Becancaneries

Aventures à vélo dans Orléans mégalopopole & un peu ailleurs !

Au compteur de l’opération KGB

Un grand total de 15 995 km ont été effectués par 66 cyclistes dans l’agglomération d’Orléans au mois de mai 2019, ce dans le cadre de l’opération KGB.

Des chiffres

Les chiffres sont comme le langage des fleurs, leur grande force est que l’on peut leur faire dire n’importe quoi, la poésie en moins !

15 995 km

15 995 km est un très grand chiffre.

C’est plus de 3 fois le kilométrage de la route des pèlerins (EV3 — 5 122 km), plus de 4 fois celui de la route des fleuves (EV6 — 3 653 km), les 2 euro-véloroutes qui traversent Orléans. Pour le dire autrement, nous avons traversé l’Europe en long et en large, ce qui est toujours mieux que de tourner dans un rond-point.

Même si quelques kilomètres ont été effectués pour relier l’agglomération à des villes périphériques, ne sont pas comptés ici les kilomètres fait par les personnes qui vont travailler à la capitale, et pédalent au sortir de la gare, pas plus que les personnes de Blois, Bourges, qui viennent travailler en train plus vélo.

66 cyclistes

66 cyclistes, c’est bien, même si c’est loin de l’objectif fixé à 150 participant⋅e⋅s.

C’est bien, mais c’est peu pour « se comparer » à Metz par exemple qui compte 7 fois plus de participant⋅e⋅s. Pour placoter au sujet de ce chiffre, votre serviteur dans un premier temps ne souhaitait ni publicité sur les réseaux mal-dit sociaux — cependant, merci à ceux qui l’on fait —, ni inscription obligatoire à une appliquette par respect de la vie privée ; ce ne sont pas les quelques bandelettes papiers accrochées ici ou là qui ont fait venir les cyclistes. De plus « Allons Y À Vélo » — AYAV, l’acronyme auquel vous avez échappé — est porté par la maison du vélo de Metz, une association aidée par la mairie, par d’avantage de com’, ce qui aide à avoir un plus grand nombre de personne à jouer du mollet. Avoir une plage de donnée importante évite les fluctuations, réduit les marges d’erreur.

Quoi qu’il en soit, merci beaucoup aux personnes qui ont fait des retours sur le comptage, certains étaient parfois surprenants, une fois insultant, souvent joyeux. Un grand merci !

En moyenne

Chaque cycliste a pédalé 242 km, sans le savoir comme dirait M. Jourdain, et sans en avoir l’air. Chaque jour a été l’occasion d’inscrire 516 km au compteur.

La première moyenne est importante car elle permet d’écrêter les données et d’ôter le 720 km qui n’est représentatif de rien présentement, par manque de données en quantité.

Attention, écrêter ne veut pas dire qu’il ne faut prendre que les chiffres qui arrangent. L’idée est qu’il vaut mieux parfois s’intéresser au médian que à la moyenne : c’est l’histoire de Bill Gates qui rentre dans un bar… et fait augmenter la somme moyenne que chacun a sur son compte en banque. La vue peut vite être faussée.

Tous les kilomètres qui ont été comptabilisés sont autant de kilomètres qui n’ont pas été faits en automobiles. La personne qui fait 3 km à vélo fait plus pour la société que celle qui fait 5 km en automobile.

Tout ça pour dire que le kilométrage moyen effectué est de 7,82 km par individu et par jour, soit quelque 30 minutes de vélo à 15 km/h, c-à-d, la vitesse réglementée pour rouler en toute fluidité sur les ondes vertes (vitesse comprise entre 15 et 20 km/h, de plus, la vitesse moyenne en ville pour un vélo est comprise entre 15 et 17km/h).

Pour information, les 3/4 des déplacements du quotidien font moins de 7 km, c’est dit ici :

Avec ce chiffre arrondi à 8 km, les cyclistes d’Orléans et de son agglomération sont méritant⋅e⋅s, que ce soit en tricycle, en électrocyclette, en gravel — même noir —, en vélo pliant, avec un vélo à courroie, un vélo-cargo Ces 8 kilomètres sont un très bon chiffre. Il est à parier que avec une infrastructure moins médiocre, ce chiffre serait plus élevé ; les cyclistes gagnent en cyclabileté quand l’infrastructure rassure.

8 km sur une courbe isochrone

Voici quelques captures d’écran de ce que représentent 8 km dans l’agglomération, au départ de la gare de Fleury, des terminus des 2 lignes de tramway.

Ces courbes représentent 8km. Elle ont été générées depuis le site suivant (>fr) avec pour réglage vélo « normal » — il existe l’option « route » ou « électrocyclette » —  avec des paliers de 1km.

Pourquoi le train et le tramway ? Parce que :

Potins

Durant le mois de mai, il y a eu au moins 1 crevaison. C’est peut-être un détail pour vous mais pour le compteur de vélo, 6 km en moins c’est beaucoup.

Le mois de mai est souvent qualifié de joli, ce, à cause des jours fériés qui peuvent vite se transformer en passerelle. La productivité du comptage s’en est trouvé altérée, même si beaucoup ont profité du beau temps pour aller au parc, se promener, dessiner un dauphin (>fr)… autant d’occasion d’augmenter le kilométrage.

Il y a eu environ 10 jours avec des averses, plus ou moins importantes. Si dans Orléans il est facile de se cacher de la pluie, sur la route quand vous êtes obligés de traverser Saran par exemple, prendre une automobile est tout à fait concevable.

« Une fois par semaine je vais chercher le pain à Vennecy, c’est à 10 km environ — 15 au minimum, je l’ai fait il y a peu pour mon Circuit Roger Toulouse (>fr) — Non, pas autant! ». Une fois mis d’accord sur le chemin, un rapide coup d’œil sur Naviki© (>fr) donne du 18 km. Lors d’une rencontre avec une auxiliaire de vie, je découvre qu’elle est très loin des 10km qu’elle pense faire, elle serait même très proche des 20km par jours. « De toutes façons, j’ai pas le permis, alors même quand il pleut, je sors mon vélo!».

Le nombre de cyclistes qui mésestiment le kilométrage fait est assez incroyable.

Conclusion

Sur l’opération en elle-même, pour une première, c’est une très bonne expérience.

Pas de conclusion définitive sur les chiffres pour les chiffres. Certes, on pourrait dire que le kilométrage final est supérieur à d’autres villes, mais avec un nombre de cycliste réduit, c’est plus facile.

Pas de conclusion, car les données collectées ne l’ont pas été d’une manière fiable à 100 % et beaucoup de déclaration ont été faites « au coin de la table » ; pour le dire autrement, les kilomètres n’ont pas tous été mesurés par un compteur.

Malgré ce biais, le chiffre arrondi de 8 km est à prendre comme une très très très bonne indication du potentiel cyclable de la ville.

 

Publicités

7 commentaires sur “Au compteur de l’opération KGB

  1. Yann d'Orléans
    02/06/2019

    Hello JP,

    Pas mal ces graphiques, il serait intéressant de les améliorer en y annexant par des temps de trajet. Facile à dire mais pas facile à faire à mon avis…
    Un samedi 14h, en 15 minutes de vélo, j’en suis là et en voiture j en suis là .

    Bien à toi.

    Y.

    Aimé par 1 personne

    • janpeire
      02/06/2019

      C’est possible de cumuler les courbes selon les modes de transports, voir de « jouer » entre les courbes de temps et de kilométrage. Je vois ça pour un billet à venir.

      J'aime

  2. Jeanne à vélo
    05/06/2019

    Opération à reconduire !

    Aimé par 1 personne

  3. Benoit Perrussel
    12/06/2019

    argh, j’ai raté mon inscription et du coup je n’ai pas contribué (cadre de vélo cassé pris en garantie, retour sur les routes semaine prochaine)…dans le cadre d’un petit groupe de travail en entrerprise; nous avions identifé que sur une population de 110 salariés; 50% habitent à moins de 7 kms = moins de 20 minutes, cette donnée a été obtenue en connaissant l’adresse précise de chaque salarié et le calcul d’un itinéraire vélo avec google maps…pour info; nous avons un magnifique parc à vélo avec maximum 10 vélos en pointe l’été ! autrement dit : il y a du boulot !

    en ce qui nous concerne, c’est la catastrophique desserte en pistes cyclables de la zone Pôle 45 au Nord.

    …dans ce coin, je vois plus d’avancée pour un magnifique giratoire à 35 millions d’€ pour les camions et Amazon, plutôt qu’une vraie politique de déploiement d’une infrastructure cyclable : aucun politique ne se dit que le réseau routier serait moins saturé si le vélotaf était plus développé…alors on construit des routes et des giratoires…

    …ça me désole…

    et désolé pour le hors sujet…

    Aimé par 1 personne

    • janpeire
      12/06/2019

      Ce n’est pas hors sujet. Pour être aller récemment d’Orléans à Ormes en passant par Saran (cimetière des if) puis le pôle 45, je comprends. Le gros problème de la voie verte est un problème de propreté, d’intersection (comme toujours) et d’accès-sortie.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 04/06/2019 par dans Réflexions, et est taguée .

RSS Jeanne à vélo

  • Vélo’+ : deux générations de vélos en libre service à Orléans 19/06/2019
    L’histoire retiendra qu’Orléans a été parmi les toutes premières villes françaises à déployer un réseau de vélos en libre service (VLS). C’était il y a douze ans et le système Vélo’+ fait désormais partie intégrante du paysage urbain orléanais (et pas du tout accessoirement de la communication municipale). Les derniers... L’article Vélo’+ : deux générations […]
  • Entre piste de running et boulevard urbain bussophobe 12/06/2019
    Depuis la rive droite de la Loire, et donc la partie nord d’Orléans, rejoindre le jardin des plantes via le pont George V a déjà fait l’objet d’un billet ici même. A l’occasion des travaux de requalification de la RD2020 en boulevard urbain au sud du pont Joffre, il était... L’article Entre piste de running et boulevard urbain bussophobe est apparu en premie […]
  • Les Groues à vélo 02/06/2019
    Commençons par saluer ce joli titre de La Tribune – Hebdo : « Les Groues, avant les grues ». C’est que la constitution d’une ZAC est imminente. Un dossier de concertation a été mis à la disposition du public sur le site de la métropole (du 10 mai 2019 au 10 juin... L’article Les Groues à vélo est apparu en premier sur Jeanne à vélo.

RSS Actuvélo

  • Itinéraire d’un vélotaffeur : de la voiture au vélo
    Une histoire à deux roues Je ne sais pas vous mais mon histoire familiale me prédestinait à aimer les voitures. Mon père est fan de voiture de sports (qu’il n’a osé s’acheter qu’une fois la retraite arrivée), les magazines sur les voitures traînaient régulièrement à la maison… Tout me conduisait donc à être passionné de … L’article Itinéraire d’un vélotaffeu […]
  • Quand le trafic s’évapore…
    À l’origine du terme En 1961, l’urbaniste Jane Jacobs, publie un ouvrage – Déclin et survie des grandes villes américaines – qui connaîtra un succès mondial(1). Elle y décrit, avec une grande finesse, la façon dont l’essor du trafic automobile érode la ville et son urbanité et comment, au contraire, en redonnant la priorité à … L’article Quand le trafic s’év […]
  • Une analyse comparée de l’évolution de la place du vélo dans les villes européennes
    Cycling Cities est un bel ouvrage – dont on espère un jour la traduction en français – qui regroupe 14 monographies de villes européennes, réparties dans neuf pays, de taille intermédiaire (Enschede, Bâle) ou plus importante (Copenhague, Manchester, Lyon, Hanovre) – à l’exception d’une étude à l’échelle du Limbourg, une région valonnée des Pays-Bas. Cet … L’ […]

Une gazette « vélo » en ligne

La chaine vidéo de Yann

La chaine vidéo de Jeanne à vélo

Pollution de l’air

Cliquez pour ouvrir les alertes à la pollution.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Écrire

450 (ad) bikerider (point) com
%d blogueurs aiment cette page :