Becancaneries

Théorème de J.B. Corot : « la ville de Copenhague est équipée de 350 km de pistes cyclables surélevées, séparées de la route et très sûres » dont plus de 550 km font les trottoirs d’Orléans et son agglomération.

J’peux pas, j’ai vélo… mais pas sur Orléans

La ville est encore victime d‘une attaque en règle de la part de quelques bicycloquinoïstes. Orléans a été oubliée d’un programme de propagande « vélo » à cause de l’action de quelques cyclolibans du pignon, la ville de la Pucelle est outragée d’être ainsi desservie par la présence en ses pavés glissants de quelques becayatollahs au cintre barbu & fleuri.

Beaucoup d’emphase dans le chapeau de ce billet mais voici encore une affaire de censure de documentaire sur la cyclamicalité de la ville.

Strosburi, ville cycliste

L’eurométropole de Strasbourg est une des rares villes de France, c’est l’échelle de notre réflexion, régulièrement citées pour sa cyclabilité. Elle est l’objet du petit film suivant, un film de propagande d’une transition financée par une marque de bagnole.

Dans ce reportage lié (>fr-Huffingtonpost), se donne à voir le film suivant :

Il n’est pas question ici d’un film « institutionnel », un de ces films réalisés avant une période électorale pour faire croire des choses aux nigauds, un peu comme Bordeu ou Lile dont il se parle dans ce billet (>fr-becancaneries).

Le film montre une cycliste dont nous comprenons de suite qu’elle n’est pas en sucre, elle. Elle roule dans la capitale européenne et semble aimer ça, malgré la météo, changeante, car le plan suivant, elle roule au sec.

Les plans suivants vont nous montrer différents équipements qui font LA différence :

  • – la véloroute : une chaussée sur laquelle roulent les véhicules, mais un espace dans lequel les automobilistes n’ont pas le droit de doubler les cyclistes ;
  • – une station d’auto-réparation : un mât avec les principaux outils nécessaires pour resserrer les freins ou la selle, réparer une roue crevée (le plan est un plan d’illustration, elle ne réparera rien comme ceci 🙂 ) ;
  • – absence de bordures : comme quoi, il doit bien être possible de ne plus faire ni du dos-d’âne, ni des ressauts (le monsieur qui explique cela connait son vélo, et il sait même que ce dernier possède une béquille) ;
  • – des personnes qui écoutent !
  • – les « vélostras » — « ondes vertes » ou encore « autoroutes à vélo » (pour faire peur aux électeurs) — : des voies cyclables rapides, libres de piétons, aux croisements travaillés (c’est autre chose que l’attrape touriste étroit, mal proportionné, avec des bosses et des contours…).

Au final, plus de 5 millions de kilomètres sont parcourus au quotidien par les cyclistes.

Et Orléans ?

Rien !

À force de rouler plus haut que son guidon, la ville a fini par avoir de la graisse dans les pignons.

À si…

Le syndicat d’initiative est de nouveau ouvert, et ça persiffle déjà chez l’oiseau bleu :

À raison.

Quoi faire ?

Pour arrêter de faire des conneries, il existe un organisme qui analyse, propose, conseille… et a publié, il y a peu, un cahier technique de 48 pages pour « rendre la voirie cyclable ». Il met l’accent sur les solutions les plus efficaces pour restreindre l’usage de la voiture et renforcer la sécurité des cyclistes par des infrastructures performantes.

  • Disponible à cette adresse (>fr). Il faut un compte même pour un achat de 0€00.

Un documenteur loiretien

Les élections pour les cantonniers sont pour bientôt. C’est l’occasion de produire de la communication pour verdir à pas cher l’image de département dont les élu⋅e⋅s, à part être super-électeurs pour une bande de prostatiques à París et choisir la couleur du papier toilette dans les collèges, ont l’utilité d’une enveloppe des impôts dans une boite à lettre un soir de mai.

En local, comme dérivatif d’un projet d’aspirateur à camion à quelques 100millions — un pont présenté « pour fluidifier la circulation » — posé au milieu d’un patrimoine immatériel de l’Humanité — communistes et socialistes alliés à la droite-droite pour le saccage du canton, Jaurès est bien mort — un pont posé en travers du nid de la poule touristique aux œufs de 50 à 150€00 par jour et par cycliste, il faut vendre une nouvelle eurovéloroute, EV3, la route des pèlerins (>fr).

Nous avons dans les élus mégalopopolitains un porte-parole de la télé en béton — faucialiste en chef et cheffe du parti capitaliste franchisé sont ravis et ravies de s’y être montré·e·s —, la même société fera le pont de merde en travers de Loire, Polac est bien mort également.

Un exemple chez l’oiseau bleu :

Du « road-movie »

/!\ Ce n’est en rien la personne ou la qualité de son travail qui est attaquée dans les propos suivants, c’est le foutage de gueule du département /!\

Dans la cadre de « mai à vélo », le département vante une opération de promotion de la véloroute des pèlerins, fait du publireportage en exploitant un p’tit d’jeune qui n’en veut.

En 5 épisodes, nous sommes portés de sites en sites, hors le pont canal de Briare que vous n’avez pas chez vous, tout le reste demeure d’un consensuel aussi lisse que les cheveux du youtubeur après la pluie.

Au pijot-trippe

Le problème c’est que vanter les artisans locaux, enfin ceux qui ont payé, c’est bien, d’autant plus que le sépia n’a pas été de mise.

Mais, mais, mais, pour le plaisir de mamaiser, l’opération est présentée comme une découverte « à vélo », il faudrait peut-être le monter et le montrer ce vélo. Ce n’est point le cas.

loiret

Capture du compte touitteur du conseil général 45

D’épisodes en épisodes, sur un trajet de soi-disant quelques 50km, on découvre assez curieusement en arrière plan un pijot blanc siglé « Loiret ». J’insinue fortement que l’on nous prend pour des pigeons :

Peut-être que les routes du Loiret seraient plus cyclamicales avec des équipements de qualité, ce qui n’est pas le cas.

De plus, comme le faisait remarquer une personne sur un réseau mal-dit social mais libre, j’aimerais bien avoir un tee-shirt qui sèche aussi rapidement.

Une question de cycliste, le t-shirt, quelle matière ? Mérinos, Technique ?

La réponse peut intéresser les cyclovoyageurs.

Encore une fois, je ne désire pas être méchant avec Léonard. Il dit lui-même que le vélo lui a été prêté, mais ne pas voir que le VTC est équipé d’une béquille, faut faire fort. Ça la fiche mal, de systématiquement le poser contre un arbre ou une une table, de le jeter au sol — dans le film sur Strasbourg, le monsieur… non, rien — :

Même réflexion pour n’avoir pas une once de crainte d’insérer son vélo dans le pince-roue spiraleux — le pince-roue est à l’image de la politique cyclable — heureusement que les freins ne sont pas à disque :

ep1_roue

Avant de finir la leçon de quelqu’un qui s’entraine à être un vieux con :

  • Comment ça roule ?
  • Quel est le bon itinéraire ?
  • Quelle portion a été galère ?
  • Quel souvenir de « vélo » garder d’un séjour dans le Loiret ?

Autant de questions qu’il semble ne pas valoir se poser.

Comment peut-on partir en voyage à vélo sans protection contre la pluie ? Comment est-elle habillée déjà la jeune femme du premier film ?

Sérieusement, je ne veux pas juger les cool-super-hype-méga-cool ou autre « road-trip » et compagnie, mais, au service com’ du Loiret, je suis certain qu’une personne au moins connaît les bases du « bikepacking », pardon, de la randonnée à vélo, c’est-à-dire, avec une sacoche.

Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément.

Nicolas Boileau.

Je ne suis pas français pour exiger quoi-que-se-soit en matière de vocabulaire, mais dans une sacoche, latérale ou attachée sur le porte-bagage, s’il n’y a pas assez de place pour une encyclopédie des choses de la vie, il y en a assez pour une gourde, un guide papier et une veste de pluie… mais, en écrivant ceci, je m’aperçois que je suis terriblement « old school ».

Les films

Les films sont consultables sur les réseaux privatifs du Loiret, ceci explique la mauvaise qualité des captures d’écran ; en même temps, comme le dit la mémé de Martine : « quand c’est flou, il y a des filous ».


Documenter ce qui va être détruit

Alors que sur une rive du fleuve sauvage, il y avait une rencontre :

J’ai fait le choix d’aller sur l’autre rive. Voici une vue de l’endroit qui va être détruit par le pont si par malheur celui-ci voit le béton :

f859e25f0c5836b9

J’avais Marcela Delpastre dans les oreilles :

4 commentaires sur “J’peux pas, j’ai vélo… mais pas sur Orléans

  1. Yann d'Orléans
    24/05/2021

    Magique le coup de la Peugeot en arrière plan !

    Aimé par 2 personnes

  2. Jeanne à vélo
    25/05/2021

    C’est pas du debunking, mais presque. 😎

    Aimé par 1 personne

    • janpeire
      25/05/2021

      J’ai de l’entrainement avec un fameux journaliste à la Rep’

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 24/05/2021 par dans Films & court-métrages, Orléans n’aime pas beaucoup les vélos, Réflexions, tourisme.

Jeanne à vélo en vidéo

RSS J-à-V à l’écrit

  • La gare de Coevorden aux Pays-Bas s’est transformée 09/06/2021
    L’art de transformer les abords des gares en zone attrayante illustré à Coevorden par Mark Wagenbuur.Voici la traduction de « Coevorden station area transformation » publié le 9 juin 2021 sur Bicycle Dutch. La zone autour de la gare de Coevorden a été profondément modernisée. La transformation a pris plusieurs années... L’article La gare de Coevorden aux Pay […]
  • Un aperçu du changement survenu à Utrecht en une décennie 02/06/2021
    Comme le fait remarquer fort à propos Mark Wagenbuur face caméra dans le très bon documentaire Together We Cycle diffusé récemment – et recensé chez Isabelle – il est tentant de considérer que notre environnement immédiat a toujours été tel qu’on le connaît. Or, insiste-t-il, ce n’est pas le cas,... L’article Un aperçu du changement survenu à Utrecht en une […]
  • Le réseau cyclable néerlandais en dehors des villes n’est pas toujours en site propre 26/05/2021
    Mark Wagenbuur propose dans le billet qui suit de l’accompagner virtuellement dans une sortie à vélo en dehors de la ville et d’expérimenter les conditions de circulation dans des zones beaucoup moins peuplées.Voici la traduction de « A longer ride on the recreational cycle network » publié le 26 mai 2021... L’article Le réseau cyclable néerlandais en dehors […]
  • Quand le meilleur du cinéma d’auteur artisanal rencontre le meilleur de la logistique urbaine décarbonnée 22/05/2021
    Bien sûr il y a la Warner, Paramount et Pathé… Mais il y a surtout El Studio Fernando du bouillonnant et caustique Vincent James.Bien sûr il y a France Express, Chronopost et XPO Logistics Europe… Mais il y a surtout Le Rayon Vert de l’athlétique et entreprenant Thibault Sadrin.Alors quand... L’article Quand le meilleur du cinéma d’auteur artisanal rencontre […]

Yann en vidéo

RSS Yann à l’écrit

  • Encore une rue Demay-rde… 29/05/2021
    Avec Trololo vélo, nous avons fait une petite vidéo sur le projet de requalification de la rue Demay à Saint Jean le Blanc.
  • Mais qui a eu cette idée folle un jour d’inventer les normes ou y’a t-il un cycliste derrière le guidon de la mairie Dunois – Madeleine ? 16/05/2021
    J’avais déjà parlé de la requalification de la rue du Parc sur sa partie Sud. J’avais regardé d’un oeil distrait les travaux sur la partie nord. Cela me semblait à peu près aux normes sur la partie entre la rue de Coulmiers et le boulevard de Châteaudun (en vert). Hier, pour la première fois, j’empruntais... Lire la Suite →
  • Rue Frédeville : piétons, attention, terrain hostile 15/05/2021
    Malgré la pluie, j’ai décidé de m’aventurer par delà les frontières de la ville d’Orléans attiré par les travaux en cours de rue Frédeville à Saint Jean de Braye. Ville où Bruno Malinverno était adjoint au maire chargé de l’urbanisme et vice-président à la métropole en charge des transports. Ce brave monsieur nous a habitué... Lire la Suite → […]
  • Pour aller au CO’met, il ne faudra pas avoir la tête dans les étoiles 09/05/2021
    J’aime bien aller à Décathlon à vélo quand j’ai des petits trucs à acheter. C’est rapide et efficace. J’avais filmé le trajet il y a deux ans en passant par Olivet. En gros, il faut 15 minutes du centre ancien pour rejoindre cette enseigne de sport… La zone commerciale est à proximité immédiate du CO’met,... Lire la Suite →

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com

Licence

Creative Commons License
Vous pouvez utiliser les éléments de ce cyber-cahier si vous en citez la source.

%d blogueurs aiment cette page :