Becancaneries

Théorème de J.B. Corot : « la ville de Copenhague est équipée de 350 km de pistes cyclables surélevées, séparées de la route et très sûres » dont plus de 550 km font les trottoirs d’Orléans et son agglomération.

Malanniversaire des 3 ans du plan vélo « ça roule (pas) Carré© »

Où alors, si ça pédale, c’est dans les pictos et sur les trottoirs, comme d’autres sucrent les fraises ou sont aux choux…

Du plan « vélo » de 2019

Pour vous rafraîchir la mémoire de cette fort chaude soirée, au propre ou au sale, rien de mieux que d’aller chez Jehanne-à-vélo (>fr), un déroulé de la soirée avait été alors réalisé avec moult illustrations de qualité.

Le plan vélo d’Orléans est une fable

Lors de cette soirée, j’avais publiquement dit que rien ne nous avait été clairement « vendu » ‒ pas une seule belle image d’un futur désirable ne nous avait été présentée. Des chiffres et un papelard en rien contraignant ‒ , j’avais demandé à l’intérimaire-président de nous donner pas non-pas dix, non-pas cinq mais un seul exemple d’un aménagement que lui considérait « de qualité » afin de nous faire rêver un peu avec autre chose qu’un bilan comptable ‒ et secrètement, pour savoir si sa connaissance de l’agglomération ne se limitait pas à la sortie d’autoroute en direction des lupanars de la capitale comme le prétendait la rumeur alors ‒, à la même tribune, j’avais interpellé le président-représentant des antiennes « faut pas opposer les modes » et « on peut pas pousser les murs » pour qu’il nous explique pourquoi continuer à peindre le trottoir en dos-d’âne de la rue des Bransles puisque « juré-craché », la ville ne ferait plus de la merde.

À ce jour, 3 ans après cette soirée perdue ‒ et les années de réunionnites ‒ il y a bien quelques pauvres hères qui errent chez l’oiseau bleu et hèlent les « élu·e·s » en scandant des « le plan vélo ! Le plan vélo ! », mais en pure perte.

Ce plan est tellement mauvais que la seule bonne utilisation du papier serait de se torcher en cas de pénurie, et encore, l’encre utilisée pour l’imprimer est peut-être toxique.

Quoi dire de l’oppositude qui se risque à l’incantation, elle aussi ? Il suffit d’aller dans les villes, pardon, dans les aires de repos d’autoroute de St Jean la Ruelle, Chécy, Saran ou Olivet voir comment sont gérés les « déplacements doux » par ceux-ci pour bien comprendre que, eux élu·e·s, rien n’aurait été fait de mieux, de même, rien ne sera dit sur la fausse opposité, celle qui en certains endroits voulait peindre les trottoirs derrière les écoles pour laisser de la place aux parents d’élèves (ces êtres en souffrance), ou encore, faire une passerelle pour mettre les cyclistes au pas ! Et ces gens-là seraient nos ami·e·s ?

Dans un esprit positif, dire les choses en piochant dans ce recueil de fables, présenté au fil des billets réunis dans cette étiquette.

Le geai qui se carre des plumes du paon

Un jour, un geai se carrait
Des plumes qu’il avait usurpées
D’un vieux paon qui muait.
On ne sait comment il s’était arrangé,
Que la roue, vous auriez dit, il faisait,
Tant le drôle était ébouriffé.
Dans un si superbe équipage,
Il se mêla avec les paons sages.
Comme aussitôt, tous, ils le reconnurent,
Quand cette mascarade, ils virent,
Une belle musique, ils chantèrent.
En premier, de lui, ils se moquèrent,
Les plumes volées, ils lui ravirent,
Pour le chasser, d’ex-alliés réapparurent.
Retourné vers ceux de sa race,
Notre geai n’en fut pas mieux reçu.
Il voulut faire sa cour à de vieilles pies
Qui le remirent vite à sa place,
Au derrière, des coups, il reçut,
Pour lui apprendre à se croire joli.

Les temps évoqués présentement, étaient aux élections,
Des geais sans plume, nous en reconnaîtrons,
La fortune sourit rarement aux méchants larrons
D’autant qu’ils nous prennent pour des couillons.
La cité, par eux, gouvernée
Étouffe sous les fards
Poudres, paillettes, et maquillage,
Les rues par eux rénovées
Étouffent sous les phares
Le bruit, l’odeur, les embouteillages
La place aux autres laissée
Comme dans un mauvais far
De peau de pruneaux… un barbouillage.
Même au temps d’une virale maladie
D’un plan permissif, le conseil se dédit.
Nous voyons force geais très mal plumés,
Vaquer sur les marchés, sur leurs deux pieds.
Tout comme celui de notre fable,
Ils se carrent d’un sourire affable.
Le geai, d’une mauvaise roue, fut débusqué
Soyons attentifs, ne nous laissons point berner.

Le gland et le potiron

« Le bon dieu qui ne se trompe jamais,
Toujours à leur place les choses met »
Ainsi dit la vox populi
Entre autres conneries.
Le grand La Fontaine, lui, le disait
Pour éclaircir quelques vérités
À leur place, justement remettre
Quelques puissants ou maîtres.
De ceci il fit la démonstration
Au moyen d’un gland et d’un potiron.
Écoutons-le parler, prêtons-lui l’oreille
Car pour conter, il n’en est nul autre pareil.

Gros-Jean, le coq de son village,
Les deux pieds joints dans le purin d’une ruelle
Tenait conseil avec de l’avocat le plumage
Au sujet des flux dans plus grand qu’une venelle,
Faire passer, piétons, cycles, autos, autres appareils
Dans, pour tout dire, une artère pleine d’oseille.

Il me semble le voir bien planté,
Ses mains derrière son dos,
Son petit jabot distendu
De n’avoir rien pondu
Comme président d’agglo…
« Sot ! Il est coq sur son fumier piqué ! »

Dodelinant du chef, après ripailles, il rêvassait en image :
« Que le bon dieu ne m’ait consulté, c’est bien dommage
Quand, par une si petite tige, il a lié ce charmant potiron
À ces feuilles le camouflant comme par crainte d’insolation.
Gros-Jean, si tu avais été là, sûrement il serait pendu
À ce gros chêne que voici, le monde l’aurait mieux vu.

Les débats avançaient,
Aux administrés de parler :
« Pour être à l’aise, il nous faut,
Un mètre et demi, le plus plat possible pour qui va à pied,
Un mètre et demi, plat, sans bordures pour les deux roues,
À droite de la chaussée, de part et d’autre, simple comme tout.
‒ Nous n’avons pas imaginé cela ! Pour le parking préserver
Vous sont réservé, 2 m au garrot.
Il ne faut pas les modes opposer
Avec les piétons, vous partagerez ! »
Satisfait comme un coq en pâte de son effet
Gros-Jean repris sa sieste là où il l’avait laissée.

« Que signifie là-haut ce gland ? Il me semble qu’il jure.
Pourquoi laisser de la place, à cette nourriture pour cochon
Plus j’y pense, plus je vois, sans vouloir être parjure,
Échanger la place du petit gland et du gros potiron ».
Voici que s’endort pour de bon, Gros-Jean
Sous le chêne, avec pour fruit… le gland.
Les vents ont malice insoupçonnée
Et lors d’un passage sans coup férir,
Ils se mirent à légèrement souffleter
Et… le gland seul, tomber firent.

« Oh ! Oh ! S’écria-t-il, réveillé d’un bond
Le bon dieu m’a fait prendre la place d’un gland… »
Notre Gros-Jean s’éveilla pour de bon
Se reprit, se donna de l’air pour paraître grand.
Il fit semblant d’écouter, de donner le bal aux belles critiques,
Lui qui, avec cent ans de mandat était passé maître en politique
Ne comprenait que l’on demandât leur avis aux concernés
Que pour la forme, point pour défendre le général intérêt
Puisque par les financiers
Le projet était déjà ficelé.

À la place du gland, que le créateur eût mis le potiron !
Peut-être plus belle aurait pu être la petite leçon,
Et d’écouter la voix des usagers, des usagères
Que la politique aurait plus belles manières.
À vous Messieurs, Mesdames, les philosophes,
Qui êtes tous réjouis,
Tous bien bouffis,
Qui ne cessez jamais d’agir en catastrophe
L’affaire de Gros-Jean vous regarde.
Je vous avertis, prenez-y garde :
« Les beaux arguments que vous faites
Pourraient bien vous tomber sur la tête ».

C’est en racontant n’importe quoi

Qu’on devient maire d’une bourgade :

Vélo = promenade, mélange avec les piétons, rouler sur le trottoir de type « Loire-à-vélo », confusion entre bandes cyclables et pistes…

Confusion totale, aménagements cyclables nulle part.

4 commentaires sur “Malanniversaire des 3 ans du plan vélo « ça roule (pas) Carré© »

  1. Jeanne à vélo
    05/07/2022

    Il y a des choses pas mal dans « le plan vélo », dans sa version régigée par des consultants d’Indiggo, ce n’est donc pas de leur faute si les élu(e)s aux commandes se sont mis à l’origami et aux cocottes… en papier.

    J’aime

    • janpeire
      05/07/2022

      Bien sur que beaucoup de propositions du cabinet d’étude, si elles étaient mises en applications, nous faciliteraient plus que grandement la vie, c’est évident.
      Mon billet était un « énervement », trop excessif, trop généraliste, j’en conviens ; les véritables coupables sont les personnages locaux de l’ensemble des fables qui depuis 2020 et d’ici la fin d’année 2022, feront un recueil à déposer pour la noël dans les sacoches de quelques cyclorléanais-e-s… de qualité.

      J’aime

  2. Marjorie
    17/07/2022

    Je n’ai pas encore tout lu mais la vidéo m’intriguait.
    – Eh bien, il a réussi à mettre plusieurs élus (et lui-même) sur des vélos (qui me semblent être de vrais vélos mécaniques), j’aimerais bien voir cela ici.
    Il y en a un qui a accroché son sac à dos sur le guidon…
    – Il dit « Orléans décarboné » et « pas moins carboné » alors que de nombreuses
    voitures passent à côté de lui et l’oblige à élever la voix. Je trouve l’aveuglement de ces personnes complètement hallucinant, on ne peut pas parler de « décarboner » sans supprimer totalement les voitures.
    – Cette vidéo avec sa musique agaçante pourra leur servir de souvenir de famille, de leur unique circulation à vélo dans Orléans…

    J’aime

    • janpeire
      17/07/2022

      la vidéo est une vidéo de campagne électorale, il raconte n’importe quoi et quand on les voit, si nuls au guidon, il est facile de comprendre qu’ils conduisent plus souvent une automobile (ou ils ont un chauffeur).
      La vidéo des compères n’était pas mieux, Carré avait eu la courtoisie d’envoyer au casse-pipe le duo Ricard Poison et le génie « marketing » de ne pas se risquer sur un vélo.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 02/07/2022 par dans micropoésie – fiction, et est taguée .

Jeanne à vélo en vidéo

RSS J-à-V à l’écrit

  • La véloroute de Nijkerk à Amersfoort 25/09/2022
    On continue sur le thème des liaisons interurbaines aux Pays-Bas avec ce trajet de près de 11 km qui a connu un certain nombre d’améliorations.Voici la traduction de « Main cycle route from Nijkerk to Amersfoort » publié le 21 septembre 2022 sur Bicycle Dutch. Amersfoort est la deuxième plus grande ville... L’article La véloroute de Nijkerk à Amersfoort est […]
  • Une vélorution en douceur ? 22/09/2022
    Il a fait très beau dimanche 18 septembre 2022. D’ailleurs il n’aurait pas pu faire plus beau pour ce « dimanche en douceur » organisé par la ville d’Orléans, soit huit heures sans circulation motorisée dans une partie de l’hypercentre. Une sorte de test grandeur nature d’une prochaine véritable journée sans voiture... L’article Une vélorution en douceur ? e […]
  • Quand Bois-le-Duc se gamelle en matière de vélo 08/09/2022
    Je ne partage pas l’enthousiasme de Mark Wagenbuur pour le départ du Tour d’Espagne qui cette année a eu lieu à Utrecht. Il en a fait deux billets : La Vuelta a España in ʼs-Hertogenbosch le 10 août et The Vuelta 2022 in Utrecht and ʼs-Hertogenbosch le 24 août.Je partage en... L’article Quand Bois-le-Duc se gamelle en matière de vélo est apparu en premier su […]
  • Une véloroute internationale de Nimègue à Clèves 04/08/2022
    Rien de tel que d’aller voir ce qui se passe chez le voisin en matière de vélo. En l’occurrence, l’Allemagne se révèle largemement à la hauteur. 😇Voici la traduction de « An international cycle route from Nijmegen to Cleves (Kleve) » publié le 3 août 2022 sur Bicycle Dutch. Pour ce billet,... L’article Une véloroute internationale de Nimègue à Clèves est app […]

Yann en vidéo

RSS Yann à l’écrit

  • Propositions de tarification pour le stationnement sur voirie à Orléans 04/12/2021
    Il y a quelques mois j’avais débusqué sur le site des appels d’offres d’Orléans Métropole une demande d’assistance pour définir une stratégie de tarification du stationnement sur voirie à Orléans. Force est de constater que soit l’intelligence collective a quitté les services métropolitains soit il y a de l’argent à distribuer gratuitement aux cabinets de... […]
  • Rue Lamartine : décision municipale bancale 30/07/2021
    Cela avait fait quelques semaines que je n’avais pas pris le temps de rédiger un billet. Comme vous le savez déjà, nous sommes plusieurs à s’être regroupés en association afin de faire valoir les droits des piétons et des cyclistes. Cela nous prend pas mal de temps et j’ai dû mettre en pause ce petit... Lire la Suite →
  • Encore une rue Demay-rde… 29/05/2021
    Avec Trololo vélo, nous avons fait une petite vidéo sur le projet de requalification de la rue Demay à Saint Jean le Blanc.
  • Mais qui a eu cette idée folle un jour d’inventer les normes ou y’a t-il un cycliste derrière le guidon de la mairie Dunois – Madeleine ? 16/05/2021
    J’avais déjà parlé de la requalification de la rue du Parc sur sa partie Sud. J’avais regardé d’un oeil distrait les travaux sur la partie nord. Cela me semblait à peu près aux normes sur la partie entre la rue de Coulmiers et le boulevard de Châteaudun (en vert). Hier, pour la première fois, j’empruntais... Lire la Suite →

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com

Licence

Creative Commons License
Vous pouvez utiliser les éléments de ce cyber-cahier si vous en citez la source.

%d blogueurs aiment cette page :