Becancaneries

Théorème de J.B. Corot : « la ville de Copenhague est équipée de 350 km de pistes cyclables surélevées, séparées de la route et très sûres » dont plus de 550 km font les trottoirs d’Orléans et son agglomération.

Du vélo électrique en milieu naturel

Une nouvelle traduction tirée du site catalan « bici-vici ». Ce billet traite de l’appel créé par l’usage des électrocyclettes tout-terrain (et par extension, les « trucs » non définis par le code la route mais qui roulent quand même car il faut relancer le commerce).

Vélos électriques en milieu naturel

La croissance de l’usage du vélo électrique a des effets secondaires indésirables en milieu naturel, par exemple la présence d’un plus grand nombre de cyclistes dans des endroits que seuls quelques cyclistes atteignaient auparavant. Je parle de sentiers et d’endroits où jusqu’à présent on ne pouvait se rendre qu’à pied et où seuls quelques vététistes avec une bonne préparation physique ne parvenaient.

En plus de cela, [ndt : la pratique du] vélo conventionnel est également en augmentation et la population de la Catalogne a également beaucoup augmenté, ces deux facteurs font que [le nombre] des personnes qui souhaitent profiter de l’environnement naturel a augmenté.

Qu’est-ce qui ne va pas avec ça ?

Tout d’abord la massification. L’usage des VTT électriques est en nette augmentation et [cela] attire [aussi bien] les cyclistes nouveaux ou anciens, [que] les cyclistes d’autres disciplines (route, descente et trial) [voire] les utilisateurs de motos (motocross).

Deuxièmement, l’érosion et la détérioration de l’environnement. Provoquée par l’augmentation des pratiquants, mais auquel il faut également ajouter le poids supplémentaire (environ 8 à 10 kg de plus) d’un vélo électrique.

Autres problèmes : conflits avec les randonneurs et/ou les coureurs ou l’altération de certains écosystèmes.

Que peut-il arriver ?

Il est possible que tous les vélos (ou dans certains cas uniquement les vélos électriques) soient interdits sur certains chemins.

De fait, actuellement dans la plupart des parcs naturels, vous ne pouvez faire du vélo que le long des pistes et des sentiers larges ; il est interdit de le faire sur des sentiers étroits. Cela peut finir par se généraliser sur tout le territoire, mais si la massification continue sur certains chemins où désormais la voiture n’est pas autorisée à passer, le vélo ne sera pas autorisé à passer ou, pour le moins, le veto sera mis sur le vélo électrique.

bicicletes-el25c325a8ctriques-btt-negres


En local dans la forêt domaniale

« Nous sommes là dans un contexte périurbain. Notre rôle est d’autant plus important ici que nous pouvons être confrontés à un public citadin plus détaché des enjeux forestiers. Même si nous sommes très proches de la ville, nous ne sommes pas dans un parc urbain« , pointe le responsable ONF.

Dans le journal local (>fr-LaRep’)

Des « Engins de Déplacements Personnels Motorisés »

Normalement, ne doivent circuler dans l’espace publique que les engins autorisés. Si cela ne pose pas de question pour les « historiques » : calèches, automobile, camion, bus, vélo, trottinette… il n’en va pas de même pour les Engins de Déplacements Personnels Motorisés, des EDPM qui sont définis par le code de la route.

Que vous soyez un professionnel de la vente, un fabricant, un utilisateur particulier, un membre des force de l’ordre ou un journaliste, vous devez prendre conscience de ce que vous devrez assumer en vendant, en utilisant, en croisant ou en parlant de ces produits.

Côté assurance

Mais la vente de ces nouveaux engins en Europe dès 2003 n’a pas été anticipée par le législateur, de sorte que leurs conducteurs qui, pour leur propre sécurité et celle d’autrui, avaient pris l’initiative de circuler sur les pistes et bandes cyclables, n’étaient en réalité protégés par aucun régime d’indemnisation spécifique. Pire, ils pouvaient être considérés comme étant en infraction au Code de la route.

7 commentaires sur “Du vélo électrique en milieu naturel

  1. V-LO
    06/08/2021

    De mon point de vue, l’arrivée de ces nouveaux EDPM a eu le mérite de mettre sur les routes de nouveaux usagers qui peut-être/probablement utilisaient jusqu’alors une voiture (en ville), ou bien, comme le dit l’article, ne s’aventuraient pas sur certains terrains escarpés.
    L’ennui est que tous ceux-là se sont retrouvés sur la route et les chemins sans en connaître les usages, les règles de cohabitation avec les autres usagers ni même le code de la route, ce qui conduit à l’anarchie à laquelle nous sommes confrontés depuis quelques années maintenant. Il me semble que ceci est d’autant plus marqué quand on a une pratique de loisir, où l’on ne voit pas la gravité qu’il y a ponctuellement à rouler par-ci ou par-là puisque ce n’est pas répétitif et qu’on pense qu’on est le seul au monde à venir poser nos roues dans un espace naturel jusqu’alors préservé.
    Malheureusement, cela va continuer de s’aggraver car d’une part, on compte apparemment sur la pédagogie là où il faudrait de la sanction (mais qui voit vraiment la maréchaussée au bord des routes et des chemins de nos jours ?), et on continue de vendre tous ces engins sans la moindre sensibilisation/formation aux règles élémentaires de cohabitation et de respect de son environnement. Vous pouvez quitter un vélociste avec votre nouveau joujou en roulant sur le trottoir au milieu des piétons. Et je ne parle pas des infrastructures, évidemment.
    Quel gâchis !

    Aimé par 2 personnes

    • janpeire
      06/08/2021

      Je partage cet avis, sauf ce § : sans en connaître les usages, les règles de cohabitation avec les autres usagers ni même le code de la route, ce qui conduit à l’anarchie.

      L’anarchie c’est l’ordre moins le pouvoir, ce qui est bien différent de « capharnaüm » ou « bordel » 😀

      Aimé par 1 personne

  2. Benoit Perrussel
    12/08/2021

    En tant que cycliste sur vélo électrifié pratiquant quotidiennement en milieu naturel, je me permets de réagir plutôt négativement sur cet article. Notamment sur le « qu’est-ce qui va pas ». car visiblement le premier élément qui ressort c’est la massification…or, la massification de l’usage du vélo dans toutes ses configurations est globalement une excellente chose, pas négative du tout. alors c’est quoi le problème avec ça ? l’article nous dit; l’érosion ou l’altération; là je me permets de rigoler un peu sur l’analyse un peu rapide qui consiste à dire que le vélo pèse plus lourd et « altère » le sentier….on va peut-être demander à l’éleveur de faire maigrir ses brebis ou ses vaches aussi ? ou bien au 4×4 de l’exploitant agricole ou du technicien ONF d’utiliser un tracteur ou une voiture en fibres de carbone ? ensuite l’article précise les soucis de respect des règles d’usage. c’est à mon avis le seul point négatif auquel on peut accorder une certaine attention; mais le raccourci pris par le rédacteur de cet article est vraiment trop facile : interdisons les vélos électriques…et bin voilà; on y arrive ! l’opposition des modes. il n’y a pas de bonne analyse, ni de bonne conclusion…et encore moins de bonnes solutions si ce n’est encore une fois d’interdire un usage pourtant à encourager et à développer encore et encore. Le respect des règles c’est l’affaire de tous, et de chacun d’entre nous. c’est un autre débat qui est valable sur moult autre sujet !

    J'aime

    • janpeire
      12/08/2021

      Le sens de l’article n’est pas pour l’interdiction des électrocyclettes dans leur « milieu naturel » qu’est la ville et sa périphérie.
      L’auteur s’interroge sur les pratiques des e-vtt qui font tout et surtout n’importe quoi sous prétexte de « loisirs verts », et surtout sur le fait que avant, ces gens là n’allaient pas sur certains sentiers, par peur de suer comme un sportif ; ils s’y rendent après avoir posé la voiture en bas de la colline et avec l’assistance électrique.
      Sans aller en Catalogne, cette pratique existe en forêt d’Orléans par exemple, voir vers le petit port de pèche de Combleux dans l’agglo où des hordes de petits-vieux déchargent du VUS les e-vtt pour rouler jusqu’à Chécy ou Orléans, pour le plaisir de dire dans les diners parisiens qu’ils ont fait une boucle de la « Loire à vélo ».
      En rentrant de Sully il y a un an, j’ai croisé des touristes qui avaient loué de ces e-vtt, leur pratique n’était ni celle de cyclistes, ni celle de touriste.

      Le problème est le nombre : un ver, ça va, trois vers, et le panier de fruit va être tôt gâté.

      Un bon exemple de massification mal maitrisée est dans ce billet de J-à-V :
      https://jeanneavelo.fr/2021/07/29/la-rochelle-ile-de-re-en-velo-pliant/
      où les ex-troskistes, aujourd’hui anciens, sont obligés la nuit de mettre des interdits « vélo » partout 😀

      JPB

      J'aime

      • Benoit Perrussel
        12/08/2021

        je vais te faire une réponse sous un autre angle; je suis un « petit-vieux » avec quelques moyens, du coup je me suis offert un joli SUV qui me permet d’embarquer du monde (mes petits-enfants) et même des e-vtt sur mon joli porte-vélo THULE qui m’a coûté un bras…pour quoi faire ? un tour en vélo bien sûr ! et pourquoi pas sur une portion de la Loire en Vélo; ouais super !…à ce stade de l’aventure, imaginons un autre scenario : je suis un « petit-vieux », toujours avec mon gros SUV (encore plus gros cette fois), je ne veux pas faire de vélo, parce que c’est pas autorisé sur les jolis parcours réservés aux gens qui transpirent. alors je vais emmener mes petits-enfants avec mon gros « très » gros SUV, loin « très » loin à Beauval par exemple ? nous y sommes déjà allés 15x mais bon…tant pis, pas de vélo, parce que les beaux parcours sont pour les gens qui transpirent. ceux qui ne veulent pas transpirer, bah on les fait rouler sur la route….du coup ? autant prendre la voiture ! cqfd.

        J'aime

        • janpeire
          12/08/2021

          Ce petit vieux est très individualiste et devrait comprendre que la vie qu’il a cru avoir n’était qu’une illusion créée par le travail « des autres » (manufacture, esclave énergétique…) et que l’urgence est a la sobriété.
          Comme il n’en fiche plus une rame et qu’il a de la thune, qu’il réserve des nuits d’hôtels le long d’Orléans et le zoo, qu’il fasse le trajet en vélo avec ses petits enfants en vacances et par étapes de 30 à 50km, qu’il apprécie les derniers moments de sa vie sans hypothéquer celle de ses petits enfants.
          Si tout le monde vivait comme lui, il faudrait 5 à 8 planètes… aujourd’hui en mauvais état.
          Le petit vieux a eu sa vie entière pour devenir un vieux sage, en vivant comme un « mot de ton choix », il crèvera comme tel !

          Je ne suis pas catholique, mais c’est très bien dit par le chef de la secte :

          https://www.vatican.va/content/francesco/fr/encyclicals/documents/papa-francesco_20150524_enciclica-laudato-si.html

          Aimé par 1 personne

  3. Benoit Perrussel
    12/08/2021

    on devine à peine dans ton propos le combat écologique qui s’annonce ! il y a des gens qui ont les yeux ouverts, d’autres entrouverts et d’autres encore complètement fermés, certains qui sont prêt à les ouvrir et d’autres pas du tout…le monde est ainsi fait. Je classe le « petit-vieux » de ton exemple dans la catégorie de ceux qui entrouvrent les yeux mais qui ne comprennent pas. Alors si les gens qui ont les yeux ouverts viennent crier au scandale à grand renfort de transpiration et d’interdictions sur ces gens qui commencent un peu bêtement peut-être et tardivement sûrement à comprendre…hé bin ça va pas faire long feu; les gens qui transpirent seront seuls sur leur petit sentier protégé et les gens qui veulent pas transpirer continueront à détruire gentiment à leur manière et de façon très subtile le petit sentier protégé en abusant de leurs bagnoles. la morale de mon propos c’est de dire que tout usage d’une mobilité douce quelque soit le lieu, quelque soit l’engin, quelque soit la personne, doit être encouragé, soutenue et sûrement accompagnée pour respecter les espèces indigènes qui transpirent déjà depuis un moment 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 06/08/2021 par dans Réflexions, et est taguée .

Jeanne à vélo en vidéo

RSS J-à-V à l’écrit

  • Rejoindre à vélo un crématorium pour animaux aux Pays-Bas 23/09/2021
    Une tranche de vie de Mark Wagenbuur auquel je souhaite publiquement le meilleur pour la suite.Take care Mark!Voici la traduction de « Riding to a pet crematorium » publié le 22 septembre 2021 sur Bicycle Dutch. Dans ma série de « vrais trajets », en voici un que j’aurais préféré ne pas avoir... L’article Rejoindre à vélo un crématorium pour animaux aux Pays […]
  • La rue Lamartine à Fleury-les-Aubrais est un crash test métropolitain 21/09/2021
    C’est au pied du mur qu’on voit le maçon. Et c’est devant les problématiques de stationnement résidentiel qu’on mesure le degré d’engagement des élu(e)s en matière de transition. Le cas posé par la rue Lamartine à Fleury-les-Aubrais est à cet égard emblématique car l’imbroglio actuel provient de la mise en... L’article La rue Lamartine à Fleury-les-Aubrais e […]
  • La véloroute express de Tilburg à Waalwijk est terminée 16/09/2021
    En traduisant régulièrement les billets de Mark Wagenbuur, je cherche avant tout à donner envie – aux élu(e)s et technicien(ne)s en tout premier lieu !Le billet de cette semaine appartient pleinement à cette catégorie du feel good cycling.Une certaine vision de l’avenir du déplacement individuel.Voici la traduction de « The finished fast... L’article La vélo […]
  • Le remarquable Low Traffic Neighbourhood de Railton — par The Ranty Highwayman 14/09/2021
    Qui n’a pas entendu parler des Low Traffic Neighbourhoods du Grand Londres ? Wikipédia y consacre un article (en anglais) dans lequel on apprend qu’il s’agit d’une démarche par laquelle les pouvoirs publics – et les riverains – cherchent à réduire ou même éliminer le trafic de transit dans les... L’article Le remarquable Low Traffic Neighbourhood de Railton […]

Yann en vidéo

RSS Yann à l’écrit

  • Rue Lamartine : décision municipale bancale 30/07/2021
    Cela avait fait quelques semaines que je n’avais pas pris le temps de rédiger un billet. Comme vous le savez déjà, nous sommes plusieurs à s’être regroupés en association afin de faire valoir les droits des piétons et des cyclistes. Cela nous prend pas mal de temps et j’ai dû mettre en pause ce petit... Lire la Suite →
  • Encore une rue Demay-rde… 29/05/2021
    Avec Trololo vélo, nous avons fait une petite vidéo sur le projet de requalification de la rue Demay à Saint Jean le Blanc.
  • Mais qui a eu cette idée folle un jour d’inventer les normes ou y’a t-il un cycliste derrière le guidon de la mairie Dunois – Madeleine ? 16/05/2021
    J’avais déjà parlé de la requalification de la rue du Parc sur sa partie Sud. J’avais regardé d’un oeil distrait les travaux sur la partie nord. Cela me semblait à peu près aux normes sur la partie entre la rue de Coulmiers et le boulevard de Châteaudun (en vert). Hier, pour la première fois, j’empruntais... Lire la Suite →
  • Rue Frédeville : piétons, attention, terrain hostile 15/05/2021
    Malgré la pluie, j’ai décidé de m’aventurer par delà les frontières de la ville d’Orléans attiré par les travaux en cours de rue Frédeville à Saint Jean de Braye. Ville où Bruno Malinverno était adjoint au maire chargé de l’urbanisme et vice-président à la métropole en charge des transports. Ce brave monsieur nous a habitué... Lire la Suite → […]

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com

Licence

Creative Commons License
Vous pouvez utiliser les éléments de ce cyber-cahier si vous en citez la source.

%d blogueurs aiment cette page :