Becancaneries

Théorème de J.B. Corot : « la ville de Copenhague est équipée de 350 km de pistes cyclables surélevées, séparées de la route et très sûres » dont plus de 550 km font les trottoirs d’Orléans et son agglomération.

15000 au compteur – Histoire d’une randonneuse

Jan d’Auvernha vient de franchir un cap, celui des 15000 km, un petit billet bilan de cette randonneuse arrivée à l’écurie en décembre 2018.

Note : ce billet n’est pas commissionné, être payé pour prendre du plaisir n’a jamais été dans dans mes mœurs.

Randonneuse classique : le plaisir autrement

J’avais, historiquement, c’est le cas de le dire, commis un petit billet « galop d’essai – Histoire© randonneuse classique : le plaisir autrement » à l’occasion des 500 premiers kilomètres.

Figure dans ce billet disponible ici (>fr-becancaneries) ce paragraphe :

500 km ce n’est pas le tour du monde, mais l’impression première qui se dégage est celle d’un vélo qui roule dans un rail, qui roule droit, sur le bitume comme dans les chemins (je ne peux pas y échapper sur 2 km), sur les pavés glissants comme sur les feuilles mortes… quand le T100 porte son conducteur, l’Histoire, lui, conduit son cavalier.

15000 km de plaisir permanent

La randonneuse

Je ne changerai quasiment rien au billet des 500 : le cadre est sans complications inutiles hors la poignée de portage — forte utile fioriture dans les escaliers de la gare de Poitiers (par exemple) —, les tubes sont épais, ce qui lui donne une certaine rigidité — cela peut ne pas plaire en comparaison de la souplesse du T100 (ancienne monture) —, et le reste des équipements est à l’avenant pour cette gamme de prix.

De-ci delà il y aurait à redire, par exemple sur la jonction du cadre et de la tige de selle, assurée par une bague intérieure et une vis de serrage (une bague de serrage offre plus de souplesse en cas de changements dans les réglages. Présentement, je crains fort que la vis soit rouillée).

Il a été très vite chaussé de pneu Schwalbe Marathon Plus, 37-622 Etrto.

La roue avant avait connu une avanie la première année, elle a été remplacée sans problèmes. Le reste, c’est de l’usure, courante sur un vélo qui roule. Au kilométrage présent, les pneus vont être changés — pas une crevaison en +14000 km, et, parce que je l’ai lu chez l’oiseau bleu, pas un seul écureuil écrasé 🙂 (j’ai des fiches) — en même temps que l’ensemble de la transmission (usure).

Tenue de route

Le vélo roule droit.

C’est un peu couillon d’écrire cette phrase, mais il faut le lui reconnaître. Encore il y a peu dans la forêt, une branchette nous est tombée dessus, le vélo est resté dans le droit chemin. En faisant le bicy-cueilleur, l’ornière d’un fossé s’est rapprochée de l’équipage, le vélo a glissé, droit, mais point de chute à déplorer.

Jan d’Auvernha est un modèle d’équilibre en comparaison de BluaMarko (le T100).

D’autres avis sur la marque

Un négatif :

Malgré un confort idéal et un vélo bien conçu pour le voyage à vélo, je ne vous cache pas que je suis extrêmement déçu de la qualité annoncée par le constructeur.

Un positif :

À mon sens, opter pour un vélo Histoire.Bike, c’est la garantie d’un vélo qui vieillira bien.

Usages

Qu’il soit bien clair que cette randonneuse est mon principal moyen de déplacement, l’autre est un vélo, l’ancien T100 équipé d’une boite auto et rétropédalage.

Dans une ville comme Orléans qui ne compte pas d’équipements cyclables remarquables, sauf la liaison vers le quartier de la Source, qui petitpavéglissantise le centre-ville pour le faire ressembler à un pauvre décor de film quand le reste de la cité est une ville parking des années 70, dans une agglomération anti cycliste malgré la traversée d’un attrape-touriste fleuve, dans une communauté urbaine qui ne compte pas plus de 100km d’équipements cyclables acceptables… bref, avoir un bon équipement pour rouler au quotidien est une nécessité, la randonneuse Histoire© est de ceux-ci.

Vélotaf

Au quotidien, aux saisons grises, c’est J-d’A qui assure le vélotaf (environ 500km mensuels), question de sécurité. Il a assuré cet hiver sur le verglas matinal (une glissade mais pas de chute) et dans la neige (des glissades et un patinage mais pas de chute).

Le vélotaf représente la plus grosse partie du kilométrage (~70%), c’est pourquoi je la ramène pas trop dans les discussions de cyclistes, car si le cumulé est important, ce n’est pas du grand roulage non plus !

Urbain

Normalement, c’est le T100 qui doit assurer cette tâche d’aller à Fleury une fois par semaine, aller au marché, aller chercher le panier paysan, aller à l’épicerie extrême orientale, aller au cinéma, au bar… aller et revenir (~3500km depuis sa transformation début 2019).

Jan assure également dans cette mission. Il est un poil moins souple, un poil plus imposant dans la circulation, moins bourgeois, mais il assure. C’est lors de ces petites sorties que j’ai rencontré sa première cousine RTT au marché, avec un propriétaire débordant d’enthousiasme (son épouse un peu moins pour une sombre histoire de difficultés à suivre le chemin), et, en allant à l’atelier d’1TerreAction, j’ai rencontré sa grande sœur la Voyageuse. Nous sommes donc au moins 3 historiens dans la cité johannique.

Tourisme

La randonneuse, même classique, est dans son élément pour les petites sorties : 100km (>fr) à la sortie du confinement, pour le vélothon (>fr), pour faire les derniers kilomètres lors des vacances en Limousin (>fr). C’est à ces occasions que finalement, l’étagement du pédalier s’est avéré très agréable, surtout chargé de quelques kilos de bagages.

Et encore une fois, merci la poignée de transport.

Le plaisir d’une photo

Une photo qui sera triple.

La photo officielle des 15000km est celle-ci :

Briller dans Fleury, au petit matin, c’est toujours être en bonne voie.

Mais ils étaient déjà atteints, sans être mesurés, depuis quelques jours, peut-être ce matin-là :

Pose par -2°C dans le matin et dans l’éblouissement entre les travées du rail de l’aérotrain

ou lors des portements voulus pour Solitaire — un arbre mal peigné perdu dans une clairière — en soirée, dans le cadres des 30joursàvélo (>fr) :

Le garde-boue arrière a cet aspect suite à la chute de la branchette ; il était déjà un peu cassé avant, il l’est encore plus maintenant.

Conclusion

Passés les premiers kilomètres et la petite difficulté à trouver ma place, Jan d’Auvernha s’avère être une très bonne monture, polyvalente, robuste qui ne s’en laisse conter ni au quotidien dans les petites courses cyclamicales ni lors de certaines rencontres le long de sorties plus importantes. En situation d’urgence, il a toujours bien répondu.

Qu’en sera-t-il lors du billet des 50000, seul l’avenir le dira ?


Un lien, un seul, celui de la monture chez son père (>fr), l’occasion de voir que la gamme s’est un peu étoffée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 18/04/2021 par dans Portraits de cyclistes, tourisme, et est taguée .

Jeanne à vélo en vidéo

RSS J-à-V à l’écrit

  • Une ancienne route transformée en coulée verte entre Eindhoven et Oirschot 05/05/2021
    Le réseau routier continue de s’étendre aux Pays-Bas. Néanmoins dans certains cas, cela permet de transformer une ancienne route en authentique voie verte. C’est un cas de ce type que documente ici Mark Wagenbuur.Voici la traduction de « The Green Corridor; turning an old road into a recreational zone » publié le... L’article Une ancienne route transformée e […]
  • Retour sur ma participation à l’édition 2021 de « 30 Days of Biking » 04/05/2021
    L’intraitable camarade JP m’a devancé dans l’exercice du bilan de l’opération de communication « 30 Days of Biking ». Je vous invite à lire son impeccable « Par-dessus l’épaule… 30joursàvélo ».Il y écrit d’entrée de je jeu : Quoique critique sur la chose — narcissisme des réseaux mal-dits sociaux — je ne regrette pas d’avoir... L’article Retour sur ma partic […]
  • Place aux tulipes ! 28/04/2021
    Celles et ceux qui s’intéressent à l’histoire économique connaissent l’épisode de tulipomanie qui a frappé les Provinces-Unies au début de l’année 1637. C’est de manière beaucoup plus détendue que Mark Wagenbuur célèbre à sa façon cette fleur multicolore.Voici la traduction de « It’s time for tulips! » publié le 28 avril 2021... L’article Place aux tulipes ! […]
  • La future véloroute express F2 d’Eindhoven à Bois-le-Duc 22/04/2021
    Mark Wagenbuur s’intéresse à ce qui n’est pour le moment qu’un projet et propose un état des lieux de la situation actuelle, que beaucoup en dehors des Pays-Bas jugeraient déjà excellente.Voici la traduction de « The future fast cycle route (F2) from Eindhoven to ʼs-Hertogenbosch » publié le 21 avril 2021 sur... L’article La future véloroute express F2 d’Ein […]

Yann en vidéo

RSS Yann à l’écrit

  • Rue Lavedan : petite mise à jour 06/05/2021
    Alors qu’en février dernier, je vous faisais part des travaux en cours rue Lavedan. Ces derniers sont maintenant terminés et réservent quelques mises à jour. Je vous rassure les trottoirs ne sont toujours pas aux normes. Merci à tonton JP dont l’inégalable blog se trouve ici de m’avoir indiqué ces travaux. La zone 30 est... Lire la Suite →
  • Avenue Dauphine : alors Serge, on la déconfine ? 01/05/2021
    Quel cycliste orléanais ne s’est pas senti apeuré quand il quitte le pont George V et arrive sur l’avenue Dauphine ? Quel cycliste orléanais ne s’est pas senti perdu quand il s’apprête à quitter cette avenue et essaie de comprendre comment rejoindre la voie cyclable du pont George V. L’avenue Dauphine est un axe stratégique... Lire la Suite → […]
  • rue Monteloup : encore pire que sur les plans 18/04/2021
    Ancien habitant de la Chapelle Saint Mesmin, j’ai été titillé d’aller voir les travaux de requalification de la rue Monteloup. Cette rue est une importe voie de liaison comme le dit la République du Centre. En effet, la rue Monteloup, longue d’un kilomètre, est parallèle à la route de Blois et sert de shunt quand... Lire la Suite →
  • Rue du pot de fer : piétons et PMR, faites votre prière 03/04/2021
    Sur les conseils d’un de mes voisins, je me suis rendu rue du Pot de fer pour voir les travaux de requalification de cette dernière. J’en suis resté baba. Petit tour d’horizon. Cette rue est située dans le centre ancien. Elle est en sens unique. Concernant les études sur la requalification toujours le même procédé... Lire la Suite →

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com

Licence

Creative Commons License
Vous pouvez utiliser les éléments de ce cyber-cahier si vous en citez la source.

%d blogueurs aiment cette page :