Journée de la Paix – aller-retour à Saran

La Journée Internationale de la Paix se fêtait samedi 23 septembre, un peu partout dans le pays et, ce dimanche 24, la commune de Saran signait sa participation au mouvement des communes pour paix.

Chimoutons — Mermoz — Brunet

La rue des Chimoutons a été rénovée il y a peu, rien de grandiose pour les vélos en dehors de quelques rétrécissements, des panneaux de limitation à 30… Le pourquoi du billet fait suite à une discussion pendant laquelle des saranais-e-s semblaient ne pas connaître les joies des voies invisibles.

Rue Anne Brunet depuis le site ggl-map

De la rue des Chimoutons, en direction du cœur de ville — oui une ville se cache derrière les hangars de la RN20 — en tournant à droite, il y a le chemin Jean Mermoz, enfin, un ancien chemin, utilisé encore de nos jours pour l’entretien des espaces de verditude. Ce chemin devient rue Anne Brunet, une rue invisible à l’œil nu, car elle n’existe pas, sauf pour qui sait lire les signes laissés par les anciens le long de l’ancien aérodrome.

La voici en galerie dans le sens OrléansSaran

Qui dit paix

Sait que à Saran, la municipalité la fiche aux conducteurs des voitures. Tout est fait pour leur faciliter la circulation, même l’absence d’équipement cyclable.
Sous la pression d’un groupe d’habitant-e-s, il y a eu des panneaux de posés, moins de 10, et des arceaux, pardon, un arceau par équipement municipale.

Exemple à la salle de la Médecinerie

Le retour comme un contrôleur des travaux à finir

La Médecinerie sonne un peu comme ces lieux où étaient les malheureux avant de mourir. Cela fait très croyance comme hostie ou homéopathie, notre époque moderne à « santé » préfère la rime avec « profits » et pour cela la commune est dotée du pôle clinique adéquat, un pôle vers lequel le chemin du retour nous porte.

Mais avant, encore une personne qui refuse de faire le trot… du dos-d’âne.

 

Ce chemin-ci est plus usité que le premier, le voici dans une galerie au départ de la rue de l’orme au coin vers le pôle privé.

Et survint la passerelle

Dans la continuité du machin vert, avant l’installation d’entreprises performantes dans le domaine de la santé 5.0, les cyclistes seront tous du même côté.

C’est mieux puisque cela a été dit ainsi. Il y a toujours des rebelles qui suivent le sens de la circulation, même pour aller à l’alliance de la santé, mais c’est comme les poissons volants, une minorité.

Et puis, à la sortie du rond-point final, ne croyez pas que l’on va transformer la rue du stade en chaussée à voie centrale banalisée, ha ça non ! Vous allez faire un « S », et hop, de droite à gauche — Saran oblige — sur le trottoir déguisé en équipement cyclable, un suppo et au lit les vélos.

Le dimanche à Coligny, on visite les travaux

Une sortie dominicale, c’est l’occasion d’une rentrée éponyme, et qui dit rentrée en ce mois de septembre finissant, dit travaux, et qui dit travaux, dit impôts.
Alors, autour de la caserne des impôts, est en train de sortir du goudron, une piste en… forme de grosse « censuré ».

À quoi ces 150 m vont-ils servir ? Sauf à être photographiés pour la feuille de choux de la mairie. D’où partent-ils, où vont-ils ?

Publicités