Becancaneries

Théorème de J.B. Corot : « la ville de Copenhague est équipée de 350 km de pistes cyclables surélevées, séparées de la route et très sûres » dont plus de 550 km font les trottoirs d’Orléans et son agglomération.

Une semaine dans l’agglouglou

Il y a une vingtaine d’année, avait été diligentée par un syndicat, une enquête interne à une compagnie de chemin de fer d’un état de l’Union Européenne pour « savoir si les personnes étaient alcooliques AVANT d’entrer dans la-dite compagnie, ou si elles le devenaient au fil du temps ».

Je n’ai pas cherché de trop si l’enquête a été archivée dans la mémoire du grand cyber-espace mondial, et n’ayant pas trouvé de traces — une ou deux pistes, sur des forums de cheminots quand même — donc sans preuves tangibles, je ne donnerai que les initiales de la compagnie : ░ ▒ ▓ █

Au regard des réalisations faites depuis l’adoption du plan vélo qui annonçait des promesses de faire de la cité johannique une ville cyclable du nord de l’Europe, il serait tentant de (se) poser la même question à l’encontre des sévices de la mégalopopole ; ce, sans ignorer que (se) poser une telle question, c’est déjà avoir une idée de la réponse, non ?

Foin de mauvaise humeur, autant profiter d’être enfermé⋅e⋅s pour s’évader en consultant des albums photos ! Soirée diapos.

Fleury-Saran

Tuillerie

Une fois de plus, ce n’est pas l’idée d’une « voie verte » qui est remise en question, quoique, mais la qualité médiocre dans la réalisation : giratoires et ressauts en nombre, changement de sens gratuit, passage de « piste » à trottoir, qualité du revêtement, largueur, pertinence du tracé.

Sortir de la forêt

Ce mercredi soir là, un groupe de quatre-quatriste avait décidé de faire une sorte de sport, donc, ces gens là occupent la médiocrité cantonale comme ils posent leur SUV à la sortie des écoles (par exemple).

Traverser sans crever

Son imbécilité départementale, un type qui ne touche un vélo que le temps d’une photo pour sa feuille de chou à lui, n’est jamais venu traverser ici au quotidien.

Le soir, votre serviteur est dans « le bon sens », mais le matin il est souvent « à la place du cycliste des photos ». Le CEREMA ne préconise pas de concevoir ainsi un changement de sens bidirectionnel autour d’un giratoire. Un giratoire qui n’est utile en rien puisque qu’il n’y a pas d’intersection ; le bout de route est une sortie de parc de stationnement, le même établissement possède par ailleurs une seconde sortie sur une rue parallèle.

Après de multiples demandes, les sévices municipaux ont passé commande de la tonte des herbes à des amis de la mairie, mais, le giratoire n’a pas été rasé avec une double lame, et ce truc a été construit de façon à faire une sur-élévation de la chaussée : l’absence de visibilité demeure.

Cocu

Ils n’y a pas de raison que les cyclistes du quotidien soient les seuls cocus des tocard⋅e⋅s qui promettent beaucoup sans tenir. J’espère vraiment que la nana qui s’envoyait en l’air ce soir là était la compagne d’un des types de l’agglo, toutes fonctions confondues.

Opel et BMW

Au cul de la voie
Prendre amant et voiture
Zeugma coquin.

Montaran

Il y a peu, je disais dans un billet (>fr) :

Les amis des nouveaux, ou anciens, élus ont refait à l’identique le trottoir, rendu cyclable par la grâce d’un panneau. Probablement un équipement de qualité puisque les voitures stationnent dessus.

Il est fort à parier que l’endroit va être peint comme avant, avec une circulation cyclable des plus délirantes (je n’ai jamais vu une personne respecter le cheminement « officiel »). Votre serviteur a demandé aux sévices mégapolitains un bouton poussoir « appel-vélo » en état de marche mais les feignasses de l’agglomération ne vont pas venir étudier la chose, c’est trop compliqué, ce d’autant plus que la détection des automobiles est également défaillante.

Le code Napoléon faisait de la voyance un délit, heureusement pour votre serviteur, il ne fait pas le métier de dame pythonesse. Il n’est de plus pas sans ignorer qu’en 1994 le pouvoir en place a décidé que plumer les crédules était bon pour le PIB du pays… peindre un trottoir l’est pour celui de la mégalopopole visiblement.

Dans la réalité du terrain, cela donne :

Nous avons un équipement obsolète mais d’une « certaine qualité » côté Fleury — trottoir relativement large pour la circulation unidirectionnelle entre dos d’âne et bordures, ce, dans une zone à forte vitesse — qui devient un simple trottoir d’un (1) mètre passé le panneau Saran… et un trottoir qui fait maintenant une jonction avec 100m d’une pseudo « voie verte » ; 100m qui aboutissent sur l’encéphalogramme de l’ancien chargé de la politique vélo.

Nous pouvons assurément compter sur les équipes de la mégapole d’Orléans pour vider les 650 canettes de bière nécessaires à la construction d’un vélo, bien moins sur ceux-ci pour monter sur un vélo et se rendre compte de leur connerie.

/!\ L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, tout comme les autres drogues !

Il coule de réservoir de 4×4 que cet équipement n’est pas à mettre au crédit du nouveau receveur des émoluments… titre ronflant avec « politique cyclable » dedans. C’est également un faucialiste mais quand-même.

St-Jean de Braye

Le hasard de faire le facteur et du vélo conduisit le cycliste zeugmaïen à St Jean de Braye, une bien grise ville, que « l’ancien maire » souhaitait encore plus grise dans sa volonté de faire une coupe franche de la moitié de la forêt pour pouvoir bâtir un « lupanarparc de sport ». Les travaux de la place de la mairie sont terminés, la place est restée grise, une nuance plus claire parmi les 50 disponibles, mais grise. Elle n’est toujours pas accessible sans avoir passée des bordures, et aucunes circulations cyclistes de qualité ne semble disponible… Des photos viendront aux beaux jours, ce sera plus risible, pardon, visible.

Corona

C’est une marque de bière et un intertitre raccord avec le paragraphe précédent.

En rentrant ce soir là — il n’était pas encore question de l’autorisation infantilisante de sortie — quelle surprise de trouver des traces de peinture d’une coronapiste sur l’avenue du capitaine Jean. Après avoir manqué m’évanouir de la joie de ne pas être klaxonné et menacé : « yaunepistesurletrottoir cyclisteconnard sij’t’écraztuf’ra’plud’vélo lamérifédétrukévouréspéctépa », j’ai roulé sans avoir la présence d’esprit de regarder si en face, l’invitation était du même acabit, c-à-d, ailleurs que sur un trottoir en dos d’âne, un trottoir garage — cela, les bagnolistes n’en parlent pas ! —, une cheminement étroit en zig et en zag, un trottoir fait par des sots et avec des ressauts.

La caméra n’était pas en mode nocturne ce qui est fort dommage pour la lisibilité des photos. Cela semble pas trop mal fait, sauf au niveau de l’avenue Charles Péguy : le trottoir demeure un trottoir en un endroit où ce ne sont pas les cyclistes qui ont l’habitude de le faire*.

Comme le dit le proverbe limougeaud « une tranche de pâté en tube, même dans une assiette en porcelaine de Limoges, ça reste une tranche de pâté en tube ».

* Celui qui fait ce jeu de mot reste opposé à toutes idées de marchandisation du corps. Si vous désirez aider les personnes qui se prostituent, contactez le mouvement du Nid (>fr).

Au delà

Après le trottoir de Charles Péguy, il y a un bout de rue pour rejoindre la nouvelle voie verte le long du canal. Cette voie verte est un bon équipement… pour le loisir. Autant le dire de nouveau, pour l’usage quotidien, c’est autre paire de pédales, d’autant plus les circulations cyclable et pédestre en l’endroit ont été mal étudié : la voie verte est réalisée 2 ans après la réfaction de la rue principale. Il n’y a pas eu de « planification des travaux » entre les sévices de l’agglomération, il n’y a donc pas de cohérence dans le cheminement cycliste. À la sortie, il y a le choix entre :

  • rester le long de la promenade du canal, un endroit qui devrait rester à la jouissance des piétons ;
  • circuler sur une chaussée sur laquelle, lors de sa réfaction dans le mandat précédent, a été superbement ignoré la circulation des cyclistes au bénéfice du parcage, du stationnement dans un sens, des parking dans l’autre… En bord de parking et de quai, il y a un point « loisir au milieu des effluves » pour que, au sortir du SUV, Fafouna ou Jordan puissent s’oxygéner.

Loire à vélo

En temps normal et en milieu urbain, il faudrait pouvoir circuler toujours dans le sens général de la circulation, c-à-d, à droite sur la chaussée, mais, mais, mais, pour le plaisir de montrer les nuisances municipales de l’itinéraire fétichisé comme le font d’autres d’un livre… prenons un instant l’équipement et un instantané :

Il y a comme un traquenard sur le boulevard, non ? Ceci sans ignorer que dans sa traversée de l’agglomération johannique, l’itinéraire aux 50 à 150 €00 espérés par jour et par cycliste n’est globalement pas au niveau de qualité attendue d’un équipement international, mais ça, personne du canton à la région ne le dit trop fort.

Conclusions

La drogue c’est mal et dans votre consommation, modérée, n’oubliez jamais que l’alcool est une drogue également. Ne vous droguez pas ! Vous voyez le résultat : de la mauvaise peinture (cela a été dit de quelques artistes contemporains) couplée à une absence de vision (alors que les vendeurs de merde promettent des paradis)… Soyez fort⋅e⋅s, résistez.

Attention cependant, même à jeun, si vous voyez 2 vélos jaunes circuler sur la chaussée, ce n’est pas un trouble de la vision :

Ces 2 personnes vélotaffent, avec un glissement de sens et un sifflement aérodynamique, à défaut d’être admiratif, dans le dépassement à venir le cliché passé.

0(°!°)0

Pour finir ce billet un poil désabusé, une version orchestrale de l’air de flûte joué lors de l’enterrement des grands principes évoqués du, maintenant défunté, plan vélo « ça roule Carré© » :

Cover de Aulos par Vladimir Cauchemar by Orchestrakot, tournée pendant le confinement ! (arrangement : Orchestre Lamoureux et Ed Banger Records).

Jeanne à vélo en vidéo

RSS J-à-V à l’écrit

  • Utrecht inaugure un nouveau et vaste parking à vélos souterrain en centre-ville 20/10/2021
    Quand il n’y en a plus, il y en a encore ! De quoi ? Du stationnement vélo de grande qualité… à Utrecht ! C’est évidemment Mark Wagenbuur qui fait la visite puisqu’il a assisté à l’inauguration de cette installation résolument « moderne ».Voici la traduction de « Why did Utrecht open yet another giant underground... L’article Utrecht inaugure un nouveau et v […]
  • Un « Social Cycling Tour » à Bois-le-Duc 13/10/2021
    Difficile de traduire proprement l’expression « Social Cycling Tour » donc je me suis bien gardé de le faire. Mais je suis sûr que vous comprenez intuitivement de quoi il s’agit. Sinon, aucun souci, Mark Wagenbuur vous explique tout. 😇Voici la traduction de « A ‘social cycling tour’ in ʼs-Hertogenbosch » publié le 13... L’article Un « Social Cycling Tour » à […]
  • Pédaler de Huis ter Heide à la gare de Driebergen-Zeist dans la Province d’Utrecht 06/10/2021
    Un nouveau trajet interurbain à vélo commenté de Mark Wagenbuur.Voici la traduction de « Ride from Huis ter Heide to station Driebergen-Zeist (Province of Utrecht) » publié le 6 octobre 2021 sur Bicycle Dutch. Le trajet de cette semaine nous emmène d’un endroit à l’autre du blog. Nous commençons juste au sud... L’article Pédaler de Huis ter Heide à la gare d […]
  • Une base aérienne transformée en espace cyclable aux Pays-Bas 29/09/2021
    Peut-être qu’un jour la base de Bricy sera elle aussi rendue à la nature et deviendra cyclable. En attendant, celles et ceux qui y travaillent aimeraient certainement pouvoir s’y rendre à vélo de manière sûre et confortable… Mark Wagenbuur garde les roues sur terre mais nous fait un peu rêver... L’article Une base aérienne transformée en espace cyclable aux […]

Yann en vidéo

RSS Yann à l’écrit

  • Rue Lamartine : décision municipale bancale 30/07/2021
    Cela avait fait quelques semaines que je n’avais pas pris le temps de rédiger un billet. Comme vous le savez déjà, nous sommes plusieurs à s’être regroupés en association afin de faire valoir les droits des piétons et des cyclistes. Cela nous prend pas mal de temps et j’ai dû mettre en pause ce petit... Lire la Suite →
  • Encore une rue Demay-rde… 29/05/2021
    Avec Trololo vélo, nous avons fait une petite vidéo sur le projet de requalification de la rue Demay à Saint Jean le Blanc.
  • Mais qui a eu cette idée folle un jour d’inventer les normes ou y’a t-il un cycliste derrière le guidon de la mairie Dunois – Madeleine ? 16/05/2021
    J’avais déjà parlé de la requalification de la rue du Parc sur sa partie Sud. J’avais regardé d’un oeil distrait les travaux sur la partie nord. Cela me semblait à peu près aux normes sur la partie entre la rue de Coulmiers et le boulevard de Châteaudun (en vert). Hier, pour la première fois, j’empruntais... Lire la Suite →
  • Rue Frédeville : piétons, attention, terrain hostile 15/05/2021
    Malgré la pluie, j’ai décidé de m’aventurer par delà les frontières de la ville d’Orléans attiré par les travaux en cours de rue Frédeville à Saint Jean de Braye. Ville où Bruno Malinverno était adjoint au maire chargé de l’urbanisme et vice-président à la métropole en charge des transports. Ce brave monsieur nous a habitué... Lire la Suite → […]

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com

Licence

Creative Commons License
Vous pouvez utiliser les éléments de ce cyber-cahier si vous en citez la source.

%d blogueurs aiment cette page :