Le canular de la rentrée

J’avais déjà mené une opération de « vérification des faits » comme il se dit en gaulois moderne, de « fact-checking » en patois de la start-up nation, ce, après les propos délirants de l’élu de la mégalopopole à l’automobile et au bétonnage. Le billet est disponible ici (>fr)

Nouveau cas.

Le jour de ma virée dans la cité aux 7 collines (>fr), il se trouve que des « informations locales » se sont frayées un chemin dans la rivière du fil d’actualité générale. Ce fut le cas des « travaux » de la fameuse « piste » aux pictogrammes cespiteux dont il est question ici sur ce cyber-cahier (>fr)

Voyons cela, côté presse locale, avec en conclusion, la vérification, visiblement nécessaire, des faits rapportés par des journalistes qui se contentent d’être parfois de simples porte-paroles de la mairie.

FR3 Centre

Votre serviteur n’a pas le montre-couillon chez lui, autant le dire à nouveau. Le reportage consacré à la chose est constitué ainsi : 3 petits plans, 3 entretiens et… rien de plus.

— Un point-de-vue, un regard critique, un angle, une mise en perspective ?
— Pas de ça chez nous !

À force de viser une « neutralité » bienveillante envers les pouvoirs en place, l’information télévisuelle présentée possède autant de saveur qu’un bloc de tofu soyeux industriel : c’est blanc, ferme en sortant de l’emballage mais le moindre choc fait s’écrouler le monticule de soja caillé… le goût sera finalement celui de la chose cuite avec.

Dans le reportage ci-dessous, les seules informations intéressantes à l’heure du repas sont « les travaux ont lieu la nuit pour ne pas gêner la circulation » et « 72 000€00 ». L’élu pot de fleur est présent pour débiter des propos melliflues, il n’est même pas interrogé sur la contradiction entre « couloir vélo (?) partagé avec les voitures » et « le vélo est privilégié », ou pour le moins, avoir des précisions.

Les boulevards Rocheplatte et Jean Jaurès, à Orléans, seront ouverts aux vélos à partir de la mi-septembre. Les travaux de création de la piste cyclable ont commencé lundi 13 août. (Published on Aug 14, 2018)

Les personnes interrogées sont de bonne foi, et, à les écouter, peut-être que quelques panneaux intelligemment posés et des bateaux à 0 (zéro, pas deux ou cinq centimètres) au départ de la voie anadyomène le long de la Loire seraient un bon début.

Des travaux plus conséquents suivraient avec pour acte premier d’enlever une voie aux automobiles pour en faire un véritable couloir « bus – secours – taxis – vélos », et ce, tout le long du périphérique intérieur, quitte à refaire la partie derrière St Euverte, surtout en refaisant la partie gare-théatre. Ça, c’est un programme politique !

La République du Centre

Un article, publié le 11/08/2018, avec pour illustration, le plan donné par la mairie. Depuis le premier article, publié le 30/05/2018, personne au journal se semble avoir pris le temps d’aller sur place essayer de comprendre le schéma, personne pour, a minima, se risquer à quitter l’espace partagé le long de la Loire pour remonter vers la bibliothèque la future bande.

L’article ancillaire n’apprendra rien de neuf au lecteur, il ne provoquera aucuns éclats de voix au coin du zinc. Ah si ! Il y a une avancée extraordinaire, l’article « vélo » est étiqueté « transport ».

Lier les quais de la Loire avec le centre-ville. C’est l’enjeu principal de la nouvelle piste cyclable à Orléans. Elle devrait relier la médiathèque aux quais, dans les deux sens, en suivant un parcours tracé par les boulevards Rocheplatte et Jean-Jaurès. Une percée est prévue pour que la piste retrouve le parcours de la Loire à vélo, sur les quais du fleuve.

France bleue Orléans

Des boites grises, j’ai celle qui ne laisse passer que le son. Je dois reconnaître que généralement ce sont les grandes cousines de la famille radio-France qui bruissent mon quotidien. Des trois principaux médias locaux, la radio est le plus intéressant, ou pour le dire autrement, celui qui tend à être le plus exhaustif.

Il y a clairement plus de détails de la chose de donné : « il ne s’agit pas d’une « piste » cyclable à proprement parler, mais plutôt d’une « bande » cyclable. La différence ? La bande cyclable qui sera aménagée fera 1 mètre 50 », et sans vraiment être critique, les bémols sont là.  Par ailleurs, suite au passage à la radio, 2 000€00 ont été économisés. Pas un pognon de dingue comme dirait l’autre, mais c’est déjà ça de pris : « Ces travaux d’aménagement sont prévus pour durer jusque fin septembre et coûteront 70 000 € à la métropole d’Orléans. Les opérations de marquage auront lieu la nuit pour limiter les perturbations.»

Notons que l’information est encore une fois le prix et que les travaux ne doivent pas gêner ! Est-ce à comprendre que les cyclistes, en temps normal, sont des emmerdeurs⋅ses, il n’y a qu’un tour de pédalier à faire pour avancer dans cette direction. Il n’y en avait qu’un pour aller sur place vérifier l’information également.

À la suite des propos des responsables de la mairie, une large parole est donnée à l’expression citoyenne, avec les liens vers les réseaux mal-dits sociaux.

Nous nous rendons bien compte cependant que le projet n’est pas ithyphallique.

Les travaux ont à peine commencé et c’est déjà la polémique autour des futurs aménagements cyclables sur les boulevards Rocheplatte et Jaurès, à Orléans. Les habitués des 2 roues accusent la Métropole de vouloir faire à minima en créant, seulement, des bandes cyclables des 2 côtés des boulevards.

Pourquoi canular ?

Pourquoi canular alors que visiblement, il suffit d’attendre la mi-septembre et la fin des travaux pour pouvoir râler ?

Ce 1er avril, pardon, ce samedi 01 septembre 2018, dans l’après midi, je suis allé vérifier l’avancée des travaux de cette bande oblongue. Depuis la mi-août, il ne devrait plus y avoir grand chose à fai…

Heu, comment dire, voici l’état de quelque septante mille euros de travaux.

Au départ de la bibliothèque, vers la Loire :

 

 

La fameuse contre-allée que la porte-parole d’Eurovia, pardon, que Lise Lemaire-Leroy, responsable du pôle maîtrise d’œuvre à la ville d’Orléans, vante comme un objet de perfection :

La photo montre qu’il y a eu absence de travaux. Absence de ces travaux qui auraient abaissé la hauteur de la bordure à 0 cm (zéro). Imaginez la chose prise à la vitesse de 25km/h, vitesse des vélos nucléaires sponsorisés par la mairie.

Même à la sortie de la chose sinistrogyre de couleur caca d’oie, rien ne semble avoir été fait pour la qualité, le confort et la sécurité des cyclistes :

Au retour, de la Loire vers la bibliothèque :

Il manque le panonceau « sauf vélo » :

Mais il y a un pictogramme, avec son pendant au bout de la rue, ils se sentent seuls :

Puis, rien :

 

 

Ha, les travaux pour enlever l’échafaudage du bâtiment des subsistances ont enfin commencé :

Mais toujours rien, hors la peinture qui a été refaite sur la moitié de la chaussée :

 

 

Par respect des propos tenus par Brigitte Ricard votre serviteur roule fièrement sur la chaussée le long de St Paterne :

Cette nouvelle réglementation est l’occasion de rappeler aux cyclistes que certes, une nouvelle règle s’applique, leur laissant la possibilité de rouler partout à contresens, mais aussi qu’ils n’ont pas tous les droits, notamment de monter sur les trottoirs.

Personne à la Rep’ pour lui rappeler que depuis longtemps, la politique turpide de la mairie d’Orléans vise à faire monter les cyclistes sur les trottoirs. Voici les 3 Ricard de la vie :

  • Paul pour le mal de crâne ;
  • Matthieu pour qui croit au karma ;
  • Brigitte pour la prise de tête.

Le trajet retour se termine par la bande peinte sous la trémie :

Le canular de la rentrée

Le véritable canular n’est pas cette plaisanterie orléanaise même si la mairie d’Orléans n’est pas la dernière pour la déconne :

velotour

Les travaux ne sont visibles que la nuit, or, le rédacteur de ce billet a été voyageur dans un train qui n’existe pas, il apparaît normal qu’il ne voit pas en plein jour des travaux nocturnes.

Côté déplacements, le seul véritable canular de l’été a été monté par une folle équipée de zététiciens et destructeurs de mythe :

AstronoGeek, HygieneMentale, Unmonderiant, latroncheenbiais et defakator

Ils se sont attaqués aux CropCircles (les soucoupes volantes, les énergies, les pendules, les sectes…) avec un travail d’une colossale qualité pédagogique !

Après une petite moquerie envers les journalistes locaux qui devraient vérifier les faits avant d’essayer de se marquer à la culotte, voyez comment est traité un marronnier estival dans des médias locaux :

Sur la chaîne « un monde riant » vous trouverez une critique sur la façon dont des journalistes traitent certaines croyances, l’homéopathie dans l’exemple.

Ce billet n’avait pour seul but de vous demander de contrôler, de vérifier ce qui est dit. N’oubliez jamais que « des affirmations extraordinaires nécessitent des preuves extraordinaires », même une « piste cyclable de qualité à Orléans » (>fr-site de l’agglo).

Définitions

Par ailleurs, l’article R110-2 définit ainsi :

zone de rencontre : section ou ensemble de sections de voies en agglomération constituant une zone affectée à la circulation de tous les usagers. Dans cette zone, les piétons sont autorisés à circuler sur la chaussée sans y stationner et bénéficient de la priorité sur les véhicules. La vitesse des véhicules y est limitée à 20 km/ h. Toutes les chaussées sont à double sens pour les cyclistes, sauf dispositions différentes prises par l’autorité investie du pouvoir de police. Les entrées et sorties de cette zone sont annoncées par une signalisation et l’ensemble de la zone est aménagé de façon cohérente avec la limitation de vitesse applicable.

zone 30 : section ou ensemble de sections de voies constituant une zone affectée à la circulation de tous les usagers. Dans cette zone, la vitesse des véhicules est limitée à 30 km/ h. Toutes les chaussées sont à double sens pour les cyclistes, sauf dispositions différentes prises par l’autorité investie du pouvoir de police. Les entrées et sorties de cette zone sont annoncées par une signalisation et l’ensemble de la zone est aménagé de façon cohérente avec la limitation de vitesse applicable.

bande cyclable : voie exclusivement réservée aux cycles à deux ou trois roues sur une chaussée à plusieurs voies.

-piste cyclable : chaussée exclusivement réservée aux cycles à deux ou trois roues.

  • Disponible ici (>fr-ce site)

Bonus

Ce billet était parsemé d’adjectifs aussi étranges qu’inattendus. Vous retrouverez l’ensemble de ces adjectifs dans ce billet de Topito (>fr-Attention, c’est du fessebouc). Topito, le site du grand reportage 😉

Publicités

Une réflexion sur “Le canular de la rentrée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.