Becancaneries

Théorème de J.B. Corot : « la ville de Copenhague est équipée de 350 km de pistes cyclables surélevées, séparées de la route et très sûres » dont plus de 550 km font les trottoirs d’Orléans et son agglomération.

Quelques notes pour une piste… de discussions

Quelques notes tirées d’une discussion d’un chaud samedi après midi sur la thématique « des équipements cyclables », sous entendu dans l’agglomération et de qualité.

Les « fondamentaux »

Pas de vélos sur les trottoirs, ce dernier doit-être réservé à l’usage des piéton⋅ne⋅s, des personnes à mobilité réduite, aux poussettes…

Pas d’équipement bidirectionnel en milieu urbain (sauf sur une traversante, et encore, il va falloir la relier à d’autres équipements).

Ne pas faire faire de détour pour 200m sur un trajet qui pourrait rester en ligne droite. Sur un vélo, subir un changement de sens de circulation, c’est quitter un flux de circulation, donc ce mettre en danger ; il en va de même pour rejoindre la circulation (des motorisés).

Pas de bordures sous la roue.

Toujours parler « politique vélo » avec un plan papier sous les yeux car le vélo est un véhicule, pas uniquement un loisir ou un sport.

  • Contre-exemple à Orléans : liste trop longue…

Aller plus loin dans la discussion

Le vélo n’est pas une variable d’ajustement et le plan « vélo » local clame que tout équipement doit se faire d’abord en pensant « la place des piétons », puis la circulation des cyclistes, et ensuite, arrivent les voitures.

Depuis un an, les cyclistes ont bien compris que le plan « ça roule Carré » (du nom de l’ex) était un endormissoir — c’est bien là le pourquoi il n’a pas été proclamé trop fort — et que les politiques locaux murmurent à l’oreille des chevaux mécaniques.

La personne qui ne me croit pas ira constater l’étendue des dégâts : rue général De Gaulle à Olivet, rue de l’hôtel Dieu, toujours à Olivet, rue des Bransles à St Denis, rue Condorcet à Fleury…

Faire des « itinéraires de circulation douce » sans toucher au plan général de circulation, c’est comme jeter un caillou dans une mare et croire que l’on a visé le centre d’une cible.

Par ailleurs « circulations douces » ne veut rien dire, c’est du langage de publicitaire drogué — pléonasme — les même qui vendent du « développement durable », de la « croissance verte ». Ce n’est pas pour rien que c’est un titre qui plaît aux élu⋅e⋅s.

Penser réseau : comment de la mairie vais-je dans tel équipement éducatif, culturel ou sportif par exemple ? Comment joindre telle zone d’activité à cette autre ?

Toujours plus loin

Des détails qui n’en sont pas

La qualité du revêtement : le trottoir cyclable du pont de l’Europe est cloqué, le trottoir à Olivet le long du tramway est fendu de partout. La voie verte de la Tuilerie est cloquée et fendue en même pas 2 ans…

L’entretien doit être régulier car nombreuses sont les montures non équipées de Schwalbe Marathon Plus (cette propagande est offerte).

La signalétique : le panneau rond B22a ne devrait pas être utilisé en milieu urbain, seul le panneau C113 carré y a sa place.

Attention à ne pas prendre les panneaux à la lettre, dans Orléans, il y a un panneau « voie-verte » de posé en haut d’un escalier, un panneau rond signale un trottoir « rue E.Vignat ». Le fameux itinéraire dit « Loire à vélo » est indiqué comme voie-verte, parfois avec le C133, ailleurs avec le B22a, ce, sur la seule traversée « nord » le long des quais de la mégalopole.

Le jalonnement : ne pas faire confiance aux appliquettes (il y a souvent n’importe quoi de rentré dedans les cartes qu’elles utilisent) et préférer un jalonnement « panneaux » si possible en temps et en kilomètre (cela fait moins moderne, mais c’est plus efficace dans le temps).

De quoi accrocher son vélo. De simples anneaux, pas des trucs fantaisistes qui font de jolis clichés dans la revue municipale mais sont inutilisables au quotidien, font l’affaire ; surtout pas de pince-roues.

Le régime de priorité d’une voie cyclable doit être le même que la route qu’il longe (/!\ c’est un poil plus complexe mais l’idée est celle-ci).

En cas d’équipement « dédié » (passerelle, voie séparée…)

Penser qualité de circulation de l’équipement : comment je monte sur l’équipement, comment j’en descends, que vais-je trouver en bout de piste ?

— Comment un tel projet s’insère-t-il dans le schéma de circulation vélo ?

À quoi va servir un tel projet : si c’est à visée touristique, il y a de fortes chances pour que « l’équipement » soit inutilisable au quotidien (aller à l’école, aller faire les courses, au cinéma…).

Clore les débats pourris

Pour calmer un⋅e élu⋅e⋅s qui voudrait faire croire des choses — il y a deux « ex » qui à force de se montrer à côté d’un vélo avaient laissé penser qu’il et elle étaient cyclistes — la seule et unique interpellation à retenir est :

« Vous avez raison, donnons-nous rendez-vous samedi après-midi avec vos (petits) enfants pour visiter ensemble et à vélo cet équipement en or que vous nous avez vendu ! »

Il y a de fortes chances que l’élu⋅e décline l’invitation.

Nous avions une personne chargée des déplacements et du bétonnage de la forêt qui pour faire le kilomètre entre la bibliothèque et le musée a trouvé moyen de prendre sa voiture, soit plus d’une demi-heure de retard (1km en milieu urbain = 15mn de marche, moins de 10mn en vélo libre service).

Des liens, des sites

Pour comprendre le système vélo, en local, il y a moult analyses sur les 2 cyber-cahiers liés à ce billet. Il y a également la catégorie « Copenhagenize » de ce jouèb (>fr).

Un aperçu du réseau cyclable est donné dans la perfectible carte participative (>fr)

Au-delà, il faut aller sur le site du CEREMA (>fr) qui, après inscription obligatoire, permet de télécharger gratuitement certains documents (d’autres sont en vente).


2 commentaires sur “Quelques notes pour une piste… de discussions

  1. V-LO
    13/09/2020

    D’ailleurs, tout cycliste digne de ce nom a équipé sa monture de Schwalbe Marathon Plus. J’en suis à près de 4000km avec les miens, sans aucun souci. 🙂
    Merci pour le rappel de la destination des trottoirs : les piétons, rien que les piétons. J’arrête pas de le dire aux cyclistes et conducteurs d' »EDP », qui exigent -en plus de rouler sur le trottoir-, qu’on leur parle gentiment et avec le sourire lorsqu’ils nous filent entre les pattes, en nous klaxonnant parfois… A quand une bonne grosse opération de contrôle et de verbalisations dans la rue Bannier et sur les boulevards ?
    Autre chose : se déplacer à vélo en milieu urbain, c’est autre chose que de pédaler sur l’Île de Ré en juillet-août. Ce que je veux dire, c’est que ça suppose un minimum de connaissances (du code de la route, du comportement des automobilistes, 2RM, piétons, les règles de priorité, les DSC, etc.) mais aussi d’aisance et d’appropriation de l’espace et d’un environnement qu’on croit peut-être connaître parce qu’on le parcourt à pied, en bus ou en voiture, mais qui est totalement différent lorsqu’il faut gérer de très nombreux paramètres et un peu sa survie sur son modeste biclou dans une métropole pas toujours vélo-friendly.
    Je vois trop de néocyclistes qui se lancent la fleur au fusil et se mettent en danger et adoptent des comportements inappropriés (coucou les trottoirs !) parce qu’ils ne se sont jamais exercés à rouler en milieu hostile. Partirait-on en excursion dans la jungle en tongs et en slip de bain ? Je ne crois pas… 🙂

    Aimé par 2 personnes

    • janpeire
      13/09/2020

      Pour les pneus M+, Jan-d’Auvernha en est à 11000km sans crevaison à ce jour en cyclant au quotidien entre les tessons de la rue de Bourgogne et les chemins de la forêt d’Orléans, en se promenant sur quelques petites routes de Beauce, des Charentes, de la Touraine ou du Limousin.
      Je plussoie entièrement la remarque au sujet des néo-cyclistes.

      J'aime

Les commentaires sont fermés.

Information

Cette entrée a été publiée le 13/09/2020 par dans Réflexions.

Jeanne à vélo en vidéo

RSS J-à-V à l’écrit

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

Yann en vidéo

RSS Yann à l’écrit

  • Rue Lamartine : décision municipale bancale 30/07/2021
    Cela avait fait quelques semaines que je n’avais pas pris le temps de rédiger un billet. Comme vous le savez déjà, nous sommes plusieurs à s’être regroupés en association afin de faire valoir les droits des piétons et des cyclistes. Cela nous prend pas mal de temps et j’ai dû mettre en pause ce petit... Lire la Suite →
  • Encore une rue Demay-rde… 29/05/2021
    Avec Trololo vélo, nous avons fait une petite vidéo sur le projet de requalification de la rue Demay à Saint Jean le Blanc.
  • Mais qui a eu cette idée folle un jour d’inventer les normes ou y’a t-il un cycliste derrière le guidon de la mairie Dunois – Madeleine ? 16/05/2021
    J’avais déjà parlé de la requalification de la rue du Parc sur sa partie Sud. J’avais regardé d’un oeil distrait les travaux sur la partie nord. Cela me semblait à peu près aux normes sur la partie entre la rue de Coulmiers et le boulevard de Châteaudun (en vert). Hier, pour la première fois, j’empruntais... Lire la Suite →
  • Rue Frédeville : piétons, attention, terrain hostile 15/05/2021
    Malgré la pluie, j’ai décidé de m’aventurer par delà les frontières de la ville d’Orléans attiré par les travaux en cours de rue Frédeville à Saint Jean de Braye. Ville où Bruno Malinverno était adjoint au maire chargé de l’urbanisme et vice-président à la métropole en charge des transports. Ce brave monsieur nous a habitué... Lire la Suite → […]

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com

Licence

Creative Commons License
Vous pouvez utiliser les éléments de ce cyber-cahier si vous en citez la source.

%d blogueurs aiment cette page :