Circuit des pierres taillées

Et par pierres taillées, il n’est pas fait référence ici à la préhistoire, loin de là.

Aller à Sully/Loire

Au départ d’Orléans, rien de plus facile. Une fois la rive sud atteinte, la Loire à vélo s’offre à vous pour vous y mener « cap à l’est » en direction de Jargeau.

Instant haiku :

Vieux champ de maïs
Un grand cent de corbeaux
Le peintre est mort.

Chaussée déformée
Au revoir la « touristaille»
Loire à vélo.

La circulation se fait sur la levée, partagée avec quelques voitures.

Jusqu’à Jargeau, il n’y a pas de difficultés particulières.

La dernière fois, à Jargeau, j’étais passé par le dessus du pont. Cette fois ci, j’ai pris le chemin par le bas. À la sortie de l’arche, il aurait pu être fait économie des 150m de trottoirs « double-sens et piéton », puisque c’est un trottoir, très peu large. Ce d’autant plus que la sortie de l’arche est très bien réalisée, sans ressaut. Il n’y a que la route à traverser pour se retrouver sur la Loire à vélo. Les 2 écluses, bien réalisées elles aussi, remplissent la fonction pour laquelle elles sont là, c-à-d, ralentir les autos ; même les motos respectent la chose.

Passé Jargeau, il y a une partie pavée assez étrange, mais on peut descendre d’un niveau, c’est plus roulant. Le circuit officiel vous invite à prendre le pont de Châteuneuf/Loire et ainsi changer de bord. Comment dire, il y a 4/5 ans, sur le même trajet, j’avais pas vu le panonceau. En souvenir de cette erreur historique, à Sigloy, j’ai continué très fièrement la route.

Les levées sont en travaux de consolidation ce qui entraîne quelques bifurcations.
Ces travaux me font me souvenir que hier, Eurovia pour pas donner le nom, « bouchait » les légers nids-de-poule du chemin — il y a bien écrit Eurovia, donc, ceux qui construisent les machins cyclables avec des marches rebouchent par ailleurs.

Instant haiku :

Petite route
Un aéronef dans les cieux
La France d’avant.

À vrai dire, j’avais souvenir de ce moulin :

Après Guilly, il y a 8 km de route départementale avant d’entrer dans Sully.

Sully a été l’occasion d’un petit échange avec des gens de Guilly, qui venaient en vélo et en voisin — zeugma — pour se dégourdir les pattes. De très beaux vélos, sans assistance électrique pour des retraités qui ont fait Nevers-Nantes en 15 jours.

Je ne vais pas faire la leçon sur le château, le conseil du département le fait très bien dans ce lien (>fr) :

Majestueux, imposant bien qu’austère : voici l’un des fleurons du Loiret ! Forteresse médiévale érigée au XIVe siècle dans un vaste parc, ce château dans la ville marque l’entrée du Val de Loire. Entourée de douves et dominant la Loire, il vous invite à découvrir la vie de Maximilien de Béthune.
Visitez la demeure de Maximilien de Béthune, plus connu sous le nom du duc de Sully, célèbre ministre d’Henri IV et découvrez l’histoire de sa famille qui fut propriétaire du château durant près de quatre siècles.

Un sellefie :

Sully/Loire — St Benoit/Loire

Le trajet est balisé. Les cyclistes sont en majorité en contrebas de la levée, mais peuvent circuler dessus s’ils le désirent. Aucunes difficultés à signaler.
L’arrivée se fait par un petit sentier, étroit, mais d’une allure :

Je ne vais pas faire une leçon sur le lieu, le conseil du département le fait très bien (>fr) encore une fois :

Fondée en 651 l’Abbaye fut à l’apogée de son histoire entre les IXème et XIème siècles, un centre d’étude, de culture et de développement des arts à la renommée internationale.
Deux abbés successifs ainsi que le transfert en 672 des reliques de Saint-Benoît de Nursie, fondateur du monachisme occidental, assurèrent le rayonnement de l’abbaye.
Abbon, considéré par ses contemporains comme un des hommes les plus instruit de son époque y fit venir écrivains, historiens et poètes et y développa à la fin du Xème siècle une école abbatiale et un scriptorium réputés dans tout le monde occidental.
Son successeur, Gauzlin, développa l’activité artistique notamment par la construction de la tour porche, qui se voulait « un exemple pour toute la Gaule » et qui est devenue le symbole de l’abbaye.

De très nombreux chapiteaux ornent la tour porche du XIème siècle ainsi que le transept et le chœur de la basilique. Ils forment un ensemble iconographique unique dans la Région Centre et constituent une œuvre majeure du début de l’art roman.

Quelques photos (puisque j’ai appris à appuyer sur le bon bouton) :

St Benoît – Germigny

Cette portion également ne devrait pas poser de problème à qui que ce soit, c’est indiqué et direct.
Au sortir de St Benoît, une rencontre insolite avec un ancêtre :

Une critique : si les bordures devant le syndicat d’initiative de Germigny pouvaient être « basses », pour ne pas dire « plates », ce serait encore plus accueillant pour les vélos.

Je ne vais pas… avec le lien (>fr) :

Cet oratoire datant de 806 est une des plus anciennes églises de France. Il a été érigé par Théodulfe, proche conseiller de Charlemagne pour servir de lieu de culte à sa luxueuse villa. Afin de le transformer en église paroissiale, l’abside ouest sera détruite et remplacée par une nef.

Un sellefie avant la route du retour :

Le retour se fera par Châteauneuf/Loire, en passant sur le pont suspendu, puis en reprenant l’itinéraire officiel de la Loire à vélo.

Carte générale et données

Orléans-Sully: 🕒 02 :15 🏞 45,38 km ⦳ 20,14 km/h
Sully-St Benoît : 🕒 00 :28 🏞 10,24 km ⦳ 21,95 km/h
St Benoît-Germigny : 🕒 00 :25 🏞 08,04 km ⦳ 19,09 km/h
Germigny-Orléans : 🕒 01 :36 🏞 34,86 km ⦳ 21,60 km/h

Pourquoi étaler des données, pour m’apercevoir de la constance de mon pédalage, rien de plus.

Publicités