Et on pourrait dire des cyclistes.

Ce soir, même pressé par le froid et gris brouillard et par un rendez-vous — une forme de zeugma sur le temps — j’ai pris quelques minutes pour me faire engueuler.

Avant :

sur le chemin du retour, un premier « garé comme un chien fait sa merde » sur les trottoirs de l’Orléans mégalopole, un second, un troisième, puis une pause sous la forme d’une « posée dans le sas vélo ».

La scène :

Je m’arrête devant elle et fais un signe car, en sus du sas, elle mord, un peu, le passage piétons. À mon signe répondent une moue et une série de geste.

J’annonce le tarif des 135€00 de l’amende que, heureuse électrice du maire, elle ne se verra jamais dans l’obligation de payer, par la merci de ce dernier.

Dialogue :

Elle ouvre sa fenêtre :
« J’avais pas vu, et puis je voulais passer, mais la voiture devant a traînée aux feux, et puis je me suis retrouvée là, et puis c’est comme ça…
— C’est surtout 135€00 pour un sas !
— Ha mais vous le prenez comme ça. Et si on parlait des vélos qui roulent pas sur le trottoir…
— Bin, c’est la loi.
— Non, mais sur le passage piéton, là le long derrière (NDR : la rue Eugène Vignat), il y a des vélos qui roulent pas dessus alors qu’ils doivent…
— Vous parlez du trottoir. C’est dangereux. Il faut que les vélos roulent sur la route.
— Mais non, on vous fait des équipements spéciaux et vous roulez pas dessus. Et après vous venez me dire pour le feu, alors que vous il y a…
— Trottoir !
— Non, il y a une piste cyclable, vous y passerez et verrez, il y a une piste, pour les vélos, et les vélos ils roulent pas dessus.
— Des gens bien, mais c’est toujours 135€00 pour un sas. Vous chercherez ce soir la définition d’une piste et reviendrez me dire après. »

Et après je dégage, en sachant que c’est le genre « catholiste de la rue du Bourdon Blanc ». Elle n’avait d’ailleurs pas besoin d’être là pour que, encore une fois, ce soit la merde à cause d’un seul.

Chez les cathos :

Un seul GCUM – Garé Comme Une Merde – manque à votre décor, venez à Orléans, stationner n’importe où est permis.

En résumé :

Marie-La-Conne ne sait pas ce qu’est un sas vélo, mais elle connaît la définition d’un trottoir — n’existe pas selon le code de la route & désire y faire rouler les vélos — et la différence entre bande et piste cyclable. M’est avis que nous avons là le résultat du travail de sape organisé par la mairie d’Orléans et de la politique anti-cycliste menée depuis plus de 20ans.

Orléans Métropole travaille à la cohérence du réseau cyclable avec :

  • des itinéraires urbains en continuité avec les pistes existantes
  • de nouveaux itinéraires de balade
Publicités

3 réflexions sur “Et on pourrait dire des cyclistes.

  1. Jeanne à vélo dit :

    Ah la rue Eugène Vignat ! Tu aurais pu lui faire remarquer que l’existence de ladite vraie-fausse piste le long des lycées ne change rien au non aménagement cyclable du bas de la rue… excepté le sas justement !

    Et en plus elle a factuellement tort : la majorité des cyclistes emprunte ce trottoir cyclable.

    Aimé par 1 personne

  2. janpeire dit :

    Elle parlait bien, je crois, du trottoir devant le lycée comme d’un endroit fait pour nous. Oui il y en a, malheureusement, dans tous les sens, mais surtout des personnes au rythme peu rapide.
    Les cyclistes plus véloces, soir et matin (07h30 / 18H00), sont sur la chaussée. Question sécurité.

    J'aime

    • Jeanne à vélo dit :

      C’est sûr et de toute façon, à l’heure de sortie ou d’entrée des élèves au niveau du lycée Benjamin Franklin, la voie est bouchée (j’ai capturé la scène en vidéo, faudra que j’en fasse quelque chose).

      Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.