Becancaneries

Théorème de J.B. Corot : « la ville de Copenhague est équipée de 350 km de pistes cyclables surélevées, séparées de la route et très sûres » dont plus de 550 km font les trottoirs d’Orléans et son agglomération.

Le petit capelé jaune

L’été est une période propice à la lecture entre 2 coups de chaleur ou 2 orages (que le rédacteur de ces lignes espère peu violents).

En fouinant dans une vieille malle, forcément vieille, dans un grenier, forcément poussiéreux, est tombé une version très locale du célèbre conte.

Fiction, mais pas trop !

Le petit capelé jaune

Il était une fois, une adorable personne que tout le monde faisait chier parce qu’elle se déplaçait autrement qu’en automobile. Une fois, les voisins lui firent la morale « peut-être, là-bas, c’est possible, mais ici… », et puis, sept d’un coup, c’est bien pour les géants d’un autre conte à dormir debout, mais pour des kilomètres « on aimerait t’y voir ! », « par chez nous ». Une autre fois, d’autres personnes lui recommandèrent de passer par là, que c’était la loi…

Chacun y allait de sa recommandation, de son jugement, personne ne semblait disposé à faire les premiers tours de roues pour essayer de faire sa part, ou, pour le dire simplement, lui fiche la paix. Il leurs était plus facile d’essayer de pointer une quelconque contradiction qui pourrait se montrer que de se changer un peu.

Comme la bicyclette de cette personne était « jaune gentiane » et que la personne dessus portait souvent des vêtements amples, allez savoir pourquoi, on ne l’appela plus jamais que par le nom de « le Petit Capelé jaune ».

Une fois, autour du 15 août, une petite vieille lui dit :

— Tiens, Petit Capelé jaune, voici 3€00, prend la voiture et va chercher du pain à St-Junian ce matin, il n’y en a pas assez pour demain. C’est à 7km d’ici, fais vite avant qu’il fasse trop chaud. Et sois bien sage en chemin et patin-couffin… Et puis, dis bien bonjour en entrant dans la boutique et ne regarde pas d’abord dans tous les coins, ne fait pas ton parisien.

— Je ferai mieux d’aller à Briguelh avec mon vélo, c’est également à 7km, environ, tout sera fait pour le mieux, répondit le Petit Capelé jaune, avant de mettre son casque sur sa tête et d’enfiler son gilet fluo – l’inverse aurait couillon, non ? »–

— Mais, mais, mais, c’est dangereux, il y en a pour une heure, et puis ça monte, et puis ça tourne… Mais, mais, mais, tu ne te rends pas compte !

Mais le Petit Capelé jaune n’avait cure des mamaisages de la petite vieille, malgré tout le respect qu’il lui devait, il enfourcha sa monture et s’apprêta à rouler, mais ce n’était pas sans compter la rencontre d’une autre voisine. Le Petit Capelé savait que c’était une vieille pie doublée d’une médisante bête, mais il n’avait pas peur.

— Bonjour Petit Capelé jaune, dit la vieille pie.

— Merci, bonjour vous aussi.

— Où vas-tu donc de si bonne heure ?

— À Briguelh chercher du pain !

— Et tu comptes le pouvoir porter sur ton porte-bagage ?

— Ça va, ce n’est pas du pain dur que je compte acheter.

— Hahahaha ! Tu es un drôle de drôle ! Mais petit impertinent, ce n’est pas ici le chemin qu’il te faut.

Le Petit Capelé jaune commençait à en avoir assez, mais la politesse et les us sociaux l’obligeaient à une certaine retenue.

Et la vieille pie d’ajouter :

— Moi, je passerai par là, mais pas par ici ! Hoooou, ici ça descend trop vite, j’aurai peur de tomber. Hoooou, là ça monte, je me souviens que je l’ai eu montée quand j’étais jeune cette côte du Pueg… mais aujourd’hui les jeunes…

— Hoooou ! Filh-de-lop maitot ! Je ne le suis plus non plus et j’y vais là, sinon, je ne suis pas rendu avant la nuit, et je pourrai me faire attaquer par les loups…

Sérieusement, vous y croyez, vous, à ce conte à dormir debout ?

Le Petit Chapelé jaune roula dans ce conte en Histoire (>fr) — c’était pour le placer ! —. Passé une montée, vînt une descente et une autre levée avec une fausse pierre levée, puis une autre montée, une autre descente… et il arriva à Briguelh — 7km, 100m de dénivelé, rien d’impossible à mollets vaillants — pour constater que même sur une place vide de voiture, devant la boulangerie, un #GCUM est une personne Garée Comme Une Merde.

Diaporama commenté

Il y a la Goira (ruisseau), l’entrée dans Briguelh, un passage dans l’étroit chemin de ronde ; la dernière photo est Saugond, la ville suivante sur ce jour de portements.

Favoriser l’usage du vélo

L’absence totale d’arceau pour accrocher une monture est impardonnable en un temps où de nombreuses personnes font l’effort d’acheter des électrocyclettes ou des pédélecs. Il faut des arceaux — a r c e a u, pas des râteaux — sur la place (côté commerces et côté mairie), devant la médiathèque, devant l’église, devant la maison de retraite, peut-être dans le cimetière, devant les logements… au stade, au circuit de motocross. Bref, devant les lieux de vie.

Sauf erreur de mon cintre, dans la grand rue (route de L’Esterp), c’était le sens montant qui était prioritaire auparavant, ce qui est toujours mieux côté vélo de la force.

Le circuit vétété est probablement bien étudié, mais cela ne fait pas une politique vélo.

Les panneaux « une route pour tous », probablement posés par la nuisance départementale, ne sont en rien un équipement :

panneau

L’Euro-vélo 3, la route des pèlerins, passe à Confolent, Manòc ou Chirac, voire Eissiduelh soit 20km d’ici. Il ne faudrait pas sous estimer les capacités des cyclotouristes à venir vous rendre visite.

Autant le dire, le circuit promenade urbaine est bien fait, les explications affichées sont claires, simples, agréables.

Dans Saugond, la ville suivante sur le chemin ce jour-là, il manque des arceaux devant la mairie, le point Poste©-dêpot de pain-boite à livre, les écoles, le stade. La zone30 est longue de la traversée de la ville.

Note : un arceau simple, c’est ça :

Toponymie & microtoponymie

Noms de lieux

Les noms des lieux du billet ont été donnés en langue occitane restituée, à l’exprès, pour faire chier les nationalistes (le jacobinisme est un nationalisme), mais, il n’est pas sain de créer des frustrations. En voici donc la traduction en « bel langage françois » (par ordre d’apparition) :

Sent-Junian : Saint Junien, Briguelh : Brigueil, L’Esterp : Lesterps, Confolent : Confolens, Manòc : Manot, Chirac : Chirac, Eissiduelh : Exideuil.

Dans le diaporama, il se parle de Saugond : Saulgond.

Une carte

  • planh_pan

Et un territoire

En partant du bas de la carte à votre gauche et en remontant :

  • Le Goire : ruisseau {òc : Goira}. À rapprocher de gouffre, entonnoir.
  • Les Crébans : il n’est pas question de personnes en train de mourir mais d’une terre pauvre (lande, bruyère), un lieu où l’on crie famine (ici, c’est un lieux de pierres affleurantes, cf fin de billet).
  • La Vallade : la vallée {òc : Valada} du, en opposition au Puy {òc : Pueg}, une petite colline ou une butte.
  • Les Paisses : pourrait être une déformation de {òc : las baissas}, endroit bas situé près du ruisseau. Sur le plan il y a un second lieu nommé la Baisse.
  • Les Ammons : la petite hauteur.
  • Le Combeau : il est probablement fait référence ici à une « petite combe » {òc : combon} (usage d’un diminutif affectif masculin).
  • Les Charbonnières : jusque dans les années 90, il y avait production de charbon en sac.
  • Les Mottes : {òc : la mota}, endroit élévé.
  • Arrier : {òc : arrier}, derrière (quelque chose, le lieu est derrière les Mottes)

Le symbole « pierre levée »

Sur le bas de la carte figure le symbole « pierre levée » pour ne pas dire menhir.

Sur la toile du monde, on peut trouver une photo de la « pierre levée » sur ce site (>en-attention à la fiabilité) et celle-ci-dessous sur ce site (>fr) :

menhir

J’ai mis des guillemets pour suspendre mon jugement sur cette pierre dressée, d’autant plus qu’un exemple récent invite à la prudence (>fr-La république du Centre).

le verdict est tombé, grâce à la découverte à trente centimètres sous le sol d’une fosse d’implantation. C’est-à-dire des pierres de calage au pied du menhir « utilisées pour maintenir debout le bloc qui devait faire plus de 2,5 mètres de hauteur »

Nous sommes ici dans un lieu qui, certes, a été occupé depuis les temps anciens de l’humanité, mais également, sur un terrain où les affleurements rocheux sont légion.

Le lieu, la Vallade – la Flatière, est truffé de pierre affleurante de ce type :

Faute de fouilles sérieuses, le gros rocher de la Valada est sujet à interprétation.

La légende locale dit des pierres « qu’elles sautent pendant la nuit », elle ne dit rien de quelle nuit… et celle des temps a été fort grande.

Ceci est une limousine !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 19/08/2022 par dans micropoésie – fiction, tourisme.

Jeanne à vélo en vidéo

RSS J-à-V à l’écrit

  • Trois types de sécurité — par David Hembrow 02/12/2022
    Ce billet de David Hembrow a presque 15 ans mais n’a pas pris une ride. Il explique pourquoi les fondamentaux du développement de la pratique du vélo aux Pays-Bas sont bons en se focalisant sur la notion de sécurité. Sujet délicat en France comme le prouve la récente campagne de... L’article Trois types de sécurité — par David Hembrow est apparu en premier s […]
  • Le woonerf — par The Ranty Highwayman 29/11/2022
    On connaît en France la zone de rencontre où en théorie le piéton est prioritaire et a le droit de se déplacer partout dans l’espace public. Comme dans l’immense majorité des cas l’espace public n’est pas rédéfini il s’agit de zones apaisées virtuelles. Dans la pratique, les Néerlandais font mieux... L’article Le woonerf — par The Ranty Highwayman est apparu […]
  • Rue scolaire en chantier au sud de la rue des Carmes 26/11/2022
    Un peu plus d’un an après l’inauguration de la première nouvelle rue scolaire orléanaise, l’adjointe à l’éducation a annoncé sur Twitter qu’à compter du retour des congés de Toussaint, une partie de la rue des Charretiers expérimenterait à son tour ce dispositif. J’ai laissé passer les vacances scolaires d’automne mais... L’article Rue scolaire en chantier a […]
  • Un itinéraire cyclable, neuf traversées de frontière 19/11/2022
    Mark Wagenbuur nous emmène au guidon d’un vélo en libre-service à la découverte d’une curiosité politico-géographique entre les Pays-Bas et la Belgique.Voici la traduction de « One cycle route, nine border crossings » publié le 16 novembre 2022 sur Bicycle Dutch. Ce billet est consacré à un itinéraire cyclable international qui traverse... L’article Un itiné […]

Yann en vidéo

RSS Yann à l’écrit

  • Propositions de tarification pour le stationnement sur voirie à Orléans 04/12/2021
    Il y a quelques mois j’avais débusqué sur le site des appels d’offres d’Orléans Métropole une demande d’assistance pour définir une stratégie de tarification du stationnement sur voirie à Orléans. Force est de constater que soit l’intelligence collective a quitté les services métropolitains soit il y a de l’argent à distribuer gratuitement aux cabinets de... […]
  • Rue Lamartine : décision municipale bancale 30/07/2021
    Cela avait fait quelques semaines que je n’avais pas pris le temps de rédiger un billet. Comme vous le savez déjà, nous sommes plusieurs à s’être regroupés en association afin de faire valoir les droits des piétons et des cyclistes. Cela nous prend pas mal de temps et j’ai dû mettre en pause ce petit... Lire la Suite →
  • Encore une rue Demay-rde… 29/05/2021
    Avec Trololo vélo, nous avons fait une petite vidéo sur le projet de requalification de la rue Demay à Saint Jean le Blanc.
  • Mais qui a eu cette idée folle un jour d’inventer les normes ou y’a t-il un cycliste derrière le guidon de la mairie Dunois – Madeleine ? 16/05/2021
    J’avais déjà parlé de la requalification de la rue du Parc sur sa partie Sud. J’avais regardé d’un oeil distrait les travaux sur la partie nord. Cela me semblait à peu près aux normes sur la partie entre la rue de Coulmiers et le boulevard de Châteaudun (en vert). Hier, pour la première fois, j’empruntais... Lire la Suite →

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com

Licence

Creative Commons License
Vous pouvez utiliser les éléments de ce cyber-cahier si vous en citez la source.

%d blogueurs aiment cette page :