers provençaux modernes, et pour d’autres travaux sur la langue des Grisons par exemple, s’il y avait besoin de vérifier une information, Ronjat ne détestait pas enfourcher sa bicyclette.

Pour compléter la palette des talents du savant, il était alpiniste chevronné, randonneur. Il aimait la photographie. Bref, c’était une personne dans son époque.


*graphie de l’auteur

 

Un commentaire sur “Le masque, le gel, l’attestation & la plume…

  1. Pingback: La masqueta, lu geu & la pluma | Rapieta

Les commentaires sont fermés.

Information

Cette entrée a été publiée le 09/04/2020 par dans Livres, bédés, mangas, et est taguée , , .

Jeanne à vélo en vidéo

RSS J-à-V à l’écrit

  • Les voitures ne sont plus les bienvenues dans le centre ville d’Eindhoven 14/04/2021
    Il y a dans ce reportage de Mark Wagenbuur de quoi alimenter la réflexion sur la requalification des mails orléanais sans avoir besoin de parler de « coulée verte ».Voici la traduction de « Cars are no longer wanted in the city centre » publié le 14 avril 2021 sur Bicycle Dutch. La ville... L’article Les voitures ne sont plus les bienvenues dans le centre vi […]
  • Un retour d’expérience sur le Packster 80 de Riese & Müller — par Genepedia 12/04/2021
    Après celui sur le Urban Arrow, Genepedia livre depuis le nord ouest des États-Unis son sentiment sur un autre vélo cargo, le Packster 80 de chez Riese & Müller – qui n’est plus commercialisé par la marque allemande. Elle rentre dans les détails, ce qui fait tout l’intérêt de ce... L’article Un retour d’expérience sur le Packster 80 de Riese & Müller […]
  • Une passerelle vélo pas vraiment pratique 07/04/2021
    Ce qu’on pourrait appeler la ségrégation modale a aussi des inconvénients comme le montre Mark Wagenbuur dans cette étude de cas du côté de Venlo. Voici la traduction de « A cycling viaduct that isn’t really convenient » publié le 7 avril 2021 sur Bicycle Dutch. Une ou deux fois par an,... L’article Une passerelle vélo pas vraiment pratique est apparu en pre […]
  • Pédaler sous la pluie à Rotterdam 31/03/2021
    Mark Wagenbuur en est convaincu : vous n’êtes pas en sucre… et ce n’est pas la pluie qui vous fera fondre. Ses compatriotes semblent d’accord avec lui comme il a pu le vérifier une nouvelle fois du côté de Rotterdam.Voici la traduction de « Riding in the Rotterdam rain (again) » publié le... L’article Pédaler sous la pluie à Rotterdam est apparu en premier s […]

Yann en vidéo

RSS Yann à l’écrit

  • Rue du pot de fer : piétons et PMR, faites votre prière 03/04/2021
    Sur les conseils d’un de mes voisins, je me suis rendu rue du Pot de fer pour voir les travaux de requalification de cette dernière. J’en suis resté baba. Petit tour d’horizon. Cette rue est située dans le centre ancien. Elle est en sens unique. Concernant les études sur la requalification toujours le même procédé... Lire la Suite →
  • Rue de la Cigogne : les normes on s’en cogne! 20/03/2021
    Désolé de vous imposer cette rime bas de gamme mais je me suis levé tôt. Il y a quelques jours alors que je me rendais (en voiture) à la déchetterie du chemin du Clos de l’Alouette, j’ai emprunté la rue de la Cigogne et je me suis de suite dit qu’il fallait que je fasse... Lire la Suite →
  • Rue Henri Lavedan : les deux trottoirs ne sont pas aux normes 01/03/2021
    Dans un article du 15 février 2021 paru dans la République du Centre, Nadia Labadie, l’adjointe chargée de la coordination de la politique de proximité affirmait que « chaque requalification s’accompagne d’une remise aux normes des trottoirs et, à chaque fois que cela est possible, de la création d’un itinéraire cyclable. » C’est en gras dans l’article donc. […]
  • Rue Paul Doumer : une (in)compétence métropolitaine 18/02/2021
    En 2020, la mairie de Saint Jean de la Ruelle annonçait que « des travaux allaient être entrepris dans la la partie « est » de la rue Paul Doumer. Ils consistent en l’enfouissement des réseaux riverains et espace public, la réalisation d’un trottoir PMR côté pair (à droite dans le sens de la rue), la... Lire la Suite →

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com

Licence

Creative Commons License
Vous pouvez utiliser les éléments de ce cyber-cahier si vous en citez la source.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :